Société

St-Pierre: Le Café de la Gare attaque les occupants de rondavelles


St-Pierre: Le Café de la Gare attaque les occupants de rondavelles
Le dossier du Café de la gare à Saint-Pierre connaîtra ce mardi 13 mai un nouvel épisode. Après ses démêlés avec la mairie de Saint-Pierre qui souhaite le déloger, le Café de la Gare attaque à son tour trois gérants de rondavelles installées sur le front de mer.

Bénéficiant depuis 1995 d'un bail commercial dans le bâtiment de l'ancienne gare ferroviaire, les gérants successifs du Café ont tour à tour développé des activités de type bar, glacier, petite restauration et de discothèque.

En 2006, le Café voit débouler des activités concurrentes à proximité de son installation. Trois rondavelles sont montées. Situées à proximité du Café entre le boulevard Hubert de Lisle et la voie de sortie des jardins de la plage, elles feraient partie de l'espace inclus dans le bail commercial dont le Café est seul titulaire. C'est en tout cas la thèse soutenue par le gérant du Café, Eric Palaprat.

Le 28 mars 2006, un huissier constate que les branchements de chantier des kiosques sont alimentés par le réseau du Café. "Il a été constaté qu'un branchement sauvage se raccordait sur le compteur d'eau du Café de la Gare et desservait l'un des kiosques", fait remarquer le plaignant, ce qui a eu pour incidence "d'augmenter excessivement nos consommations d'eau à la charge du Café de la Gare".

Pire, le gérant du Café de la Gare estime que les trois occupants de rondavelles (restauration, glaces, snack) ne disposent d'"aucun droit que leur aurait accordé la société du Café de la Gare qui n'est pas autorisée, aux termes de son bail commercial passé avec la mairie, à sous-louer les lieux sans l'autorisation du bailleur".

Le Café de la Gare estime aujourd'hui fondée sa demande d'expulsion de ces occupants.

Sur les trois occupants de ces rondavelles, deux s'expriment sur ce conflit de voisinage. Le premier d'entre eux, tenant d'un commerce de restauration, assure qu'il "bénéficie d'un titre. A ce niveau-là, je ne m'inquiète pas. L'enseigne existe depuis 8 ans", affirme M. Payet.

Le second laisse le soin à son avocat de cadrer le conflit. "Le Café de la Gare a le culot de demander à mon client de quitter les lieux, alors qu'il est un squatteur du front de mer", tacle sans détour Me Norman Omarjee, conseil de M. Barret, gérant de l'Igloo du front de mer.

"Après avoir spolié la zone Est du bâtiment, le Café de la Gare espère spolier la zone Ouest (là où sont implantées les rondavelles, ndlr)", préfère ironiser l'avocat en faisant mention des petites entorses passées avec le droit de l''urbanisme.

"Vous n'avez rien à faire là"

Aujourd'hui, le conseil préfère dissocier les affaires liant le Café et la mairie et le sort de son client, gérant d'un glacier. "Il ne faut pas confondre les affaires : l'Igloo n'est pas lié au Café de la Gare", dit-il. Rappelons à ce stade que la mairie de Saint-Pierre lorgne toujours sur ce bâtiment historique du front de mer. Une intention qui s'est matérialisée fin 2013 par le non renouvellement du bail renouvelé depuis 1995 à échéance régulière. Mais le gérant du Café conteste cette expulsion en assignant la mairie devant le TGI. En jeu : des millions d'euros d'indemnités d'éviction.

Depuis le 28 février et la fin du bail, "c'est le Café de la Gare qui est l'occupant sans titre", tacle l'avocat saint-pierrois Norman Omarjee. Assurant que son client bénéficie bien d'une autorisation d'occupation temporaire - "si ce n'était pas le cas, la mairie l'aurait expulsé depuis longtemps" - l'avocat contestera l'assignation de son client devant le tribunal de commerce - "incompétent" - au profit du tribunal administratif. Motif : les commerces visés se situent sur le domaine public maritime.

L'avocat du Café de la Gare, Me Olivier Hameroux, devance les futurs échanges en affirmant que la partie adverse "va sûrement dire qu'elle possède une AOT de la mairie mais toujours est-il que le lieu d'emplacement des rondavelles fait partie de notre bail et vous n'avez rien à faire là", explique-t-il.

L'audience de ce mardi 13 mai pourrait être la première d'une longue série.
Lundi 12 Mai 2014 - 18:58
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 4210 fois




1.Posté par Mr Fada le 12/05/2014 20:14
le pire c'est que le contribuable de st pierre finance les animations du front de mer pour faire tourner les commerces de ces margoulins.

2.Posté par noe le 12/05/2014 20:35
Et si le maire de St Pierre interdit à son tour la vente d'alcool sur son territoire ?
Ils auront dans le baba , c'est sûr .......

3.Posté par chavez le 12/05/2014 21:35
cette aventure permet de comparer avec ce qui se passe en Corse , décidément pas beaucoup de différence , une commune qui s apercoit au bout d un certain nombre d années que ce lieu apporte de l argent , mais qui a sans doute en vue de placer un ami ! ainsi va la politique à tous les niveaux dans notre beau pays

4.Posté par ODILE le 12/05/2014 21:49
Une fois encore la mairie de St Pierre Brille par qui tous ces titres ont ils été délivrés? bravo sa kla vote pou Michel!

5.Posté par Candide le 12/05/2014 21:49
C'est bien joué de la part du Café de la Gare. Il va maintenant falloir que la mairie soit cohérente. Et qu'elle ne traite pas de manière différente tous ces commerces qui se jouxtent.
Peut être que les amis de Monsieur Lorion devront attendre un peu avant de pouvoir s'installer dans ces bâtiments.

6.Posté par michel ravine blanche saint pierre le 12/05/2014 22:09
bagarre entre ex et futurs coquins du maire.

7.Posté par Fabiho le 13/05/2014 00:30
Et qui s'en met plein les poches dans cette affaire : les zavocats !!!

8.Posté par Nono le 13/05/2014 08:26
@3 @6 Exactement. Il se passe d'ailleurs la même chose sur le front de mer à Saint Denis, et ce bien sûr après les élections. L'heure est venue de placer ses nouveaux amis.

En même temps, vouloir faire des affaires dans un bâtiment appartenant à la municipalité, c'est risquer de se retrouver dans cette situation à chaque élection, n'est ce pas.

9.Posté par tiens tiens! le 13/05/2014 08:49
Personnellement je croyais que la gare était classée et qu'on ne pouvait pas y faire n'importe quoi et surtout pas y ajouter des extensions affreuses ( avec l'accord de la mairie ou bien sans qu'elle n'y voit rien ce qui serait louche) mais c'est vrai que le patrimoine bâti et les élus ça fait deux et pas qu'à St Pierre!

10.Posté par mag le 13/05/2014 06:26
Fabiho en quoi c'est un problème que les avocats gagnent de l'argent ??!? Ils ne dont que leur métier a ce que je saches!

11.Posté par bibi le 13/05/2014 10:18
vivement que la mairie dégage ce gérant du café de la gare. service qui laisse à désirer, on se fait dévisager quand on entre comme si on était des intrus, alors qu'on est à la Réunion on est pas à saint tropez là. faut dégager cette bande de gateur

12.Posté par Daoud le 13/05/2014 11:35
Café de la gare, Africa queen… Ben oui, je vois bien, la verrue du port, là ou on prend des coups par des vigiles haineux, là ou les loyers ne sont plus payés, là ou il y a des bagarres et des saletés qui finissent dans la darse… Magnifique endroit !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales