Faits-divers

St-Pierre : Le violeur écroué


St-Pierre : Le violeur écroué
C'est l'utilisation du téléphone de sa victime, qu'il avait dérobé après son acte, qui l'a perdu. Le violeur de St-Pierre a reconnu l'intégralité des faits au cours de sa garde à vue et devant le juge, relatent le Jir et Le Quotidien dans leur édition du jour.

Dans la soirée du 8 septembre, il a accosté une jeune femme de 20 ans qui était à la recherche d'un hôtel où passer la nuit avec son compagnon. L'homme âgé de 36 ans se montre très vite insistant mais essuie plusieurs refus. Il utlise alors du gaz lacrymogène pour neutraliser sa victime. Alors qu'elle tente de s'enfuir, il la suit et la viole dans la cour d'un établissement scolaire. 

Mardi, il a été mis en examen pour viol aggravé et placé en détention provisoire. Il était connu des autorités pour de menus délits.
Jeudi 27 Septembre 2012 - 07:00
SB
Lu 756 fois




1.Posté par Ces inaptes qui mènent le pays à la dérive le 27/09/2012 10:22
Il faudrait couper l'objet du délit.
Malheureusement ce n'est possible que dans un seul grand pays qui a compris ce qu'il faut faire des crapules : La Chine. Là-bas au moins les prisonniers servent à quelque chose : on leur prélève leurs organes.

2.Posté par Constat le 27/09/2012 16:01
Pas que la Chine d'ailleurs ! Savez-vous ce qu'il se passe en Arabie Saoudite lorsque des individus sans scrupule et mal intentionnés commettent : vols, viols, crimes, etc. ? La sanction qui leur est réservée est lourde de conséquences, et c'est bien pour cette raison que je préfère ne pas en faire état ici ; mais en revanche, si les prisonniers n'ont pas la même destinée qu'en Chine, ils n'en constituent pas moins, dans ce pays, des exemples à ne pas suivre, tout au moins pour tous ceux qui auraient l'outrecuidance de vouloir les imiter.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 08:55 Quatre blessés graves en cette fin de week-end

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales