Société

Travail illégal: Plus de 8 millions d'euros de fraude détectée, des actions amplifiées en 2014

Les actions du Codaf (Comité Opérationnel Départemental Anti-Fraudes) ont permis de lutter de façon efficace contre les fraudes et le travail illégal. Ces actions seront amplifiées annonce la Préfecture dans un communiqué:


Travail illégal: Plus de 8 millions d'euros de fraude détectée, des actions amplifiées en 2014
Le secrétaire général de la préfecture et le procureur de la République du TGI de Saint-Denis ont co-présidé le CODAF pour présenter le bilan de 2013 des actions conjointes menées.

En 2013, sept opérations conjointes ont été menées par les services : 232 entreprises ont été contrôlées dans des secteurs aussi variées que, les agences immobilières, le BTP, les cafés-restaurants, les marchands d’or, les centres de contrôle technique, les blanchisseries-pressings et les sociétés d’immatriculation des véhicules (SIV).
Cela représente 859 salariés contrôlés.

A cela, s’ajoutent les opérations de contrôles réalisées par chacun des organismes sociaux dans le cadre de leur activité et pour lesquels le montant du préjudice de la fraude détectée s’élève à 8 014 190,05 €  pour le département (CGSS : 1 745 198 €,  RSI : 69 221 €, CAF : 2 571 870,82 €, Pôle-Emploi : 1 707 923 €, Conseil Général : 1 919 977,23 €).

Deux chartes de lutte contre le travail illégal dans les secteurs du BTP et des paysagistes vont être mises en place en 2014. Ces chartes ont pour objet de favoriser la lutte contre le travail illégal à la Réunion, en améliorant l’information, les échanges et la coordination entre les parties signataires par des actions d’information, de prévention et de communication.

En 2014, la lutte contre les fraudes et le travail illégal reste une priorité. Les actions du CODAF initiée en 2013 seront poursuivies et amplifiées, en application des orientations qui seront fixées par le plan national de coordination de lutte contre la fraudes qui sera décliné au plan départemental. Des actions particulières seront également définies conjointement par l'autorité préfectorale et l'autorité judiciaire pour répondre à des problématiques purement locales.


Créé en 2010, le Comité Opérationnel Départemental Anti-fraudes réunit sous la co-présidence du préfet et du procureur de la République du TGI de Saint-Denis, les services d’Etat (police, gendarmerie, administrations préfectorales, fiscales, douanières, du travail) et les organismes de protection sociale (Pôle-Emploi, URSSAF, CAF, CGSS, RSI).

L’objectif de ce comité est de combattre les situations de fraudes aux finances publiques (sociales, fiscales et douanières) et le travail illégal, par une politique de prévention plus efficace, une coordination renforcée et un meilleur ciblage des contrôles.
Jeudi 6 Février 2014 - 09:45
Lu 692 fois




1.Posté par David Asmodee le 06/02/2014 10:36
Il faut les foutre en taule parce que d'autres se sacrifient pour payer ces foutues charges.
Si tout le monde payait, on n'aurait pas besoin de presser les cochons de payeurs comme des citrons.

Pas de quartier ni pour l'employeur ni pour l'employé : au trou.

Les syndicats nous racontent que l'employé est souvent victime. Qu'il ne sait pas qu'il n'est pas déclaré. Mais qu'il ne trouve pas bizarre d'être payé en espèces et que ses allocations chômages sont toujours versées.

2.Posté par kada le 06/02/2014 12:38
C'est pas nouveau , nous on attend toujours des réponses de la justice,de la préfecture est bien sur des responsables la Mairie de st denis pour cette construction sans conformité toujours loué illégalement en portant toujours un préjudice ! le propriétaire est il sur la liste

je fait mes recherche mon enquête !

3.Posté par eveilcitoyen974 le 06/02/2014 13:43
La fraude immobilière permet de faire circuler beaucoup d'argent liquide qui sert à financer les campagnes électorales et qui du coup fait que les mairies préfèrent fermer les yeux sur les illégalités de ceux qui corrompent pour obtenir des passe droits, qui mettent du désordre dans les quartiers jusqu'à faire envoyer l'artillerie pour essayer de faire taire ceux qui défendent leur droit... Si la volonté d'arrêter toutes les magouilles et les mascarades est réelle, des milliards seront récupérés. Mais a-t-on une réelle volonté??? Certaines familles attendent de voir pour le croire...

4.Posté par L OBSERVATEUR le 06/02/2014 14:27
L’objectif de ce comité est de combattre les situations de fraudes aux finances publiques (sociales, fiscales et douanières) et le travail illégal, par une politique de prévention plus efficace, une coordination renforcée et un meilleur ciblage des contrôles.

LES DONNEURS D'ALERTE VOUS DONNE TOUT SUR UN PLATEAU ! ALORS AGISSEZ

5.Posté par Raleur le 06/02/2014 16:01
Moi j'attends aussi que l'on controle les marchands ambulants vendeurs de poulet, de tangue, bichique, fruit et legume les coupeurs de cannes , et que l'on controle aussi les femmes isolés, les chomeurs enfin tous les fraudeurs aux prestations sociales, des mairies avec leurs emplois de complaisance, le departement, le conseil general les associations bidons....

6.Posté par Eveil citoyen 974 le 06/02/2014 16:47
A quand un contrôle dans les associations largement subventionnées par les collectivités publiques locales ? Le CODAF est-il en mesure de faire la transparence sur tous les fonds publics injectés dans toutes ces associations dont les comptes ne sont pas déposés comme la loi le prévoit ? Pourquoi attendre d'en arriver à des millions de détournement avant de réagir ? Quand réaction il y a... Personne n'a d'ailleurs fait la lumière sur l'Arast alors que la gestion déplorable a mis les salariés au chomage ? A quand une vraie transparence et une véritable mobilisation des pouvoirs publics pour agir sur les gaspillages intempestifs pour financer des associations qui sont souvent présidées par des extensions des élus ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales