Politique

Un collectif réunionnais contre le pacte européen : "La règle d’or est une règle de mort"


Le pacte européen de stabilité budgétaire commence à faire des vagues et susciter de vives réactions politiques sur l’île.
 
Plusieurs organisation syndicales (FSU,CGTR, Sud Education), partis politiques (Parti de Gauche, NPA Réunion) et associations ( Attac Réunion, Agir contre le chômage, Alliance des Réunionnais contre la Pauvreté) veulent unir leurs forces vives, pour dire non à la ratification du traité européen.
 
Ce traité, négocié dans sa première mouture par Nicolas Sarkozy, puis amendé avec un pacte de croissance à la clé par François Hollande, met en place une règle d'or de discipline budgétaire, qui limite le déficit structurel à 0,5% du PIB.
 
Pour ce rassemblement hétéroclite brassant tous les mécontents de l’île, la pilule est amère. Le collectif veut se faire entendre sur ce sujet "crucial pour les Réunionnais".
 
"On va aussi taper dans les caisses des collectivités locales"
 
Pour Marie Hélène Dor, secrétaire départementale de la FSU "ce pacte va inscrire dans le marbre les cures d’austérité et on va forcément taper dans les fonds publics, en réduisant le fonctionnement des services publics. A terme ce sont des postes qu’on va supprimer. Et on va aussi taper dans les caisses des collectivités locales, premières pourvoyeuses d’emploi sur l’île. Ce traité injuste va impacter l’emploi et le chômage augmentera. Entre les deux moutures du pacte, c’est du pareil au même" s’insurge-t-elle.
 
Pour Yvan Hoareau, la ligne d’attaque frontale est la même que sa camarade de lutte. "Il y a aujourd’hui une urgence sociale et ce traité va impact a nou car la crise est devant nous, avec cette politique d’austérité et de rigidité. C’est une politique vraiment imbécile" proteste le secrétaire général de la CGTR.
 
"La règle d’or est une règle de mort"
 
Et Jean-Hugues Savigny, sous la bannière du Parti de Gauche, d’emboîter le pas à son compagnon de route, pour dire non et encore au traité européen. "Oui, c’est une politique imbécile, car cela va tuer l’activité et créer la récession".
 
Pour Jean-Pierre Técher président de l’association Agir contre le chômage, "la règle d’or est une règle de mort et avec ce traité on trompe l’opinion et on le manipule, en lui faisant croire que c’est pour son bien. Le pouvoir de Bruxelles et de ses technocrates et les milliardaires capitalistes veulent nous étouffer et nous tuer, comme on amène un troupeau à l’abattoir" conclut-il avec véhémence.
 
Après la polémique tuée dans l’œuf, de deux ministres écologistes du gouvernement socialiste de Jean-Marc Ayrault, alors que leur parti, Europe Ecologie-Les Verts, s'est prononcé contre le traité européen. Et le feu de protestation qui couve en interne au PS, avec 20 ou 30 parlementaires, qui ne voteraient pas le texte in fine.

La Réunion n’est également pas en reste. Ce front de mécontents réunionnais compte interpeller très rapidement les parlementaires réunionnais sur cette question, et appelle au rassemblement dimanche prochain sur le parvis des Droits de l’Homme de Saint-Denis à partir de 9 heures.
Mercredi 26 Septembre 2012 - 17:13
Fabrice François
Lu 1240 fois




1.Posté par ndldlp le 26/09/2012 17:45
la règle d'or est une bonne règle.
les solutions keynesiennes de déficit budgétaire ont démontré leurs limites.

il est temps d'avoir une règle de gestion saine, qui contraint les Etats et les collectivités locales à ne pas dépasser l'insoutenable.

posons la question à ces agents économiques consommateurs, de savoir si à titre personnel, ils sont en découverts à la fin de chaque mois...à coup sûr non.

2.Posté par ndldlp le 26/09/2012 17:46
ah !! j'avais pas lu JHS...celui qui taxe avant de s'assurer que les contribuables ont les moyens...

faut que ces imbéciles arrêtent de délirer.

3.Posté par noe le 26/09/2012 17:48
Cette règle d'or est nécessaire pour donner confiance à ceux qui nous prêtent de l'argent !

Emprunter c'est bien mais rembourser c'est mieux !

« Ah ! Qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de vous. »
Michel CARRE



4.Posté par Caton2 le 26/09/2012 19:56
JHS: "Oui, c’est une politique imbécile, car cela va tuer l’activité et créer la récession".
Plus imbécile que de se mettre délibérément en situation de faillite? L'État providence c'est fini JHS!

5.Posté par jemma le 26/09/2012 20:18
Deux remarques s'imposent: mais où étaient lors des votes en faveur de la création de cette Europe là ceux qui, aujourd'hui, s'étonnent de son mode de fonctionnement? La dérive de certains pays comme la Grêce, l'Espagne, l'Italie et sans doutre bientôt la France n'est pas simplement dû à l'endettement croissant de ceux-ci mais aussi au phénomène amplifiant de la monnaie unique européenne: une monnaie voulue trop forte à sa création a enfoncé davantage les pays plus faibles de la commnauté !

6.Posté par J.Claude Barret du MAR le 26/09/2012 21:27
Toutes ces volailles la kour koloniyal qui crient contre le TSCG, pas plus une que l'autre, ils ont tous appelé à virer Sarkozy et à voter pour le candidat du changement. Aujourd'hui que le changement arrive avec un président normal, ils caquètent, vocifèrent, braillent, et appellent les réunionnais à manifester. Pourquoi maintenant, alors que le MAR, dès le 12 avril avait déjà donner l'alerte dans un communiqué pour briser le silence , sur cette fameuse règle d'or, d'autant que Sarko s'en ventait et disait, que quelque soit le résultat des élections, cette règle d'or sellée dans le marbre. serait appliquée. Voici quelques déclarations consigne donnée aux sénateurs : « Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, a appelé aujourd'hui les sénateurs socialistes à s'abstenir lors du prochain vote au Sénat sur le Mécanisme européen de stabilité (MES) ratifié ce mardi 21 02 par l'Assemblée nationale où le PS s'est abstenu pour permettre le passage du texte. "J'estime que notre famille politique doit rester unie sur cette question", a déclaré le député socialiste du Doubs ( Pierre Moscovisi) lors d'un point de presse organisé avant un meeting à Limoges. "C'est pour cette raison que je souhaite que cette abstention (...) soit portée jusqu'au Sénat par les représentants du PS".

"Le parti socialiste a toujours estimé que le MES était nécessaire car mieux doté que le Fond européen de stabilité financière, mais aussi capable d'agir plus rapidement. Devant ce constat, nous ne pouvons pas voter contre, a expliqué M. Moscovici. "Toutefois, nous estimons que le dispositif en l'état est insuffisant, donc si nous votons +pour+, c'est un mauvais signal que nous risquons d'envoyer", a-t-il poursuivi." Bé mi konpran pa, zot i pran réniyoné pou dé kouyons - uniquement pou serve zot aura. Du malheur qui frappe les réunionnais depuis 66 ans, vous n'en avez manifestement rien à foutre.Pour raflaichir la mémoire, l'alerte que nous avons donné le 12 avril a été publié dans la presse, ci_joint le lien.
http://www.zinfos974.com/Point-de-vue-du-Mouvman-Antikoloniyalis-Reniyone-sur-Les-Presidentielles_a40248.html -
Certains d'entre vous l'ont reçu directement et vous vous réveillez que maintenant. Disons que vous avez laissé passé la période électorale, et qu'aujourd'hui que le danger de l'austérité, de la casse sociale avec un gouvernement de "gauche normal" arrive à grand pas, vous faites semblant de découvrir les menaces qui pèsent sur les travailleurs, les retraités, et aussi les chômeurs, sur la santé, sur l'enseignement, sur toutes la population qui seront amené à connaître le même sort que les Grecs, les Espagnols ou les portuguais - et c'était des premiers ministres SSocialistes qui commencèrent à appliquer les premiers plans d'austérité. Arète enfume domoune, dite la vérité
Wala in ote liyin ki explike kosa ilé le TSCG.
http://reveilcommuniste.over-blog.fr/article-trois-textes-europeens-pour-mettre-a-bas-les-souverainetes-nationales-par-andre-gerin-101906294.html
Les travailleurs réunionnais ne sont pas là pour vous servir de faire valoir, zot toute la apèle à vote pou Hollande, konm di kréol, mintenan GOUTE lo fromaz Hollande qui veut fé in gèr konm Sarko. Zot i koné bonet blanc, blanc bonnet inn fwa zot lé élu....

7.Posté par Tanbi le 26/09/2012 21:28
Oui c'est bien l'heure de vérité : à genoux devant le marché et les banques comme la Grèce !

Ces banques qui empruntent à 0 et revendent aux états à des taux qui font leur dettes...Et après ce sont les petits qui doivent payer !!!!!!!!!!!!!!!!

Assez d'enculaç*** . Viva la Révolu***çion !

8.Posté par Caton2 le 26/09/2012 22:10
7. Hallucinant! On en est arrivé à un point où le fonx sur rémunéré à l'emploi garanti veut pousser les précaires et les chômeurs à faire la révolution pour garder ses privilèges! Au secours!

9.Posté par Gajik le 26/09/2012 23:17
Evidemment, l'UMP va voter comme un seul homme pour la règle d'or de Hiollande-Sarkozy, puisque le PS est une alternative de sauvetage de la politique de Sarkozy avec exactement la même ligne pour nous le mettre dans le derrière comme ils l'ont toujours fait.

Avec un ex dirigeant de Goldman-Sax à la BCE, "élu" (!) par les 27 présidents mafieux des pays européens, et cette mafia socialiste au pouvoir, on comprend vite que ce "traité" d'enculés va passer. Il n'y a qu'une solution, une insurrection globale et la pendaison pour les parrains qui ont pris tous les pouvoirs en France grâce à l'insondable connerie des français, des veaux qui votent pour leurs bouchers ! Et merde !

10.Posté par coco de lo le 27/09/2012 06:02
la monnaie unique est indispensable pour aller vers le federalisme...la lutte contre l'inflation un imperatif.

11.Posté par J.Claude Barret du MAR le 27/09/2012 07:38
Les députés de "gauche" sur consigne de leur parti vont voter le TSCG avec la droite, il y aura certains grincements de dents, mais leurs "camarades" au pouvoir ne leur laisseront pas le choix. Ils doivent se plier aux diktats de la troïka mafieuse qui a déjà saigné les peuples d'Afrique. Les organisations françaises appellent effectivement à manifester le 30 septembre à Paris - "Pour un référendum", i fé plis "démokratik" . Qu’on se rappelle comment les travailleurs ont été cocufiés par les élus socialistes au Congrès de Versailles. Ils se sont assis "démocratiquement" sur le vote NON lors du référendum du 29 mai 2005. Peut- on encore leur faire confiance? Ne serait il pas plus logique de demander aux députés de ne pas voter cette loi meurtrière contre les peuples d'Europe?.D’autant que nous voyons ce qui se passe en Grèce, en Espagne au Portugal, les médias parlent, mais sans dire que cette règle d'or de Merkozy, sert uniquement à sauver les banques qui ne cessent de spéculer. Mwin la anvi de dire ke lé promèss ban SSosialis lé konm in koutpèt dann lo. Les premières victimes de cette loi seront manifestement les plus pauvres, les retraités qui ont vu leurs retraites diminuées de 25% en 20 ans, et cela depuis que nos "camarades socialistes" ont subtitué l'indexation des retraites sur les salaires, par l’indexation sur les prix. Leur maigres revenus seront une fois de plus raboté, Marisol Touraine a déclaré sur Europe1 " les retraités ne sont pas intouchables " -Pour compenser les réductions de charges sociales des entreprises (ils vont voler la partie différée du salaire des travailleurs) La CSG ( création de l'autre socialiste Rocard) va augmenté, il y aura même un impôt écologique. A ce propos J. Marc Ayrault - "j'ai la conviction que nous pouvons construire une fiscalité écologique qui soit juste socialement, qui favorise la croissance économique, qui améliore aussi la compétitivité de nos entreprises et qui garantisse le financement de notre protections sociale".( i fé rire la bouss, kan nouwa koman lé zantrepriz i ferme inn deriyère lote PSA, Arcelor Mital, Doux, Sanofi etc.. ) Ils veulent trucidé la sécurité sociale de 1946 que se sont donner les travailleurs à la libération. Le MEDEF se réjouit et" partage l'objectif général", mais laisse entendre que le gouvernement peut faire mieux.
Ici à la Réunion, les moutons moutonnent et bêleront sur les parvis de Champfleury ( mi rofize di droit de l'homme!!! ), mais leurs organisations mères, ont déjà décidé malgré leurs contorsions du Q pour tromper la population, de voter, avec l'appui de la droite Sarkozyenne ( déclaration de J.F Coppé) le TSCG. Toutes les organisations dites de gauche y participeront. Il est peut-être déjà temps de préparer les prochaines manifestations pour l’abrogation du TSCG, uniquement pou enfume les réunionnais.

12.Posté par Tanbi le 27/09/2012 20:51
8. Hallucinant!

On en est arrivé à un point où le défenseur des banquiers cherche un bouc émissaire pour éviter la révoluçion salutaire.

A mort les banquiers !!!!

13.Posté par Caton2 le 27/09/2012 22:10
12. Je voudrais voir les fonxs de la Réunion faire la révolution! Mon pauvre Tanbi, lorsque j'ai ri en lisant votre post, j'ai immédiatement imaginé les rires qu'il a déclenché, surtout chez vos potes sur rémunérés... Peut-être même qu'il a fait rire Bertel!
PS: ne tuez pas votre banquier sans réfléchir!.Il vous aime...Voyez vous un banquier ça aime principalement les gens dont le revenu est garanti par l'État. Alors, pensez à vos investissements immobiliers et aux prêts à taux préférentiel qu'il vous a consenti en tant que fonctionnaire. Vous ne pouvez quand même pas tout payer cash!

14.Posté par Tanbi le 28/09/2012 08:56
Commencez à serrer les fesses c'est dejà parti en Espagne et en Grèce... L'année prochaine en France...

Vous ferez moins le malin...vous et les vrais profiteurs... car vous avez certainement plus à perdre que moi...

15.Posté par Caton2 le 28/09/2012 11:31
Donc vous comptez regarder et compter les points? C'est vachement courageux comme attitude! Et puis, qui vous dit que c'est pas la fonction publique qui sera obligée d'en rabattre en premier? Il faudra bien trouver l'argent quelque part! Moi aussi j'attends ce moment avec impatience! Je ne crains rien des indignés parce que voyez-vous, je ne suis pas leur cible. Tout faux encore, Tanbi.

16.Posté par Tanbi le 28/09/2012 16:36
15

Bon , bin on le fera ensemble camarade !!!

17.Posté par Tanbi le 28/09/2012 17:54
Espérons que ceux qui appellent de leur voeux la règle d'or ne feront pas la gueule quand il s'agira de passer à la caisse. Car il va falloir cracher de l'impôt mes amis pour tenir les engagements de cette règle d'or.

Moralité, dans une Europe déjà en récession, demander à ses citoyens de se serrer encore plus la ceinture provoquera une dépression durable et générale comme cela se passe en Grèce.

Vouloir atteindre l'équilibre budgétaire dans un tel contexte est une grosse conn****.

Les citoyens vont moins consommer, donc il y aura moins de croissance, donc plus de chômage et de pauvreté, donc encore moins de consommation, donc encore plus de chômage etc...etc...


18.Posté par Caton2 le 28/09/2012 18:55
17 Il faut réduire les dépenses publiques!

"(Le choix de Hollande) revient à poursuivre les politiques consistant à ajuster les moyens au niveau sans cesse croissant des dépenses, sans jamais y parvenir tout à fait ni s’interroger sur la pertinence des dépenses engagées. Politiques qui ont entrainé une montée concomitante du niveau de la dette et des prélèvements obligatoires, jusqu’à ce jour où la France fait course en tête en matière de prélèvements (43,9% du PIB en 2011, soit environ 4 points de plus que la moyenne de la zone euro), de dépenses publiques (56% du PIB en 2011, soit environ 6 points de plus que la zone euro) et de déficits (5,2% du PIB en 2011 contre 4,1% dans la zone euro).

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, cette stratégie devrait se solder par un échec, et très vite, la question d’un redimensionnement global de la dépense publique se posera à nouveau. Librement si le gouvernement a la sagesse d’en prendre rapidement l’initiative, sous la contrainte de nos créanciers s’il décide d’attendre. Quels en seront les contours ?

Le premier impératif consistera à étendre les mesures d’économie à toutes les administrations et à toutes les natures de dépense.

A toutes les administrations d’abord. Les réformes engagées jusqu’à présent ont porté sur les effectifs de l’État (au travers du « 1 sur 2 ») et sur ses autres dépenses de fonctionnement. Nécessaires et courageuses, ces mesures ont toutefois réussi la contreperformance d’apparaître à la fois très dures et peu efficaces, leur champ ayant été extrêmement limité. Elles ne portaient en effet que sur 37 % des dépenses des administrations centrales, qui ne représentent elles-mêmes que… 27 % de la dépense publique !

Pour peser véritablement, ces mesures doivent non seulement être poursuivies, mais surtout être étendues à la plupart des opérateurs de l’Etat, aux collectivités territoriales et aux administrations de sécurité sociale. Tout le secteur public doit être mis à contribution. A titre d’exemple, l’application du « 1 sur 2 » aux administrations locales au cours du quinquennat aboutirait à la suppression de 100 000 emplois publics environ, soit une économie annuelle supérieure à 3 Mds€ en année pleine.
A toutes les natures de dépense ensuite. Les dépenses de transfert (l’ensemble des prestations sociales, subventions aux ménages et aux entreprises qui forment le cœur de notre « modèle social ») ont été largement épargnées par les réformes (à l’exception notable des dépenses de retraite), alors même qu’elles représentent plus de la moitié de la dépense publique (607 Mds€ en 2010) et 80 % de l’accroissement de celle-ci sur la période 1978-2010. On voit difficilement comment une stratégie de réduction des dépenses pourrait prospérer sans s’attaquer à ces transferts."

(source: http://www.atlantico.fr/decryptage/desendetter-france-pari-impossible-sans-reduction-massive-depenses-publiques-mael-calan-matthieu-schlesinger-et-pierre-emmanuel-440114.html?page=0,1)

19.Posté par Tanbi le 28/09/2012 21:29
18.

Bin dites donc vous n'avez pas honte de faire endosser le bilan de votre copain Nico à François... C'est un peu gros doigt votre démonstration copié-collé.

Celui que vous défendez a quandmême augmenté de 600 milliards le déficit...Excusez du peu

Disons Georges Busch après Bill Clinton....C'est la droite de tout temps qui toujours dépense trop...parce que jamais accusé de ça...TROP FACILE !!!

Donc le socialo est contrait de jouer les pères la rigueur...

D'où tapis rose à Marine LE PEN en 2017...

Moi je ne serai plus là j'espère pour assister à une telle horreur politique... économique...et surtout écologique.


20.Posté par vieutang412 le 07/10/2012 19:04
Le pouvoir a déjà changé de mains

Les véritables maîtres du monde ne sont plus les gouvernements, mais les dirigeants de groupes multinationaux financiers ou industriels, et d'institutions internationales opaques (FMI, Banque mondiale, OCDE, OMC, banques centrales). Or ces dirigeants ne sont pas élus, malgré l'impact de leurs décisions sur la vie des populations.

Le pouvoir de ces organisations s'exerce sur une dimension planétaire, alors que le pouvoir des états est limité à une dimension nationale.

Par ailleurs, le poids des sociétés multinationales dans les flux financiers a depuis longtemps dépassé celui des états.

A dimension transnationale, plus riches que les états, mais aussi principales sources de financement des partis politiques de toutes tendances et dans la plupart des pays, ces organisations sont de fait au dessus des lois et du pouvoir politique, au dessus de la démocratie.

Les chiffres d'affaires de certaines multinationales, comparés avec le PIB des états. Elle, en dit long sur la puissance planétaire que ces sociétés sont en train d'acquérir.

Une puissance toujours plus démesurée, du fait de l'accélération des fusions entre multinationales.

Il nous reste :
L'illusion démocratique

La démocratie a déjà cessé d'être une réalité.


Les responsables des organisations qui exerçent le pouvoir réel ne sont pas élus, et le public n'est pas informé de leurs décisions.

La marge d'action des états est de plus en plus réduite par des accords économiques internationaux pour lesquels les citoyens n'ont été ni consultés, ni informés.

Tous ces traités élaborés ces cinq dernières années (GATT, OMC, AMI, NTM, NAFTA) visent un but unique: le transfert du pouvoir des états vers des organisations non-élues, au moyen d'un processus appelé "mondialisation".

Une suspension proclamée de la démocratie n'aurait pas manqué de provoquer une révolution. C'est pourquoi il a été décidé de maintenir une démocratie de façade, et de déplacer le pouvoir réel vers de nouveaux centres.

Les citoyens continuent à voter, mais leur vote a été vidé de tout contenu. Ils votent pour des responsables qui n'ont plus de pouvoir réel.

Et c'est bien parce qu'il n'y a plus rien à décider que les programmes politiques de "droite" et de "gauche" en sont venus à tant se ressembler dans tous les pays occidentaux.

Pour résumer, nous n'avons pas le choix du plat mais nous avons le choix de la sauce. Le plat s'appelle "nouvel esclavage", avec sauce de droite pimentée ou sauce de gauche aigre-douce.

Stratégies et objectifs pour le contrôle du monde


Les responsables du pouvoir économique sont quasiment tous issus du même monde, des mêmes milieux sociaux. Il se connaissent, se rencontrent, partagent les mêmes vues et les mêmes intérêts.

Ils partagent donc tout naturellement la même vision de ce que devrait être le monde idéal futur.

Il est dès lors naturel qu'ils s'accordent sur une stratégie et synchronisent leurs actions respectives vers des objectifs communs, en induisant des situations économiques favorables à la réalisation de leurs objectifs, à savoir:

Affaiblissement des états et du pouvoir politique. Déréglementation. Privatisation des services publics.

Désengagement total des états de l'économie, y compris des secteurs de l'éducation, de la recherche, et à terme de la police et de l'armée, destinés à devenir des secteurs exploitables par des entreprises privées.

Endettement des états au moyen de la corruption, des travaux publics inutiles, des subventions données aux entreprises sans contrepartie, ou des dépenses militaires. Lorsqu'une montagne de dettes a été accumulée, les gouvernements sont contraints aux privatisations et au démantèlement des services publics. Plus un gouvernement est sous le contrôle des "Maîtres du Monde", et plus il fait augmenter la dette de son pays.

Précarisation des emplois et maintien d'un niveau de chômage élevé, entretenu grâce aux délocalisations et à la mondialisation du marché du travail. Ceci accroît la pression économique sur les salariés, qui sont alors prêts à accepter n'importe quel salaire ou conditions de travail.

Réduction des aides sociales, pour accroître la motivation du chômeur à accepter n'importe quel travail à n'importe quel salaire. Des aides sociales trop élevées empêchent le chômage de faire pression efficacement sur le marché du travail.

Empêcher la montée des revendications salariales dans le Tiers-Monde, en y maintenant des régimes totalitaires ou corrompus. Si les travailleurs du Tiers Monde étaient mieux rémunérés, cela briserait le principe même des délocalisations et du levier qu'elles exercent sur le marché du travail et la société en occident. Ceci est donc un verrou stratégique essentiel qui doit être préservé à tout prix. La fameuse "crise asiatique" de 1998 a été déclenchée dans le but de préserver ce verrou.




Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales