Faits-divers

Totalement beurré… sur la route de Cilaos !

Correctionnelle Sud – Mardi 1er mars 2016 :


Totalement beurré… sur la route de Cilaos !
C’est de l’inconscience totale ou les mots n’ont plus de sens.

Au mois de novembre dernier, M. E., 30 ans, employé de commerce, décide d’aller en virée à Cilaos mais rien ne presse. Avant de se lancer sur la route aux soi-disant 400 virages, il décide de se donner du cœur au ventre et, avec ses copains, se met en devoir de compter avec une application touchante tous les bars et bistrots entre Saint-Louis, le Ouaki et Petit-Serré. A eux quatre, ils épuisent pratiquement les réserves à whisky de ces endroits, charmants au demeurant.

Pétés comme des coings, ils se lancent dans l’aventure et, néna in bon Dieu po bande zivrognes, ne tombent pas dans le Bras-de-Cilaos pas plus que dans le Bras-de-Benjoin, malgré une bonne volonté évidente à rouler en crabes.

Non ! C’est à Cilaos que M. E. bugne son véhicule, en pleine ligne droite, tout seul comme un grand.
Les gendarmes ne sont pas loin, soufflette dans ti sifflette jour d’l’An qui manque d’exploser. Le problème de cet apprenti chameau est son lourd passé judiciaire, un casier comportant de nombreuses mentions où le ti rhum charrette joue les premiers rôles.

Le substitut Pierre Bernard n’a pas manqué de souligner que tous les dossiers du jour avaient trait à l’alcool au volant. "Un alcool qui tue beaucoup trop de gens ici. Un conducteur sur dix, lors des contrôles du week-end, est sous influence. On voit ensuite des familles ravagées parce que l’un des leurs a eu le malheur de croiser la route d’un de ces alcooliques qui n’ont aucune conscience civique ! M. E. lui, sait ce qu’il en coûte avec ses antécédents".

Le substitut a réclamé 6 mois avec sursis, plus une suspension de permis avec interdiction de le repasser pendant 9 mois et stage de sensibilisation à la sécurité routière. 

Me Aubras, tout en souscrivant aux craintes du Parquet, s’est désolé "que la chair soit faible malgré tous les efforts qu’on peut faire. On est entraîné, on prend un verre avec des amis, puis un second… le cycle est enclenché".

L’accusé, piteux, a demandé pardon avant de recevoir son addition : exactement ce qu’avait réclamé l’accusateur public.
Mercredi 2 Mars 2016 - 11:04
Jules Bénard
Lu 2829 fois




1.Posté par L'Ardéchoise le 02/03/2016 11:29
Peut-être qu'il était en train de tomber dans les bras de Morphée ?

2.Posté par Jules Bénard le 02/03/2016 12:55
à l'Ardéchoise :
Là, il allait plutôt de Charybde en Scylla !
Se croyait sans doute sorti de la cuisse de Jupiter ?
Mais Bacchus veillait sur lui. Ouaf ! Aaaaarrrrggggg !

3.Posté par dègue le 02/03/2016 14:20
Trop bon ! j 'adore !

4.Posté par baccusman le 02/03/2016 14:53
O rhum o désespoir o ivresse ennemie
les verres ne se comptent plus sur mes lèvres salivantes
qui à chaque verre, fait que je ne suis plus tout à fait le même, ni encore une autre.
Oui monsieur le procureur " le rhum et le whisky lé pas bon même" mais ou connait la tentation lé plus fort le courage.
Mdr.

5.Posté par L'Ardéchoise le 02/03/2016 17:36
Ah oui, Bacchus, dieu de la vigne et du vin...de Cilaos !
Et parmi les animaux que l'on associe à ce dieu figurent les ânes .
C'est pour cela qu'il était saoul comme une bourrique pour le rejoindre au cirque...

6.Posté par Jules Bénard le 02/03/2016 17:39
à tous :
ça, c'est des commentaires !
Allons, le sens de la dérision n'est pas encore mort alors...
... mette encore (dans mon gosier) la passé !

7.Posté par KLD le 02/03/2016 19:29
ha , le bon vin , bien sucré de Cilaos ..ça meme nout tradition , avec modération .

8.Posté par L'Ardéchoise le 02/03/2016 19:52
Sincèrement Jules, on se marre beaucoup plus avec tes articles et les commentaires qui s'ensuivent que sur certains sujets épineux...

9.Posté par pokemonman le 02/03/2016 20:51
Voila que la marée chaussée se met sous la dent un ti tubeur dans la fraicheur des hauts du cirque de mon enfance.
Interphonée, le ti buveur, accuse la note.
Convoqué chez "La Loi", il a fait le nez bat , heu pardon a subi le débat.
Il a même présenté des excuses en public si ou plait.
Il faut du courage pour ça. Mais il fallait l'avoir avant mou noir.

10.Posté par Thierry le 02/03/2016 21:08
Jules, vous auriez pu nous la faire celle-là, juste après les 400 virages. Avec tous ces bars, ils ont fait les 400 coups.

Le champagne de violettes est sans alcool.

11.Posté par A dose rhum-éopathique? le 02/03/2016 21:34
"Non ! C’est à Cilaos que M. E. bugne son véhicule, en pleine ligne droite, tout seul comme un grand. "

Logique qu'il rate pas les virages mais se "bugne" tout seul comme un grand sur une ligne droite: car quand on est bourré comme un coing, les lignes droites, ça le fait pas, tout est plutôt rond...

"Me Aubras, tout en souscrivant aux craintes du Parquet, s’est désolé "que la chair soit faible malgré tous les efforts qu’on peut faire. On est entraîné, on prend un verre avec des amis, puis un second… le cycle est enclenché".
"

La citation doit être incomplète. En tous cas, avec celle-là, on se demande si le "baveux" est là pour le défendre ou l'enfoncer... Car que penser après ça: tant va la cruche à l'eau (de vie) qu'à la fin, elle se casse, non?

12.Posté par O Kaïdi, Kaïda, Kaïdo... le 02/03/2016 21:50
"....entre Saint-Louis, le Ouaki et Petit-Serré...".
.................

Il s'est arrêté dans un bistrot et a commandé plusieurs "W...ouaski sans glaçons" pour après se faire petitement serrer à Cilaos

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales