Social

Un Réunionnais sur quatre n’a jamais quitté son département

L'Insee a présenté ce matin dans ses locaux l'étude "Migrations, famille et vieillissement : Des défis pour La Réunion de demain". Voici les premiers résultats de cette étude.


Un Réunionnais sur quatre n’a jamais quitté son département

Un Réunionnais sur quatre n’a jamais quitté son département


La population réunionnaise se caractérise par une forte ouverture vers l’extérieur en termes de migrations. Très peu de natifs de la Réunion ne sont jamais partis, mais cette expérience de migration est moins fréquente qu’aux Antilles : un Réunionnais sur quatre n’a jamais quitté l’île, contre un Antillais sur sept.

Les migrants réunionnais privilégient la France métropolitaine

Neuf fois sur dix, les natifs de retour à la Réunion ont privilégié la France métropolitaine comme lieu de séjour. Ils sont un quart à être partis pour des séjours de plus de six mois, au motif du service militaire, pour poursuivre des études ou trouver un emploi. Lorsqu’ils reviennent, ils occupent généralement une position plus favorable sur le marché de l’emploi.

Une femme sur quatre a eu son enfant avant 20 ans

Les maternités précoces et les familles monoparentales sont deux réalités de la vie familiale en Outre-mer. À la Réunion, une femme de 20 à 30 ans sur quatre a été mère avant l’âge de 20 ans.

La maternité précoce, un substitut de statut social

Peu diplômées, sorties précocement du système scolaire, ces jeunes mères sont le plus souvent "femmes au foyer" ou au chômage. Plus de la moitié d’entre elles ne déclarent aucun revenu d’activité à la Réunion, contre moins d’un tiers pour celles qui n’ont pas d’enfant au même âge.

Un enfant réunionnais sur dix vit toute son enfance au sein d’une famille monoparentale

Les familles monoparentales sont également nombreuses, mais les enfants réunionnais qui vivent toute leur enfance dans ce type de famille (un sur dix) sont moins fréquents qu’aux Antilles-Guyane. À titre de comparaison, seul un enfant sur 50 vit la même expérience en France métropolitaine. La proportion est en revanche de trois sur dix aux Antilles, et entre deux et trois sur dix en Guyane.

Les plus de 60 ans : premiers bénéficiaires de l’entraide familiale régulière non financière

Les solidarités inter-générationnelles, ou l’aide apportée par des proches, restent prégnantes à la Réunion. Les personnes âgées sont souvent aidées dans leur quotidien par leurs enfants. En revanche, l’aide financière régulière est très limitée. En cas de forte dépendance, l’aide des proches apparaît beaucoup plus réduite.
Mardi 10 Mai 2011 - 15:16
Lu 2224 fois




1.Posté par noe le 10/05/2011 15:27
Ce constat est vrai mais il y a des raisons :
1)Voyage
-billet trop cher sauf en basse saison
-pas de familles d'accueil en Métropole ...c'est la raison principale
-peur de l'inconnu
-peur de prendre l'avion (Y a-t-il un pilote dans l'avion ?) ; en cas de problèmes , on a 99,999 % de rejoindre le Très Haut et sans confession ...
-l'immensité de la Métropole , on a peur de la foule ...
-les moyens qui diminuent ....
2)Maternité précoce
-manque de soutien
-manque d'amour familial
-le 1er amour , on se donne corps et âme sans protection ...
3)Papy-Mamy : souvent dans la souffrance , retraite ridicule après une vie de labeur ...
4)Familles désunies : on voit cela dans nos écoles lors des élections de parents d'élèves ...trop de mamans qui élèvent seules leurs enfants ...échecs scolaires souvent ...plus tard ...délinquance ...

2.Posté par le congo chez tintin le 10/05/2011 16:03
Neuf fois sur dix, les natifs de retour à la Réunion ont privilégié la France métropolitaine comme lieu de séjour. Ils sont un quart à être partis pour des séjours de plus de six mois, au motif du service militaire, pour poursuivre des études ou trouver un emploi. Lorsqu’ils reviennent, ils occupent généralement une position plus favorable sur le marché de l’emploi.


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Ils se sont zoreillisés ? en si peu de temps lol ???

3.Posté par Feroz le 10/05/2011 16:56
Serait intéressant de savoir sur les 3 qui ont voyagé combien n'ont jamais dépassé l'océan indien.

4.Posté par lapinou le 10/05/2011 17:17
Une femme sur quatre a eu son enfant avant 20 ans

Les maternités précoces et les familles monoparentales sont deux réalités de la vie familiale en Outre-mer. À la Réunion, une femme de 20 à 30 ans sur quatre a été mère avant l’âge de 20 ans.


V'la un bon indicateur de sous developpement!!!

Il disait comment l'autre déjà?...ah oui : "Indignez vous!!!"

5.Posté par SeB le 10/05/2011 18:18
@Noe:
Pour le voyage, il faut en avoir les moyens, et il ne faut pas oublier qu'on est dans une île relativement éloignée (11h d'avion pour aller en métropole, 8h pour aller en Thailande, ...). Tout cela représente un coût non négligeable. A titre de comparaison, je pense que les métropolitains voyagent moins en dehors de leur pays que les réunionnais...
Et il est plus facile de voyager à Maurice qu'aller dans l'hémisphère Nord...

Pour les mères précoces, a t on pris en considération le manque d'éducation? Ce n'est juste que le modèle des parents (familles monoparentales) ou des parents proches (cousins, oncles, tantes...) qui se reproduit lorsqu'on a pas forcément expliqué aux jeunes qu'il vaut mieux avoir une situation stable et autonome avant d'avoir des enfants afin de leur assurer un avenir correct.

@Congo chez tintin: sortez un peu de vos oeillères pour remarquer que, quoiqu'on en dise, la France reste un beau pays à visiter et nous parlons a priori la même langue et avons la meme nationalité, donc partir en France métropolitaine est tout à fait normal, sans se zoreilliser!

6.Posté par gafournér le 10/05/2011 19:17
Ces statistiques montrent à quelle point les Créoles ont une vision unilatérale du monde, orientés vers la France.

Les pays et continents voisin de notre ile, auraient autant voir plus de chose à nous apprendre, que cette Europe décadente et malade.

Tournons nous vers des civilisations, où la différence est vue comme un atout et non pas comme un faiblesse, et où intégration ne rime pas forcement avec assimilation.

Tournons nous vers des nations, où le batar (au sens créole du terme) pourra s' émanciper et affirmer sa créolité, sans complexe d'infériorité .

Et pourquoi pas par la même, ne pas ce tourner vers notre pays la Rényon ?

Gafournér

Do pain dann fenoir
ou la fain dann gayar
Fodra zoisi, nation batar

7.Posté par Tanbi le 10/05/2011 21:30
2.Posté par le congo chez tintin le 10/05/2011 16:03

"Ils se sont zoreillisés ? en si peu de temps lol ??? "

Commentaire minimum méprisant ou bien alors le lol est le camouflage d'un vrai racisme !

8.Posté par Un militant le 11/05/2011 08:44
Bonjour, moi je vie dans le 51 (la marne), lors d'une enquéte scolaire sur les iles, ont as découvert que plus de 26 des habitants n'avez jamais pris l'avion. 34% n'a jamais été a Paris.

Quand ont voit " noe" qui nous parle de:
-pas de familles d'accueil en Métropole ...c'est la raison principale
-peur de l'inconnu
-peur de prendre l'avion (Y a-t-il un pilote dans l'avion ?) ; en cas de problèmes , on a 99,999 % de rejoindre le Très Haut et sans confession ...
-l'immensité de la Métropole , on a peur de la foule ...
Je me pose des question sur ses connaissances générals.

9.Posté par lapinou le 11/05/2011 09:29
A post 5 "Seb" : Pfff...on ne fait que ça de les éduquer, (contraception, sensibilisation au marché du travail, ...) mais ça ne rentre pas, ils ne comprennent pas que leur vie se joue à l'adolescence, c'est très dommageable et ça crée un déterminisme social, les milieux défavorisés resteront des milieux défavorisés ...Renseignez vous un peu avant de sortir ce genre d'ineptie!


10.Posté par SeB le 11/05/2011 10:46
@lapinou: heureusement que des personnes issues des milieux défavorisés s'en sortent dans la vie et réussissent à avoir des bonnes situations, à force de volonté et caractère... parce que votre commentaire est aussi une ineptie, car discriminatoire au sein d'une société qui agit pour les défavorisés...
l'éducation vient avant tout des parents, les structures d'encadrement ont un poids mais ne remplaceront jamais les parents...
Il y a une vingtaine d'années, toutes ses structures n'étaient pas aussi développées, et les mères précoces ne pullulaient pas autant qu'aujourd'hui

11.Posté par lapinou le 11/05/2011 11:20
A post 10 "Seb" : Détrompez vous, je ne confonds pas instruction et éducation, mais cette histoire d'enfants qui ne sont pas éduqués par leurs parents parce qu'eux mêmes n'ont pas été éduqués par les leurs , ainsi de suite, , me fait bien rire...alors l'oeuf ou la poule?


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales