Economie

Un 10ème Chariot type qui perd de sa crédibilité...

Quelle valeur donner au chariot type ce mois ci, quand 7 magasins sur 15 manquent à l'appel ?


Sur un panier à 50 produits comprenant 750 prix au départ, c'est aujourd'hui seulement sur 375 prix et 8 magasins, avec 28 produits manquants, que se calcule le panier moyen de la ménagère... Alors que les grandes surfaces référencent environs 15.000 produits.

Malgré tout, les bases de calcul sont restées les mêmes, ce qui donne les résultats suivants : le coût moyen du chariot type à 50 produits s'établit à 176,42 euros, contre 183,23 euros lors du relevé précédent.

Il apparaît, toujours selon les mêmes bases de calcul et malgré le fait qu'il y ait moitié moins de produits et moitié moins de magasins référents, que 52 produits sont en promotion, soit 7% des articles. 52% de ces promotions concernent les produits de marque nationale et 48% les produits les moins chers disponibles en rayon.

Beaucoup de ruptures d'approvisionnement

On note que l'écart de prix entre les chariots des 8 magasins est, pour les deux moins chers, de 0,48 euros et de 50,46 euros entre le chariot le plus cher et le moins cher, soit un écart de prix pouvant atteindre près de 32%.

Lors de ce relevé, les ruptures d'approvisionnement étaient plutôt importantes... Le nombre de produits indisponibles est compris entre 25 et 32, soit entre 3,5% et 4,4% des produits.

A noter que c'est désormais Céline Lucilly, présidente de l'UDAF (Union Départementale des Affaires Familiales) qui préside la commission chargée du relevé des prix et qui remplace Pascal Thiaw-Kine, président de la CGPME.
Jeudi 23 Juillet 2009 - 18:01
Karine Maillot
Lu 955 fois




1.Posté par chabouc le 23/07/2009 18:33
A quand l'arrêt de cette vaste fumisterie. D'après les chiffres cités dans l'article le calcul se fait sur 2,5 % des produits. Bonjour la fiabilité d'une telle mesure.
Réellement, on se fout de nous !


2.Posté par Cambronne le 23/07/2009 18:38
. 52% de ces promotions concernent les produits de marque nationale et 48% les produits les moins chers disponibles en rayon.

Question pourquoi les produits locaux sont ils toujours aussi cher ?

Comme les légumes ou encore les fromages et autres produits laitiers ?

lait payé 19 cts/litre au producteur, pourtant nous pouvons le trouver à plus 1.20 euros le litre dans la grande surface
. Si quelqu'un se "goinfre", je n'ai pas le sentiment que ce soit le producteur mais bien lait caillé et consorts . Surtout lorsque le yaourt au gout péi est fait avec du lait en poudre ...

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 23/07/2009 18:56
en tout cas, la crédibilité est imperméable à l'inflation ou la déflation... Zéro..ça reste zéro, ça restera zéro...


4.Posté par chabouc le 23/07/2009 18:57
Pour compléter mon post précédent, j'ai l'impression lorsqu'on écoute le reportage de comprendre que les prix ont baissés grâce à l'observatoire des prix et la mise en place du chariot type. Je suis intiment convaincu que ce n'est pas tu tout de leur fait mais plutôt la conjoncture de plusieurs évènements :
1) La crise financière
2) les actions des dernières manifestations et plus particulièrement celle du COSPAR
3) l'arrivée d'enseigne comme LECLERC

Alors Messieurs et Mesdames de l'observatoire des prix un peu d'humilité. Merci.

5.Posté par HD le 24/07/2009 09:16
C'est pourtant simple à comprendre!
En sachant que l'objectif final et incontournable pour un directeur de super et hypermarché est de "dégagér" un maximum de RENTABILITE et de PRODUCTIVITE, il n' y a pas 50 solutions , elles sont connus par tous les gestionnaires de métropole et de la Réunion:
Chaque m2 de la surface de vente doit à l'année réaliser en moyenne 15 000€ de chiffre d'affaires avec un bénéfice net moyen avnt impôts entre 2,5% et 7% de ce chiffre d'affaire.
De ces exigences économique pour le point de vente les responsables du marketting construisent les assortiment de produits avec dans les rayons:
"Des premiers prix:" qui générent du chiffre d'affaire, mais peu de marge.
" Des produits de marque "distributeur" (Casino, U, leader price, leclercq...) qui générent eux du chiffre d'affaires et beaucoup de marge (puisque pas de concurrence).
" Des grandes marques nationales ou internationales "qui générent du chiffre d'affaires mais peu de marge. ( forte concurrence entre les enseignes)
C'est ce qui explique la technique de la rupture produits, un distributeur n'a évidemment aucun inêrêt à implanter des produits que toutes les enseignes vendent et ou la guerre des prix est totale ( EX: Yoplait retiré des rayons de leclercq)
Le distributeur veut nous vendre " ses produits" à "ses prix" et dans "ses quantités"
CQFD!!!!! et ce n'est certainement pas l'observatoire des prix qui y changera quoique ce soit. N'oublions pas que les plus grandes fortunes amassées ces 40 derniéres années le sont par les propriétaires des grandes enseignes de distribution tant à la Réunion qu'en métropole: EX De Chateauvieux, Caillé, Chong Fa Shen ( leclercq) , Mulliez ( Auchan) , famille Guichard (Casino) Edouart Leclercq ( Leclercq), François Pinault ( Prisunic, la Redoute, le Printemps) , ce n'est certainement pas un hazard.

6.Posté par Froissart le 24/07/2009 14:30
Il aurait fallu être bien naïf pour croire à la fiabilité et à la durabilité de cette mesurette.
Le pouvoir prend les citoyens pour des attardés mentaux.
Rendez-vous en 2012.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales