Santé

Un colloque pour explorer les pistes d'accompagnement des enfants autistes


une séance d'apprentisage intensive avec une éducatrice au SACS
une séance d'apprentisage intensive avec une éducatrice au SACS
Approfondir les méthodes existantes pour l'accompagnement de l'enfant autiste : le colloque que l'association "Autisme Bel Avenir" organise début décembre promet de dresser l'état des lieux du sujet de l’autisme à La Réunion, abordera le thème de son accompagnement familial sans oublier le volet de l'intégration scolaire de ce public.

Les différents contenus développés au cours de cette manifestation visent, essentiellement, à mettre en perspective les bénéfices et les exigences de la mise en œuvre des méthodes comportementales du type ABA en institution ou en milieu scolaire auprès de ces enfants.

Le programme ABA (Analyse Appliquée du Comportement) est actuellement le plus efficace auprès des enfants ayant un trouble envahissant du comportement (TED). Il peut aider certains à apprendre à un rythme suffisamment rapide pour rattraper les connaissances et habiletés de leurs pairs au développement normal. L'ABA maximise le temps d'enseignement en réduisant le temps consacré à des activités non productives comme l’auto-stimulation et les comportements non fonctionnels. Pour comparer, les enfants à développement typique apprennent de nouvelles choses durant leur temps d'éveil en jouant ou en observant les adultes autour d'eux. Les enfants TED peuvent accumuler du retard dans leur développement lorsqu'ils sont livrés à eux même sans chercher à imiter les personnes autour d'eux.

L'association "Autisme Bel Avenir", présidée par l'ex-sénatrice Gélita Hoarau, qui a elle-même un enfant est autiste, a été créée en 2007, à l’initiative de parents. Depuis, l’association Autisme Bel Avenir assure à La Réunion une prise en charge globale (environnement familial, social, éducatif) des enfants et adolescents atteints de troubles envahissants du développement par une approche comportementale ABA.

Outre les contributions des professionnels de l’association, plusieurs conférences majeures seront ouvertes au public. Elles seront dispensées notamment par Karine Alt, docteur en ethnologie et titulaire d’un Master en ABA, Lydie Laurent, professeur spécialisé auprès des enfants porteurs d’autisme, formatrice ASH spécialisée dans la méthode ABA et intervenante en milieu scolaire.

L'association aura aussi l'honneur de compter parmi ses intervenants du champ institutionnel, le recteur de l’Académie, le DGA de l’ARS et un représentant du Centre de Ressource Interrégional de l’autisme. Ces partenaires devront apporter des éclairages sur les aménagements à mettre en œuvre pour faciliter le développement des personnes autistes ainsi que leur intégration sociale et scolaire.

------
Les 2, 3 et 4 décembre 2013 à Tamarun à la Saline-les-Bains :

Journée du 02 décembre - Autisme : état des lieux  (8h30-17h00)
Autisme, état des connaissances, profil cognitif, tableau clinique et manifestations comportementales
Plan autisme, Recommandations de la HAS
Diagnostic et prévalence
Présentation de l’ABA/VB

Journée du 03 décembre - Autisme, ABA et habilités parentales (9h00-17h00)
L’éthique en Analyse Appliquée du Comportement
Présentation du SACS/Illustration du travail intensif
Présentation d’un programme de formation aux habilités parentales pour les parents d’enfants avec un TSA
L’ABA, le travail en environnement naturel

Journée du 04 décembre – Autisme ABA et scolarité (9h00-17h00)
Etat de la scolarisation des enfants avec handicap sur le département
L’approche ABA Montessori au bénéfice des élèves avec autisme
Mise en place d’un soutien scolaire spécifique au sein d’un centre expérimental ABA

Gélita HOARAU (au centre), présidente d'Autisme Bel Avenir, en compagnie de (de g. à dr.) Emmanuel TALERIEN, Mohamed BOUCHIKHI, Pamela VALLIAME, et du directeur du SACS, Jacques PELLIER
Gélita HOARAU (au centre), présidente d'Autisme Bel Avenir, en compagnie de (de g. à dr.) Emmanuel TALERIEN, Mohamed BOUCHIKHI, Pamela VALLIAME, et du directeur du SACS, Jacques PELLIER
Mercredi 27 Novembre 2013 - 00:13
.
Lu 1126 fois




1.Posté par torlad le 27/11/2013 08:51
SACS : 10 éducateurs, 2 psychologues pour un peu plus de 10 enfants pris en charge. Financement par Veolia.

112 places en pedopsychiatrie au lieu des 800 recommandés pour la population réunionnaise.

Le Master ABA n'est pas dispensé par une université mais par les assos pronant leur méthode (aBA, teach, controversé par les professionnels).

C'est peu être pour cela que ce genre de colloque se tiens hors les murs de faculté et loin des professionnels du champs psychique qui savent les meffets de tels méthodes.

Le troisième plan autisme est très critiqué par ailleurs.

2.Posté par Amanda le 27/11/2013 21:57 (depuis mobile)
Aba n est pas que pour des personnes autiste ou TED. Les techniques peuvent être utilisée avec tout public. Ce qui dérange les " professionnels du champs psychique" c est qu on arrive à un résultat qui peut être très rapide sans donner de médicaments

3.Posté par Amanda le 27/11/2013 21:58 (depuis mobile)
Des formations aba sont faites par notamment l université de Lille 3. Elle forme les psychologues et les éducateurs.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales