Economie

St-Pierre: "Laisserait-on mourir l'imprimerie Chane Ki Chune pour mieux la fermer?"

Samedi 1 Juillet 2017 - 07:48

"Si rien n’est fait on va vers la catastrophe". Cet ex-employé de CKC imprimerie, sous couvert de l’anonymat, souhaite tirer la sonnette d’alarme. Implantée il y a plus de 30 ans dans la ZI  n°2  à Saint-Pierre, depuis trois ans la société gérée par le groupe éponyme Chane-Ki-Chune, détenteur notamment du Quotidien, fonctionnerait en "autogérance". Le départ de l’attaché de direction, remplacé par un commercial promu dans l’équipe de direction, a entrainé la société vers la pente glissante, estime-t-il. "Nommé à un autre poste dans l’une des sociétés du groupe, sa présence est rare". 

L’activité sur le site de Saint-Pierre serait même en berne depuis le début le l’année. "L’imprimerie NID à Saint-Denis, qui appartient également au groupe, rencontre ces derniers temps un problème technique donc les travaux sont transférés ici mais sinon nous étions payés à nous tourner les pouces", regrette-t-il. 

A ce manque d’activité, s’ajouterait un parc de machines obsolètes et un manque de perspective à court, moyen et long terme. "Il n’y a aucune discussion ni négociation, ça n’avance pas". "Sans commerciaux dans le sud, comment décrocher de nouveaux contrats et tenter de relancer l’activité", s’interroge l’ex-employé. Les trois commerciaux partis à la retraite n’ont pas été remplacés. 

Pour ses anciens collègues livrés à eux-mêmes, l’homme souhaite qu’une solution soit trouvée rapidement mais pressent que cette inertie au sein de la direction ne soit qu’un premier pas vers la fermeture de l’imprimerie fondée par Maximin Chane-Ki-Chune. "La laisserait-on mourir pour mieux la fermer?" Une vingtaine de salariés travaillent dans cette imprimerie spécialisée dans l’impression offset, numérique et la publication assistée par ordinateur. 

Selon l’ex-employé, un plan de restructuration devait être présenté pour ce mois de juin, "mais jusqu’à maintenant les salariés n’ont reçu aucune nouvelle", déplore-t-il. "L'ambiance dans les ateliers y est d'ailleurs morose", décrit-il.
Zinfos974
Lu 9643 fois



1.Posté par PEC-PEC le 01/07/2017 09:30

C'est bien triste de voir de belles entreprises ne pas survivre a leur dirigeant. C'est hélas assez fréquent.
L'imprimerie Ganowski qu'avait repris CKC vers 1977 a été dirigée jusqu'à présent par le même directeur, qui s'est défoncé pour faire vivre l'imprimerie. Il semblerait que la succession ne soit pas à la hauteur de la tâche à accomplir. Dommage !

2.Posté par maroco le 01/07/2017 15:51

Ca coute moins cher de faire venir d'ailleurs, d'où le problème.

3.Posté par Le Taliban. le 03/07/2017 16:13

Made in Mauritius.
C'est moins cher.En plus c'est leur festival.

4.Posté par oreille d ane le 20/07/2017 13:20

ou est le délégué du personnel il se range auprès de la direction ou est le UR 974 c'est du jolie
monsieur dors sur son titre de délégué du personnel alors que rien ne va plus dans cette entreprise
allo monsieur le délégué on se cache allo !!!

5.Posté par oreille d''''âne le 28/08/2017 11:04

suite de cette fameuse affaire d'après les rumeurs des employés de cette société toujours pas de news dans l'air le matieriel continus à rendre de plus en plus l'âme
aucun dialogue, aucune perspective, rien de chez rien
un délégué du personnel qui est en hibernation comme le font les tangs
il continu à faire le jeu de la direction, ça on peut dire qu'il à mériter son titre bonjour le respect
pour ses collègue super avec un grand S

6.Posté par tete bœuf le 29/08/2017 11:47

mais quel est le poste de ce fameur délégué du personnel au sein de cette société ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter