Economie

Un géant du ciel se pose à la Réunion

L'histoire de l'aviation réunionnaise prend un nouveau virage. Ce matin, vers 7h45, le Géant des Airs A 380 s'est posé sur la piste 14 de l'aéroport Roland Garros après avoir effectué un tour complet de l'île à 500 mètres d'altitude (1.640 pieds). Plus qu'une nouveauté dans le secteur des gros-porteurs, l'Airbus A 380 est un véritable concentré de technologies. Quelques précisions sur cet appareil aux dimensions et rayons d'actions hors-normes.


Cockpit de l'A 380 lors d'une séance en simulateur de vol
Cockpit de l'A 380 lors d'une séance en simulateur de vol
L'Airbus A 380 existe en cinq versions et a déjà attiré quatre compagnies aériennes parmi lesquelles Air France, Qantas ou encore Singapore Airlines. Malgré les couacs d'une construction européenne commune entre les ingénieurs français et allemands, la technologie embarquée à bord du Géant des airs ne tarit pas d'éloges.

Avec son fuselage, dont certaines composantes ont été soudées au laser, l'A 380 est constitué de matériaux composites et d'un caisson central en fibre de carbone. Résultat : la légèreté est de mise et le rayon d'action accru comme cela a pu être constaté lors du vol d'essai réalisé dans le cadre d'une tournée mondiale, entre Johannesbourg et Sydney.
Par ailleurs, du Glare en fibre de verre et en aluminium a fait son apparition sur les bords d'attaque de la dérive et sur une partie du fuselage que les Réunionnais ont pu apercevoir ce matin.

Des calculateurs reliés par un réseau Ethernet

Inspiré du chasseur américain, le F-22 Raptor, l'A 380 a bénéficié d'une AMI (Architecture modulaire intégrée) ce qui permet un partage des ressources de calcul. Quant au cockpit du plus gros avion de transport jamais construit par l'avionneur européen, il conserve les mini-manches latéraux déjà observés sur ses petits frères à l'image de l'A 319 ou de l'A 340.

Toujours concernant les commandes de vol, l'avion ne comprend plus que deux circuits hydrauliques contre trois précédemment et voit les calculateurs dits "non-critiques" devenir des applications. Ces mêmes calculateurs étant reliés entre eux par un réseau ethernet commuté.

La petite souris habituellement utilisée en informatique prend également place à bord du paquebot volant à travers des Trackballs, d'où une optimisation dans la construction du plan de vol pour les pilotes. Enfin, deux caméras présentes sur l'appareil ont été installées pour faciliter les procédures de roulages au sol. Un roulage au sol visible depuis les nouveaux écrans du cockpit.

853 passagers en configuration charter

Du côté des passagers, l'aménagement de l'impressionnante cabine a été pensé en relation avec la présence d'un double pont superposé sur l'ensemble de l'appareil, une nouveauté déjà dévoilée à travers le projet A 3XX.

D'une largeur de 93 mètres, pour une hauteur de fuselage de 8,4 mètres, le dernier né d'Airbus avant le prochain A 350 Extra-Wide-Body, présente une surface totale de 555 m2 composée de près de 300 m2 pour le premier pont et de 250 m2 pour le second. Ce ne sont donc pas moins de 853 passagers qui pourront être embarqués en configuration charter.

Mais que les futurs passagers ne se fassent pas d'illusion. Si les dimensions de la cabine permettront d'aménager des salles de repos, des bars et autres espaces de loisirs tels que des bibliothèques, cela ne devrait certainement pas être le cas pour les liaisons low-cost entre la Réunion et l'hexagone.
 
Quant à la voilure de l'appareil, elle présente cette particularité des ailes les plus grandes jamais construites jusqu'à maintenant, soit 45 mètres chacune. Selon Airbus industries, le centre de gravité de l'appareil a été reculé de près de 6% en arrière, ce qui a occasionné la réduction de la surface d'empennage horizontal de 31 m2.

Pneumatiques et moteurs impressionnants de modernité

Le train d'atterrissage de l'appareil est à l'image de l'imposante taille de cet avion puisqu'il comprend 22 roues fabriquées en alliage léger. Ce qui a pour effet une charge sur chaque roue identique à celles rencontrées sur la gamme des Boeing 747. Le train d'atterrissage avant mesure 4,8 mètres, présente une masse de 1,5 tonnes à lui seul et peut être associé à des pneumatiques Bridgestone ou Michelin. Ce dernier pouvant supporter une charge totale de 33 tonnes pour un diamètre de 1,2 mètres.

Rolls-Royce et Engine Alliance sont les deux fabricants de réacteurs sur-puissants équipant l'Airbus et permettant les poussées nécessaires à la navigation à 900 km/h malgré la masse importante de l'appareil. Mais c'est bien le "silence" qui a été travaillé sur l'A 380 par les deux industriels générant deux fois moins de bruit et consommant 15% de carburants en moins que le 747.
On comprend mieux les témoignages de spectateurs qui ont dit n'entendre "aucun bruit" lors de son rapide tour de l'île, ce matin.

L'A 380 devrait donc avoir une longue vie devant lui avant que ne soient lancés les 787 Dreamliner de Boeing et A 350 d'Airbus. Une longue vie qui devrait le mener à l'île de la Réunion d'ici quelques années, en 2014.


Source : Air et Cosmos

Un géant du ciel se pose à la Réunion
Mercredi 11 Novembre 2009 - 10:00
Ludovic Robert
Lu 5575 fois




1.Posté par Feroz le 11/11/2009 12:52
Une question parmi d'autres :
800 voyageurs débarquent d'un A380 à Gillot
combien de temps leur faut-il pour récupérer leurs bagages ?

2.Posté par Choupette le 11/11/2009 12:57
Photo du cockpit d'un quelconque simulateur de vol, photo d'un A380 de la Korean Airlines sur un quelconque tarmac (et non termac ! Audrey de Freedom). Voilà, ce à quoi ont droit les lecteurs de Zinfos.

C'est vraiment lamentable que ZINFOS974 n'ait pas pu approcher cet avion. Les lecteurs de ce Media doivent compter pour quantité négligeable aux yeux des décideurs.

A croire que l'avion leur appartient...(déjà ?)

Qu'ils aient un oeuf à peler avec le directeur de ce journal, c'est leur problème. Mais que les lecteurs doivent en pâtir, c'est mesquin. Digne de la cour de récréation. Enfin, il paraît qu'on régresse avec l'âge... ceci explique sans doute cela.

De par leur démarche, ils s'attirent un peu plus l'inimitié des gens.

Donc, on ne saura pas s'il y a des sondes Pitot sur l'A380... :-(

3.Posté par Fred NICOLL le 11/11/2009 13:18
C'est super .
Etant Réunionnais ,habitant Paris,j'espère bientôt prendre ce merveilleux avion pour aller à la Réunion, mon île natal et je recommande à tous d'y aller,c'est sympa.
FRED NICOLL


4.Posté par Velono le 11/11/2009 19:50
Mais où était zinfos ce matin? Pas invité à la fois par la CCI, par Air Austral, et par la Région. Ou pas envie de venir? Dommage, je crois que c'était l'événement de l'année avec l'ouverture de la route des Tamarins

(Réponse de Pierrot Dupuy : Je l'ai déjà dit : pas invité car boycotté par le vrai organisateur de la manifestation : la Région.
Pour Paul Vergès, je le répète : faire respecter son soi-disant droit à l'image est bien plus important que de respecter la liberté de la presse. Je note au passage que, quand ça l'arrange, devant le tribunal mardi matin, son avocat Me Boniface a reconnu à Zinfos le statut de "journal". Peut-être qu'il pourrait le rappeler à son client quand il s'agit de nous inviter aux conférences de presse. Ou, mieux encore, de répondre à nos demandes d'interview quand nous sommes invités par exemple à la Préfecture et qu'un élu de la Région s'y trouve. D'éviter que Jérome Vellayoudom ne vienne chuchoter à l'oreille de l'élu en question, des fois qu'il l'aurait oublié, qu'il ne faut pas répondre aux questions des journalistes de Zinfos...)

5.Posté par FRED NICOLL le 11/11/2009 20:24
Bonjour à zinfos974 et à tous les Réunionnai,
Je ne doute pas du tout que zinfos974.com,fera un trés bon commentaire sur ce merveilleux avion et que je compte bien voyager à bord.
FRED NICOLL

6.Posté par Pilote le 11/11/2009 20:25
Bizarre, j'avais lu par ailleurs un article de spécialistes selon lequel les pistes de Gillot devaient être renforcées pour accueillir l'A380.

Et là, un A380 atterris en pleine charge.

Je ne peux m'empêcher d'avoir quelques craintes sur l'état de la piste après cet atterrissage.

Un pilote.

7.Posté par Brett le 11/11/2009 20:58
Un notam vient de sortir : la piste 14/32 (l'Airbus s'est posé sur la 14) est fermée, cause dégradations !

http://www.ais-asecna.org/fr/ntm/notam.php

Confirmation de l'aéroport ou de l'Aviation civile ?

8.Posté par nicolas de launay de la perriere le 11/11/2009 21:22
article un peu ancien au vu de la conclusion..qui n'évoque pas les retards pris dans le production de l'A380..ni les difficultés de financement des acteurs du secteur aérien..ni les prévisions pessimistes de l'IATA sur l'activité du transport aérien (passager+frêt)..

9.Posté par Jean Fuma le 11/11/2009 22:59
Piste 14/32 fermée, je confirme !!

10.Posté par david le 12/11/2009 06:55
Post 1. Pour récupérer ses bagages d'un ATR, c'est déjà la galère. Entendu à Gillot, un bagagiste à un touriste : " gars, gars, normalement là mwin létait déza la kaze, mwin lé encore là, alors contente sinon allé trape out moucate ou même." Pour l'A380, ils vont peut être prévoir un déchargement sur deux jours ; faut pas trop bousculer les syndiqués CGTR.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales