Social

St-Pierre : "Mr Hoarau", le SDF de la rivière d'Abord invisible aux passants

Histoire peu banale que celle dont ne peut se défaire Darlène Grondin, habitante de Saint-Pierre. Toute chamboulée, elle nous raconte ses premiers échanges avec un certain Pierre Hoarau, SDF qui vit reclus, en sous-bois, à deux pas des remparts de la Rivière d'Abord. Si les informations données par le vieil homme sont corroborées par les services sociaux dans les jours qui viennent, cela ferait plus de dix ans qu'il vivrait totalement démuni. Le CCAS enquête.


Alertée mardi matin par une habitante de Saint-Pierre, Radio Freedom envoie sur place son correspondant Frédo Rivière. La chaîne de solidarité commence alors à se mettre en place pour "le SDF" de la Rivière d'Abord, autrement dit "monsieur Hoarau".

Un rapide tour du quartier donne l'étrange impression que les SDF sont assez nombreux à se réfugier dans la tranquillité du bord des remparts de la Rivière D'abord. "Mi voit tous les soirs deux ou trois gars qui entrent par ce sentier" nous indique un premier commerçant. Avec plus de précision, celui-ci estime à 50 ans environ l'âge de ces SDF. Nous poursuivons nos recherches. Pierre Hoarau n'est donc pas seul le long de l'interminable rue Auguste Babet.

Un peu plus bas, en-dessous du poste transformateur EDF, l'avancée du pont de la Rivière d'Abord offre en effet un ombrage salutaire. Un vieux lit s'y trouve, des tôles croisées qui ont sans doute pu servir d'abri mais pas de présence humaine immédiate. Les indications des riverains se font plus précises.

Deux cent mètres avant le pont de la Rivière D'abord, c'est là, sous les branchages que le vieil homme a choisi comme ultime refuge une végétaion abondante qui crée une voûte au-dessus des têtes. L'indication du "passage" nous est donnée par un habitant et sa femme. "Na un an de ça, lu dormait sous le pont de la rivière, nou l'avait appel les pompiers pour prendre à lu en charge. C'était dans temps passage d'un cyclone".

Des bouteilles d'eau au contenu douteux s'entassent près de la bouche d'évacuation des eaux de pluie
Des bouteilles d'eau au contenu douteux s'entassent près de la bouche d'évacuation des eaux de pluie
Le voisinage semble ne connaître que quelques bribes du puzzle de l'histoire de Pierre Hoarau. Tous avancent le fait qu'après avoir été sauvé des eaux par les hommes du 18, il a vite fait de regagner son îlot de désolation. De la rue, rien n'est perceptible. Un talus dans lequel il faut se frayer un passage donne sur un sentier à pic, dangereux pour un gaillard de 20 ans, alors que faut-il en penser pour un homme de 70 ans ?

Sous la végétation, plusieurs compartiments ont leur utilité

"Lu na toute sa tête, lu cause très bien avec moi. Lu n'aurait 77 ans" mais il "paraît plus jeune, disons 60 ans" estime à vue Darlène Grondin, qui n'en revient toujours pas. "Mi peut pas dormir maintenant que mi connaît que quelqu'un i vive comme ça à côté de chez moi" dit-elle avec empathie, elle qui a déjà apporté au gramoun quelques nécessités les plus basiques : de l'eau, de quoi grignoter.    

En contrebas du talus, sous une couverture végétale, la "tanière" s'ouvre sur un dépotoir d'environ 10m2. Il laisse transparaître du quotidien du "propriétaire". Toutes regroupées autour d'une sortie d'évacuation des eaux de pluie, des bouteilles d'eau au contenu jaunâtre ont été puisées en sortie du tuyau. Des dizaines de rasoirs jetables à même la terre donnent peut-être l'illusion aux personnes qu'il croise en centre ville qu'il a un toit et une vie normale.

Darlène Grondin montre du doigt une bâche en plastique sur laquelle il dormirait : "ça, c'est sa chambre !". Enfin, un bout de tôle sert de parapluie pour le vieil homme qui n'a qu'un maigre toit végétal pour premier rempart. "Il ne semble pas malade mais il parle très peu" poursuit la voisine qui a donné l'alerte, après avoir vu de la fumée s'échapper de la végétation il y a deux jours. "Il faisait à manger".

"Pierre Hoarau était vendeur de mandarines", raconte Darlène Grondin qui tient ces propos de l'homme lui-même. Celui-ci aurait été mis à la porte de la maison d'une hypothétique soeur, du coté de Saint-Joseph. Une information que les services sociaux tentent de baliser. Vers 13h30, deux agents du CCAS de Saint-Pierre s'avancent justement, au-delà du trottoir. Trop abrupt, les deux femmes, pas équipés de baskets, ne descendront pas voir le triste spectacle. Peu importe, Pierre Hoarau est absent, sans doute descendu en ville pour y trouver de quoi tenir un jour de plus.

"Il faut déjà voir s'il veut de l'aide"

De loin, elles perçoivent le désastre, les déchets qui s'accumulent sur le sol. "C'est vraiment sale? Comment, moi, du CCAS, je peux laisser quelqu'un dormir dans ses conditions" avoue l'une d'entre elles qui dit n'avoir jamais été alertée pour ce cas précis. Brigitte Francomme cherche des yeux le repère du vieil homme, invisible du bord de la route. "Il y a pourtant un immeuble sur deux étages en face dont un personnage bien placé au Conseil général", lance amer Darlène Grondin.

Les allées et venues du bonhomme doivent malgré tout être vus de tous, d'autant plus qu'il se déplace pendant la journée. Mais impossible d'être sûr. "Il faut déjà voir s'il veut de l'aide. Ensuite, nous essaierons de déterminer s'il est éventuellement sous tutelle. Et si oui, qui en a la charge" évoque Brigitte Francomme. "Nous pourrions débloquer un logement d'urgence après en avoir demandé l'autorisation au sous-préfet ou alors en centre de relai". Dans le dernier des cas, et devant un éventuel refus du SDF, Brigitte Francomme évoque la possibilité de lui apporter quelques commodités avant de se rétracter. "Après tout, non ! Si nous commençons à l'aider ici, il ne va pas vouloir partir de là".

Avec plus de chance, elle espère aujourd'hui pouvoir croiser le vieil homme afin de déterminer s'il est coopératif ou pas.

Darlène Grondin a donné l'alerte en appelant Radio Freedom devant les refus des pompiers, de la mairie ou du Conseil général (après quelques réticences pour être filmée, elle a accepté d'être photographiée visage découvert)
Darlène Grondin a donné l'alerte en appelant Radio Freedom devant les refus des pompiers, de la mairie ou du Conseil général (après quelques réticences pour être filmée, elle a accepté d'être photographiée visage découvert)

"L'univers" du sans domicile
"L'univers" du sans domicile

Le SDF montre comment il procède pour s'abriter tant bien que mal (Photo prise par Darlène Grondin)
Le SDF montre comment il procède pour s'abriter tant bien que mal (Photo prise par Darlène Grondin)

Pour la première fois, Pierre Hoarau voit son histoire relayée dans les médias. Ici avec Frédo Rivière de Freedom
Pour la première fois, Pierre Hoarau voit son histoire relayée dans les médias. Ici avec Frédo Rivière de Freedom
Mercredi 18 Janvier 2012 - 06:35
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 5388 fois




1.Posté par noe 2012 le 18/01/2012 06:13
L'homme se laisse emporter par sa détresse ... abandonné de tous , comme un chien , il vit au jour le jour ...sans rien à espérer des autres ...dans l'indifférence totale et cela à quelques pas de nous !!!

"C'est la profonde ignorance qui inspire le ton dogmatique." (Jean de La Bruyère)

2.Posté par Nicolas le 18/01/2012 07:26
Quel voyeurisme!!!

3.Posté par Cambronne le 18/01/2012 07:39
1.Posté par noe 2012 le 18/01/2012 06:13

Noé vous me faites marrer mais ce type a choisi de vivre dans ce tas de merde , surtout avec toutes les aides sociales et autres assistanat de l'état gauchiste de ce pays, il n'y a que les médias qui trouvent normal de faire un buzz sur ce genre d'individus surtout voir ce crétin de frédo rivière tendre le micro

4.Posté par anonymousw le 18/01/2012 07:52
Mdr on voit bien les compétence des agents la. Ils viennent sur le terrain en talon ou en savate ou quoi? Sur le terrain quand on vien on va pas marché sur du carrelage tout brillant fraichement laver

5.Posté par yeux ouverts le 18/01/2012 08:24
je ne suis pas raciste quand vous voyez ce qu'il faut faire pour avoir de l'aide de l'état et aussi le totale
je menfoutiste des agents aussi bien de sécu que de bcp de mairie et de la caf pour venir en aide au réunionnais qui en besoin.
par contre bcp débarque et ont un logenement et toutes les aides dont ils ont besoin

comme je le dis je ne suis pas raciste c'est juste un constant qui me désole de plus en plus

6.Posté par noe 2012 le 18/01/2012 11:46
Cambronne vous avez entièrement raison ... S'il a choisi de vivre de cette façon , ça le regarde ...Freedom veut faire un tapage médiathique dessus et ça laisse tout le monde indifférent ...Ce monsieur ne veut pas vivre dans les ghettos des immeubles avec tous les bruits ...Il préfère la Nature et c'est peut-être mieux ainsi ...les arbres et les oiseaux pour voisins : plus de problèmes !!!!
Pas de factures à payer , pas d'impôts , pas de soucis familliaux ...la belle vie .....

"Je trouve que la télévision à la maison est très favorable à la culture. Chaque fois que quelqu'un l'allume chez moi, je vais dans la pièce d'à côté et je lis." (Groucho Marx)

7.Posté par tic tac tic tac le 18/01/2012 14:49
vu le comentaire de certain mi demande a moin si zot i conner se ke c ke de dormir dehors.zot i conner aussi si li lé o courent pou le bonne aide,et si li la f la demande et ke la di a li ke li la pa droit comme i f pou pa mal demoune pou ke d'autre i gagne plus.la mi compren pa i f des annee ke le gramoune lé la et la poin personne la bouger bin mi compren ke li veu pa kitte ou sa li lé,na ca voir comment zot i reagi zot ke na tte.pour finir zot i conner sont vie et pk li la arrive a se stade la?

8.Posté par Adrienne le 18/01/2012 15:14
quelle horreur, et on s etonne qu'il y ait le chichungunya dans cette ile paradisiaque ! à cause des gens qui refuse l'aide sociale , les marginaux

9.Posté par kréole la réunion le 18/01/2012 16:21
il faut arrêté !!! de juger et critiquer gratuitement est ce que zot la déjà fait l'effort d'essayer de comprendre les autres et li na peut être c raison d’être dans ce trou !!! et au lieu d'envoyer la radio ça serais bien d'envoyer un service de ramassage d'ordure afin de remettre le site propre.
au lieu de faire de l'audience avec la misère des autres !!!

arrêté mettre la politique et trouver des excuses !!!!! la politique de droite a la réunion les pas meilleur toute les baiseurs zot i connais que met zot famille en place Mr le maire de saint pierre au lieu de faire le jolie coeur avec ses dames, faire venir des tennisman qui serve a rien !!! lu devrait regardé les failles de sa ville !!!

10.Posté par Cambronne le 18/01/2012 18:40
9.Posté par kréole la réunion le 18/01/2012 16:21

ça c'est vrai Saint Pierre ressemble à une véritable poubelle entre les commerçants du centre ville le soir qui laissent leur saletés comme des porcs les poubelles qui restent sur les trottoirs obstruant le passage sans jamais être ramassé et que les propriétaires n'ont pas la moindre remontrance cette ville est plutôt sale les poubelles de la plages vomissent à croire que le ramassage est prévu pour le Sakifo

11.Posté par kréole la réunion le 18/01/2012 19:52
oui saint pierre est le marseille de la reunion !!!

12.Posté par Bayoune Raoul le 18/01/2012 20:36
Mi konpran pa, mi konpran pi, koman sa se fé ke dopwi lo temps ke le pcr i di anou, sé par lé batay ke le pc la mené, nou la ginye la départementalisation, la amélioré noute kotidiyin. I di anou lontan navé la mizère éfrayab, bé lé pa vré alor. Na inpé lontan de sà, navé in koupe té i dor dosou lo pon la jamaïque, inpé plis avan, koté Sinpol, la trouve in moune té i dor dann in tiyo konm lo ra, koté Sinzozèf, in ote té i dor dan la grotte zirondèl, li la fé fé zète ali, li té i zinn pou bann touris té i pass par là .Pou lé Vergès é sa klike sé sandoute sà le bonèr de la départemantalizsiyon. Zot i krwa si in zour nou larg lo joug, nou sar pli maléré ké zordi. Napi travay pou nou, pou noute zanfan, lé plass lé prize par domoune déor. Noute zanfan lé déporté pou alé fé lo siyin bann blan laba. Et encore mieux dans leur torchon de presse,pour le pcr, le combat pour virer Sarkozy commence le 29 janvier par l'élection d'un repris de justice, mi vé dire Momo pou lé intime. Arète kass lé kwi kamarade....

13.Posté par Grain2sel le 18/01/2012 21:31
J'aime bien les gens qui commencent leur phrase par : "Je ne suis pas raciste." Cela veut dire qu'ils le sont en définitive...

Moun i fé sak i vé. Si lu vé pa l'aide sociale...

14.Posté par yeux ouvert le 19/01/2012 05:55 (depuis mobile)
@ post en temps que reunionnais dsl pou ou mais en effet pas de racisme mais aujourd hui la moindre opignon mettant en lumiere un disfonctionnement sur ce poont là et on est catalogué. c pour ça que g précisé d le départ. mais bon je vois vous avez pas assez de cervelle pour la part des choses

15.Posté par sica le 19/01/2012 16:55
d'accord avec bayoun raoul
Parce que pou envoye a ou en metropole pou rode travail !!! l'état i envoi mais aprés quand ou veu nir faire un carré dan out ti coin de paradis !! i faut ou prend un credit su 5 ans pour passe 3 semaines avec out famille alors que i fait 10 ans que ou lé en métropole et que ou la pas vu out famille !!!
zot i fait la continuité territorial mais seulement tous ça réunionnais les dans la police et que zot i suicide a zot parce que n'a poin la place pou zot gagne travail dans zot région parce que néna deux trois policier originaire de la métropole qui trouve nout l'ile trés charmante et qui monte des stratégies pour rester a la réunion !!! et le band réunionnais que l'es en métropole zot i attend des années pou juste retrouve zot famille !!!

16.Posté par ticaf le 19/01/2012 17:45
je suis entierement d'accord avec Grain2sel.
demoun i fé ce que zot y veut sur cette terre là, libre aou meme s'il y a des lois contre pkoi aller faire un topo dessus.

17.Posté par Sara le 19/01/2012 19:47
Bonjour, je connais ce monsieur, il vend des fruits à la plage, c'est comme ça qu'il gagne sa vie. ce qui me désole, c'est que depuis que s'est passé à radio Freedom, tout le monde semble s'intéresser pour lui alors que je peux vous assurer que lorsqu'il vendait ses fruits à la plage, et trimbalait ses lourds sachets de mandarines sous un soleil de plomb pendant toute la journée, quasiment personne ne le daignait d'un regard alors qu'on voyait très bien que c'était un monsieur âgé et dans la misère. les seuls à lui avoir acheté quelque chose étaient les quelques touristes présents alors que pour un sachet entier de mandarines ou de fruits de la passion il ne demandait que 2 à 3 euros. C'est de la pure hypocrisie et uniquement le besoin de vouloir affirmer devant les médias que l'on est une personne bien se souciant des autres. C'est ça qui est dégoûtant et pas les conditions de vie de ce monsieur qui se sent peut-être plus à l'aise dans son refuge dans la nature que dans n'importe quel refuge social qui pue la pisse et l'alcool!

18.Posté par ndldlp le 19/01/2012 21:00
c koi déjà les promesses du nain de service à propos des SDF en 2007 ???

19.Posté par Sara le 19/01/2012 22:54
D'ailleurs j'aurais quelques questions à poser au journaliste Monsieur Ludovic Grondin:
comment osez-vous mettre entre guillemets le nom de ce monsieur dans le titre ainsi que le mot univers en dessous de la deuxième photo? remettez-vous en cause son identité? sa vie? C'est quoi qui vous fait douter de la légitimité de tout ça? Parce que il faut comprendre que même si ce monsieur n'a pas de logement en béton, il a une personnalité unique comme tout le monde et il a sa propre vie qui est sûrement plus digne et plus libre que celle de beaucoup d'autres personnes dont on ne met pourtant jamais en doute rien que ce soit.
Ce que je remets en cause ce n'est pas le fait que vous parliez de la situation des sans abris, c'est l'approche avec laquelle vous le faites. vous vous introduisez avec des caméras dans un lieu où vit une personne qui n'est même pas là lorsque vous touchez à ses affaires, faites des remarques péjoratives sur son mode de vie (le désastre, les déchets, contenu douteux, s'entassent, etc etc) ainsi que des hypothèses sur son passé et son futur sans même attendre d'en parler avec lui, de lui donner la parole. Dans votre article, vous ne citez RIEN sur ce que le monsieur a dit, peut-être parce que vous n'avez même pas cherché à lui parler, à savoir ce que LUI il en pense de tout ça. Vous savez ce n'est pas en décrivant ses conditions de vie par des termes négatifs que vous réussirez à vraiment décrire sa situation mais par une approche humaine qui aurait dû vous interdire de faire irruption dans son refuge ainsi que dans sa vie en braquant des caméras et micros sur lui et qui aurait dû vous inciter à chercher le dialogue avec lui.
De plus, en tant que travailleur social, je trouve également scandaleux l'attitude et les propos de Brigitte Francomme du CCAS qui veut absolument le déplacer de là sans lui avoir parlé préalablement.
Vous savez c'est toujours la pauvreté qui est scandaleuse et jamais la richesse, et c'est ça l'erreur fondamentale parce que là où il n'y a pas de richesse, il n'y a pas non plus de pauvreté. Donc à tous ceux qui croient avoir déclenché une "chaîne de solidarité" ou qui sont persuadés d'en faire partie, descendez de vos hauts chevaux, arrêtez de considérez votre mode de vie comme supérieur à celui de ce monsieur et demandez-vous d'abord et avant toute chose ce que LUI il veut!

20.Posté par yaya le 24/01/2012 08:23
Bonjour, Sara, je ne sais pas qui vous êtes, ni quel âge vous pouvez avoir, et encore moins quel a été votre parcours, mais je vous dit chapeau bien bas pour votre commentaire........................ J'espère que vous avez un métier à la hauteur de votre humanité (hôpital, service social, aide à la personne) quelquechose dans ce style parce que franchement on a bien besoin de personnes comme vous dans ces domaines où le manque de compassion et de compréhension est cruellement présent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales