Politique

Un expert africain vient former les élus sur la coopération Réunion/Afrique


Un expert africain vient former les élus sur la coopération Réunion/Afrique
Le CIDEFE (Centre d'information, de documentation, d'étude et de formation des élus) organise ce samedi une conférence-formation intitulée "L'intégration régionale dans l'Océan Indien et en Afrique" en présence du conseiller spécial du secrétaire exécutif du NEPAD (Agence de développement de l'Union Africaine), Ibrahim Gourouza Magagi. Une cession de formation à destination des élus réunionnais désireux d'approfondir et de connaitre "les leviers" de la coopération régionale entre notre île et les pays africains.

Le CIDEFE est un organisme basé en métropole et qui existe depuis maintenant 30 ans. Sa déclinaison locale existe quant à elle depuis deux ans. Il s'agit d'un organisme dédié à la formation des élus. A la tête de la présidence du CIDEFE à la Réunion, on retrouve Fabrice Hoarau et Christophe Rocheland, en tant que secrétaire général. "Le but du CIDEFE est de permettre à un maximum d'élus de suivre une formation localement. Une alternative moins chère à la métropole pour les collectivités locales notamment en raison des frais d'avions", explique Fabrice Hoarau.

Le CIDEFE de la Réunion a pour mission de trouver des formateurs en fonction des demandes. "Récemment nous avons mené des formations sur le traitement des eaux usées, l'aspect financier ou encore les budgets communaux", ajoute-t-il. Des formations locales pour des élus locaux. Mais à l'heure de la coopération régionale - notamment poussée par la collectivité régionale - le CIDEFE a décidé de mettre en place une formation sur les possibilités de coopération entre la Réunion et l'Afrique. Une conférence-formation animée par Ibrahim Gourouza Magagi, conseiller spécial du secrétaire exécutif du NEPAD.

Le NEPAD travaille sur le développement de l'Afrique pour les 50 prochaines années

"En 2013, le NEPAD ouvre son cycle de formation. On est là pour toucher les décideurs locaux en essayant de mettre en place des partenariats inter-régionaux via la coopération. Plusieurs pistes de coopération peuvent être mises en place et nous nous basons sur six thématiques, la sécurité alimentaire, l'agriculture, les infrastructures régionales, la gouvernance humaine, les problèmes environnementaux ou encore les NTIC (Nouvelles technologies de l'information et de la communication)", explique Ibrahim Gourouza Magagi.

Le NEPAD est la déclinaison technique de l'Union Africaine, là où cette dernière se focalise sur les problématiques politiques. Un premier partenariat a déjà été signé entre le NEPAD et le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) - au niveau national - sur le développement et la collaboration agricole. "Ce genre de formation est importante. Les élus réunionnais sont amenés à avoir une meilleure connaissance de l'environnement régional. Et qui sait peut-être qu'un jour la Réunion sera membre de l'Union Africaine après la COI (Commission de l'Océan Indien). Mais cela dépendra de la volonté politique des élus locaux et de la France", souligne de son côté Christophe Rocheland.

En tout, une quarantaine d'élus et cadres de collectivités sont attendus ce samedi à Saint-Denis pour suivre cette conférence-formation. Il s'agit de ne pas rater le wagon du développement des pays africains se trouvant aux portes de notre île. Ibrahim Gourouza Magagi a rappelé que le NPAD travaille actuellement sur "le long terme" en matière de développement. "On travaille sur les programmes de développement des 50 prochaines années d'autant que la population africaine et le PIB auront doublé en 2050", conclut-il.
Mercredi 23 Janvier 2013 - 14:17
Lu 1167 fois




1.Posté par lamainnoire le 23/01/2013 14:14
Excellente idée. D'ailleurs à eux deux c'est un QI qui ferait pâlir plus d'un. Un CV gros comme un annuaire , des expériences à imposer l'étude à de nombreux élus.
C'est la Réunion qui gagne !

2.Posté par elfordy expedit le 23/01/2013 14:27
De qui se moque t-on ? c'est incroyable quand on voit ce qui se passe en Afrique, voila les fils légitimes de Monsento avec le Cirad, l'empoisonneur de l'île associés à cette mascarade pour former nos élus. Il s'agirait de ne pas louper le "développement Africain" c'est a dire comment se faire entuber par l'OTAN et l'ONU le comble!!!!

Il serait plus important concernant les pays du sud d'intervenir pour retirer les voiles de tant de regards. C'est alors seulement qu'ils reconnaitront la phase finale imminente d'un système monétaire frauduleux conçu pour imposer un esclavage financier total sur l'humanité. Le système est conçu pour viser en particulier ceux qui résistent à la mystérieuse alliance des maitres du monde qui dirigent le monde en lieux et place des états qui n"arrivant plus a payer les intérêts de leurs dettes sont contraints de les suivre comme des petits toutous bien sages.

La dernière étape de l'évolution le système monétaire donnera lieu à l'emprise universelle de l’argent électronique, le plus beau joyau de leur couronne monétaire maléfique, qui remplacera totalement les monnaies-papier frauduleuses d'aujourd'hui. En effet, cette dernière phase a déjà commencé, et désormais tout ce dont les bandits monétaires internationaux ont besoin, c'est d’une crise mondiale (comme une attaque nucléaire sur l'Iran qui n'a pas encore eu lieu mais qui devrait arriver à tout moment) ayant pour conséquence l’effondrement total du Dollar Américain, ce qui provoquera l’abandon : le Sauve qui peut massif de la monnaie-papier.

« Une époque arrivera certainement sur l’humanité dans laquelle il n’y aura (plus)rien qui soit utile (ou bénéfique) à part un Dinar (une pièce d’or) et un Dirham (une pièce d’argent). » [Cette prophétie anticipe clairement l’effondrement final du système monétaire frauduleux qui fonctionne actuellement autour du monde.]

C'est à cela que nos élus devraient être formés, sur La pauvreté ayant augmenté dans les pays du sud, la corruption s’étant alors également accrue. Ceux qui ont un discernement digne de celui de moutons s’interrogent à voix haute : « Pourquoi les pays du sud souffrent-ils d’autant de corruption alors que l’Occident (qui avait pillé leurs richesses et qui vit grâce à leur sueur) en est dépourvu ? ».

Lorsque le FMI a forcé les privatisations chez ceux dont les monnaies ont été dévaluées, les brigands pouvaient alors s’acheter pour deux sous les champs pétrolifères et gaziers, ainsi que les compagnies d’électricité, les compagnies du téléphone, etc., tout ceci bien loin de leur valeur réelle. Une énigme demeure quant au fait que le Venezuela de Hugo Chavez ait pu comprendre le rôle exploiteur du FMI, et qu’il ait pu lutter pour mettre fin à sa participation au sein de cette organisation, alors que nos élus restent étonnamment silencieux à ce sujet.




3.Posté par lafé ladit le 23/01/2013 14:51
Cette alternative s'appliquera-t-elle au premier v-p du CG qui est dans les avions en permanence sur les questions de Coopération, du moins c'est ce qui est avancé?
Et à son âge n'est pas criminel , bien plus que couteux de lui imposer de tels déplacements?
Monsieur Rocheland qui l'a accompagné plus d'une fois agira-t-il pour la cause qu'il défend?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales