Politique

Un audit de KPMG “épingle” la gestion de JM Virapoullé à la Cirest

Le conseil communautaire de la Communauté intercommunale Réunion Est examine tout à l'heure à la salle du conseil de la mairie de Saint-André, le budget primitif de 2009. Le point principal de l’ordre du jour sera sans conteste les observations de l’audit du cabinet KPMG.


Philippe Leconstant a dit d’entrée : “Je ne suis pas là pour tirer sur la gestion de l’équipe précédente”. En fait, il n’en a pas besoin. Il lui suffit juste de lire les conclusions de l’audit du cabinet KPMG.
“Une gestion passée hasardeuse et un bilan catastrophique. Le non respect de l’annualité a entraîné l’insincérité des comptes sur les trois ou quatre dernières années”. Ainsi sur cette période, 1,8 million d’euros de factures, jamais financées mais payées, ont échappé aux différents exercices.
“Nous mettons en place dès cette année, un plan de redressement sur plusieurs exercices. Ce qui va bien sûr nous obliger à dégager des marges de manœuvres suffisantes pour les financer”, explique Philippe Leconstant, président de la Cirest.
Cela implique la hausse de la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères de trois points. Cette recette passe de 13 à 16 % et rapportera 1,62 millions d’euros en 2009. “Cela ne sera pas suffisant, car la Loi des finances 2009 nous prive d’un million d’euros et l’augmentation mécanique des charges de transports sera de 1, 2 million d’euros. Pour 2009, nous aurons un manque à gagner de 4 millions d’euros”, précise Philippe Leconstant.
L’audit pointe également du doigt une gestion “à la petite semaine”, et aussi “un recrutement de personnel pléthorique, sans aucune mesure avec les besoins de la Cirest”. A leur arrivée, la nouvelle équipe n’a pas renouvelé les contrats d’une centaine de personnes. Ce qui a divisé par deux l’effectif de la seule régie des transports.
Dans les semaines à venir, la Chambre régionale de la Cour des comptes devrait confirmer les conclusions de l’audit de KPGM.

Lundi 16 Février 2009 - 15:52
Jismy Ramoudou
Lu 1760 fois




1.Posté par MoA le 16/02/2009 16:27

Voilas où trouver les millions ! Pas un politique à ma connaissance ne se suffit de l'avis de la cours des comptes. Je ne comprend pas ce besoin systématique de recourir à de l'audit privé. Ne manque t-on pas d'inspecteur du travail ou de la concurrence ?

2.Posté par Super Choupette le 16/02/2009 19:21

Vraiment ce Leconstant. Incorrigible ! Je suis d'accord avec Moa. Combien a couté l'audit des comptes par KPMG ? (un des big Five !) Quelle est la crédibilité d'un audit commandé par la nouvelle présidence pour critiquer l'ancienne ?
Quel intérêt pour le contribuable alors qu'un rapport de la chambre régionale est attendu sous peu !
Lamentable encore !

3.Posté par ziskakan le 16/02/2009 20:16



Je ne comprends pas, virapoulet magouille, et leconstant, au lieu d'aller le lui réclamer , rattrape ses conneries sur la population?

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 16/02/2009 20:28

après les aventures de KPMG et les comptes de la commune de st benoît, venez découvrir les aventures de KPMG à la CIREST...!! et bientôt, les aventures de KPMG dans les SEM détenus par St Benoît et bien sûr, les audits encore à venir de kpmg au pays des associations bénédictines... Sacré KPMG, toujours là où il y a de l'argent à prendre...!!

5.Posté par QBR974 le 19/02/2009 11:34

Bonjour,

Tout à fait d'accord Ziskakan! Je suis consternée et révoltée d'apprendre que la population doive payer les incompétences d'élus grassement rémunérés.

Ça va pêter...

6.Posté par cimendef le 19/02/2009 17:56

Un analyse financière effectuée par le comptable public, n'aurait rien couté à la CIREST et aurait eu le mérite d'être plus objectif qu'un audit commandé à un cabinet privé qui bien entendu va aller dans le sens voulu par son commanditaire. Je rappelle que la comptabilité de la CIREST est assurée par un fonctionnaire d'Etat qui ne dépends pas hiérarchiquement du président de la CIREST.

7.Posté par antoine zola le 16/03/2009 21:23

Lecosntant cache encore une fois l'incompétence de son équipe derrière un rapport bidonné et veut faire payer le salaire royal de son DGS par la population. N'oublions pas que les comptes sont vérifiés et certifiés par la perception ce qui voudarit dire que l'Etat a failli.
Nous voyons bien que tout cela n'est que foutaise.
Au fait JMV pourquoi ne régit il pas?

8.Posté par nicolas de launay de la perriere le 17/03/2009 00:35

hop hop hop..Antoine zola, les comptes des établissements publics ne sont pas certifiés..puisque justement, les cabinets d'audits se font un peu de chiffre d'affaires à justement, redresser les comptes qui sont arrêtés par l'ordonnateur en concertation avec le comptable public... et le comptable ne peut exiger de faire figurer dans les comptes ce que l'ordonnateur ne veut pas voir y figurer...

9.Posté par Laurent le 17/03/2009 01:37

Monsieur Nicolas. Le commissaire aux comptes des établissement publics est la Cour Régionale des comptes pour votre information. voir article L111-1 du code des juridictions financières !

Les experts comptables n'ont rien à voir avec la sauce.

Article L111-1 En savoir plus sur cet article...
Modifié par LOI n°2008-1091 du 28 octobre 2008 - art. 2
La Cour des comptes juge les comptes des comptables publics, sous réserve de la compétence que les dispositions du présent code attribuent, en premier ressort, aux chambres régionales et territoriales des comptes.

Elle statue sur les appels formés contre les décisions juridictionnelles rendues par les chambres régionales et territoriales des comptes.

Il faut se documenter mon garçon avant de jouer à l'expert

10.Posté par nicolas de launay de la perriere le 17/03/2009 10:45

j'ai mal formulé mon propos laurent, les missions d'audit commandées auprès des cabinets permettent aux ordonnateurs de connaître la réalité des comptes, par application des règles comptables sur lesquelles s'asseyent parfois pour des raisons de présentation politique des résultats budgétaires, les ordonnateurs.

C'est donc une analyse externe qui permet de donner du crédit aux comptes administratifs et ces audits n'ont aucune valeur probante et ne sont opposables juridiquement à personne.
Ce ne sont que des outils politiques en d'autres termes..

Pour qu'il y ait certification des comptes au sens où on l'entend dans le privé, il faudrait que les chambres régionales interviennent en cours et à la clôture de chaque exercice budgétaire or tu ne peux ignorer que les contrôles des chambres régionales sont à postériori avec deux à trois exercices de décalage, et que tous les exercices budgétaires des collectivités et établissements publics ne sont pas systématiquement contrôlées..Cela sera peut être le cas dans les années à venir par des missions confiées aux cabinets de CAC car d'expérience, les juges des chambres régionales sont forts pour mettre en lumière les choix de gestion par rapport à la règle comptable, mais en gestion financière, c'est autre chose....Là, c'est mon expérience personnelle qui parle..

Quant aux comptes des comptables publics, comme je le disais précédemment, un comptable public ne peut présenter des comptes qui diffèrent de ceux de l'ordonnateur puisque le comptable se contente, pour faire simple, d'enregistrer les titres de recettes et les mandatements de dépenses que lui transmet les services de l'ordonnateur... pour exemple, nombre d'ordonnateurs dans certains établissements ne comptabilisent pas certaines charges calculées en fin d'exercice comme les provisions pour risques et charges, afin de ne pas plomber le résultat de la section d'exploitation.. et aucun comptable ne vient remettre cela en cause et ne peut comptabiliser ses provisions sans les mandats d'ordre qui vont avec..donc si les services de l'ordonnateur ne les émettent pas, le comptable ne peut les comptabiliser (je me répète mais bon)..

Par ailleurs, en vertu des principes élémentaires de la comptabilité publique et privée, une fois un exercice arrêté, on ne peut revenir dessus et modifier le résultat "comptable" affiché... Ce qui justifie d'un autre côté, les dites missions d'audit que les cabinets diligentent, sur demande expresse encore une fois, du seul ordonnateur...

voilà voilà, j'espère avoir été clair mon bon laurent...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter