Faits-divers

Un fusil trouvé dans l’herbe: "… rosement la loi té là po sauve à moin!"

Correctionnelle Sud – Mardi 20/10/2015


Le 10 juillet 2015, les gendarmes de Saint-Joseph sont appelés pour se charger d’un drôle d’individu, qui dort sur un banc, en ville. Jusque là, rien d’extraordinaire ; des poivrots qui cuvent en pleine rue, il y en a des centaines partout chaque jour. Sauf que là, Christopher ronfle comme un bienheureux avec un fusil à moitié dissimulé dans son pantalon, mais bien visible malgré tout.

Il faudra du temps aux représentants de l’ordre pour tirer les vers du nez de notre éthylique, une fois ses yeux en face des trous, Le fusil est un 12 m/m, à ne pas confondre avec le " calibre " 12 qui, lui, est "du gros ". Le 12 m/m est un calibre pour petits oiseaux mais mortel quand même pour les humains à courte distance.

Une arme bien mystérieuse

Notre homme raconte que cette arme, non chargée (encore une veine), il l’a trouvée abandonnée dans l’herbe derrière le mur de la Place des fêtes. Au cours de leurs investigations, les gendarmes rencontreront certains témoins qui donneront une version différente de l’affaire : l’arme, Christopher l’a achetée. Mais à qui ? Quand ? Pourquoi ? Combien ? Personne ne saura ou ne voudra le dire, encore moins le mis en cause qui en tient pour sa version " derrière le mur ".

Le plus curieux est que l’arme ne sera jamais réclamée par qui que ce soit. Elle reste un mystère, à moins que quelque démiurge malicieux…

Si Christopher, peu crédible, est arrivé à la barre, c’est qu’il véhicule un casier judiciaire où figurent déjà 6 mentions malgré ses 29 ans : violences avec arme, plusieurs mentions de conduite beurrée et sans permis, recels divers d’objets volés, refus d’obtempérer…

" L’oisiveté nocive "        
                             

La vie du contrevenant est une longue suite de galères. Sans emploi comme sans formation, il vit chez son père et survit du RSA en attendant un petit contrat à la commune quand cette dernière se souviendra qu’il existe.

Le substitut Saunier a parlé de lui comme d’un "individu inquiétant qui a l’alcoolisme chronique et a déjà été condamné pour violences. Vous avez l’oisiveté nocive, monsieur, et il faut de l’imagination pour trouver à votre égard une peine alternative à la prison ".

Monsieur le substitut paraissait d’ailleurs particulièrement en verve ce mardi, lui qui dans une autre affaire parlait d’un délinquant comme d’un " homme aux neurones littéralement cramées par l’alcool, ce qui explique commodément ses amnésies ".
" Vous vivez seul avec votre père ? " a demandé la présidente Dinot. – "Oui ! " - "Il boit aussi ? " - " Non ! "

La Cour l’a condamné à 2 mois avec sursis à moins qu’il ne s’acquitte de 105 heures d’un TIG ; obligation de soins pour son éthylisme ; interdiction de porter ou même de posséder une arme.

Avant de s’en aller, Christopher a lancé à la cantonade :
"Heureusement que la loi lété là po sauve à moin et la tir fusil là dans mon main!" Sincérité ? Lucidité ? Là encore on n’en saura rien.
 
Mercredi 21 Octobre 2015 - 09:32
Jules Bénard
Lu 1859 fois




1.Posté par noe le 21/10/2015 11:13
Bof !
Un simple "lance ti plomb" qui ne tue même pas un moustique posé sur une cuisse ronde !

Pas de quoi m'empêcher de boire une coupe ... en ces temps de chaleur !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales