Faits-divers

Un médecin soupçonné de délivrer irrégulièrement du Rivotril


Un médecin soupçonné de délivrer irrégulièrement du Rivotril
"Il faut poursuivre les pharmaciens et d'autres médecins", a déclaré Yves Lepennetier, âgé de 55 ans et médecin généraliste à la ravine des Cabris à Saint-Pierre, rapporte le Quotidien.

Il était entendu hier par le parquet de Saint-Pierre pour avoir délivré, hors autorisation de mise sur le marché (AMM), entre 2008 et 2010, du Rivotril à une vingtaine de patients non épileptiques, alors que le Rivotril est prescrit pour cette maladie. Il est aussi prescrit comme produit de substitution pour les toxicomanes dans le cadre d'un suivi.

Or en 2010, trois des patients d'Yves Lepennetier ont été condamnés pour trafic de médicaments. Le médecin "n'était pas trop regardant" sur la signature des ordonnances, avaient-ils déclaré. D'ailleurs, un pharmacien du Sud avait pris contact avec le praticien, surpris de devoir délivrer une quantité inhabituelle de Rivotril à une patiente. Il n'a eu comme seule réponse : "C'est comme ça !"...

Yves Lepennetier se considère comme "un bouc-emissaire" de ce que son avocat, Me Laurent Schwartz ,déclare être un "une vraie problématique de société", et ajoute que son client était tombé "sur des gens ingérables".

Même si la prescription hors AMM "n'est pas répréhensible", indique l'homme de loi, il n'en reste pas moins que la CGSS réclame aujourd'hui au médecin le remboursement du préjudice, estimé à 1200 euros, car pour l'avocat de la caisse de sécurité sociale, Me Anne-Marie Sagot, il y a eu abus. Le verdict est attendu pour le 13 décembre.
Vendredi 16 Novembre 2012 - 11:25
Daniella Maillot
Lu 2152 fois




1.Posté par noe le 16/11/2012 10:56
Affaire bizarre !
Venant d'un professionnel de la santé , c'est regrettable !
Surtout que ce médicament peut être utilisé par des toxicomanes additionné de rhum pour avoir le flash recherché et se trouver dans le nirvana ...loin de la vie de tous les jours !
Ce flash peut être mortel !

2.Posté par tutu le 16/11/2012 11:31
Regrettable, combien en abuse pour fournir ce poison qui abrutisse un grand nombre d'inconscient et de patient endoctriné. Réveillez-vous et surtout faîtes vos heures de sommeil, quitte à se coucher plutôt , mais n'avaler plus ces drogues ,relaxation s'il le faut , du sport .Trop facile d'enrichir ces professionnels ou ces mafieux .La sécu ne paiera pas les dégâts et le P5 n'est pas un hôtel de premier choix

3.Posté par Môvélang le 17/11/2012 08:14
la sécu paye un avocat plus de 5000 € pour se faire rembourser 1200, chercher l'erreur

4.Posté par Dr ANONYME le 17/11/2012 09:29
Pour prendre leur décision, encore faut-il que les juges qui décident soient bien informés de cet usage spécial à notre département. Le Rivotril (ou clonazepam), est bien un antiépileptique appartenant à la nombreuse famille des benzodiazépines, utilisées surtout dans le cadre du traitement de l’épilepsie des enfants.

Alors que ce n’est qu’une BZD comme les autres BZD, l’AMM a été obtenu sous la forme d’un sirop pour les enfants épileptiques. Par contre, il n’était nul besoin de le vendre en comprimés pour adultes. La firme devrait être condamnée à retirer les comprimés pour adultes au moins dans l’OCEAN indien.

Cet effet addictif ou récréatif ne figure même pas dans les documents de métropole, ni dans le VIDAL, page 1606, ni dans le Fattorusso page 178, 18 ème édition. S’il est exact que toutes les molécules de benzodiazépines sans exception sont connues pour engendrer des amnésies antérogrades et pour procurer un effet désinhibiteur, ces effets sont bien plus le fait de l'alcool ajouté à une benzodiazépine que du RIVOTRIL lui-même.

Au lieu d’accuser le délinquant qui obtient des effets du RIVOTRIL avec de l’alcool, c’est le médecin qui est accusé de faire des ordonnances sans se méfier assez des usages qui en sont faits qui recevrait une sanction identique. Il est vrai qu’il a fait preuve d’insouciance ; voire de complicité.

Il faudrait également accuser la firme qui commercialise le RIVOTRIL et qui a oublié de retirer du commerce réunionnais les grosses boites des comprimés actuels de Rivotril pour adultes ainsi que le sirop de Rivotril. Tout devrait être commercialisé, sauf les faibles doses pour les épilepsies des enfants sous forme de comprimés d'un goût tellement amer et répulsif que cela pourrait éviter des usages délictueux.
Toutes les benzodiazépines peuvent, comme d'ailleurs tous les hypnotiques et morphiniques d'anesthésie et tous les antiépileptiques, être utilisés dans la délinquance addictive.

Toutes les benzodiazépines, d’ailleurs bien trop nombreuses, que ce soient les alprazolam, les estazolam, les triazolam, toutes sont fortement potentialisées par les boissons alcoolisées. Ce n’est pas le médicament prescrit d’ailleurs ici seulement dans le département qui est le premier en cause mais l’usage abusif d’alcool qui se classe dans la culpabilité de celui qui boit.

5.Posté par normandie le 17/11/2012 11:24
POST 1 ; occupes toi de tes fesses ,avec ta morale a 2 balles !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:38 La comptable escroc détourne plus de 700.000 euros

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales