Politique

Tentative d'immolation par le feu : la mairie de Saint-Paul va porter plainte

A trop vouloir jouer avec le feu, les ex-squatteuses de l'Eperon s'attirent les foudres de la mairie de Saint-Paul. Celle-ci portera plainte dans les prochaines minutes à la gendarmerie de Saint-Paul pour mise en danger de la vie d'autrui.


L'équipe municipale, excédée, portera plainte d'ici ce soir
L'équipe municipale, excédée, portera plainte d'ici ce soir

"Il y a des gens qui tirent les ficelles derrière tout ça"
, résume Jean-Marc Gamarus, 1er adjoint à la mairie de Saint-Paul.

L'épisode de la tentative d'immolation par le feu d'une mère des ex-squatteuses de l'Eperon n'a pas fait rire la municipalité. "Ils ont profité de la faiblesse d'une personne pour mettre la pression sur la municipalité. On n'a pas le droit de jouer avec la vie des gens comme cela. On a aidé cette personne à venir avec un jerricane, ça demande une préparation. Cette personne n'est pas seule à avoir décidé de cela", ajoute le numéro deux saint-paulois.

C'est donc sur le terrain judiciaire que cet événement inédit à la Réunion (une personne s'aspergeant de liquide inflammable pour se faire entendre) se jouera. "Il reviendra au Procureur de la République de qualifier les faits", avance l'adjoint Emmanuel Séraphin d'un ton grave.

Un accompagnement social en plus d'un logement temporaire

Pour prouver sa bonne volonté dans le dossier des ex-squatteuses de l'Eperon, la municipalité rappelle dans les locaux de la CCAS qu'une réunion "SIAO" (Système intégré d'accueil et d'orientation) a eu lieu ce matin encore.

Joëlle Ramasamy, la directrice du centre communal d'action sociale fait le point sur les solutions trouvées. "Des sept familles de départ (qui avaient occupé illégalement des logements vides à l'Eperon), il en reste deux dont l'hébergement temporaire à Bellepierre et Saint-Pierre a été refusé par les jeunes mères de familles" avec deux enfants à charge. Le motif évoqué : l'éloignement.

"C'est regrettable qu'elles n'aient pas accepté car en plus de cet hébergement temporaire, il y avait un accompagnement social au cours des six premiers mois d'hébergement, potentiellement renouvelés pour un an si aucune solution n'avait pu être trouvée d'ici là, ce qui donnait du temps", avoue déçu Alain Dussel, du bureau des affaires interministérielles à la sous-préfecture de Saint-Paul.

Qui est derrière tout ça ?

Pour l'heure, quatre jeunes femmes (dont une pas concernée directement mais qui soutient sa cousine) poursuivent leur grève de la faim devant le parvis de l'Hôtel de ville. "Je ne serais pas étonné si demain d'autres personnes se mettaient à provoquer encore l'équipe municipale. Nous sommes en place jusqu'en 2014, nous nous attendons à ce que de tels agissements se reproduisent", soutient Jean-Marc Gamarus dans sa thèse du complot politique.

"Que les réelles personnes qui sont derrière tout ça se découvrent"
, conclut-il.

Le chapitre des squatteuses de l'Eperon n'est donc pas prêt de se terminer.
Mardi 17 Mai 2011 - 17:26
Ludovic Grondin
Lu 3097 fois




1.Posté par Simplet le 17/05/2011 18:16
Il est impensable que nos institutions puissent céder à de tels chantages ...

Nous avons à faire à des gens (ces squatteuses) qui n'ont aucun sens des responsabilités et qui ne vivent que dans la provocation ...

La Députée Maire de Saint-Paul a raison de porter plainte pour ne pas cautionner de tels agissements ...

2.Posté par edouard le 17/05/2011 18:36
Si les manipulateurs lisent cet article ils vont voir que leur "combat" ne fait plus recette. Patience ...

3.Posté par Choupette le 17/05/2011 18:45
"...d'immolation par le feu ..."
Ah, parce qu'on peut s'immoler par l'eau aussi ?

4.Posté par lilou974 le 17/05/2011 19:20
qui va encore payer l'hospital en cas de brulûre au 3eme degrés?

5.Posté par Réflexion le 17/05/2011 19:31
Et quand se décidera t-on à mettre en sécurité les enfants concernés?

Des solutions proposées et refus en raison de l'éloignement?
Et bien on voit qu'elles n'ont vraiment rien à faire que de choisir un logement et le lieu comme un jouet dans un magasin. Combien de personnes habitent dans le Sud et travaillent à Saint Paul (et ou Saint Denis) et vice et versa. Et pour lesquelles l'éloignement n'empêchent pas de vivre avec ses enfants.
Peu importe mais je trouve qu'elles ne sont pas si pressées que cela à mettre un toit sur la tête de leurs enfants? (même si c'est de l'hébergement temporaire!). Et cela me questionne beaucoup, vraiment beaucoup.

6.Posté par Le Troll velu 974 le 17/05/2011 19:35
Meme pas kap !!

7.Posté par almuba le 17/05/2011 20:45
Et oui choupette, on peut s'immoler par l'eau, la terre, le fer ou tout autre moyen.
Regarde le dico avant d'être ironique.

8.Posté par Zinco errants le 17/05/2011 20:51
au prix où est l'essence , ces gens ont les moyens finalement.

9.Posté par mimi le 18/05/2011 10:26
ses personnes seraient-elles manipulé par SINIMALE Joseph et le maire de saint Leu. A plusieurs reprises, dans des petites réunions, ces personalités reviennent sur la façon de gérer le problème par la mairie de Saint Paul. Il est important que le Monsieur SINIMALE arréte de faire les méthodes qu'il a fait dans le passé;

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales