Faits-divers

Tensions à Saint-Louis: La Préfecture assure être mobilisée

Après le communiqué envoyé par Patrick Malet, maire de Saint-Louis, indiquant que ses services se désengagent dorénavant de l'affaire du gourou présumé, la Préfecture de la Réunion a signalé en fin d'après-midi dans un communiqué qu'elle agissait sur le terrain. Nous vous livrons ci-dessous l'intégralité du communiqué de la Préfecture :


Dans la nuit du 3 au 4 octobre 2015, les gendarmes ont dû intervenir à Saint-Louis pour rétablir l’ordre, à la suite d’attroupements résultant à l’origine de la volonté d’un père de famille de récupérer sa fille mineure qui se trouvait avec une vingtaine de personnes dans un logement saint-louisien dans lequel se tiennent des enseignements coraniques. Ces désordres ont perduré les nuits suivantes, nécessitant de nouvelles interventions des forces de gendarmerie.

Dès ce moment, l’action de l’État a porté sur trois domaines :

Assurer la sécurité de tous. Depuis le 4 octobre, ce sont tous les jours plusieurs dizaines de gendarmes départementaux et mobiles qui sont mobilisés pour faire cesser les troubles et sécuriser l’habitation menacée et ses environs.

Assurer une médiation et proposer des solutions d’urgence aux occupants du logement. Ainsi, et suite à la demande du maire de Saint-Louis exprimée le 5 octobre, les services de l’État ont été en contact constant avec les services de la commune. Devant les difficultés rencontrées par cette dernière, le jeudi 8 octobre, les services de la préfecture ont proposé une solution d’hébergement d’urgence auprès des habitants du logement ; ces derniers l’ont refusée.
Vendredi, à la suite de l’intrusion dans le logement, la directrice de cabinet du préfet s’est rendue à Saint-louis pour rencontrer le maire et l’avocat des jeunes femmes vivant dans la maison. Elle s’est personnellement entretenue avec deux d’entre elles. Elle leur a proposé un hébergement d’urgence pour douze personnes. Cette proposition a été à nouveau refusée.
Le 10 octobre, une médiation a été organisée par l’État, avec la participation des services de la direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de La Réunion et d’agents du conseil départemental de Mayotte. Alors que les occupants de l’habitation avaient initialement accepté cette démarche, elles l’ont finalement refusée.

La recherche d’éléments administratifs permettant de déterminer une dérive sectaire éventuelle. Si il revient à la justice de faire la lumière sur cette affaire au travers d’éventuelles procédures judiciaires, le préfet a saisi le président de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) afin d’obtenir son éclairage sur la situation et sur les mesures à prendre. 
A cet effet, sont recherchés les témoignages permettant de déterminer si l’organisation et le fonctionnement du groupe vivant dans cette maison induit des situations à risque pour ses occupants.
Samedi 10 Octobre 2015 - 18:12
Lu 2701 fois




1.Posté par kld le 10/10/2015 21:16
je ne suis pas inquiet , comme dit un autre utilisateur de ce site.

2.Posté par La vérité vraie... le 10/10/2015 22:05
C'est clair, ces messieurs s'occupent parfaitement des dossiers. Ca se sait à La Réunion...

3.Posté par 974 le 10/10/2015 23:20 (depuis mobile)
Ôté i fo pas donné a li un caz. La famille des 18filles i souffres. Alors comment li peut avoir son propre toit. Li sa agrandi son troupeau et brisé d''autre famille. Li fait vivre a zot ds le strik minimum et beze zot l''argent pour envoyer senegal

4.Posté par QUESTION le 11/10/2015 00:20
L'ETAT peut-il intervenir dans un conflit de religions soufisme contre sunnisme ?

5.Posté par France le 11/10/2015 00:29
Un logement n'est pas un lieu de culte. Il n'y a que le propriétaire qui peut exiger une expulsion de tout ce monde. Ce sénégalais peut être poursuivi pour séquestration de mineure.

6.Posté par anonyme mouse le 11/10/2015 06:28
allumer le feu... allumez le feeeeeeeuuuuuu........

7.Posté par QUESTION le 11/10/2015 08:32
Ce que nous avons devant nous, ce n'est rien d’autre une nouvelle guerre de religion à l’intérieur de l’Islam. Le soufisme est une variante de l'Islam. Le sunnisme, c'est la variante de l'Islam adoptée par les mahorais.

Ces variantes sont aussi incompatibles que les armagnacs et les bourguignons d'une autre époque.
Elles ont en commun d'être des variantes une religion récemment importée dans notre pays.

Les soufis sont mal connus.

WIKIPEDIA. « Les musulmans soufis sont des personnes qui recherchent l'intériorisation, l'amour de Dieu, la contemplation, la sagesse. Il s'agit d'une organisation initiatique et ésotérique. »
Le rassemblement des soufistes dans une maison commune ressemble aux béguinages de jadis. Le mouvement béguinal, apparu à Liège au Moyen Age constitue le premier type de vie religieuse féminine non cloîtrée. Les béguines vivent dans de petites maisons individuelles souvent regroupées autour d'une chapelle et d’un confesseur pour former un ensemble appelé « béguinage »1.

1 Bernard Hours, Histoire des ordres religieux, Presses universitaires de France,‎2012, p. 43-45.

Par contre le soufisme est souvent mis en opposition avec l'islam traditionnel par les Occidentaux 6 ? En réalité les anciennes « voies » soufies aient fait l'intense promotion d'un enseignement très orthodoxe. Le soufisme cultive volontiers le mystère, l'idée étant que Mahomet aurait reçu en même temps que le Coran des révélations ésotériques qu'il n'aurait partagées qu'avec quelques-uns de ses compagnons 6.

En tant que notables, les soufis combattent le vice sous toutes ses formes. Leurs luttes se sont souvent tournées contre ceux qui menacent de dévoyer la spiritualité des croyants, y compris des émirs licencieux 6.

Dès le début de l'islam, Abû Dharr, par exemple, un compagnon de Mahomet, se distingue par sa condamnation des puissants, qui lui a valu l'emprisonnement par les puissants de son époque 6.

Le soufisme a pour objectif la recherche de l'agrément de Dieu, la promotion du tawhîd – « science de l'unicité de Dieu ». Il combine la charia, la loi islamique, et al-haqîqa, la vérité 6.

L'adhésion au Coran y est un nécessaire préalable à la compréhension du monde 6. Les rites sont inutiles s'ils ne sont pas accomplis avec sincérité 6. Pour certains vulgaristes, le soufisme prône l'existence d'une connaissance cachée (ilm al bâtin) et un idéal de non-attachement aux choses de ce monde et de combat intérieur contre le vice. Ce dernier point est vérifié, mais le principe de ilm al bâtîn fait référence à l'acceptation par le cœur du verset qui pourrait être traduit par « rien ne ressemble à Dieu ».

Dans le soufisme, l'Être suprême est Dieu, auquel on accède – c'est-à-dire accéder à Son agrément – par l'amour de Lui et de ses adeptes.

6 Gerhard J. Bellinger, Encyclopédie des religions, Le livre de poche (ISBN 2-253-13111-3)

8.Posté par gros kafrine le 11/10/2015 09:10
Bon sang qu'on l'expulse du territoire et le problème seras régler ,il n'a pas a dicter sa loi aux autorités françaises quand même

9.Posté par Le préfet semble avoir fait son travail le 11/10/2015 10:08
Il me semble que la préfecture fait son travail, au contraire de la mairie de Saint-Louis et des familles (voir mon post sous l'article consacré à la mairie de Saint-Louis qui se désengage).

10.Posté par Essayon de Paetretrocon le 11/10/2015 14:46
Un excellent conseil : prenez votre courage et lisez le coran. Le conseil vaut surtout pour les femmes surtout dans le cadre de cette affaire ci puisque un hasard extraordinaire a fait qu'il n'y a aucun adepte masculin. Si l'entreprise vous rebute, utilisez un moteur de recherche et saisissez une turpitude quelconque suivi du mot "coran" (et éventuellement "islam" si la première recherche n'est pas satisfaisante). Exemples : "esclavage sexuel coran" ou "statut femme coran".
Prenez note des n° de versets et de sourates, ou des n° de hadiths et leurs auteurs, et ensuite allez vérifier dans les versions en papier d'auteurs et d'éditeurs fiables. Il est très recommandé aussi de lire une sirah, c'est à dire une biographie de Mohammed le prophète de l'islam (Internet permet de retrouver de nombreux épisodes qu'il conviendrait aussi de vérifier).
C'est seulement après avoir vérifié les fondamentaux d'une religion dans ses textes sacrés qu'une femme (et un homme aussi) peut savoir si elle peut faire confiance aux prédicateurs et aux "enseignants" de la foi islamique ou d'une quelconque autre foi.
Si on ne prend pas ce genre de précaution, il peut parfois arriver que l'on tombe dans un état de dépendance psychologique à l'égard d'un gourou d'une secte. Parfois, il peut s'agir d'une secte qui a réussi, on l'appelle alors "Religion", et ses gourous prennent alors une autre dénomination beaucoup plus officielle et positive.

11.Posté par mandelamarley le 11/10/2015 16:48
Gros kafrine n'a raison , il a titre de séjour ,il y a un vrai quid dans l'histoire. Qu'on l'expulse tout simplement. Arrêtons de tolérer n'importe quoi sur le sol français. L'état est limité pour les étrangers alors que la répression règne sur les citoyens. Ou va t-on ?

12.Posté par noe le 11/10/2015 17:20
Le préfet les surveille avec des drones !

13.Posté par barbe bleu le 11/10/2015 22:28
On revient ce celebre conte , Barbe bleu Gouzou de la reunion et ses 18 compagnes....y a de quoi a caricaturer sur le net

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales