Politique

Un commissaire au développement endogène pour la Réunion

Le 6 novembre 2009 se tenait le Conseil interministériel de l'outre-mer, lui-même synthèse des états généraux de l'outre-mer qui s'étaient déployés dans les quatre départements d'outre-mer au cours de cette même année. Dans les préconisations affichées à l'époque se trouvait, en bonne place, l'élaboration de pistes nouvelles dans l'économie endogène de ces territoires. Bertrand Coûteaux, Christian Claudon et Jean-Rémy Cauquil ont donc la lourde tâche d'être force de proposition pour le développement économique endogène des départements d'outre-mer dans leurs zones respectives. Ils ont été présentés hier soir au 27 rue Oudinot, siège du ministère de l'outre-mer.


Bertrand Coûteaux, le nouveau commissaire au développement endogène pour la Réunion (à gauche)
Bertrand Coûteaux, le nouveau commissaire au développement endogène pour la Réunion (à gauche)
La Réunion devra s'habituer au nom de Bertrand Coûteaux. Celui-ci a été officiellement présenté hier soir par la ministre chargée de l'outre-mer, Marie-Luce Penchard, en tant que commissaire au développement endogène pour la Réunion et Mayotte. Un poste qu'il occupera, comme ses deux autres collègues, pendant trois ans.

La question du développement économique endogène prend ainsi forme concrètement après les préconisations il y a un an du Conseil interministériel de l'outre-mer. En visite à la Réunion en janvier dernier, le chef de l'Etat avait d'ailleurs exhorté le monde économique local à trouver d'autres leviers économiques jusque-là non explorés, que ce soit pour la Réunion ou les autres DOM.

S'ouvrir à l'économie régionale

Les trois hommes sont placés sous l'autorité directe de la ministre de l'outre-mer. Il s’agit de personnalités issues du monde de l’entreprise privée ayant effectué l’essentiel de leur carrière à l’international.

La mission première dévolue à ces trois nouveaux personnages sera de développer les productions locales en structurant les filières et de favoriser l’insertion économique des territoires de l’outre-mer dans leur environnement régional.

Un commissaire au développement endogène pour la Réunion
A ce titre, le ministère de l'outre-mer précise que "les commissaires feront le lien entre les pouvoirs publics, locaux et nationaux, et le monde de l’entreprise en veillant particulièrement aux TPE/PME. Ils apporteront une aide concrète aux entreprises et aux filières dans leur démarche de développement à l’export. Les commissaires étudieront également les conditions du développement endogène par territoire".

M-L Penchard : "Le développement économique des territoires d'outre-mer ne réside pas dans un lien unique avec la métropole"


Pour parvenir à lancer cette démarche innovante, un fonds d’étude doté de 2 millions d’euros a été acté dans le budget 2011 rappelle le ministère.

Entourée des trois commissaires, Marie-Luce Penchard a déclaré que "chaque commissaire a reçu pour mission (...) de structurer les filières pour créer les conditions de réussite du développement endogène. Le développement économique de ces territoires ne réside pas dans un lien unique avec la métropole, mais bien dans leur capacité à valoriser leurs économies pour conquérir de nouveaux marchés dans leur environnement régional".

L'installation des trois commissaires est attendue dans les prochains jours.

---------
Les trois commissaires :
Bertrand Coûteaux, commissaire pour la Réunion et Mayotte,
Christian Claudon, commissaire pour la Guyane,
et Jean-Rémy Cauquil, commissaire pour les Antilles.

Rappel :
Ce que préconisait le Conseil interministériel de l'outre-mer en novembre 2009 sous son titre : "Etre acteur d’un développement endogène et durable" :
"Prolongement logique des principes d’identité et de responsabilité, cette aspiration revêt une double dimension : d’une part, elle traduit la volonté locale de jouer un rôle actif dans un processus de revitalisation économique perçu comme capital et urgent ; d’autre part, elle exprime la qualité d’un développement conçu comme endogène et durable. Par là-même, il s’agit de favoriser une formule de développement susceptible de réduire l’extrême dépendance économique des outre-mer tout en répondant au défi de concilier la protection et la mise en valeur de l’environnement".
Mercredi 24 Novembre 2010 - 07:50
Ludovic Grondin
Lu 1810 fois




1.Posté par citoyen le 24/11/2010 08:07
Trois pattes de plus à graisser....

2.Posté par Cambronne le 24/11/2010 08:11
Encore une invention théodolite Jacobine qui ne sert à rien, une continuité dans l' infection exogène...surtout n'oubliez pas le mot durable et HQE svp

Surtout lorsqu'il est question de favoriser une pseudo formule de développement susceptible de réduire l’extrême dépendance économique des outre-mer tout en répondant au défi de concilier la protection et la mise en valeur de l’environnement. fichtre en voilà une histoire pour endormir quelques énarques ...

3.Posté par obiwan le 24/11/2010 08:54
aller encore une ribambelle de hauts fonctionnaires grassement payés à rien foutre, j'espère au moins qu'ils prendront des jeunes réunionnais diplomés et en galère dans leur équipe, si ils veulent vraiment favoriser le développement endogène ils devraient commencer par là !!

4.Posté par CIMENDEF le 24/11/2010 09:03
Commissaire au développement endogène !!! mais où vont-ils chercher tout ça ?

5.Posté par unsurrémunérédeplus le 24/11/2010 10:01
Et c'est quand la version exogène du développement ?

Quand La Réunion pourra vendre ses produits à Maurice ou à Madagascar les gallinacés péi auront des dents. Et notre octroi de mer dans tout ceci ?

Gare à ce que le Couteaux ne devienne rasoir !

6.Posté par Cambronne le 24/11/2010 10:55
4.Posté par CIMENDEF le 24/11/2010 09:03
Commissaire au développement endogène !!! mais où vont-ils chercher tout ça ?

Mais mon cher ami c'est pourtant simple comme le KGB dans ex URSS vu que tous ces crétins n'ont aucune solution de relance ils s'inventent donc des trucs comme des commissions à la con qui ne servent à rien sauf pour dire qu'ils œuvrent pour notre bien ensuite l'on ne vienne pas nous raconter des histoire que ce pays n'est pas du Jacobinisme...

7.Posté par ou y'a de l'ando-gène....y'a pas de plaisir ! le 24/11/2010 11:23
Et pendant ce temps des projets locaux privés ne trouvent pas d'argent pour se financer !
La seule entreprise qui a de l'avenir à la Réunion ?......The Fonx Unlimited Crooks Associated !
Le FUCA !

8.Posté par Citoyen révolté le 24/11/2010 11:29
C'est ce que réclame la "société civile" réunionnaise depuis des années! Allez voir les notes d'étude du CESER (devenu CESER on ne sait pas encore pourquoi), c'est mot pour mot ce qui y est dit. Sauf qu'il n'était pas prévu que ce soit un 'ambassadeur' parachuté de Paris pour le mettre en oeuvre....!!! Les réunionnais sont assez adultes pour le faire eux-mêmes, ils ne demandent que l'autorisation de l'Etat et les 'moyens'.

9.Posté par zorbec le 24/11/2010 12:59
Post. 4 et 6
Ca date très précisément du premier septennat de François Mitterrand, alors qu'Edith Cresson était ministre de l'Agriculture : en visite sur notre île, elle avait "promis" de tout mettre en oeuvre pour réduire le déficit commercial de La Réunion d'au moins de moitié au terme du septennat. On sait ce qu'il advint de cette "promesse". Trente ans après, Nicolas Sarkozy l'a répété lors de son court séjour sur l'île l'an dernier. C'est cela la continuité de l'Etat ! Mais le déficit ne s'est pas réduit pour autant....

10.Posté par Caton2 le 24/11/2010 13:55
Cambronne. Rapalje, excellent! Tout ce que j'aime. Oui post 7, vive le FUCA. Comme la dragée éponyme il donne la chiasse! Le fonx est lui même un virus endogène. 2 millions d'euros pour financer des études inutiles! Comme il est dit post 7 "pendant ce temps des projets locaux privés ne trouvent pas d'argent pour se financer ! " Ce gars va pantoufler ici tranquillement jusqu'à la retraite. Il devait sans doute gêner quelqu'un à Paris. Il pondra un rapport qui nécessitera de nouvelles études, et ainsi de suite. Un bel exemple de développement endogène de la technique de l'argent foutu en l'air!

11.Posté par Cambronne le 24/11/2010 15:11
10.Posté par Caton2 le 24/11/2010 13:55

Merci Rapalje eux au moins il porte le kilt lol
et n'ont pas besoin d'avoir des breloques Jacobines
d'Officier de l’Ordre National du Sénégal
d'Officier de l’Ordre National de Madagascar
bref sans compter Chevalier de l’Ordre National du Mérite en France.l'on se demande comment ,
il ne lui manque plus qu'une distinction « pour combler le manquement à l'honneur d'un énième fonctionnaire pétant dans la soie », le titre honorifique de docteur honoris causa...
tant qu'à faire pourquoi reconnaitre le mérite du bourg qui devait s'emmerder grave sur Paris alors ils lui ont trouvé une occupation , prestigieuse digne de son rang ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales