Social

Un an après… le come-back des ex-salariés de l'Arast


Un an après… le come-back des ex-salariés de l'Arast

Samedi, la liquidation de l'Arast aura exactement un an, l'occasion pour ses ex-salariés de souffler les bougies devant le Conseil général… Un rassemblement des ex-salariés, mais aussi de toutes les personnes solidaires, est prévu dès 9 heures. Une façon de rappeler qu'encore aujourd'hui, des dizaines d'ex-salariés triment. Tous l'auront compris, cet anniversaire ne rimera donc pas avec fête et joie.

De nouvelles plaidoiries, de nouveaux délibérés, des échéances juridiques incontournables sont encore fixés pour les mois à venir. A titre d'exemple, le 6 décembre, un groupe de 130 ex-salariés assistera aux plaidoiries des avocats, pour un délibéré qui tombera début 2011.

400 personnes sur 1.190 recasées

Que sont devenus les ex-salariés de l'Arast? Un an après, Paul Junot, secrétaire général de la CFTC, estime qu'environ 400 personnes sur les 1.190 du départ ont été recasées. "La société d'aide à domicile, Korbey d'or, est passée en un an de 30 à 350 salariés. Nous pensons que 50% d'entre eux proviendraient de l'Arast. Nous attendons des éléments plus certains, notamment pour l'autre Proxim Services.
Du côté de Pôle Emploi, on pense que 150 ont pu être recasés. Nous attendons des éléments plus certains, notamment pour l'autre société principale d'aide à la personne, Proxim Services", a informé Paul Junot.

400 personnes recasées, dont la plupart se retrouvent avec des contrats précaires (temps partiel, CDD...). Le représentant syndical a calculé le revenu moyen de ces personnes : "Il est de 8 à 12 euros par heure. Or, à l'Arast, il était de 15 à 20 euros par heure", annonce Paul Junot lors de la conférence de presse, soutenu par une dizaine d'ex-salariés. Et ces postes concernent majoritairement les aides à domicile, la plupart des TISF (Techniciens de l'intervention sociale et familiale, au nombre de 134) se retrouvant sur le carreau.

Egalement présente à cette conférence de presse, l'actuelle conseillère régionale, Valérie Bénard, venue sous la casquette d'ancienne salariée de l'Arast. "Non seulement le salaire a baissé pour ces personnes qui ont pu être recasées, mais on retourne 10 ans en arrière en terme de salaire, d'avantages sociaux et de conditions de travail", a-t-elle affirmé. Elle espère par ailleurs que des ex-salariés soient intégrés au sein du nouveau GIP-SAP présenté cet après-midi par le Conseil général.

De quoi les conseilles généraux sont-ils capables?

Samedi, les ex-salariés de l'Arast invitent l'ensemble des conseillers généraux afin de débattre sur la question de la politique sociale menée à la Réunion. Certains vont-ils se donner la peine d'aller à la rencontre des ex-salariés ce samedi? De discuter avec les uns et les autres? Quoi qu'il en soit, pour Paul Junot, l'équation est simple : "Il y a des budgets, il y a des besoins, il y a un personnel qualifié… Nos politiques n'ont pas été capables d'articuler cet ensemble. De quoi sont-ils alors capables?"

Si l'histoire n'est plus à refaire, elle peut ne pas se répéter. Afin de stopper le naufrage politique qui a fait couler l'Arfuts, Saint-Jean de Dieu puis l'Arast, Paul Junot et ses camarades espèrent obtenir les résultats d'un rapport demandé auprès de la Préfecture. "Nous l'attendons depuis des mois. Le 14 octobre dernier, Benoit Huber le directeur de cabinet du préfet de la Réunion, nous a assuré que cette demande avançait. Aujourd'hui, nous n'avons toujours rien. L'inertie de la Préfecture entrave le bon fonctionnement de la justice", a dénoncé Paul Junot, ce matin.

"Je serai carnassier". C'est en ces termes que le préfet, à son arrivée, avait promis qu'il s'assurerait du bon déroulement des procédures en cours. Les ex-salariés attendent de voir…
Mercredi 24 Novembre 2010 - 12:14
Melanie Roddier
Lu 1810 fois




1.Posté par ptit crick le 24/11/2010 12:19
EST CE QUE LES GRANDS CADRES QUI ETAIENT A LA TETE DE L ARAST APRES CE FIASCO ONT
GALERE POUR TROUVER DU TRAVAIL

2.Posté par MS le 24/11/2010 12:57
Valerie Bénard Vice Présidente du Conseil Régional se souvient tout à coup qu'elle a été salariée de l'Arast. Et on sent venir gros comme une maison la petite récupération politicienne du désespoir bien réel des salariés licenciés par la droite départementale à l'approche des cantonales....Valérie va au moins pouvoir raconter à ses ex copines la vie privilégiée de l'élue qu'elle est devenue.

3.Posté par BON ANNIF AUX CHOMEURS EX-ARAST le 24/11/2010 13:06
Le rapport de l'IGAS n'a pas été communiqué peut etre parce que la montagne a accouché d'une souris? Peut etre parce qu'il n'a aucune mauvaise gestion des dirigeants, cela ferait il honte à certaines personnes? en tout cas être chomeur, c'est pas la joie hein!

4.Posté par arast le 24/11/2010 19:23
quand on lit l'ibraim dire que le gip est une première en métropoe et augure qu'il se donnera en exemple. Avez-vous vu la Reunion citée en exemple? a part son taux de chomage, son taux de magouilleurs pour se faire élire Et particulièrement une collectivité de politiciens de gauche qui met sur la paille 1200 salariés. Vous croyez pertinement qu'à la REUNION , on a quelque chose à donner en exemple et surtout lorsqu'on prend l'ancien gestionnaire de l'arast pour gérer le GIP?
Camarades faisons plutôt confiance à nos procédures, la justice condamnera, comme le tribunal de st-pierre a commencé, ce lot de voyous; et nous triompherons ET LA NOUS DONNERONS UN EXEMPLE A EXPORTER.
Quant à V. Benard, elle a fait le bon choix , elle a obtenu ce que le syndicat cgtr n'aurait jamais pu lui offrir; à présent elle doit s'attacher à virer la présidente incapable comme ses confrères ex-dirigeants arast.

5.Posté par JUNOT Paul le 24/11/2010 20:41
A cette heure précise nous ne pouvons pas dire objectivement à quel niveau se situe la responsabilité de ce naufrage. Et c'est bien pour cette raison que les rapports CRC et IGAS sont attendus avec impatience. Il est possible que le rapport découvre qu'il n'y a jamais eu de mauvaise gestion mais à ce jour nous ne pouvons rien dire dans un sens ou dans l'autre. Si nous voulons réellement que Justice soit faite nous nous devons d'être objectif et impartial. Il y va de notre crédibilité.
Concernant Valérie Bénard je peux affirmer que sans son investissement personnel pour la partie technique juridique et administrative notre petite équipe aurait eu beaucoup de mal à faire avancer le travail de dossier. Enfin je peux vous assurer que depuis qu'elle est élue elle a gardé la même simplicité et les mêmes valeurs. Pour son choix politique chacun reste libre d'apprécier ou de rejeter, ce qui me parait logique et normal, mais sans pour cela attaquer ou dénigrer la personne.

6.Posté par mme galabert le 24/11/2010 21:42
quelle detresse! c est dur un an de cauchemar
pour se faire enbaucher faut emmener ses papies ou mamies avec nous le charge secteur faut qu elle emmene ses ad ou qu elle est l aval du cg mr du port vousfait faire du terrain pour le potentiel de dossier que vous pouvez faire basculer chez lui faut agir avec intelligence dit il c est le cg qui donne les noms.bientot l autre association connaitra le meme sort que l arast.le regne pour le communisme.je travaille pour nourrir ma famille et j assiste a toute les magouilles

7.Posté par une éduc toujours sur le bord du chemin le 26/11/2010 11:58
On parle toujours des aides à domiciles dans l'histoire de L'ARAST . Mais il y avait des éducateurs spécialisés ( 30 ) qui assumaient les AEMO judiciaires, qui se retrouvent au chômage , peu on retrouvés du travail , car coûtant trop cher pour être embauché au vu de leur ancienneté et surtout avec l'étiquette d'ex Arast malgrés leur compétence . Quel gachis !!!!

8.Posté par JUNOT Paul le 26/11/2010 23:35
A tous les AD educateurs.... venez ce samedi 27 novembre devant le Conseil Général.
Nous pourrons alors recenser tous ceux qui n'ont pas trouvé un travail.
Si vous rester éloigné de l'équipe qui travaille sans relache sur les dossiers et combat sur tous les fronts, vous ne pourrez pas vous faire entendre efficacement. Il nous faut travailler tous ensemble et rester solidaire . Si cela avait été le cas depuis le depart les choses auraient pu se derouler autrement.
Mais il n'est jamais trop tard pour se rassembler et faire bouger les lignes dans le sens social , d'une vraie politique sociale. Les élus sur ce terrain ont malheureusement démontré leur incapacité.
Bien à vous et a samedi 27 novembre toute la journée devant le Conseil Général.......

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales