Santé

Un outil transposé à La Réunion pour détecter les tendances suicidaires

D’ici l’année prochaine, La Réunion testera la traduction d’un questionnaire américain visant à déceler rapidement les jeunes à risque suicidaire.


Le docteur Erick Gokalsing, psychiatre à l'Epsmr de Saint-Paul.
Le docteur Erick Gokalsing, psychiatre à l'Epsmr de Saint-Paul.
Le suicide est la deuxième cause de décès chez les jeunes Réunionnais, juste après les accidents de la route. Notre département est particulièrement touché par cette problématique puisque les moins de 35 ans représentent 33% des suicidés, contre 15% en métropole.

Pour faire face à ce fléau, un outil sera mis en place sur notre île dès le deuxième semestre 2016. "Il s’agit de la traduction d’un dispositif américain de repérage des jeunes à risque, explique le docteur Gokalsing, psychiatre à l’EPSMR de Saint-Paul. Il se présente sous la forme de quatre questions, posées aux 10-21 ans au sein des urgences pédiatriques".

Pour cette expérimentation, deux hôpitaux sont concernés : le CHU Sud à Saint-Pierre et Gabriel Martin à Saint-Paul. "Une grosse majorité des ados qui ont commis un acte suicidaire ont consulté aux urgences ou chez leur généraliste dans les mois qui précédaient la tentative", précise le docteur. Il souligne en effet : "Les troubles somatiques, comme le mal au ventre, à la tête, des vomissements, des diarrhées sont parfois des signaux d’alerte". Tout comme le repli sur soi ou une grande irritabilité.

Déceler les facteurs de risques

Aux Etats-Unis, le questionnaire a permis de déceler 3 à 4% de jeunes à risque suicidaire supplémentaires. Le docteur Gokalsing espère bien que la traduction française pourra en faire autant. "Selon le résultat du test, on va le faire patienter pour qu’il voit immédiatement un spécialiste ou lui proposer un rendez-vous différé dans un laps de temps assez court, en fonction du risque".  

Si ce mécanisme de repérage version française s’avère concluant, il pourrait être étendu aux autres départements, voire à tous les pays francophones. Le dispositif pourrait également être mis en place chez les médecins généralistes ou dans les infirmeries des établissements scolaires. "L’originalité est qu’il permet à des personnes non spécialisées dans la santé mentale d’identifier les personnes à risque", estime le médecin.

Cet outil de "screening"  permettra également d’enrichir les données du suicide à la Réunion et de déceler les facteurs de risques pour parvenir à un dépistage plus performant. "20% des jeunes qui font une tentative de suicide recommencent l’année qui suit. On aimerait faire baisser ce chiffre à 10%", conclut le médecin.

En France, chaque année, entre 600 et 800 adolescents se suicident. 
Lundi 2 Novembre 2015 - 16:05
marine.abat@zinfos974.com
Lu 1516 fois




1.Posté par noe le 02/11/2015 16:26
Il faut analyser l"ADN !
Le suicide a son gène sûrement !

"La vie n'est qu'un long suicide inconscient." (Amandine Rivière)

2.Posté par Nono le 02/11/2015 16:39
Si c'est aussi débile que le questionnaire pour un visa pour les USA (genre "Avez-vous l'intention de commettre des activités illicites ou de nature criminelles?")...

Les jeunes n'ont pas besoin de questionnaires, ils ont besoin d'un avenir.

3.Posté par matthieu le 02/11/2015 17:59
Foutaise venant des USA comme d'habitude,suivez les commandements de Dieu et de l'Eglise et il n'y aura plus aucun suicide!

4.Posté par marko le 02/11/2015 18:47
Ces derniers temps il y en a qui se suicide en lançant des gros bras contre une école ...
Je parlais de "suicide politique" , bien sûr !
Mais ça ne sert à rien de raisonner les gazés , et ça on le sait tous !

5.Posté par li le 02/11/2015 20:13
Ah! J savais pas que l americain moyen resonnait comme le reunionnais, qu on partageait la meme culture, la meme mentalité
Encore un coup de tapettes a moustiques !

6.Posté par grangaga le 02/11/2015 23:02
Vo mié ankor' fé konm' bougu' Sint'-Roz' là....
La kord' la kassé.....li la tonm' si lo ross' borr' ranpar'......La grafinn' a li partou.
Kossa li la parti di d'mounn' d'aprè ou.....

Ki d'sa mèr' lo ross' là.....ankor' in pé té y tié a mwin!!!!!!!!!

7.Posté par Francoise le 03/11/2015 04:33
Déceler les facteurs de risques SANS QUESTIONNAIRE , La société est Mal a dit ,




8.Posté par rudolph le 03/11/2015 07:01
Post3 : Matthieu - la drogue n'est pas non plus une solution..... Dieu ...cette blague

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales