Faits-divers

Trafic Subutex : L'ex-steward C. Caterino réclame 900.000 euros à Air France


Trafic Subutex : L'ex-steward C. Caterino réclame 900.000 euros à Air France

L'ex steward Christophe Caterino a assigné son ancien employeur Air France, suite à son licenciement le 10 mai 2010 pour "motif personnel", devant les prud'hommes et réclame 900.000 euros, dont 500.000 euro au titre du préjudice moral, explique le Journal de l'ile.

L'affaire remonte au 14 mai 2007. Christophe Caterino, chef de cabine chez Air France, est interpellé avec 51.583 cachets de Subutex pour une valeur d'1,3 million d'euros. Condamné à quatre ans et demi de prison, un collectif de soutien se monte et paye sa caution de 20.000 euros. Assigné à résidence dans un hôtel cinq étoiles mauricien, le prisonnier s'évade en juin 2009.

Suite à cette affaire, Air France a décidé de licencier Christophe Caterino le 10 mai 2010, car l'ancien chef de cabine a commis une faute selon la compagnie, "le Subutex étant considéré comme une drogue à Maurice", souligne le Jir. Mais pour Christophe Caterino, la compagnie aérienne française a fait preuve "d'inertie" et n'a pas réuni les preuves de son "innocence". Conséquence, l'ex-steward a assigné Air France devant les prud'hommes de Bobigny et réclame la somme de 900.000 euros, dont 500.000 au titre de préjudice moral.

Autre détail, Chrsitophe Catérino réclame également plus de 13.000 euros pour les frais de rapatriement alors que ce dernier a fui "Maurice illégalement" explique l'avocat de la compagnie Air France, Me Baudouin de Moucheron, dans les colonnes du Jir. Un avocat qui s'étonne de "la stratégie judiciaire visant à faire porter le chapeau à Air France", explique le journal.

De son côté la compagnie aérienne française a demandé que Christophe Caterino soit débouté de sa demande, mais également condamné pour procédure abusive. Décision attendue à la fin du mois de septembre.
Dimanche 21 Août 2011 - 09:49
Lu 2321 fois




1.Posté par Pas Etonné le 21/08/2011 10:23
... C'est quand même une aberration... sûr que ce jeune homme n'a pas récolter son du de trafic mais en plus le 5 étoiles mauricien n'était pas assez classe pour son assignation a résidence... franchement honte a vous et à ceux qui vous ont aidés dans cette sombre histoire... ont-ils pensés que cette substance aurait pu arriver dans les veines de leurs propres enfant quand ils ont payés votre caution... Elle est belle la Justice...

2.Posté par noe le 21/08/2011 10:51
Les drogues , il faut tj se méfier ...
Médicaments dans un pays , mais considérés comme "drogues" dans d'autres ...
Pour arrondir les fins de mois , beaucoup franchissent la barrière en utilisant le boulot pour en exporter ou importer ...on devient "la mule"...... Quand on se fait prendre (1 chance sur 2) ....on est dans la "m...."

3.Posté par étonné le 21/08/2011 13:46
étonné que l'avocat Me Baudouin De Moucheron avocat d'Air Fance soit aussi l'avocat d'Air Austral et de Gérard Ethève.

4.Posté par jeremy le 21/08/2011 18:12
Il aura gain de cause, comme le vendeur de coke (dans les boites à la Réunion) ou celui qui s'est fait coincé à Gillot avec de la résine de canabis.
le t'it créole lui va rester au niouf...!

5.Posté par David Asmodee le 21/08/2011 18:18
"Assigné à résidence dans un hôtel cinq étoiles mauricien, le prisonnier s'évade en juin 2009. "

Aahhh, les mauriciens, leur éternelle vision raciale et leur complexe d'infériorité devant le Blond. Si c'était un ti caf Chaudron, il serait au trou avec les rats.
Aahhh, les "cousins", faut évoluer un peu.

6.Posté par Choupette le 21/08/2011 18:26
Ils vont le réduire en bouillie.
C'est parce qu'il est déjà sûr de ne plus retrouver du taf qu'il demande le pactole.
La cloche. C'est ce à quoi il aura droit.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 11:10 Route de Mafate: Un motard décédé après une chute

Dimanche 11 Décembre 2016 - 08:53 Carambolage à la Possession: 7 voitures impliquées

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales