Blog de Pierrot

Un médecin justifie la fresque avec Marisol Touraine (?) sur le mur de l'internat

Mardi 20 Janvier 2015 - 16:24

Nous avons relaté hier la polémique à propos d'une fresque sur le mur d'un internat de l'hôpital de Clermont-Ferrand représentant Wonderwoman en train de faire l'amour avec plusieurs superhéros. Le mouvement Osez le féminisme y avait vu une représentation d'un viol de la ministre de la Santé Marisol Touraine et avait appelé à des sanctions.

Toute la presse, nous mêmes les premiers, avait repris cette hypothèse, même si elle avait souvent employé le conditionnel.

Depuis, la direction de l'hôpital a fait recouvrir la dite fresque d'une pudique couche de peinture (voir photo ci-contre). Mais surtout, les langues se délient. C'est ainsi qu'un médecin de l'hôpital a osé publier son avis sur Facebook, qui va totalement à l'encontre de la version révélée par Osez le féminisme.

Ce médecin affirme avoir "toujours trouvé cette fresque un peu moche, pas sur le plan "graphique" hein, mais c'est pas très cosy comme décor pour boire un café. Mais c'était l'internat purée, on est pas au salon de thé!!! Alors je ne voulais pas qu'on l'efface, et surtout pas pour les raisons absurdes avancées aujourd'hui! Car non, contrairement à ce que relaient tous les médias sans réfléchir, ce n'est pas une représentation d'un viol collectif de Marisol Touraine car
1/ la fresque existe depuis 15 ans (au grand étonnement de ma famille venue pour ma thèse "Ah, c'est sympa la déco...")
2/ ce n'est pas un viol, si on observe bien la dame a l'air plutôt contente et participe ,
3/ ce n'est pas Marisol Touraine mais superwomen
4/ les bulles ajoutées ce WE évoquaient le fait que NOUS médecins nous faisions "baiser" par la future loi santé (et pas l'inverse: médecins "baisant" Marisol Touraine ?? Why?).
Lorsqu'on sait tout cela, QUI peut donc se sentir directement insulté (pas les femmes car ce n'est pas un viol, pas Marisol Touraine puisque ce n'est pas elle), ou incité à la violence par cette fresque qui est tout au plus un peu vulgaire
".

Voila qui rétablit la vérité. Ca méritait d'être dit.

Un médecin justifie la fresque avec Marisol Touraine (?) sur le mur de l'internat
Pierrot Dupuy
Lu 3303 fois



1.Posté par noe le 20/01/2015 16:42

Ce gang bang obcène implicant notre ministre est d'un goût douteux ...
Quand on sait comment les futurs médecins retiennent leurs cours ... en se gavant de tikalité dans leur chambre ... Vous aurez beau avoir tout lu, tout vu, tout entendu, le sexe restera peut-être pour vous le plus grand mystère du monde. Personne n’aime manquer de confiance en soi dans un domaine aussi important, mais la vérité, c’est qu’à un moment donné, chacun de nous a eu l’impression que tout le monde sur cette planète faisait l’amour plus souvent et bien mieux que lui. À croire parfois que cette éducation sexuelle généralisée a seulement servi à nous déstabiliser....
La preuve , on la voit sur cette fresque pas très pédagogique ... Il vaut mieux voir des vidéos ... ça bouge en cadence !

2.Posté par jean-jacques le 20/01/2015 17:02

Pauvre marie-sole elle a pris ses fantasmes pour la réalité !

3.Posté par Pastéque le 20/01/2015 17:03

Je me marre.....alors les haineux, vous vous sentez pas minable d'avoir hurlé avec les loups sans même avoir cherché à comprendre ou à savoir si viol ou gang bang ?

4.Posté par Untel le 20/01/2015 17:21

Heu… C'est quoi un gang bang?

5.Posté par Pastéque le 20/01/2015 17:40

Untel, vas sur youporn, rubrique gangbang, je te laisse la surprise. Après il y a gonzo aussi si tu veux ...ou cougar comme rubriques.

6.Posté par véridik le 20/01/2015 17:57

liberté d'expression!

on peut rire de tout!

7.Posté par Boomerang le 20/01/2015 17:58

Non seulement il fait "l'instiTUTEUR" mais en plus il est "éducateur sexo"....il est valent mais pas poli.....(encore une faute qui donnera de grain à moudre à ce fruit)...

Selon les chiffres officiels de l'autre "inpendéball" qui participait à la manif. "midonne toute à Charlie", et qui avait sa calcul...net, il y avait 4 millions de moutonneux dans les rues, comme quoi Regiani était un visionnaire.....

8.Posté par Pastéque le 20/01/2015 18:23

Boomerang l'a mauvaise, il s'est carrément mis dedans hier sur ce sujet et sous cinq pseudos différents...
Excusez le pour cette extrême médiocrité il est pas en forme en ce moment, un vieux problème récurrent de poireau engorgé qui ne guérit pas.

9.Posté par areteksa le 20/01/2015 19:07

Recouvrir cette fresque épique sans même l'aval du ministère de la cul-ture c'est iconoclaste et se mettre au même niveau que les talibans qui détruisaient des statues !

10.Posté par Boomerang le 20/01/2015 19:48

@ C'est pas ce que dit madame melon......

11.Posté par Boomerang le 20/01/2015 19:50

Cinq pseudos, pas moins? Cà me satisfait de voir que d'autres (quatre autres connaisseurs manifestement) trouvent le melon mal tranché.....donc retour au pays....

12.Posté par Boomerang le 20/01/2015 19:54

N'empêche dans ce pays qui clame de partout "liberté d'expression" mais qui en fait est un peuple taiseux qui se fait politiquement cocufier et doit payer des impôts, retrouver une telle fresque çà interpelle. Effectivement, parmi, ces futurs internes il y en a qui feront gynécologues, mais comme ils ont déjà l'esprit bien orienté, leurs clientes devraient se méfier.....de leur spéculum.....comme l'autre de son organum à voile.....

13.Posté par Mwa la pa di le 20/01/2015 20:04

Quand même une fresque de bien mauvais goût

14.Posté par caremba ! encore raté ... le 20/01/2015 20:10

Ils ont vraiment l'air malin tous ceux qui ont poussé des cris d'orfraie ...
Ils regarderont peut-être à 2 fois la prochaine fois avant de balancer un communiqué qui s'est révélé bien mal inspiré

15.Posté par tradition ... le 21/01/2015 08:14

Patrice Josset, professeur d’histoire de la médecine, explique la tradition des fresques dans les salles de garde des internes... Un extrait :
"Que vous inspirent la réaction d’Osez le féminisme et celle de la ministre de la Santé ?

Elle est inappropriée car cela n’a rien à voir, on est là dans un autre univers. C’est un monde symbolique très étrange, sans équivalent. Le fait d’avoir balancé cette fresque sur les réseaux sociaux sans expliquer n’est pas très judicieux. Le décalage entre ce qui est représenté et la société civile est énorme. Mais cette polémique à côté de la plaque, qui est le fruit de l’ignorance, est surtout révélatrice de l’époque actuelle, où l’on assiste à un retour de la pudibonderie. Le terme de «viol» [employé par l’association féministe] est également surprenant, car cela n’a jamais été représenté ou imaginé. Il s’agit souvent d’une ambiance «partouze sans limite», mais pas de viol."

Tous les journaux reprenaient hier en chœur le mot "viol".
C'est nul et en plus dangereux.
On en arrive à ce que bientôt n'importe quel jeu sexuel entre personnes consentantes pourra être qualifié de viol !
Personnellement ces pratiques collectives ne m'intéressent pas à tout point de vue, mais ça existe et ceux qui le font volontairement ne font rien de mal, à les entendre ils se feraient même plutôt du bien.

16.Posté par DR ANONYME le 26/01/2015 11:54

Dans le cadre de la liberté de penser, de dessiner et d'imprimer cadre dressé par les assassinats odieux des caricaturistes de Charlie Hebdo, faisons un tour comparatif entre Le mur des cons des magistrats et Les fresques des salles de garde des internes.

Entre l'affichage restreint de photos de personnes en cours d’affaires judiciaires uniquement dans la salle de repos privé des magistrats (le mur des cons), entre les dessins pornographiques des salles de garde par exemple de Clermont-Ferrand en général sans aucune ressemblance avec des personnages connus, sauf certains profs de médecine qui sont passés dans la même salle de garde quand ils étaient internes oui certains ministres, et entre les dessins véritablement outranciers et blasphématoires de Charlie Hebdo, nous ne devons pas créer un amalgame pour reprendre un mot scie.


Les caricatures des journaux satiriques sont publiées à des millions d'exemplaires et elles peuvent choquer dans les kiosques les lecteurs ayant de la religion. Les journaux blasphématoires devraient être livrés sous pli fermé par les facteurs aux seuls abonnés sensibles aux dessins de presse dits humoristiques.


Alors que les fresques des salles de garde des internes sont ou devraient rester à usage strictement interne. Les personnages peinturlurés y sont fort peu identifiables, manque de savoir-faire. Mais surtout les fresques des salles de garde des internes ne peuvent en aucun cas donner à penser qu’il existerait un préjugé de la part des internes aboutissant à mal soigner leurs cibles murales.

Le mur des cons des magistrats, c’est tout autre chose. Plus sujet à discussion. Les juges qui affichent les photos des justiciables cons sont-ils ensuite impartiaux ? Les illustrations photographiques des magistrats désignent, tout au contraire, des justiciables en cours de procès. Les personnes illustrées dans les « réduits poudreux des greffes » (Alexis de Tocqueville) vivent une menace de dévoiement de la justice à leur égard, un ‘coup d’état des juges’ (Éric Zemmour).

Voilà bien la plus réelle différence avec les défoulements muraux des jeunes docteurs en médecine et le mur des cons des magistrats.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter