Faits-divers

Trafic de cocaïne : Le Ginger et le Fashion demandent leur réouverture

Après le décision du juge d'instruction, vendredi dernier, de fermer pour trois mois les établissements dionysiens le Ginger et le Fashion, suite à des affaires de trafic de drogues, les propriétaires ont décidé de faire appel de cette décision.


Trafic de cocaïne : Le Ginger et le Fashion demandent leur réouverture

Les propriétaires du Ginger, bar situé sur la rue de Nice, et du Fashion, boite de nuit rue Rontenay, ont décidé de faire appel de la décision du juge d'instruction de fermer les deux établissements pour une durée de trois mois, annonce le Journal de l'île. Une manière pour eux de prendre de la distance avec les personnes mises en examen, mais aussi de tenter de sauver leur établissement.

Cette décision de fermeture était intervenue après la garde à vue du directeur d'exploitation du Fashion et de deux responsables du Ginger, soupçonnés d'avoir favorisé la consommation de cocaïne dans ces deux établissements. En effet , Aladdin Dif, à la tête du réseau de trafic de cocaïne entre la métropole et la Réunion, venait très souvent dans ces deux établissements qui étaient devenus des lieux de consommation.

Un décision qui pointe du doigt les propriétaires

Un recours suite à la décision du juge a été déposé à la chambre de l'instruction pour demander l'annulation des fermetures de deux établissements dionysiens. Des fermetures qui interviennent au plus mauvais moment pour les propriétaires, à un mois des fêtes, mais aussi après une année difficile. Elles pourraient condamner définitivement les deux établissements.

Mais la décision du juge d'instruction de fermer le Ginger et le Fashion n'est pas vide de sens, car elle pointe du doigt les propriétaires des deux établissements qui n'ont pas pu stopper le trafic de drogue qui se déroulait à l'intérieur.

Les trois personnes placées en garde à vue vendredi soir ont été mises en examen pour complicité de trafic de stupéfiants, ce qui indique, selon le juge d'instruction, que les établissements ont tiré indirectement profit de ce trafic de drogue en assurant la venue d'une clientèle ayant de l'argent.
Mardi 30 Novembre 2010 - 09:29
Julien Delarue
Lu 2519 fois




1.Posté par ...lo kaf ! le 30/11/2010 10:07
pfff depuis lgtps le fashion été connu pour étre lieu et un tournant de cette drogue ! sur la piste mm les meufs snifé cette m.... alors k'elle reste fermer cette boite de m ......" ! Ok pour la vie nocturne a st denis mais pas de cette façon !

2.Posté par Die le 30/11/2010 13:38
Hum c'est regrettable cette histoire de drogue.

Mais de la à fermer le Fashion, un peu lourd..

Peut être même que cela est favorisant pour les riverains!

Saint Denis = Une ville morte la nuit.

3.Posté par rené le 30/11/2010 16:54
il faudrait que les gendarmes et policiers fasse plus attention a ce genre de substance car si ils ne réagisse pas dans deux a trois ans de ca on seras entourer de cette drogue qui fait beaucoup de dégats mais non il font aucun effort la dessus pourquoi ils preferent mettre en oeuvre des plan de démantalisation d'une autre sustance illicite local qui je trouve est beaucoup moins dangereux sous tout les angle donc pour moi c'est pas les directeur de ses etablisement qui devrait etre mise en cause mais bel bien la loi sur les drogue qui devrait etre revue

4.Posté par Citoyenne révoltée le 01/03/2011 14:24
Tout comme le précédent commentaire, je trouve débile de dépenser des sommes colossales pour combattre le zamal (qui dans de plus en plus de pays tend à être légitimisé) et rester par contre aussi laxiste vis à vis de drogues dures (cocaïne, héroïne, subutex et autres)! Cela me rappelle la fin des années 70 à Paris, où à la Fac les joints ont disparus, laissant place aux drogues dures, qui rapportaient sûrement plus aux dealers. C'était aussi un autre 'réseau'... et sûrement d'autres gros bénéficiaires... Quant on sait que le réseau de l'opium est géré en Asie par la CIA, on devrait se poser les bonnes questions quant au marché Européen!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales