Faits-divers

Syndrome de Stockholm version créole: "Mette encore la pas assez!"


Le syndrome de Stockholm, on connaît : les otages finissent par prendre fait et cause pour leurs ravisseurs, lesquels sont parvenus à les culpabiliser à leur insu. Eux-mêmes auto-phagocytés par leur légèreté de jugement plus une solide dose de masochisme
Cela pourrait aussi se traduire par : "Oh oui ! Cogne-moi, encore, encore !… J’aime ça, mon pauvre chéri ! "

C’est exactement ce qui se passe dans le couple Gilbert P. et Marie-Sylvie A, Saint-Pierre. Il y a 28 ans qu’ils sont ensemble et ont deux enfants, deux garçons âgés de 16 et 24 ans. Qu’ils élèvent plutôt bien apparemment. Le hic est que depuis tout ce temps, il la cogne. Et pas qu’un peu.

Et un tympan crevé, un !

Au fil du temps, les certificats médicaux se sont empilés, avec arrêts de travail conséquents, pour des motifs aussi divers que contusions, hématomes, et même un tympan crevé. Faut c’qui faut !

La dernière fois qu’elle a porté plainte, sont venues se greffer sur ces griefs deux menaces de mort. La première contre elle-même :
"Si ou sa porte plainte, mi tue à ou. Mi sera à la Une des journaux comme Mohamed Méra. Ma aller en prison mais i sera pou in’ bonne raison ! "

Seconde menace de mort contre sa belle-sœur, laquelle a eu le culot de confirmer les dires de sa sœur. La croisant en chemin, il lui lance tout de go :
"Ek ou mi sa fé comm’ mon frère la fé èk son femm’ ! "

Une petite explication s’impose : le frère de Gilbert s’est rendu célèbre récemment en arrosant son épouse d’essence, menaçant de la transformer en barbecue, sous le fumeux prétexte qu’elle couchait avec un haut magistrat municipal saint-pierrois.

Cela s’appelle menaces de mort sous condition et c’est farouchement interdit.

A la barre, le violent minimise tant et plus ce qu’on lui reproche. Des coups de pieds et de poings ? Plusieurs fois selon les déclarations de sa compagne aux policiers. "Oui mais j’étais préoccupé par la santé déclinante de mes parents, je devais m’occuper d’eux. Et quand j’arrivais à la maison, elle n’avait rien fait, ni le ménage, ni la cuisine, ni les devoirs des enfants !"

Il est vrai qu’il s’occupe particulièrement bien de ses garçons, ce sont eux-mêmes qui l’ont dit. Il a même appris personnellement à l’un d’eux le métier de mécanicien.

"Des violences surtout verbales"

Qu’est-ce qui fait alors qu’il soit aussi violent envers sa compagne ? Explication malheureusement trop courante, il picole grave. Lui-même n’avoue qu’une ou deux bières parfois, "deux bières comme ça ! "

Les garçons confirment que s’il est effectivement un très bon papa, ils voient souvent leur maman en larmes. Il réplique que c’est parce qu’elle est dépressive. Elle a même fait deux tentatives de suicide. Il y a de quoi aussi…

Appelée à la barre, sa victime soutient mordicus que "les violences, c’est surtout des violences verbales". Laissant toute la salle sur le … Ce à quoi la substitut Tamil a répliqué "qu’il faut y aller fort pour avoir les tympans crevés !"
Et comment expliquer les hématomes, alors ?
"J’ai glissé dans la baignoire". On l’aurait parié !
"Mais pourquoi avoir porté plainte ? ", demande douceureusement la substitut Tamil. Pas de réponse. "Vous avez pourtant dit aux enquêteurs que c’était comme ça depuis 28 ans". Pas de réponse. "Et les déclarations de votre fils ? " Pas de réponse. "Votre sœur a dit que vous étiez comme une recluse, isolée, interdite pratiquement de rencontrer qui que ce soit". Pas de réponse. "Et deux tentatives de suicide ?" Pas de réponse. "Il a menacé de vous brûler, de vous couper en morceaux". Pas de réponse.

"Elle aussi elle boit !"

Elle n’en démord pas, il ne la frappe "pas tant que ça". Encore quelques minutes et c’est elle qui va s’excuser, si l’on n’y prend garde. Là, ce n’est pas un ange qui a survolé la salle mais un profond sentiment de dégoût.

Car il y a les témoignages, les certificats médicaux qui ne laissent aucune place au doute, les plaintes, les ITT. Il y a aussi le fait qu’il a reconnu en partie les faits avant de se rétracter à l’audience.

Mais il a stressé, cet homme, à la mort de ses parents. Et s’il a frappé, au départ, c’était pour se défendre car elle l’a attaqué aux parties génitales, et grave ! "Et elle aussi, elle boit ! " Ah ! "Et elle frappait les enfants, ce que je ne supporte pas".
A se demander pourquoi ce n’est pas elle l’accusée.

Voilà, ils ont donc rejoué Stockholm à Saint-Pierre-de-La-Réunion, version longue mais en petit comité.

La substitut a regretté l’attitude de la victime, "une attitude navrante, car cette violence est habituelle. En ne parlant que de violences verbales, vous décrédibilisez toutes les autres femmes violentées". Et de réclamer une peine "canon", j’allais dire démesurée, pour 28 années de violences sur conjoint : 6 mois avec sursis.

"S’ils arrivent à s’entendre comme ça… ", a dit en désespoir de cause l’avocate de la défense elle-même. Pas de quoi se désoler, cher maître. La Cour a lourdement taxé ce bourreau familial en suivant à la lettre les réquisitions du Parquet. 6 mois avec sursis.

Les tourtereaux sado-maso-scandinaves se sont retrouvés, tout heureux, dans la salle-des-pas-perdus.

A ceux qui n’y comprennent rien, je dirai ceci : "Il y a plus de choses dans le ciel, Horatio, que ton esprit ne saurait en concevoir… " (William Shakespeare, Hamlet).
Jeudi 30 Avril 2015 - 17:23
Jules Bénard
Lu 2454 fois




1.Posté par tradition le 30/04/2015 20:51
bah la routine comme dans beaucoup de ménage réunioné,on aurait préféré un couple qui bosse avec des gosses qui apprenent à l'ecole et qui comprenne le franaçsi la franchement ça aurait été une nouvelle....

2.Posté par KLD le 30/04/2015 21:12
on dit "met encore la passé" !!!!!!

3.Posté par Ray_au_Port le 30/04/2015 21:31
La suite à la morgue !

4.Posté par De passage le 30/04/2015 22:15
Je trouve le ton de cet article tout à fait odieux !

5.Posté par KLD le 01/05/2015 00:11
Horatio , c'est la vedette d'"expert à miami ", tout s'explique !

6.Posté par Thierry MASSICOT le 01/05/2015 01:22
Post 4 C'est normal que le ton de cet article soit odieux...C'est la patte Jules Bénard Bénard, l'ironie et le cynisme pour commenter le sordide, du vrai journalisme....de caniveau! Je ne cherche pas, je tombe dessus et c'est signé J.Bénard, je précise au cas où sa groupie de l'Ardèche ne me tombe dessus!

7.Posté par lolo le 01/05/2015 07:53 (depuis mobile)
Et si on lui faisait la même chose.

8.Posté par Jules Bénard le 01/05/2015 09:16
à KLD : oui, les Experts à Miami, j'aime aussi. Horatio ne parle pas beaucoup mais il flingue juste. Celui de William a flingué sa famille.
à posté 4 "De passage" : je ne peux pas plaire à tout le monde, cher ami. J'essaierai de faire mieux la prochaine fois. Qu'est-ce que vous aimez, les articles désincarnés, "académiques", BCBG ? Ca je ne sais pas faire, désolé. Pour vous éviter de futures nausées, zappez l'article quand vous verrez ma signature.
Sans rancune.

9.Posté par vanille le 01/05/2015 09:31
Post 4
C'est du Benard qui brode théâtralement sur les faits divers les plus tristes. Le niveau caniveau journalistique existe, hélas !

10.Posté par Au post 2 le 01/05/2015 09:51
On écrit "l'a p'assez".
"Passé" et "p'assez" n'ont pas le même sens.

11.Posté par A Jules le 01/05/2015 10:11
La substitut ?
Tu fais fort, là, Jules.
Je te croyais plus à cheval sur la défense de notre belle langue française.
On ne féminise pas un nom en ajoutant un article féminin.
La bœuf ? La cheval ?
On dit d'un homme qu'il est un bon coup.
Devra-t-on dire dorénavant d'une femme qu'elle est une bonne coupe voire qu'elle est une bonne coup?
En français, le masculin prime sur le féminin.
Armand Gunet
P.S. : Stop à "la maire", "la sous-préfète", "la ministre", "la députée".
Pour éviter cette erreur grossière de "la substitut", il suffit de donner son prénom (le substitut Marie-Thérèse Dupont). Pour un prénom mixte, Mme le substitut Claude Durand.

12.Posté par Jules Bénard le 01/05/2015 11:10
à Armand: je sais, vieux. Je suis souvent paumé devant ces errements... dont je me rends coupable à mon corps défendant.
J'ai récemment demandé à madame LE président du tribunal de St Pierre si on devait continuer de dire "madame LE président" ou "madame LA présidentE".
Elle a répondu "Les deux". Je reste sur une vieille notion : LA présidente est la femme du président. LA colonelle est l'épouse du colonel.
Nos actuels grammairiens en sont encore à se jeter des encriers à la figure à ce sujet.

13.Posté par Jules Bénard le 01/05/2015 11:13
à posté 9 "vanille" : si vous n'aimez pas ça, n'en dégoûtez pas les autres.
Si je mets de la dérision dans mes comptes-rendus, c'est que, je l'ai dit, c'est la seule façon de ne pas désespérer devant la bêtise courante.
Le "décalage", ça existe mais vous ne savez manifestement pas de quoi il s'agit. Là, je ne peux rien pour vous : i tir pas de l'eau dans in' roche !

14.Posté par vanille le 01/05/2015 12:53
Bénard, vos réactions aux commentaires traduisent systématiquement le sentiment de vous situer intellectuellement très dessus de ceux qui vous lisent.
Non Bénard je n'aime pas vos articles étalant des histoires familiales avec moquerie et mépris. La dérision dans ce genre de faits divers n'a pas sa place fusse-t-elle par désespoir devant la "bêtise courante" (sic) mdr.
Non Bénard je ne cherche pas à "dégouter" les autres posteurs, mon commentaire est tout à fait personnel et qu'il vous plaise ou non, ça ne changera rien.
Quant au décalage Bénard ... no comment, mon métier ne m'a jamais permis ce genre de fuite en avant !

15.Posté par Jules Bénard le 01/05/2015 12:57
à Vanille : je vous félicite pour avoir le courage de vos opinions, c'est rare.
Mais je ne fuis pas en avant. La preuve est que je suis là, persiste et signe.
Et je ne méprise personne ; je me défends quand on m'attaque sous couvert de l'anonymat parce que ça, oui, ça a le don de m'énerver !
Sans rancune ?

16.Posté par Société de têtes bok! le 01/05/2015 13:38
On dit d'un homme qu'il est un bon coup.
Devra-t-on dire dorénavant d'une femme qu'elle est une bonne coupe voire qu'elle est une bonne coup?
..........................

Depuis le mariage pour tous, on ne sait plus car il n'y a plus de masculin, ni de féminin, c'est du sexo-zembrokal.....et je ne vais me risquer à mettre la main au panier où à la panière, de peur que ça mord......

Noé, il lui est arrivé de dire à une femme qu'elle est une bonne coupe, mais il parlait de son champagne rosé.

Pour le reste, c'est comme au Bois de boulogne ou au rayon du poissonnier: on regarde et si ça ne plait pas, on passe au bois ou au rayon suivant et généralement cela se fait sans "commenteur....."pour tous les robots que nous sommes.....

Point d'orgue....sauf pour les syndromés de zinfos....

17.Posté par onyx le 01/05/2015 15:59 (depuis mobile)
Juste une précision : une femme qui "défend" son compagnon violent n''''est pas maso. Elle est victime d''''un syndrome qui n''''a rien à voir non plus avec celui de Stockholm. Elle culpabilise, comme toute victime ! C''''est aussi simple et dramatique que ça.

18.Posté par vanille le 01/05/2015 16:21
Post 15 Bénard
Comme je dis toujours ce que j'ai envie de dire, la rancune, connais pas. Certain(e)s sont envahis par les états d'âme, chez moi ils n'ont pas le temps de s'installer.
Quant au courage de mes opinions, ça, j'assume, lol.
Bonne journée Bénard !

19.Posté par L'Ardéchoise le 01/05/2015 19:19
Et d'une, il y en a beaucoup et plus que cela qui n'ont pas l'air. de connaître ce qu'est un compte-rendu d'audience en tribunal.
Quand il n'est pas en images, il est aussi imagé en mots.
C'est un art, qui ne peut que toucher les amateurs de ce genre de dérision et d'humour qui rend supportable le pire.
Mais le coupeur de têtes est tellement concentré sur son caillou qu'il n'a pas l'air de savoir que ce n'est pas nouveau, que cela existe en France métropolitaine et dans des tas de pays.

Et de deux, pour le Massicot qui coupe le papier, le carton et réussit dans l'in-découpable (un des coupables ?) je n'ai plus l'âge d'être groupie et vous dis "va tin caga au diable et pissa au pra".
Au fait, cela vous arrive-t-il de lire des livres, des vrais, de la littérature pas forcément ancienne, celle de notre siècle ? Avec des mots qui s'envolent, tourneboulent, rient et se tordent , sans mépris, mais au contraire dans l'amour le l'être, qui même en dérision reste l'être ?

Au final, à ceux qui n'aiment pas les compte-rendus d'audiences, ne lisez pas, c'est une littérature à ne pas mettre entre tous les neurones, juste entre ceux d'initiés qui connaissent prétoires, parloirs et salles de pas perdus et de pas retrouvés...
...

20.Posté par pipo le 02/05/2015 07:45
@ Vanille BRAVO JE SUIS A 1000% D'ACCORD AVEC VOUS!

"Non Bénard je n'aime pas vos articles étalant des histoires familiales avec moquerie et mépris"

21.Posté par Jules Bénard le 02/05/2015 09:48
à posté 20 PIPO : bravo, vous augmentez le nombre de ceux qui détestent parce qu'ils ne connaissent pas... ou ne comprennent pas. C'est du pareil au même.

22.Posté par vanille le 02/05/2015 10:18
Dites donc Bénard, encore un exemple de votre orgueil mal placé.
Ceux qui n'apprécient pas vos articles sont donc des ignares. Non mais j'hallucine devant autant de mépris. Je ne suis pas journaliste, ce n'est pas une tare bien au contraire, je ne suis pas une pro de la justice, c'est tant mieux, mais sachez Bénard que ma vie professionnelle n'a absolument rien à envier à la vôtre.

Merci Pipo, continuons les commentaires qui dérangent Môôôsieur Bénard.

23.Posté par vanille le 02/05/2015 10:30
Bonjour l'Ardéchoise
"Au final, à ceux qui n'aiment pas les compte-rendus d'audiences, ne lisez pas, c'est une littérature à ne pas mettre entre tous les neurones, juste entre ceux d'initiés qui connaissent prétoires, parloirs et salles de pas perdus et de pas retrouvés..."

Ne pas confondre "compte-rendus d'audience" et papiers journalistiques vulgaires se vautrant lamentablement dans les faits divers malheureux.
Il faut un QI de combien pour comprendre cette "littérature" ?
C'est qui les initiés aux neurones avertis ?
P. DUPUY devrait avertir ses lecteurs "ne pas lire si vous n'êtes pas un initié" ou "abstenez vous de commentez cet article si vous n'êtes pas un habitué des prétoires"

Je renifle en lisant ton post un relent de supériorité enseignante, je me trompe ?
Bon WE à toi l'Ardéchoise.

24.Posté par Jules Bénard le 02/05/2015 11:23
à Vanille : je ne sais pas quelle profession vous exercez et, quelle qu'elle soit, je ne la critiquerai jamais car toute profession est honorable.
J'en ai moi-même exercé un bon paquet dans ma vie. Enseignant à Madagascar et Mafate entre autres. Pion, journaliste et écrivain à La Réunion et Mayotte. Bûcheron, agriculteur, pêcheur et restaurateur à Mayotte.
Et si SDF peut être considéré comme un boulot, je connais aussi.
Ce que je n'aime pas et vous semblez vouloir l'ignorer, c'est la critique systématique sous prétexte que mon style ne correspond pas à ce que vous jugez comme valable. Je dirai donc : heureusement que nous sommes différents car l'ennui naquit un jour de la monotonie a dit un poète (lequel ?)
Je ne pratique pas le caniveau mais la dérision, l'ironie, le foutage de gueule. A 67 balais bientôt, j'essaie de ne pas désespérer de l'humanité souffrante, comme on dit.
Je suis navré de ne pas vous plaire mais qu'y puis-je ?

25.Posté par Thierry MASSICOT le 02/05/2015 11:31
à post 23 vanille- Concernant l'Ardéchoise si elle est enseignante: j'ai peur! J'ai encore un enfant au collège. Si ses cours (toujours en supposant qu'elle soit prof) sont aussi confus, paranoïaques que le sont ses commentaires, je plains les enfants qui sont obligé de la subir...

26.Posté par 974 le 02/05/2015 12:01
Na un pé lé vantard tér là

27.Posté par L'Ardéchoise le 02/05/2015 12:35
Vanille, il n'est pas question de QI, mais de sensibilité à telle ou telle chose, en l'occurrence ici la littérature de compte-rendus d'audience, les différentes zones du cerveau n'étant pas justement sensibles de même manière chez des individus X ou Y, mais les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas...
A + sur d'autres sujets et bon WE à toi aussi.

Quant au coupeur de têtes, qu'il ne s'inquiète pas : je ne "sévis" plus dans l'EN, toutefois ma parano???et ma confusion mentale??? m'ont permis d'en amener plus d'un et plus d'une sur le chemin de la réussite ! Sans prétention aucune, mais avec la satisfaction du "devoir" accompli.
!!!

28.Posté par pipo le 02/05/2015 16:38
@Bénard

J'assiste suffisamment souvent aux séances du TGI de St Pierre pour comprendre les débats ainsi que pour reconnaitre votre tête!

29.Posté par Jules Bénard le 02/05/2015 18:04
à Pipo : alors, faisons connaissance, si vous le voulez. Je ne suis pas contre la discussion et je ne mords pas.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales