Société

Top Résa: La Réunion, une destination qui se vend bien... mais qui reste chère


Top Résa: La Réunion, une destination qui se vend bien... mais qui reste chère
Le village T.O, pour Tour opérateurs, trône au milieu du salon Top Résa. Là sont réunis ceux qui vendent des voyages sous forme de circuits découvertes ou vols avec hôtels. Quant on parle de la Réunion à ces professionnels, la destination est plébiscitée pour son côté nature, sauvage et intense. Mais un frein reste le principal obstacle à une démocratisation de notre île: le coût du billet d'avion.

"On n'a pas de soucis avec cette destination. Notre clientèle l'apprécie et on vend aussi des combinés avec l'île Maurice", explique un représentant sur le stand FTI Voyages. Même son de cloche chez les autres tours opérateurs français, comme Fram et Nouvelles Frontières. "La destination se vend bien !", nous assure un commercial.

Mais alors qu'est-ce qui freine notre destination au point de voir la fréquentation touristique chuter de 10% au premier semestre 2013 ? Quand on leur parle de la crise requin, les tours opérateurs répondent qu'il n'y a pas de problème avec leur clientèle. Non, le principal souci vient du coût du billet d'avion. La Réunion se classe dans le top 5 des destinations les plus chères au niveau mondial.

Les tours opérateurs low-cost ne proposent pas notre destination à cause du coût, mais pas seulement. Chez Plein Vent voyages, on explique que vendre la Réunion en low-cost ne serait pas une bonne idée pour l'image de notre île. "A Maurice, ça a tué la destination", de l'aveu d'une commerciale. Pour elle, la Réunion doit garder son côté nature à l'autre bout de la planète sans en faire une aire d'arrivée pour touristes de masse. C'est dit !
Mercredi 25 Septembre 2013 - 14:13
Lu 1282 fois




1.Posté par Moyennant finance le 25/09/2013 17:28

2.Posté par Pat 974 le 25/09/2013 17:36
pat974
Et pourtant, c'est se qu'il nous faudrait "le tourisme de masse" pour faire rentrer des €uros ou des devises dans nos caisses. Je ne comprend pas cette obstination débile a vouloir des touristes de class luxe.
Les russes, Les Chinois pour eux c'est le luxe: Vuiton, Cacharel,Nina Ricci,YSL, Rolex, du Moet, Cognac 20ans et des vins super cru etc.......comme sur les champs Élysée. Il n'y a rien de cela. Malheureusement on trouve beaucoup plus de marque en provenance du Bangladesh, Pakistan, a moindre coup pour la consommation locale et qui ne concerne pas cette catégorie de gens.
Il vaut mieux 10 de class eco qu'1 de 1er class.

3.Posté par timagnol le 26/09/2013 08:18
Paraître, encore paraître, toujours paraître...Et pourtant un éminent congressiste invité récemment au KOLLOK régional sur le tourisme disait en substance: "dites ce que vous faites et faites ce que vous dites". Autrement dit, l'heure n'est plus aux slogans creux de type "zémotion" mais aux actes. Il est donc urgent d'auditer messieurs Robert et Viroleau (pardon pour l'oubli de l'ineffable "sénatrice la vanille"), de faire alors un état des résultats de l'usage des fonds astronomiques digérés depuis 3 ans, des perspectives négatives ou positives... puis de "chabouker" là ou il faut ! L'avenir rationnel de notre tourisme en dépend car, ne l'oublions pas", taxiteurs et conducteurs de bus y baragouin touzour pa anglé !

4.Posté par collet le 26/09/2013 09:36
oui faire oublier la crise requin, d'ailleurs à Maurice, il n'en parle pas!
Il faut miser sur des touristes montagnards et qui par dessus tout apprécierait nos beaux sommets,
faire de la rando, safari photos, et puis après se baigner dans le lagon...un bon deal

5.Posté par Trop cher le 26/09/2013 09:46
Le coût du billet d'avion excessif, freine la baisse de fréquentation touristique de l'île? Alors nous avons deux solutions:
1. Baisser le coût du billet, tout en restant financièrement intéressant pour la compagnie aérienne.
2. Si cela n'est pas possible, alors notre île doit devenir impérativement une destination de luxe écolo. Ce qui implique, plus de prestations, plus de services, un personnel de qualité et respectueux des touristes. Ce qui nous permettrait aussi d'attirer les croisiéristes vers nos côtes! Les hôtels low cost déjà présentes, doivent alors soit se renouveler, soit se tourner vers les locaux pour s'en sortir.
Car pour faire du low cost, notre île devrait tout simplement ne plus être française (T.V.A, impôts, charges sociales ....)

6.Posté par Albert Monk le 26/09/2013 11:31
Une destination qui se vend bien mais qui recule de 10 % ! Bel oxymore. Et l'effet requin qui fait la une des J.T ? On en parle pas c'est plus simple. Pourtant le lien de cause à effet est évident. Le prix des billets d'avion ? Ils sont deux fois plus chers sur Maurice. Les mettre en avant pour cacher les requins sous le tapis dommage que le journaliste soit tombé dans le panneau.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 09:32 Saint-Pierre: Un requin bouledogue prélevé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales