Société

Un colloque pour que nos territoires se préparent au changement climatique

Tous les pays de la zone océan Indien sont concernés par l’impact de la dégradation climatique et ses conséquences. Il est impératif de mettre en commun les moyens et les solutions. C’est dans cet objectif qu’une démarche régionale est engagée dans le domaine de l’adaptation au changement climatique.

Le colloque Acclimate se tient depuis le 12 décembre, jusqu'à ce soir. Il porte sur l’adaptation au changement climatique de portée internationale. Sont invités des experts des services météorologiques, des ministères de l’environnement et des ONG des 5 pays de la COI et des pays limitrophes (Tanzanie, Zanzibar, Mozambique, Kenya).


Un colloque pour que nos territoires se préparent au changement climatique
Région et COI (Commission de l'océan Indien) organisent un colloque qui se tient actuellement sur l'adaptation au changement climatique dans les îles du Sud-Ouest de l'océan Indien.

Ce colloque a pour ambition de livrer des recommandations pour mettre en oeuvre une stratégie régionale d'adaptation au changement climatique. Du fait de leur caractère insulaire, les Etats membres de la COI (France/Réunion, Union des Comores, Madagascar, Maurice et Seychelles), partagent une vulnérabilité particulière aux impacts du changement climatique.

Du coup, dans un futur plus ou moins proche, on craint que les populations des îles de la COI soient confrontées à des phénomènes météorologiques plus intenses (cyclones, inondations, sécheresses,…), à la salification des terres et réserves d'eau douce, à la propagation plus rapide des maladies infectieuses (paludisme, chickungunya, dengue,…), à l'accélération de l'érosion des terres agricoles, aux glissements de terrains et au blanchissement des coraux.

Le projet Acclimate a été conçu pour renforcer la capacité d'adaptation de la COI et de ses Etats membres. Il a débuté ses activités en 2008 pour une durée initiale de 3 ans, puis étendue jusqu'à fin 2012.

Il a notamment permis de préciser les tendances climatiques régionales de ces 40 dernières années ou encore d'analyser par pays les vulnérabilités de 12 secteurs prioritaires.
Vendredi 14 Décembre 2012 - 07:52
.
Lu 578 fois




1.Posté par Lionel Tilmont ♝ le 14/12/2012 10:21
Tanzanie, Zanzibar, Mozambique, Kenya en gros que des états qui n'arrivent même pas à se gouverner eux-même, on ira très loin comme ça, l'OCI ne sert à rien.
L'un des facteurs les plus aggravants concernant le réchauffement climatique est la surpopulation mais bien entendu ce sujet ne sera pas abordé. Quant à la propagation des maladies infectieuses elle est directement liée à la circulation des hommes et des marchandises végétales, si il n'existait pas de liaisons entre la Réunion, Mayotte et Madagascar il n'y aurait pas eût de crise du chickungunya.
La Réunion avait éradiqué la plupart des maladies tropicales comme le paludisme, introduit en 1876 et enrayé en 1979, mais en laissant les portes ouvertes de la sorte ce pourrait bien être la prochaine épidémie envoyée par les "amis" de la zone Océan Indien. La seule solution est le rétablissement de quarantaine pour les bêtes et les hommes et la réduction drastique des échanges aériens dans la zone. Pour le volet surpopulation le respect immédiat de la résolution de l'ONU 3385 serait un bon début.
On peut rêver.

2.Posté par Constat le 14/12/2012 12:59
@ 1.Posté par Lionel Tilmont ♝
Vous m'avez, involontairement bien sûr, enlevez les mots de la bouche. Je me permets toutefois de modifier le contenu du premier alinéa de l'édito : " Tous les élus devraient se sentir concernés par l’impact de la dégradation du climat social actuel à la Réunion et ses conséquences. Il est impératif de mettre en commun les moyens et les solutions afin d'enrayer le mécanisme lié à cette libre circulation des hommes de Mayotte, des Comores, de Madagascar... à la Réunion. C’est dans cet objectif qu’une démarche nationale et régionale devrait être engagée.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales