Société

Surf et responsabilité : De l'intérêt de balayer devant sa vague

Voici une tribune libre de Didier Dérand, délégué de la fondation Brigitte Bardot et membre de l'association Vagues. Nous publions son texte dans son intégralité.


Surf et responsabilité : De l'intérêt de balayer devant sa vague
Le droit n’est pas toujours matière aisée, loin s’en faut. Il peut néanmoins être passionnant et surtout…très instructif. Depuis le début de la fameuse "crise requins", tant " l’incompétence" et "l’inaction" de l’Etat que les décisions de son représentant ont été systématiquement décriées par les représentants du surf au niveau local et national (fédération française de surf).

Dernier épisode en date : la reconduction de l’arrêté préfectoral d’interdiction de baignade et de surf dans la zone des 300m hors lagon en dehors des zones aménagées. Ce qui signifie en clair l’interdiction totale du surf au moins jusqu’au 15 février 2014. Il fallait s’y attendre, révolution chez les surfeurs. Que n’a-t-on entendu ! " Décision aberrante", "gros foutage de gueule", "notre liberté est bafouée", " les pouvoirs publics refusent de prendre leurs responsabilités", etc, etc….. Et je ne parle pas des insultes et menaces (y compris menaces de mort) proférées à l’encontre des agents de l’Etat, de la région, des maires, des gendarmes, des scientifiques, de la réserve marine, des "écolos" et j’en passe. Un tel baroud est-il vraiment justifié ? Un rappel juridique s’impose.

Zone des 300m : sous l’autorité du maire

Le principe de la gratuité et du libre accès aux plages situées sur le domaine public, posé dans le code du domaine de l’Etat, a été repris par la loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 - dite loi littoral - en son article 30 (L. 321-9 du code de l’environnement), lequel dispose : "L’accès des piétons aux plages est libre sauf si des motifs justifiés par des raisons de sécurité, de défense nationale ou de protection de l’environnement nécessitent des dispositions particulières. L’usage libre et gratuit par le public constitue la destination fondamentale des plages au même titre que leur affectation aux activités de pêche et de cultures marines".

En application des principes généraux du droit, c’est la liberté de se baigner - et de pratiquer des activités nautiques - qui l’emporte sur l’interdiction. La contrepartie, c’est que ces activités libres - hors les zones aménagées ou interdites par conséquent - se pratiquent avant tout aux risques et périls des individus. Ce point est repris par l’article L.2213-23 du code général des collectivités territoriales (CGCT) qui dispose :

"Le maire exerce la police des baignades et des activités nautiques pratiquées à partir du rivage avec des engins de plage et des engins non immatriculés. Cette police s’exerce en mer jusqu’à une limite fixée à 300 mètres à compter de la limite des eaux. (…) Le maire délimite une ou plusieurs zones surveillées dans les parties du littoral présentant une garantie suffisante pour la sécurité des baignades et des activités mentionnées ci-dessus. Il détermine des périodes de surveillance. Hors des zones et des périodes ainsi définies, les baignades et activités nautiques sont pratiquées aux risques et périls des intéressés (…)". J’insiste déjà ici sur un point : c’est bien le maire qui a mission d’assurer cette police spéciale dans la zone des 300 mètres. Le maire, et non le préfet.

Certes, dans le cadre de la problématique "requins", le conseil d’Etat a estimé qu’il appartenait au préfet de se charger de la patate chaude, eu égard notamment aux dispositions suivantes du L.2215-1 CGCT : "La police municipale est assurée par le maire, toutefois : (…) 3° Le représentant de l’Etat dans le département est seul compétent pour prendre les mesures relatives à l’ordre, à la sûreté, à la sécurité et à la salubrité publiques, dont le champ d’application excède le territoire d’une commune ; (…) ". Mais cette décision reste à mon sens éminemment contestable. Et elle n’enlève rien aux obligations du maire dans la zone des 300 mètres.

La collectivité ne s’est jamais engagée à assurer une surveillance générale de toutes les baignades et activités nautiques s’effectuant sur le domaine public. Néanmoins, même dans les zones et périodes où la pratique est "aux risques et périls des intéressés", le maire reste lié par une obligation générale de sécurité (L.2212-1 et L.2212-2 CGCT). Ce qu’en matière de baignade, la jurisprudence traduit de la façon suivante :

" En vertu des dispositions de l’article L.2213-23 CGCT, il incombe au maire d’une commune sur le territoire de laquelle sont situés des lieux de baignade qui, sans avoir été aménagés à cet effet, font l’objet d’une fréquentation régulière et importante, même de manière saisonnière, de prendre les mesures nécessaires destinées à assurer l’information, la sécurité et le sauvetage des baigneurs en cas d’accident ". Voir à ce sujet les arrêts suivants : cour administrative d’appel de Nantes, 21 mars 1990, commune de Saint-Jean-Trolimon, cour administrative d’appel de Nantes, 23 mars 2004, commune de Plérin-sur-Mer, cour administrative d’appel de Marseille, 13 février 2006, commune de Bonifacio, tribunal administratif de Saint-Denis (Réunion), 20 mai 2010, Mme Brigitte Bourdon et autres c/ commune de Saint-Leu, n° 0700569.

Plus encore, dès lors qu’elle connaît une fréquentation régulière et importante, et même si elle n’est pas aménagée, la baignade doit impérativement être surveillée. Voir à cet effet l’arrêt Bonifacio du 13 février 2006 ci-dessus, ainsi que le suivant : tribunal administratif de Strasbourg, 26 mai 1988, CPAM de Thionville c/ commune de Cattenom, n° 85847.

Surf : le statu-quo, faute de de jurisprudence

Mais qu’en est-il pour les activités nautiques, et pour le surf en particulier ? Le L.2213-23 CGCT place sur le même plan les activités de baignade et les activités de surf (pour mémoire, une planche de surf est considérée comme un engin de plage). La réglementation "baignade" devrait donc en toute logique être transposable au surf. De facto cela imposerait au maire - eu égard à son obligation générale de sécurité - d’assurer l’information et la sécurité sur les spots, le sauvetage des surfeurs en cas d’accident, mais aussi la surveillance de tous les spots fréquentés de manière régulière et importante. Seule la jurisprudence permettrait évidemment de confirmer cette interprétation. Hélas : en la matière, elle semble particulièrement…..inexistante.

Un simple "clic" sur Legifrance est édifiant : depuis 1965, pléthore de jurisprudences en matière de baignade, une seule en matière de surf ! Celle-ci est d’ailleurs sans concession vis à vis du pratiquant, un surfeur expérimenté noyé après que son leash se soit enroulé sur le filin d’une bouée de la zone de bain. Requête de la famille rejetée par la cour d’appel "eu égard à l’imprudence qu’a commise l’intéressé en pratiquant ce sport nautique alors que les mauvaises conditions météorologiques rendaient la mer particulièrement dangereuse" : cour administrative d’appel de Nantes, 25 juin 2004, commune de La Tranche-sur-Mer, n° 02NT01756. Explication plausible : en 50 ans il n’y aurait quasiment jamais eu de litige porté devant les tribunaux en matière de surf. Pas de litige, pas de jurisprudence donc.

A la Réunion, il faut bien reconnaître qu’à ce jour aucun maire n’a voulu prendre le risque de créer sur sa commune une zone de surf aménagée et réglementée. Pourquoi ? Au moins deux raisons essentielles à mon sens : la création d’une telle zone imposerait de facto au maire de mettre en place une surveillance toute l’année pendant les périodes de fréquentation maximum des spots et obligatoirement par du personnel disposant des diplômes requis. Le surf est un sport à risques (noyade, collisions, etc…) se pratiquant dans un milieu à risques (vagues, récif corallien, rochers, courants, requins, etc….). Et la responsabilité de la commune pourrait être engagée pour tout accident qui surviendrait dans une zone de surf aménagée et réglementée.

Or la surveillance coûte cher (maîtrise du foncier, construction, équipement et entretien d’un poste de secours, salaires et charges salariales, etc…). La fixation à l’avance de périodes de fréquentation maximum semble parfaitement illusoire pour une activité étroitement dépendante des conditions de vagues. Enfin je connais peu de maires qui, accessoirement, rêvent de se retrouver un jour au tribunal dans le cadre d’une procédure en responsabilité. Et ce n’est pas le contexte actuel, avec les plaintes à tout va de l’association "Protégez Nos Enfants", qui risque de les rassurer….

Statu-quo oblige, le surf resterait donc à la Réunion aux risques et périls des pratiquants. Attention cependant ! La mise en place par les communes d’équipements de sécurité collectifs vis-à-vis des squales dans la zone des 300m au niveau de certains spots - comme cela est envisagé actuellement à Saint-Pierre - constituerait une incitation manifeste à pratiquer le surf sur ces spots (c’est bien le but). Ce qui ferait ipso-facto basculer les spots concernés dans la catégorie des zones de surf aménagées. Avec bien entendu toutes les conséquences précitées en termes d’obligations et de responsabilité des maires (notamment la surveillance). Ceux qui souhaitent approfondir le sujet consulteront avec profit l’opuscule "Réglementation des baignades 2002" publié sur son site par la préfecture du Haut-Rhin. Extrêmement bien fait, il a le mérite d’être clair, concis et facilement accessible à tous : http://www.haut-rhin.gouv.fr/Media/... (language)/fre-FR

La fédération de surf empêtrée dans ses contradictions

Ironiquement, c’est bien la fédération française de surf (FFS) qui apporte du grain à moudre au moulin des maires et du préfet. Les passages suivants sont extraits de l’ouvrage "Cadre réglementaire de la pratique du surf et des activités de vagues", édité par la FFS (édition 2003, toujours en vigueur) :
- page de garde : "La Fédération Française de Surf a reçu délégation de pouvoir du Ministère des Sports pour gérer, organiser, développer et réglementer le surf et ses disciplines associées".
- pages 8-9 : "Le développement du surf sur les plages du littoral a amené une extension d’application de la zone réglementée, initialement prévue pour les baignades, aux pratiques du surf. Or ces mesures s’avèrent inappropriées, car il n’est pas concevable de réglementer les pratiques du surf sur cette zone, excepté dans le cas de la mise en place d’éventuelles "zones de surveillance des activités du surf". Une telle décision nécessiterait au préalable d’adopter une réglementation spécifique aux activités de vagues en mobilisant à l’année des moyens humains et financiers démesurés par rapport au risque. En outre, si ces pratiques sont autorisées dans une zone réglementée prévue à cet effet, la responsabilité de la mairie pourra être engagée pour tout accident de surf survenu dans cette zone. (…) Tant pour des raisons juridiques que pour des motifs de cohérence par rapport à la pratique des sports de vague, il ne nous paraît pas opportun de prévoir une zone réglementée pour ces activités (…) "
- page 9 : "L’article [L.2213-23 CGCT] précise que le maire est amené à délimiter une ou plusieurs zones surveillées dans les parties du littoral présentant une garantie suffisante pour la sécurité des activités nautiques. Cependant, à partir du moment où le maire délimite une zone de surf, il doit en assurer la surveillance pendant les périodes d’affluence. Or du fait de la spécificité du surf, il est illusoire de déterminer quotidiennement des zones du littoral présentant une garantie suffisante pour la sécurité de ces pratiques, car le lieu de pratique se déplace en fonction de l’évolution des vagues, elles-mêmes tributaires de la houle, du vent, des fonds marins et des marées. La réglementation a pour but, dans l’esprit du législateur, de déterminer un espace de pratique présentant une garantie suffisante pour la sécurité des activités nautiques. Si une réglementation par un zonage du surf n’offre pas de telles garanties, elle ne s’impose pas ; d’autant qu’il pourrait être reproché au maire d’avoir adopté une réglementation qui irait à l’encontre de l’effet recherché".
- page 16 : " La pratique des activités [du surf] doit se faire hors des baignades dans le respect des règlements techniques (règles de sécurité, de priorités, etc…), conformément aux attributions accordées par la délégation de pouvoir du Ministère des Sports à la Fédération Française de Surf. (…) Dans certaines zones ou régions, il est vivement déconseillé de surfer dans des eaux et pendant des périodes susceptibles de donner lieu à des attaques de requins : ne pas surfer le matin et le soir lorsque le soleil n’est pas au-dessus de la ligne d’horizon. éviter de passer au-dessus des fosses marines. ne pas surfer en eaux troubles ou lorsqu’il y a des déchets ou détritus en suspension (surtout après de fortes pluies) : sorties de ravines, embouchures de rivières, sorties de ports, à proximité de temples (indiens),…. en fin de journée, quitter le line-up avec les autres surfeurs (ne jamais laisser un surfeur isolé). dans les zones ou régions réputées dangereuses en raison d’attaques de requins, prendre toujours la précaution de se renseigner sur les caractéristiques du site avant d’aller à l’eau ".
- page 21 : "La Fédération Française de Surf reste fondamentalement attachée au respect du principe de liberté des baignades et des pratiques du surf sur tout le domaine public maritime. Dès lors celles-ci s’exercent aux risques et périls des intéressés"..
- page 23 (enseignement) : "Le renforcement des conditions de l’encadrement du surf répond à un souci essentiel : la protection des usagers. Cette préoccupation est un devoir qui incombe en premier lieu à l’Etat".

En clair, et pour résumer la position de la FFS, cette dernière : est farouchement opposée à la mise en place de zones de surf aménagées : selon elle, le niveau de risque ne justifie pas une telle décision restrictive ; défend mordicus la pratique du surf "aux risques et périls des intéressés" comme étant la seule possible, et la seule acceptable pour elle comme pour la collectivité ; reconnaît à l’Etat la légitimité de sa première préoccupation, du reste une obligation légale : la protection des usagers ; dans les régions dangereuses notoirement exposées au risque requin, recommande tout simplement….d’arrêter le surf (sic !).

Curieux comme les propos tenus par la FFS dans le cadre de cette crise depuis bientôt trois ans contredisent ouvertement son règlement officiel…. Exemple d’une interview de son président Jean-Luc Arassus dans le Quotidien du 7/08/12 : " Les surfeurs ne sont pas des souris blanches. Or pour l’instant ils font office de cobayes. C’est le syndrôme du carrefour. On attend le dixième mort avant de l’aménager".

Alors on aménage ou on aménage pas ? Faudrait savoir…. Une explication peut-être ? Du même Jean-Luc Arassus dans le même article : "Une catastrophe pour le surf français. Au delà de l’aspect humain, de la nécessaire protection des vies humaines, sur le plan sportif ce problème est capital. La Réunion, c’est la moitié des effectifs de l’équipe de France, un vivier indispensable au surf français". Il faudrait donc, uniquement pour la gloriole de la FFS et pour quelques titres de champion supplémentaires, bousiller un peu plus notre patrimoine marin en liquidant un nombre indéfini de requins ? Navré, mais là, en tant que réunionnais, je ne suis pas d’accord !

De quoi le préfet est-il coupable ?

En conclusion, je ne voudrais pas donner l’impression de passer la brosse à reluire, mais quand même, j’aimerais bien qu’on m’explique : de quoi le préfet est-il coupable in fine ? De répondre aux injonctions du conseil d’Etat qui, rappelons-le, a été saisi par le député-maire de Saint-Leu, ci-devant "supérieur hiérarchique du préfet" et égérie des surfeurs ? De protéger quelque peu ses arrières devant l’acharnement dudit député-maire - agrippé sur son dos "comme carapate su tété bef" -, de la venimeuse association "Protégez Nos Enfants" et, désormais, des écoles de surf, qui tous ont décidé de traîner l’Etat au tribunal pour récolter du pognon (celui du contribuable, le nôtre quoi) ? De mettre en œuvre exactement ce que préconise la FFS dans sa réglementation ? De faire tout simplement son boulot en l’absence pour l’instant de technologies de répulsion éprouvées et de conclusions scientifiques définitives qui lui permettraient de trancher plus objectivement et plus sûrement ? Car dans cette affaire, le préfet est dans son rôle. Et dans ses compétences. Ni plus, ni moins. Et le préfet n’est pas Dieu. D’ailleurs, aux dernières nouvelles, ce ne serait pas lui qui a créé le requin….

Bien sûr, cette interdiction générale peut paraître disproportionnée. Bien sûr elle n’a pas vraiment de sens sur le terrain. Mais si les associations de surfeurs - qui l’ont visiblement en travers du gosier - avaient trois sous de jugeote et voulaient bien se prendre en charge, elles l’attaqueraient au tribunal cet arrêté. Car juridiquement, il présente des failles. Et il serait tout à fait possible, à mon sens, d’en obtenir l’annulation. Si tant est que cela serve à quelque chose car, malheureusement, les évènements dramatiques récents donnent raison à l’Etat en la circonstance. Pour le reste, il est quand même "cool" notre préfet : il prend un arrêté et, généreusement, évite de le faire respecter. Pour ne pas faire de vagues, j’imagine….. Bilan de cette interdiction diabolique : les surfeurs sont dans la flotte, la maréchaussée ne moufte pas, et vogue la galère….Alors ?! Il est où le problème ?

Tenez, imaginons que pour calmer le jeu avec nos surfeurs péi, le préfet abroge son arrêté et en prenne un autre interdisant aux requins de s’approcher des côtes réunionnaises sous peine d’amende. Y’en aura toujours un pour venir gueuler que ça ne sert à rien, que l’Etat est incompétent, qu’il ne fait pas son boulot, etc, etc….Vous trouvez ça normal, vous ?!

L’opinion est peut-être un peu surannée, mais j’estime qu’avant de chercher partout des têtes de turc pour se dédouaner de leurs propres turpitudes, certains feraient bien de commencer par balayer un peu devant leur vague.

Didier DERAND Délégué de la Fondation BARDOT Association VAGUES
Samedi 2 Novembre 2013 - 11:14
Lu 2569 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

53.Posté par Prélèvement !!!! le 05/11/2013 15:18
il est statistiquement prouvé que l'action des requins ne suffit pas à endiguer la prolifération des surfeurs et même qu'elle est foutrement négligeable. Il y a statistiquement plus de surfeurs qui se tuent en voiture, qui meurent assommés par une noix de coco, étouffés par un hamburger ou bourrés à la bière que tués par un requin. C'est désormais vers ses mesures plus efficaces que se tournent le gouvernement. Des routes ont été construites près des spots de surf, des cocotiers ont été plantés et des fast-food ont été ouverts...

52.Posté par spa et euthanasie le 05/11/2013 08:25 (depuis mobile)
@51 : prélever les surfers ? ok mais d'abord la spd ( société protectrice des dégénèrés) doit faire euthanasier Smergol le munichois.

51.Posté par Prélèvement !!!! le 04/11/2013 22:21
Face à la prolifération du surfeur, le syndicat des requins a décidé depuis quelques années de réduire le nombre de surfeurs dans l'eau en faisant des prélèvements sur l'espèce. Les requins ont désormais le droit de manger des surfeurs. Cela pose certains problèmes à la biodiversité puisqu'il arrive que par confusion, les requins s'attaquent aux tortues et aux phoques qu'ils confondent avec des surfeurs (les surfeurs ressemblent souvent à des phoques). Des études ont montré qu'il est utile de manger du surfeur: le surfeur pollue l'eau (utilisation de wax et de crème solaire) et empêche certaines espèces de proliférer comme le baigneur, le plongeur avec masque et tuba, le body-boardeur (sous-espèce du surfeur).


50.Posté par :) le 04/11/2013 21:26
QU'ON ENFERME CE DERAND, FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTQU'ON ENFERME CE DERAND, FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTQU'ON ENFERME CE DERAND, FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTQU'ON ENFERME CE DERAND, FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTQU'ON ENFERME CE DERAND, FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTQU'ON ENFERME CE DERAND, FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANTFLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT FLAMBOYANT

49.Posté par repulsif multiforme le 04/11/2013 18:30
mais ce gars est incroyable !
meme quand il écrit ses mots sont imbuvables !
un texte à faire mourir de rire nimporte quel juriste : des interprétations personnelles à coté de la plaque et comme par hasard, toutes à charge contre les surfeurs.
ce gars a un probleme psy
pas etonnant que les requins n'en veuillent pas

48.Posté par Citoyens du Sud le 04/11/2013 14:41
Eh ben! en voyant la méchanceté et la virulence des 'surfers' et anti-Derand, je me dis qu'ils sont encore plus féroces que les requins qu'ils veulent exterminer! Ce Derand a écrit un article très intéressant et documenté, mais vu le niveau des 'commentaires', je crois que nous avons en face des personnes bêtes et méchantes (ça va toujours de pair), et s'ils se faisaient attaquer par les requins, c'est plutôt le requin que je plaindrai! ;-)

47.Posté par Rokin le 04/11/2013 06:02
Gargamel pue l'autosuffisance, en mode 3 V.... Il nage souvent à la Jetée en fin de journée et adore se pavaner en sortant de l'eau, espérant qu'on le reconnaisse, LUI, le FAMEUX DD la SARDINE, qui a prouvé l'étendue de sa bêtise : les 3 dernières attaques sur des usagers autres que surfeurs ont prouvé qu'il avait totalement tord.... Qu'on le musèle et le rejette à l'eau.

46.Posté par bruce le 03/11/2013 21:22
On lui dit à DD que son avis n'intéresse plus personne ou on lui laisse croire encore un peu ?

45.Posté par @42 le 03/11/2013 20:53
@42
Ton glissement politique qui consiste a traiter de faf dès qu 'on parle de régionalisme est bien dépassé mon pauvre , même les journalistes ne le font plus , Quand au FN dont je n'adhère pas à tout mais à certaines idées , ben 1 français sur 4 s'y retrouve si tu te renseignes un peu ....Evolue donc un peu et suit l'actualité et l 'évolution des mentalités .Car selon toi un français sur 4 serait un faf ....va t'acheter d'autres raisonnement . Après les Créoles qui ne sont pas d'accord avec Dérand il y en certainement mais trouves en moi un seul qui parle de lui dans les mêmes termes orduriers que toi dans ton post 6 sur un blog public je te parle de zinfos 974 ... .En fait le plus Faf de nous deux , celui qui insulte l'autre parce qu' il ne partage pas les mêmes idées (Derand , Boyer ou le français moyen qui vote fn ), c'est bien toi , ça me rappelle la chanson de Brassens " mourir pour des idées ". La virulence de certains partisans du prélèvement (dont tu sembles être un beau spécimen) , procédurier , menaces physiques et lynchage médiatique sont leurs arguments favoris a fait basculer l 'opinion contre vous .Merci t'es cool en fait ,tu rend service à tes pires ennemis : Les écologistes .

44.Posté par Brian le metro le 03/11/2013 20:29
touchez pas à notre vague. le surf c'est mon oxygene. Rien à foutre des babylones car je surf au coucher du soleil dans l'eau de caca avec la medaille de thierry robert pour me proteger contre les mauvais sorts.

43.Posté par commentaire 34. SURF CLUB qui refuse de balayer devant sa vague le 03/11/2013 20:06
on connait le folklore des assos subventionnées par les mairie à la Reunion. Celles des nervis de thierry Robert est dans la lignée de ce qu'on a deja vu dans les éditos de Tillier: pitoyable, fantoche, non crédible.

Avant de donner des lecons de journalisme, expliquez nous ou est passé la subvention des jet ski promis par tirob; et en passant, d'ou vient le fric des salaires que vous blanchissez?

42.Posté par Maréchal nous revoilà le 03/11/2013 20:02
40 : on est d'accord monsieur du front. Tes tentatives minables sur le terrain du glissement ethnique se suffisent à elle-même.

De quel "blog publique" parles-tu, au fait ?

Dérand est indéfendable sauf pour les fafs de ton espèce. Un type capable de déclarer à la suite de la mort d'une enfant de 15 ans "le requin a fait son travail" ne devrait pas avoir droit à la parole.

Va donc te baigner avec ton pote Dérand...

au fait : sache que Dérand est plus le représentant des écolos-bobos métros que des créoles. Les créoles ne peuvent pas le sentir car pour le créole, comme pour tout être humain normalement constitué, c'est "lo zom i manz lo poisson pas lo poisson i manz le zom", comme me l'a dit récemment un gramoune, très content de nos actions... Donc le seul "argument" dont tu disposais pour défendre ce bézèr tombe à l'eau... Argument qui reposait uniquement sur la xénophobie.

41.Posté par Maréchal nous revoilà le 03/11/2013 19:38
40 : on est d'accord monsieur du front. Tes tentatives minables sur le terrain du glissement ethnique se suffisent à elle-même.

De quel "blog publique" parles-tu, au fait ?

Dérand est indéfendable sauf pour les fafs de ton espèce. Un type capable de déclarer à la suite de la mort d'une enfant de 15 ans "le requin a fait son travail" ne devrait pas avoir droit à la parole.

Va donc te baigner avec ton pote Dérand...

40.Posté par @39 le 03/11/2013 18:40
je n'ai aucune honte à penser , puisque c'est donc bien le cas , que quand on choisit d'aller vivre dans n 'importe quelle région de notre beau pays et à plus forte raison outremer , on se doit de respecter les autochtones dont le seul défaut est d'avoir des idées différentes des TIENNES fussent 'ils Aniel Boyer ou Didier Dérand .Tu peux certes argumenter et défendre TES idées mais répandre ton fiel nauséabond comme tu l'as fais sur un blog publique , ça pue bien plus que le FN qui a le vent en poupe , ne t'en déplaise (Relis bien ton post ,le post 6!! )

39.Posté par allô pital, dites "35" le 03/11/2013 16:47
Cher M. 35, je prends comme un compliment votre pauvre post et vous invite à vous rapprocher d'Aniel Boyer ou du FN, puisque vous semblez vénérer le fameux "droit du sol".

Votre bêtise, en revanche est "hors sol"...

Je crois au contraire, vu les très nombreux retours positifs, de la part de TOUS les réunionnais, que je reçois, que des "sales zoreys" de mon espèce sont appréciés des créoles "natifs" ,comme vous dites si piteusement.

En tout cas soyez assurés d'une chose : les gens comme vous je les emmerde gaiement, totalement, et je continuerai de les emmerder avec jubilation.

Merci pour votre petite commission, je suis flatté d'être détesté par un imbécile de votre calibre.

Encore bravo.

ps : pour ma part je me fous d'être un "zorey" comme vous dites, je respecte de la même façon tous les êtres humains, je n'ai ni fierté, ni honte à assumer ce que je suis. Et c'est pour cela aussi que j'ai beaucoup d'amis créoles, et j'aime infiniment cette île et ses habitants merveilleux... sinon je ne me battrai pas de la sorte.

38.Posté par Message à "À 35" le 03/11/2013 16:20
"Si tu vivais ici tu saurais que la majorité des créoles ne comprennent pas pourquoi on n'a pas encore repris la pêche".... Désolé, je suis réunionnais natif et, contrairement à ce que tu avance comme bon nombre de posts sans argument ni preuves, on s'en tape complètement de la reprise ou non de la pêche aux requins.... Alors avant de généraliser dans ton sens renseigne toi et va interroger ne serait-ce que 10.000 Réunionnais. Tu n'es pas le premier a venir raconter des conneries "au nom des créoles, de la population locale" mais sache que toi et tes potes ne la représentent aucunement.... Alors avant de dnnez des leçons de morale aux posteurs, reprends ta place et pas celle d'un autre que tu crois ou pense représenter.

37.Posté par à 35 le 03/11/2013 13:08
et les surfeurs créoles ? y en a pas ?
tu m'as l'air de bien connaître l'île, toi !
tu sens le bobo parisien à plein nez !
si tu vivais ici tu saurais que la majorité des créoles ne comprennent pas pourquoi on n'a pas encore repris la pêche !
entre les hauts mis sous cloche et maintenant l'océan fermé, le mécontentement gronde et si les créoles sont spécialement gentils, gare au moment où il vont s'enerver.
Allez ! va protéger ton bois de boulogne et laisse nous nous occuper de notre île !

36.Posté par La Parole d''''un MONSTRE le 03/11/2013 12:07
Ce monsieur est juste MONSTRUEUX !!!
Rappelez-vous, c'est lui qui avait déclaré peu après l'attaque horrible sur Sarah :
" Le requin fait son boulot "
Et on donne encore la parole à ce genre de personnage ?
S'il a des enfants, je leur souhaite bien du courage...
J'aurais honte d'avoir un monstre comme lui comme père...

35.Posté par Merci Mr Derand , ZED c''''''''''''''''est toi problème le 03/11/2013 11:31
ZED tu ne connais rien de cette ile , sache qu 'ici on ne s'attaque pas comme tu le fais à un natif de l 'ile , et qu 'a ce titre un peu plus de respect de ta part aurait été aurait souhaitable . Par ton discours tu attises la haine anti - Zoreil et anti -Surfeur pour la piteuse image que tu en donnes , c'est regrettable pour ces deux communautés qui ne t'ont rien demandé .Il faut se rendre à l 'évidence : ..... les requins sont là et aujourd'hui la tendance est à la protection environnementale , ils ne seront pas prélevés .

34.Posté par DODO SURF CLUB le 03/11/2013 10:30
Bonjour,
Je suis personnellement étonné que vous puissiez, vous les médias, publier et communiquer sans garde fou, qui somme tout fait parti intégrante de votre métier.
Quand avez vous vérifié les dire très affirmatifs de ce monsieur?
Comment pouvez vous laisser mélanger un texte de loi et l'interprétation qu'en fait ce monsieur?
A quel moment jouez vous votre rôle?
A delà de toute polémique personnelle, cette personne ne représentant d'aucune manière une position partagé par les utilisateurs de la mer, mais s'exprimant seule et contre bons nombres d'associations, de Ligues, de personnes libres de pensées, je suis étonné que vous ne demandiez pas l'avis de la Ligue Réunionnaise de Surf, représentante locale de la Fédération Française de Surf, avant de publier cet article polémique.
Mais peut être est ce votre manière journalistique de voir les évènements?
Je déplore personnellement la médiatisation "bête" de l'ensemble de cette situation et espère que vous saurez, à l'avenir, exercé votre métier et être transparent.
Pierre BEVILACQUA
Président du DODO SURF CLUB.
Secrétaire de la Ligue Réunionnaise de Surf

33.Posté par gro yab le 03/11/2013 09:15
Il aurait dû mettre la recette du gateau patate, ça aurait intéressé plus d'une personne. Parce que là.....

32.Posté par Déran de l''''étan le 03/11/2013 09:11
Dérand, tu es comme le H d'Hawaii
Tu sers à rien !

31.Posté par dédé le 03/11/2013 08:56
Dérand aboie, la caravane passe

30.Posté par Parent le 03/11/2013 08:28
Ou l'art et la manière de tenter de garder la tête hors de l'eau médiatiquement…..
quelle tartine illisible….
Donneur de leçon imbu de sa personne, voilà ce qu'il ressort de ce charabia.

Et pour quoi encore et toujours taper sur les surfers ? cela devient de l'acharnement.
Sarah était elle surfeuse ? NON
Tanguy est il surfer ? NON

Ils nageaient, et en eau limpide.
Donc ce type ferait bien de reconnaitre qu'il s'est trompé.
Ce serait un minimum…au lieu de cela il veut assener à tous les médias sa soupe imbuvable.
RIDICULE

29.Posté par Pierrick le 02/11/2013 23:16
Derand est un défensuer des animaux. Il se démène. On aime on n'aime pas. On est d 'accord ou pas. On le critique ou on s'en fout.
Mais le dénigrer, le menacer, le mollester à plusieurs, le pousser à 5 cinq contre un après 2heures de nage, le harceler sur son lieu de travail, sur la plage , dans ces déplacements ..cela n'a rien a voir avec un débat démocratik.
Les dangereux fous sont à chercher chez ceux qui içi tiennent des discours polis et en vrai vont fliquer, zoner, pour forcer au silence ceux qui pensent différemment de la meute.

Le plus drôle= on va le pister, le prendre en foto, et rendre publique une foto où il ferait baignade hors zone. Les surfeurs le critique: bouh, quel exemple il donne!

Mais les mêmes vont défendre les surfeurs qui exercent hors zone , se font bouffer et vont ensuite accuser le prefet dont ils n'ont eu de cesse de dire qu'il etait incompétent et ne connaissait rien.


la mauvaise foi de ces surfeurs - pas tous mais de ceux là qui beuglent et font lobbys pour leur petits monde...m'exaspèrenet et m'inquiéte pour la santé de mon île.

28.Posté par breizhatoll le 02/11/2013 20:51
vous avez tout a fait raison citons l'article sur la réunion

Au total, 52 cas ont été recensés u[entre 1913 et 1999]u : 15 dont 8 mortels à Madagascar, u[27 dont
15 mortels à La Réunion
]u, 7 dont 1 mortel à l’île Maurice, 2 non fatals à Mayotte et 1 fatal aux
Seychelles. La mortalité moyenne est particulièrement élevée, proche de 50 %. La répartition
des attaques par activité est la suivante : 40,5 % pour les baigneurs, 22 % pour les surfeurs et
véliplanchistes, 37,5 % pour les pêcheurs sous-marins (apnéistes ou avec bouteilles) et
plongeurs. La mortalité de ces catégories est d’environ 68 % pour les baigneurs, 36 % pour
les surfeurs et véliplanchistes et 37 % pour les plongeurs et pêcheurs sous-marins. [179]

ma foi je n'interviendrai plus, vous le faites très bien vous même ! vous en êtes vous rendu compte , c'est une autre question !

27.Posté par braise gars molle le 02/11/2013 20:10
oui, jean francois (...), l'etude (bibliographique) veterinaire est super!!! Il faut lire les passages sur la Reunion puisqu'ils viennent du boug de squalidées, notre copain.

autrefois les etudes bibliographique etaient appelée "thèses de branleurs". Mais aujourd'hui on appelle ca "these wikipedia".

26.Posté par Retraitée attentive le 02/11/2013 19:45
En tous cas une chose est sure, l'incompétence des élu-e-s d'EELV de la commune de Saint-Paul en charge de l'environnement terrestre et maritime dans la bande des 300 mètres est bien démontrée.

Si la solution proposée depuis 3 ans par des associations consistant à créer à Boucan et aux Roches noires, des lieux de baignade sécurisés avec des vrais filets fermés contre laquelle nos écolo-démago s'étaient opposé pour ne pas faire bôbô aux gros poissons,... qui vient d'être retenue par la Région obligée de se substituer à ces manquements avait été mise en oeuvre, les touristes qui ne sont pas les bienvenus chez certains écolos-fonx chasseurs de primes adeptes de la dépénalisation du zamal,... ne se détourneraient pas de notre île avec les dramatiques conséquences subies par notre économie touristique !!!

25.Posté par faux con le 02/11/2013 19:34
Et combien de gens combien de temps dans l'eau ?...comparés à ceux qui restent sur terre tout le temps ?..comparez le con parable don.^^

24.Posté par breizhatoll le 02/11/2013 19:28
a post 22

magnifique référence que le document que vous citez :

petit extrait :

par des événements géologiques, qui occupent aujourd’hui des régions distinctes, parfois
l’unique critère permettant de les distinguer. On les classera donc selon leur habitat principal :
PELAGIQUES :
• Requin océanique = Carcharhinus longimanus
• Requin soyeux = C. falciformis
• Requin peau bleue = Prionace glauca
CÔTIERS :
Requin tigre = Galeocerdo cuvieri
• Requin bouledogue = Carcharhinus leucas
• Requin balestrine = C. amboinensis
• Requin bordé = C. limbatus
• Requin gracile = C. amblyrinchoïdes
• Requin limon faucille = Negaprion acutidens
• Requin citron = N. brevirostris
• Requin gris = Carcharhinus plumbeus
• Requin sombre = C. obscurus
• Requin cuivre = C. brachyurus
• Requin tisserand = C. brevipinna
• Requin des Galapagos = C. galapengensis
DE RECIFS :
• Requin dagsit = Carcharhinus amblyrynchos
• Requin à queue noire = C. wheeleri
• Requin de récifs = C. perezi
• Requin à pointes noires = C. melanopterus
• Requin corail = Triaenodon obesus
• Requin à pointes blanches = C. albimarginatus
8) Famille des SPHYRNIDES = Requins marteaux (9 espèces dont 3 dangereuses)
• Requin marteau halicorne = Sphyrna lewini
• Grand requin marteau = S. mokarran
• Requin marteau commun = S. zygaena
On retiendra donc ces 3 marteaux (seuls marteaux à dépasser les 2 mètres), le Milandre chicor
et les 21 Carcharhinidés u[dont les plus redoutables requins tropicaux sont sans conteste le
Requin tigre et le Requin bouledogue, et qui, avec le Requin grand blanc, constituent la
“Trinité maudite”.
]u

cette étude montre d'ailleurs que quelque soit la région du monde on retrouve régulièrement le bouledogue comme principal responsable des attaques.

bref merci a vous de nous avoir présenter ce document édifiant !

23.Posté par Feelgood le 02/11/2013 18:28
@22 Merci pour ces heureuses statistiques.

Nous voilà soulagés de savoir que nos 5 morts et 4 mutilés en 2 ans et demi auraient pu se faire piquer par une abeille, ou une méduse.

Avec ça si on ne relance pas le tourisme...!

22.Posté par jean francois, le samuel mouen du surf le 02/11/2013 17:59
voici un excellent lien sur une thèse majeure réalisée par un vétérinaire (vrai spécialiste des animaux) en 2002 à ce sujet intitulée "les requins dangereux dans le monde : étude bibliographique"

extrait:

Une comparaison mondiale des morts humaines dues aux animaux permet également de
relativiser cette fréquence ; la classification donnerait :
1- Crocodiles : 2500 morts humaines par an et dans le monde.
2- Abeilles : 1250.
3- Eléphants : 250.
4- Requins : 100.
Et si l’on veut être purement statistique, ou ironique, on fera alors remarquer que l’animal
marin le plus dangereux pour l’homme est de loin, en terme de mortalité, Crassostrea
virginica ou l’huître commune…
Enfin, il semble intéressant également de comparer le risque requin dans la vie de tous les
jours avec les risques les plus courants. Ainsi, d’après STEVENS et une étude portée sur les
200 millions d’habitants des Etats-Unis en 1992, cette classification donnerait :

1- Morsures d’animaux domestiques (parfois mortelles) : 1 000 000.
2- Accidents de la route mortels : 50 000.
3- Assassinats : 24 000.
4- Décès dus à la foudre : 500.
5- Morsures de requins (parfois mortelles) : 12.


21.Posté par CARTERON le 02/11/2013 16:22
Bonjour,

combien touche-t-il de subvention pour noircir du papier, cela doit payer au vu de la longueur de son monologue

20.Posté par Choupette le 02/11/2013 16:16
Merci M. Derand.

Les chiens aboient la caravane passe.

C'est complètement surréaliste d'engager des sommes phénoménales pour protéger quelques têtes brûlées. Autant souffler sur des nuages ... et accuser le préfet.

Pourquoi ne s'arment-ils pas d'un marteau chacun ... ?

19.Posté par Mado le 02/11/2013 16:13
Paix mes frères et sœurs ! Surfons-nous les uns les autres... sur la terre ferme de préférence (lol)

18.Posté par reponse le 02/11/2013 15:20
vous menacez carrément une personne post 16!!vous en avez du courage!!!en plus vous demandez à un monsieur qui est né ici sur l'ile de partir mais vous etes qui pour parler de la sorte!!!DIEU???TOUT LE MONDE C'EST QUI IL Y A DU DANGER MR Derand dit tout simplement qu'il y a des regles à respecter !!mais vous surfeurs (vous feriez peut etre mieux de sortir d'ici)vous voulez en faire qu'à votre tete!!vous prenez en exemple cette gamine à l'etang st paul mais tous les reunionnais savent que cet endroit est dangereux!!!!ensuite ce jeune homme dernièrement à l'etang salé,il a brave l'interdiction ,je ne dis pasque c'est bien fait et suis sincèrement desolé pour lui ,mais je pense sincerementt qu'il savait les risque qu'il encourait!!alors vous voulez surfer allez y puisque personne n'a le droit de vous l'interdire mais ne venez pas vous plaindre apres!!!

17.Posté par NTM le 02/11/2013 15:18
Blablablabla on a rien à foutre de ton avis DIDIER…..
tu es un extrémiste encarté au FN…….et comme tout bon extrémiste tu es une grosse……………………………( à toi de choisir)

16.Posté par Danger public le 02/11/2013 14:57
Mr Dérand, vous êtes un ...) à faire croire qu'il n'y a pas de danger. Vous devriez vous cacher derrière votre honte. Tout le monde sait que vous êtes un instable et que vous vous êtes fait virer de toutes les associations auxquelles vous adhériez. Sauf Celle de BB bien sur car vous êtes seul.

On ne vous entend pas d'ailleurs sur les 10 000 animaux euthanasiés par la SPA chaque année rien qu'a la Réunion. Vous même avec votre salaire mirobolant de Pharmacien, vous donnez combien à votre association?

Sortez d'ici Mr car a force de checher vous allez trouver.

15.Posté par fan de thomas campeaux le 02/11/2013 14:49
13.Posté par polo974

oui, ca a ete dit dans les ateliers requins et c'est pour cette raison que la signalétique des drapeaux requin est utilisée en parallèle des drapeaux habituels et non pas sur les drapeaux rouge, orange, vert


14.Posté par jean francois, le regis du surf, tue le surf le 02/11/2013 14:45
Ainsi donc, dans un climat de judiciarisation à outrance:

- les communes prendraient des risques juridiques lorsqu'elles mettraient en œuvre des mesures collectives de protection contre les requins?

si un surfeur fait bobo sur un oursin devant les jetski de ti-rob ou le ballon camera de gros michel, qui a present peut croire que maitre coco rasé ou l'association venimeuse PNE ne remettrait pas un couche de connerie avec ses avocats affamés?


ca s'appelle le retour de boomerang de la connerie des jean francois et PNE que l'ensemble de la communauté surf de bonne foi prend dans la figure!!!

13.Posté par polo974 le 02/11/2013 13:37
Un "petit détail": dans le document indiqué,

"""
Des signaux sont uniquement des drapeaux de couleurs différentes, en forme de triangle isocèle
(longueur de base : 1,50 mètre ; hauteur : 2,25 mètres). Ils ne peuvent porter aucun symbole ou
inscription.
Le drapeau rouge vif signifie "interdiction de se baigner".
Le drapeau jaune orangé signifie "baignade dangereuse, mais surveillée" ; Les baigneurs doivent
observer la plus grande prudence, sans toutefois que l’interdiction de baignade soit nécessaire.
Le drapeau vert signifie "baignade surveillée et absence de danger particulier".
"""

Donc les drapeaux "requins" seraient illégaux ! ! !


12.Posté par Mado le 02/11/2013 13:20
Serait-il possible de prévoir une brigade pour empêcher les méduses (les piqûres de certaines sont mortelles) de venir dans le lagon, zone de baignade autorisée, ainsi que les poissons pierres... faute de quoi ces bestioles seraient passibles d'être tuées ? Irresponsables de toutes les activités de baignade, unissons-nous, pour que nos enfants soient protégés par d'autres, car nous n'en sommes pas capables !

11.Posté par polo974 le 02/11/2013 13:08
Pas mal comme article.

Pas polémique, juste factuel.

10.Posté par ZED le 02/11/2013 13:05
Quant aux soi-disant "menaces de mort" reçues par la réserve : pourquoi n'a-t-elle pas déposer une plainte ? Alors qu'elle l'a fait pour une simple affichette fb il y a peu.. et s'est faite d'ailleurs déboutée avec pertes et fracas ?

Allez donc vous faire soigner la tête !

9.Posté par Feelgood le 02/11/2013 12:45
@Post 2

Je vous retourne votre propre remarque. Arrêtez de nous montrer votre simplet et votre incapacité a comprendre.

UNE EVIDENCE VERIFIABLE DE TOUS : en terme de fréquence, on est passé d'une attaque tous les 2 ans à une attaque en moyenne tous les 2 mois depuis 3 ans.
On a un taux de mortalité de 25% parmi les attaques mondiales sur 12 kms de cotes réunionnaises! LES CHIFFRES SONT MALHEUREUSEMENT LA et personne ne peut les contredire, pas même toi, pas mêmes les scientifiques.

Arrêtons de nier l'évidence!!! 16 faits divers requins, 5 morts, 4 mutilés en 2 ans et demi!!!! STOP!

Et ce n'est pas comme si :

1/une petite fille avait été coupée en 2 en Baie de Saint Paul,
http://www.midilibre.fr/2013/07/16/attaque-de-requin-a-la-reunion-la-gendarmerie-recherche-l-autre-moitie-du-corps-de-sarah,734844.php

2/tout comme un labrador alors qu'il avait les pattes avant sur les cailloux,
http://reunion.la1ere.fr/2013/09/16/un-chien-devore-par-un-requin-alors-qu-il-regagnait-la-berge-en-baie-de-saint-paul-un-temoin-raconte-70061.html

3/ ni comme un cas de beaching observé par une personne qui mangeait un sandwich
http://www.prr.re/prr/actualites/125-nouveau-signalement-baie-stpaul-interview-prr

4/ un gramoune a observé un cas de beaching sur ces petits enfants
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151696936249671&set=p.10151696936249671&type=1&theater

FAUT IL ATTENDRE DE TELLES ATTAQUES SUR D'AUTRES PLAGES DE L'ILE? SECURISONS AU PLUS VITE LES PLAGES, LES ACTIVITES HUMAINES.

8.Posté par Lionel Tilmont le 02/11/2013 12:35
@ Numéro 2
Le lien pour l'article de la photo 1:

"Pour Didier Dérand, "seuls les surfeurs avec planche courent un risque réel (ni les baigneurs, ni les nageurs, ni les plongeurs, ni les body-surfeurs...)". "
http://www.zinfos974.com/Defense-des-requins-Didier-Derand-repart-a-la-nage_a56930.html

Difficile d'être de plus mauvaise foi que cela...

7.Posté par Etang Saléen le 02/11/2013 12:33
autre petit rappel:
il y a une vingtaine d'année, peut-être 25 ans , à Etang Salé , un jour où la mer était particulièrement démontée , un baigneur s'était trouvé en difficulté ( entre le tournant et le pont Mula) pour avoir voulu , malgré le danger , aller faire joujou avec de très grosses vagues qui avaient fini par l'emmener vers le large.
Il était à environ 400 mètres hors des limites de la zone surveillée à l'époque par les CRS qui étaient MNS pendant les vacances. Ceux ci , après avoir été alertés , sont partis secourir le petit malin, plus fort que la nature bien évidemment.
Dès le lendemain , polémique relayée à l'époque par le maire J. Pinna qui avait cru bon s'en mêler pour faire plaisir au baigneur imprudent et à ses copains qui se plaignaient du "retard" à intervenir des MNS en affirmant sur les ondes: " si les MNS passaient moins de temps à regarder les baigneuses , ils auraient vu le nageur en difficulté" qui rappelons-le était très loin de la zone autorisée de baignade surveillée.
Piqué au vif le commandant de la compagnie des CRS qui faisaient le boulot à répliqué :" ce maire ferait mieux de se taire , car en métropole , une telle plage serait totalement interdite à la baignade sur toute sa longueur compte tenu des vagues et des courants"
Du coup, le maire a fermé sa bouche , les baigneurs hors zone autorisée aussi...
A l'époque , ceux qui faisaient des conneries assumaient ( parfois à contre cœur) .
Aujourd'hui, on tire en permanence à boulet rouge sur l'état...surtout quand on sait qu'on prend des risques mais qu'on ne veut pas les assumer.

6.Posté par ZED le 02/11/2013 12:32
Il n'a peur de rien, il ne doute de rien, c'est un couillon total doublé d'un fieffé manipulateur, gros doigts. Égotiste maladif, le pharmacien de St Joseph se permet de porter une appréciation critique de nature juridique sur une décision du Conseil d’État, plus haute juridiction administrative française !

On pensait qu'après s'être fait grillé à la Jetée à St Pierre et à Manapany à violer des arrêtés d'interdiction et à bodysurfer à la nuit tombée, le représentant de l'association animaliste Brigitte Bardot allait avoir la décence ou l'intelligence de la fermer quelques temps. Peine perdue, ce type relève clairement de la psychiatrie (puisque cet individu fait du droit, pourquoi ne pas faire œuvre de remarque d'ordre médicale à son endroit ?), et constitue sans nul doute une espèce nuisible à lui tout seul. Il devrait s'auto-réguler, mais ne possède manifestement ni honneur ni sens des réalités, si bien qu'aucun "filtre" ne semble venir contenir le flot d'inepties s'échappant maladroitement de sa bouche.

M. Dérand votre crétinerie ne semble pas connaître de limite, vous êtes ridicule et moqué jusqu'en métropole où vos exploits vous ont valu le sobriquet d' "inconscient de la semaine" par le journaliste Jean-Miche Aphatie. Quand allez-vous arrêter vos bêtises et vos simagrées ? Que vous faut-il ? Un procès ? Une jambe en moins ?

Sans doute, tant qu'il n'aura pas perdu un membre, ce qu'on ne lui souhaite pas (il s'agit d'un être humain, tout de même, il faut le rappeler), il prolongera son cirque et fera la joie des journalistes péi, car un gogo de son calibre est toujours un "bon client".

Didier Dérand, vous faites du mal à la Réunion, vous salissez l'écologie et vous salissez votre honneur et celle de votre famille. Vos histoires de menaces de mort sont ridicules, vous n'êtes pas un martyr mais bien un bourreau. Vous maltraitez le bon sens, et insultez l'intelligence humaine à chacune de vos pitreries médiatisées.

Vous laisserez un souvenir triste, celle d'un homme tellement narcissique qu'il était prêt à tout pour faire parler de lui. Je vous plains sincèrement et adresse tous mes vœux de courage à vos proches, ça ne doit pas être évident de vivre à vos côtés.

5.Posté par WaterM le 02/11/2013 12:11
C'est pas ce boug' là même que té cri partout que requins té attaque seulement ban surfeurs?? Que nienk ban surfeurs té exposé au risque?
L'attaque à St Paul sur une BAIGNEUSE et l'attaque d'Étang Salé sur un baigneur montrent malheureusement que la théorie de D. Dérand est fausse.

Di à li fouille un trou et cachett' dedans aster..!!!

4.Posté par ras le bol des jeremiades des surfeurs le 02/11/2013 12:00
quand Monsieur Derand a fait ses traversé l'arrete prefectoral n'était pas encore en rigueur ,en plus il est certainement moins stupides que ces surfeurs bodybulder et il sait ou et quand c'est dangereux,et comme là il met un texte avec toutes les lois ça vous agace alors un peu d'intelligence sous vos muscles et réfléchissez si vous pouvez!!!!vous surfeurs respectez les interdictions et il n'y aura plus de drame!!!alors post 1 trouvez d'autres arguments!!!et citez moi une amende qui a été mise à un surfeur vous n'en trouverez pas et pourtant ils sont hors la loi!!maintenant moi je ne leur donne pas tort car c'est leur passion mais quand il arrive un drame qu'ils ne viennent pas gueuler c'est tout!!!

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales