Politique

Teneur en sucre dans les Outremer : "90% de la loi est déjà appliquée", indique M. Orphé

Suite à l’appel à manifester le 14 novembre pour l’application de la loi sur la qualité de l’offre alimentaire Outre-Mer, la députée de la sixième circonscription, Monique Orphé, tient à rappeler dans un communiqué son engagement, ainsi que celui du gouvernement, "pour lutter contre l'obésité et le diabète qui touche durement et massivement nos territoires" :


"En tant que responsable sur la loi sucre et rapporteure pour avis au nom de la délégation Outre-Mer sur le projet de loi santé, j’ai rappelé, à plusieurs reprises, l’urgence de se mobiliser sur la question, et souligné l’importance de sensibiliser les plus jeunes sur les risques d’une alimentation trop riche en sucre et sur les liens avec la survenance éventuelle du diabète.

Le 15 juillet dernier, au cours d’un entretien avec la ministre Marisol Touraine, j'ai, à nouveau, attiré l’attention sur ce sujet, en indiquant qu’il était urgent, au regard des problématiques de santé en Outre-Mer, que le gouvernement publie cet arrêté. La ministre de la Santé s’était alors engagée à le faire publier en début d’année, après la transmission à la Commission européenne.

Ma dernière intervention sur ce sujet date du 20 octobre 2015 en séance publique à l’occasion de l’examen du projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2016 qui prévoit une expérimentation dans la prise en charge de l’obésité chez les jeunes de 5 à 10 ans.

Enfin, hier, j’ai participé à une réunion de travail au Ministère des Outre- Mer, en présence de la Ministre et de Mme De Singly, chargée de la mise œuvre du plan santé Outre-mer. Un plan santé qui sera décliné par territoires et qui prend en compte les préoccupations spécifiques. Parmi les cinq axes déclinés figure le renforcement de la prévention et la lutte contre les inégalités sociales et territoriales de santé. Cet axe entend notamment agir sur l’obésité et le surpoids.

Cette réunion fut l’occasion d’évoquer le projet de loi santé qui entérine ce plan santé stratégique Outre-Mer, et, qui sera examiné en deuxième lecture à l’Assemblée nationale à partir du 9 novembre.

La loi « sucre » fut également abordée. L’occasion de rappeler que :

* 90 % de loi est déjà appliqué :

La principale disposition de la loi, interdisant aux industriels de rajouter du sucre dans les produits destinés aux Outre-Mer par rapport à ceux distribués dans l'Hexagone, est applicable depuis décembre 2013.

A titre d’exemple, depuis décembre 2013, les producteurs de sodas n'ont plus le droit de vendre un soda 40% plus sucré dans les Outre-Mer, que celui vendu dans l'Hexagone, sous peine de sanctions prévus à l'art L. 3232-7 du code de la santé publique.

Lors des débats parlementaires, un article a été rajouté à la loi pour limiter la teneur en sucre des produits fabriqués Outre-Mer et exclusivement destinés à la consommation ultramarine.

Pour ces produits, il est prévu un arrêté interministériel déterminant la liste de ces produits locaux dont la teneur en sucre doit être limitée ainsi que le taux maximum de sucre de ces produits.

L’engagement de la Ministre Marisol Touraine a été confirmé. En effet, cet arrêté a été transmis à la Commission européenne. Il devrait être publié, si aucune remarque n’émane de la Commission, au mois de février 2016.

Je comprends l’impatience des Réunionnais et des associations réunionnaises qui œuvrent sur ce sujet.

Je serai particulièrement vigilante pour que cet engagement soit respecté, il y va de la santé des populations ultramarines."
Vendredi 6 Novembre 2015 - 10:26
.
Lu 1270 fois




1.Posté par Ti Dalon le 06/11/2015 10:18
Elle est gonflée la député,cette mesure était déjà appliquée depuis longtemps. Il n'y avait pas nécesité à faire une loi. Il y a plutôt urgence à taxer davantage le sucre hyper raffiné importé par certains industriels locaux, alors que celui de La Réunion moins raffiné revient à peine qq centimes de plus!

2.Posté par Gilles le 06/11/2015 10:27
Le plus important n'est-ce pas que les produits locaux eux aussi ne soient pas enrichis volontairement?
Pourquoi ne pas adopter d'autres types d'additif sans risque qui donne du goût comme la stévia! En plus cela permettrait de développer la filière dans lîle.

3.Posté par Roland Emmerich le 06/11/2015 10:41
La même loi pour tous, non c'est pas mieux ?
à la place de l'eau sucré pour les outre-mer quoi

4.Posté par kersauson de (P.) le 06/11/2015 11:50
pourquoi les yaourts sucrés sont ils 2 fois pluss sucrés qu en metropole alors ?

5.Posté par lecture a deux niveaux le 06/11/2015 12:27 (depuis mobile)
A +39% de sucre en plus on ne dit rien aux industriels??

6.Posté par Lokiel le 06/11/2015 13:54
4. Si vous en trouvez, dénoncez les à la DGCCRF.

7.Posté par PHILIPPE le 06/11/2015 13:57
Dangereux la coiffure, aucune classe...pfff

8.Posté par Ben voyons le 06/11/2015 14:22
Elle a raison
Elle a déja maigri ...

9.Posté par Bruno Bourgeon, néphrologue le 06/11/2015 15:16
A tous les commentaire de 1 à 5 : vous avez tous raison! Jusqu'à 40% non compris, c'est autorisé, et comme les sodas réunionnais sont moins chers... (Il n'y a qu'à aller dans les rayons des supermarchés pour s'apercevoir que les sodas locaux sont nettement plus sucré (quand ils indiquent leur teneur en sucres, ce qui est loin d'être toujours le cas, contrairement aux dispositions de la Loi). Les yaourts sont nettement plus suicrés car la Loi indique la teneur minimum en sucre dans les produits laitiers, pas la teneur maximum! Etrange, non? Mais c'est ainsi. Oui, Roland, la même loi pour tous, ce serait tellement plus simple, mais le gouvernement cède encore et toujours aux lobbies. Le stevia peut être un édulcorant efficace, à base de xylitol, qui est le sucre du bois, non assimilé par l'organisme; cependant il donne un goût différent. Mais a-t-on vraiment besoin d'enrichir en sucres l'alimentation d'une population touchée à 11% par le diabète?

Enfin la mesure n'est pas pleinement appliquée. Monique, va faire tes courses au Supermarché, et va constater de visu les étiquettes des sodas, tu seras édifiée, et ton optimisme en sera ébranlé!

10.Posté par Hector le 06/11/2015 15:54
Le problème n'est pas que dans le produit! Quand tu manges 10 gateaux moins sucré, au lieu de 5 très sucré, le problème est dans l'attitude et le respect qu'on porte à son corps!

11.Posté par Elvis le 06/11/2015 15:54
Ne pas permettre à un enfant de faire de l'activité physique encadrée, ça c'est une grosse erreur! Madame la député,pourquoi est ce votre réserve parlementaire ne servirait pas un programme de ce type au lieu de faire de l'agitation

12.Posté par Elvis le 06/11/2015 15:59
Comment on en vient à favoriser le lobby des boissons gazeuses riches en sucre, au lieu de faire de la promotion pour nos jus pays sans sucre ajouté, sans colorant!

13.Posté par Blackshark le 06/11/2015 16:17
Comment elle explique la diminution du % de sucre et l'augmentation du prix du produit??

14.Posté par A mon avis le 06/11/2015 16:22
Pourquoi le consommateur achète-t-il des yaourts sucrés ?

Il faudrait aussi que chacun prenne ses responsabilités.
La teneur en sucre diminuerait si les yaourts sucrés restaient dans les rayons !

15.Posté par Goutanou974 le 06/11/2015 17:47
Et ben alors zot i koné pa c kwé le gout kréol ?

16.Posté par kld le 06/11/2015 18:01
bon , ben , n'aura mwin de "surpoids " , sa meme , meme ?

17.Posté par Lokiel le 07/11/2015 03:24
9. Vous racontez absolument n'importe quoi. L'interdiction de la vente de produits de même marque plus sucrés en Outre-mer qu'en France hexagonale est codifiée au L.3235-5 du code de la santé publique. Je cite:

"Art. L. 3232-5. - Aucune denrée alimentaire de consommation courante destinée au consommateur final distribuée dans les collectivités mentionnées à l'article 73 de la Constitution ainsi que dans les collectivités de Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon ne peut avoir une teneur en sucres ajoutés supérieure à celle d'une denrée similaire de la même marque distribuée en France hexagonale."

Ces mesures étant applicables depuis fin 2013, encore une fois je le répète, si vous constatez des produits plus sucrés dans les magasins qu'ils ne le sont en métropole, il faut les dénoncer aux services de la direction régionale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

18.Posté par Lokiel le 07/11/2015 03:25
(Et d'ailleurs, il y a aussi une liberté du commerce qui fait que l'Etat ne peut pas imposer le stévia à la place du sucre. Il se ferait casser par le conseil constitutionnel. )

19.Posté par Pierre Balcon le 07/11/2015 06:11
Voilà où nous en sommes en 2015 ! Voilà à quoi se réduit l'action politique !
A parler du taux de sucre dans les sodas ou les yaourts et de Nox ou CO2 dans les carburants
L'autre jour notre députée , impuissante, se plaignait que la CAF faisait de la résistance pour s'impliquer dans le nouveau dispositif de subrogation des pensions alimentaires ...
Faut vraiment que je relise le Capital .
Quant aux politiciens , devenus parfaitement inutiles souvent et nocifs parfois, qu 'ils laissent leur place à des docteurs et à des mécaniciens . Ils seraient beaucoup plus compétents pour soigner notre société malade et infantilisée.
Je propose que nous limitions aussi les taux de démagogie et d'ignorance dans les discours politiques. Et que nous sanctionnions durement les contrefaçons

20.Posté par Bruno Bourgeon, président d'AID le 07/11/2015 06:48
Post 17 : je ne raconte pas n'importe quoi, analysez les termes de la Loi que vous indiquez : les produits de MÊME marque, or on ne vend pas de sodas Sega, Limonice, King, ou encore COT dans l'hexagone. En revanche, pour les franchises internationales, le taux de sucre est le même, d'accord (Coca, Fanta, Schweppes, etc...). Mais regardez donc les étiquettes, bon sang de bois! Les limonades locales sont plus sucrées qu'en métropole!

21.Posté par Ma voix contre le 07/11/2015 08:31
90% de ma voix, et celles de ma famille iront contre les socialistes pour la prochaine élection. Je suis curieux de savoir si Monique Orphée touche 90% d'indemnités ? Arret déconner té !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales