Faits-divers

Un inspecteur du Trésor se servait sur les retraites de fonctionnaires défunts


Un inspecteur du Trésor se servait sur les retraites de fonctionnaires défunts
Les services fiscaux ont alerté le parquet de Saint-Denis il y environ dix jours, selon les informations apportées ce jour par le Journal de l'Ile, de la mise à pied d'un de leurs agents après avoir découvert des détournements de fonds publics. C'est une fonctionnaire chargée d'actualiser les dossiers en son absence (parti pour un mois de vacances) qui s'est rendue compte de la supercherie.

L'homme est en fait inspecteur du Trésor Public, en charge depuis de nombreuses années du service pensions de la "division des dépenses de l'Etat". Ce service réalise le versement des pensions de retraite des anciens fonctionnaires. Sa fonction lui permet notamment de valider des virements bancaires, et de signer à la place du directeur régional des finances publiques pour des ordres inférieures à 5.000 euros.

Les policiers de la brigade financière, en charge de l'enquête, auraient découvert l'une de ses "techniques" pour détourner l'argent. L'inspecteur ne signalait pas le décès de fonctionnaires en retraite faisant ainsi créditer sur ses comptes personnels les pensions que l'Etat continuait de verser… Un montant qui, à ce jour, pourrait dépasser la centaine de milliers d'euros.

Le détournement de fonds publics par agent chargé d'une mission de service public serait passible de dix ans de prison et de 150.000 euros d'amende, précise le Jir.
Mercredi 6 Juillet 2011 - 07:11
.
Lu 2365 fois




1.Posté par noe le 06/07/2011 08:41
Ne jamais oublier qu'un inspecteur inspecte tout ...même les morts ...pour voir s'ils sont encore vivants ... C'est normal !
Et pour cela il fait des prélèvements sur leurs comptes en banque ou sur leur retraite ... Ce sont des frais pour travail bien fait !

Naguère on faisait voter les morts dans certaines communes ....

2.Posté par Cambronne le 06/07/2011 09:54
La France est un pays extrêmement fertile: on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts.(Georges Clemenceau) pourquoi il existe encore de telles pratiques, tout le monde se sert alors , elel est belle la république jacobine , pendant que l'on condamne deux pauvres garde exemplaire de la maréchaussées, d'autres se servent sans être inquiété par la hiérarchie, remarquez la hiérachie doit certainement faire pareille, une combine qui doit exister depuis longtemps ...

3.Posté par David Asmodee le 06/07/2011 10:34
Les Père La Morale qui piquent dans la caisse.
Entre les gendarmes anti Maghreb, les gardiens de prison spéciaux, les inspecteurs du fisc baiseurs de paquet, ça en fait des ripoux.

4.Posté par fiuman le 06/07/2011 10:59
Dans le même genre les retraites payées par les systèmes de retraites français à des franco-algériens ou algériens installées en Algérie sont presque éternelles, ils sont tous centenaires.....................

5.Posté par fiuman le 06/07/2011 11:06
Des centaines de retraités algériens centenaires:

C’est l’intéressante découverte faite par la Cour des comptes qui, en épluchant les comptes de la CNAV (caisse nationale d’assurances vieillesse), l’organisme qui paye les retraites, a constaté que le nombre de retraités centenaires algériens était particulièrement important. Il était même supérieur au total des centenaires recensés par l’état-civil en Algérie.

Rolande Ruellan, présidente de la 6e chambre de la Cour des comptes qui a présenté le 9 juillet 2010 un rapport sur la fraude sociale devant une commission parlementaire reconnait le problème : « Il y a des retraités qui ne meurent plus dans les pays étrangers» dit-elle, insistant, en particulier, sur le nombre de retraités centenaires algériens.

Pourquoi ? Comment ? C’est ce qu’a tenté de savoir la commission. « Il suffit de ne pas déclarer à la caisse de retraite le décès de l’ayant-droit » précise la magistrate.

« Mais il n’y a pas de contrôle ? » s’étonne un membre de la commission.

« En Algérie nous n’en avons pas les moyens. Il faudrait mettre des contrôleurs itinérants dans tous les pays. Ce n’est pas évident ! » , souligne-t-elle. C’est ainsi que les Algériens bi-nationaux, ayant travaillé en France deviennent immortels à partir du moment où ils se retirent en Algérie pour leur retraite. Ce sont leurs enfants, voire leurs petits-enfants qui continuent à percevoir la pension de retraite, bien après leur décès. Et il ne faut évidemment pas compter sur les autorités algériennes pour faire la chasse aux fraudeurs.

On peut s’étonner, tout de même, qu’un organisme comme la CNAV qui verse chaque année 4 milliards d’euros de retraite à l’étranger, dont 1 milliard pour l’Algérie, ne soit pas en mesure d’effectuer un minimum de vérifications, soit en demandant, tous les deux ans par exemple, aux bénéficiaires de donner une preuve de leur existence - comme cela se fait en France pour les professions libérales, notamment- , soit, en les invitant à se présenter dans les consulats de France pour percevoir leurs pensions.

Alors que le dossier des retraites est au cœur des préoccupations des Français, il serait bon que nos gouvernants se penchent aussi sur cette question.

6.Posté par Cambronne le 06/07/2011 11:15
les gendarmes anti Maghreb,?? dites donc machin chose vous avez du lire mode de paris dans votre enfance ou joué de la veuve poignet sur la lingerie du catalogue 3 Suisses durant votre adolescence mon pauvre ami comme vous êtes à plaindre , compte tenu de vos variantes

7.Posté par Royal Bourbon le 06/07/2011 11:47
des retraites a plus de 5000 euros ...Il y en a qui sont vernis !

8.Posté par Cambronne le 06/07/2011 12:40
il serait intéressant de savoir si la combine ne dure pas depuis des lustres, car avec ls arcanes tout est possible

9.Posté par bibi97490 le 06/07/2011 13:04
Olalala,

na point que les petits rmistes la besoin d'argent alors, il faut croire que meme les fonctionnaires la besoin d'un peu d'argent tiré ici et là.


10.Posté par CANDIDE le 06/07/2011 13:06
A post 3, à mon avis il n'y a pas assez de gendarmes anti-magreb, car là aussi il y a un sacré tri à faire parmi les centenaires qui ne meurent jamais ! Il faudrait changer de disque de temps en temps ou bien y aller vivre !

11.Posté par TEGO le 06/07/2011 13:59
Un fonctionnaire des impôts soupçonné de piocher dans les deniers publics mérite une forte sanction , la prison , le licenciement , l’exemple pour d’autres fonctionnaires en mal des 35% au soleil . La Trésorerie générale de Saint-Denis veut encore donner des leçons quand un contribuable n’arrive pas à payer ses impôts , je demande aussi une sanction pour le Directeur de la Trésorerie générale de Saint-Denis . J’ai honte pour le système en plus cela se passe sur mon île de la REUNION !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales