Economie

Transporteurs et terrassiers : 360 véhicules sont menacés de saisie

“Nous avons des traites allant de 2 000 à 10.000 euros par mois, certains d’entre nous, ont jusqu’à six mois de retard dans le paiement de ces traites”. Hier, devant les grilles de la Préfecture, plusieurs transporteurs ont détaillé les éléments d’une situation catastrophique pour leur entreprise.


Transporteurs et terrassiers : 360 véhicules sont menacés de saisie
“Si je suis présent à la manifestation, c’est par solidarité mais aussi c’est parce que je n’ai plus de travail depuis quinze jours. Mes trois poids lourds sont chez moi”. Yves, 47 ans, était venu de Saint-Pierre. Il attendait beaucoup de la rencontre de mercredi entre le collectif de défense pour les entreprises de travaux publics et transports, et la Préfecture.
“Plusieurs d’entre nous n’ont plus de chantier donc plus de rentrée d’argent. Mais, il faut malgré tout payer les factures. Chaque véhicule, c’est en moyenne 2 000 euros mensuels et le salaire d’un chauffeur. Chaque mois, je dois trouver 10 à 12.000 euros pour ces charges directes”.
Récemment un transporteur a fait l’acquisition d’une remorque rétractable d’une valeur d’un million d’euros. La défiscalisation d’une part, et le jeu d’un prix surélevé pour éviter à l’entreprise les 10 % d’apport, facilitent ces acquisitions. Le report des échéances initiales à trois ou quatre mois permet ensuite à l’acheteur de régler tranquillement les premières traites.
Malheureusement, le contexte économique actuel a cassé cette dynamique. Plusieurs entrepreneurs ont du mal à faire face aux charges directes. “Il y a des jours, j’ai l’impression d’être dans un tunnel sans fin”. Yves ne cache pas son désespoir. “Il m’arrive d’en pleurer”.
Quelques entrepreneurs ont bien tenté de rapporter le matériel inutilisé, “mais les maisons de crédit ont refusé”. Certains patrons qui se sont portés cautions personnelles espèrent un retour rapide à la normale. “Si la maison de crédit saisit le véhicule et le revend en dessous de sa valeur, le chef d’entreprise est obligé de compenser la différence”.
Si la situation ne se débloque pas, 360 véhicules sont menacés de saisie d’ici la fin de l’année. L’intervention du Préfet va sans doute réduire ce chiffre. Mais, seule la certitude d’ouverture de chantiers publics pour 2009 pourrait sauver un plus grand nombre.

Jeudi 30 Octobre 2008 - 12:40
Jismy Ramoudou
Lu 708 fois




1.Posté par MoA le 30/10/2008 15:53
En émiettant les marchés publics, nos élus ont une part de responsabilité dans cette affaire.
Cela fait quelque temps que je me demande ce que vont devenir toute ces entreprises.
On montre aujourd'hui du doigt le retard des "grands chantiers", mais des le départ on savait que les sous-traitants des sous-traitants resteront tous sont contrat pendant quelques temps.
Il me semble (dites moi si je me trompe) que le prochain grand chantier devait débuter en 2010. Qu'avaient donc prévu nos élus pour que toutes ces entreprises puissent survivre à l'année 2009 ?
Tout cela me fait penser à tous les PIJ qui ont été distribués pour la création de camion bar ou camion pizza.

2.Posté par BLING... le 30/10/2008 16:07
Par contre, pour multiplier le prix pour le client par 3 ou 4 voire beaucoup plus, alors là, ils sont d'accords. J'avais un ami chef d'entreprise qui me disait toujours : " de toute façon, c'est TOUJOURS le client qui paye, mes voitures, mes vacances, mes bénéfices, mes fournisseurs, mes abus en resto, les loisirs pour la famille et tout le reste..."
Regarder tous les politiciens de l'île, les présidents de chambre, métiers ou "commerces", les grands patrons qui gagnes 380 fois le smic par mois hors avantages...
Et ils continuent de se plaindre. C'est vrai, ils ne vont pas pouvoir acheter le plus gros camion de la Réunion ou le dernier hummer des villes.

3.Posté par Patrick FLOC'H le 31/10/2008 18:29
Demandez donc à Verges family il s'en tamponne le tracto-pelle , qu'est ce que cela peu bien lui faire vu qu' il a eu sa route des Tamarins presque achevée, donc c'est pire que la fumeuse phrase de Nicolas le petit, avec sa poupée Vaudou , Alors SVP travaillez plus pour gagner plus ! Et surtout messieurs les Banquiers soyez sympathique avec vos clients?
Disont qu'il fallait si attendre un jour ou l'autre, comme pour les agriculteurs locaux nos fonctionnaires de la cannes à sucre en sursis avec les subventions de l'Europe...
Fini les gros tracteurs va falloir réfléchir discuter et proposer des vrais solutions pour sortir la Réunion dans le merdier qu'elle a choisi de prendre...
Donc si je comprend bien vous êtes actuellement en train de nous dire qu'il s'agit ni plus ni moins d'une forme de subprimes version Kreol made In run route des Tamarins?
Et la bourse de la Région elle a chuté de combien sur l'echelle de richter ?Dans la panique actuelle, il n'est pas surprenant de voir les incultes s'accrocher à ce qu'ils peuvent, en l'occurence les vieilles lunes marxistes proposées par Verges au fait il est comment Fidel ?

Armageddon La seule chose que les Idéologies de la technocratie Jacobine française et la politique si honteuse, absurde, incohérente sont capables de dire : cela s'est déjà produit, donc cela se reproduira encore à l'avenir, mais il est impossible de prédire quand !

4.Posté par spidermamie le 05/11/2008 09:37
Il ne reste plus qu'à bétonner toute l'ile, comme ça, tout le monde sera content!

La question à poser c'est: comment se fait il qu'on ai permit tous ces crédits à ces entrepreneurs alors que l'on savait très bien que tous ces travaux ne dureraient qu'un petit temps?...Les banquiers, encore et toujours, vont récupérer pas mal de billes dans cette histoire...Les terrassiers terrassés par les banquiers! un comble!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales