Société

Un atelier sur les récifs coralliens à la Réunion

La Région Réunion a fait le choix de placer 2012 sous le signe de l’année de l’écologie et de la biodiversité et marque ainsi fortement son engagement pour la préservation et la protection de la biodiversité réunionnaise. Voici un communiqué concernant le premier atelier technique régional sur les récifs coralliens.


Un atelier sur les récifs coralliens à la Réunion
"Acteur incontournable sur la thématique "récifs coralliens", la Collectivité soutient des projets phares tels que l'ICRI (Initiative Internationale sur les Récifs Coralliens), l'IFRECOR et plus récemment, le séminaire Programme marin de l'UNESCO sur les sites marins de l'Océan Indien.

Ces projets s'insèrent en parfaite cohérence avec l'implication de la Région à l'échelle locale, en tant que membre
du GIP de la Réserve Marine, et partenaire sur des projets portés par les associations et les organismes de recherche.

La Commission de l’Océan Indien et La Réunion associent leurs compétences sur la question des récifs coralliens via le projet ISLANDS. La Région Réunion organise le 1er atelier technique régional sur les récifs coralliens ces 7 et 8 mars.

Cette collaboration vise à mettre en place un dispositif qui permettra au niveau régional de:

- Faciliter les échanges de données et assurer la formation des acteurs (gestionnaires de réserves marines, pêcheurs, associations environnementales…)
- Promouvoir les bonnes pratiques portées par les pays partenaires du projet ISLANDS (La Réunion, Maurice, Seychelles, Comores, Madagascar, Zanzibar)
- Bâtir un observatoire des récifs coralliens
- Influencer le secteur privé en démontrant la valeur économique des récifs
- Mobiliser un fonds financier afin de pérenniser ces actions

Un groupe de travail, constitué de spécialistes originaires de la zone océan Indien est dédié au pilotage de ce dispositif, sous la co- présidence de la France et de Zanzibar. Organisé par la Région Réunion, ce premier atelier technique régional définira les modes de fonctionnement de ce dispositif et les actions précises qui seront conduites sur le terrain.

Pour la première fois, La Réunion et la Commission de l’océan Indien ont associé leurs efforts et leurs compétences pour une articulation financière inédite, permettant de réunir d’une part le Fonds Européen de Développement (FED) qui finance ISLANDS, et d’autre part, un Financement du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) pour La Réunion.

Rappel du projet ISLANDS :
Depuis août 2011, le projet ISLANDS mis en oeuvre par la Commission de l’Océan Indien avec l’assistance technique de MWH, associe les Comores, La Réunion, Madagascar, Maurice, les Seychelles et Zanzibar.

Islands a pour mission de mener à bien 4 projets phares pour contribuer à l’atténuation de la vulnérabilité des Petits Etats Insulaires en Développement :
- Mettre en place une plateforme "récifs coralliens"
- Développer des systèmes de protection financière face aux risques climatiques et désastres naturels
- Appuyer le développement de stratégies nationales pour le développement durable
- Rendre opérationnelle l’Initiative côtière sur le changement climatique dans l'Océan Indien."
Mercredi 7 Mars 2012 - 16:48
.
Lu 911 fois




1.Posté par ecolo bobo pasteque le 07/03/2012 18:01
"(...) Influencer le secteur privé en démontrant la valeur économique des récifs "

voila un detail qui explique pourquoi partout dans le monde les parcs nationaux se multiplient comme des petits pains comme le dernier parc marin des iles glorieuses inauguré par NKM à st pierre avec toute la bourgoisie locale du parc marin.

Leur role, n'est pas de "proteger la nature comme des talibans" mais bien de s'approprier les espaces naturels pour les marchandiser. Un detail tres important pour comprendre le projet de charte secrete que Marylene et Daniel Gonthier sont actuellement en train de faire valider en missouk par les collectivités avant la consultation publique de facade.

2.Posté par ecolo bobo pasteque le 07/03/2012 18:37
un document du WWF tres interessant pour comprendre les orientations suggerées

FINANCER LES AIRES PROTEGEES
Un éventail d’options- mai 2001

table des matieres

Droits d’entrée 13
Redevances de concession 14
Droits sur les activités de loisirs 14
Droits de plongée 15
Taxe d’aéroport et droits sur les paquebots de croisière 15
Surtaxes sur les chambres d’hôtel 16
Taxes sur l’équipement de chasse, de pêche et de camping 16
Droits et redevances payés sur l’extraction des ressources
naturelles : pétrole, extraction minière, bois et pêche 16
Droits de « passage » pour l’emplacement d’oléoducs,
de lignes de transmission et de tours de télécommunication 17
Droits de conservation des bassins versants 17
Séquestration de carbone 18
Taxes sur les carburants 19
Impôts fonciers 19
Recettes de loterie 19
Plaques d’immatriculation et timbres-poste pour la nature 19
Droits de chasse et de pêche 20
Amendes pour activités illégales liées à
l’exploitation forestière, à la chasse et à la pêche 21
Droits sur la bioprospection 21
Amendes pour pollution et règlements à l’amiable
pour dommages causés par la pollution 21
Revenus tirés des activités commerciales des
organismes responsables des parcs 22

(...)
Conclusion:
Aucune des options présentées dans cet article ne constitue une panacée et nombreuses sont celles
qui ne sont pas réalisables dans un pays particulier ou dans une aire protégée donnée. En outre,
il est peu probable qu’une seule de ces options puisse suffire pour financer la totalité des coûts de gestion d’une aire protégée. Mais la combinaison de plusieurs de ces options (adaptées avec créativité aux circonstances locales) peut souvent réussir à mobiliser des revenus additionnels importants en faveur des aires protégées.




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 09:09 Crise requin: Un rassemblement à l'Ermitage

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales