Social

St-Paul: La nuit devant la mairie pour des contrats "emplois verts"


St-Paul: La nuit devant la mairie pour des contrats "emplois verts"
L'échange avait pourtant commencé cordialement en début de matinée, c'est finalement sous des tentes qu'une dizaine de saint-paulois devaient passer la nuit devant la mairie centrale.

Situation ubuesque. Alors que certains réclament des contrats aidés à leur maire, des jeunes adultes du secteur de Barrage à Saint-Paul ont sollicité les services de la mairie afin que leur contrat déjà en poche ait l'aval de la municipalité. "Il nous manque une signature", résume l'un des membres de l'association Jeunesse du Barrage.

"Nous avons obtenu de la Région en 2011 une quarantaine de contrats pour l'entretien des espaces verts", explique Rosélien. Mais voilà, selon eux, si les contrats sont bien financés intégralement par la Région, reste à faire valider par l'instance municipale le projet associatif.

"L'entrevue pendant deux heures lundi matin avec le 1er adjoint M. Gamarus", n'a pas comblé les attentes des demandeurs. La délégation en ressort déçue. "On avait plutôt l'impression d'assister à un meeting", affirme Aurélien, connu pour son engament via l'association P'tit Coeur. Mais aujourd'hui, c'est sous la casquette de porte-parole de jeunes en demande d'emploi "mais non violent" qu'il agit, une nouvelle fois.

Les élus doivent se montrer maintenant, et pas dans un an

Autre ombre au tableau dans cet échange matinal : "Alors que M. Gamarus nous avait avait affirmé que la personne en charge de ces questions était absente, on a appris plus tard dans la journée que celle-ci était en fait présente", explique le porte-parole. Désabusés, les demandeurs ont donc opté pour une action inédite. "On n'en serait pas là si tout avait été réglé dans la journée", affirme-t-il.

L'association réitère son intention de régler le problème par la discussion. Sa seule et unique motivation, dit-elle, est de permettre à ces personnes qui attendent l'aval de la mairie, de débuter enfin leur mission. "C'est là que nou la besoin à zot (à comprendre les élus, ndlr). C'est pas dans 1 an juste avant les élections", ajoute une autre.

A 19h hier, la dizaine de manifestants attendait la venue de tentes et de quoi coucher sur le parvis de la mairie. Ces derniers ne voulaient pas relâcher la pression sur les élus, alors qu'une promesse de résolution de la situation leur avait été donnée en début de soirée par Alain Payet, directeur général des services.

Les jeunes adultes présents hier s'en prennent à des luttes purement "politiques" dans ce blocage entre emplois verts estampillés "Région" et la mairie de Saint-Paul. La distribution de ces contrats, quelques mois avant la présidentielle, avait donné lieu, on s'en souvient, à des échanges tendus entre Huguette Bello et Didier Robert.

D'ailleurs, comme à chaque mouvement de ce type, il ne manquera pas de soulever des interrogations sur l'éventuelle politisation de cette mobilisation.
Mardi 26 Février 2013 - 06:59
LG
Lu 1916 fois




1.Posté par lecteur assidu le 26/02/2013 06:37
Paroles...paroles...paroles... du vent ... toujours du vent ...

Combien d'emplois la dépitée maire cumularde a-telle créé dans SA commune, à part ceux de ses trop nombreux courtisans ainsi que dénoncé par la Cour régionale des comptes ou les emplois verts payés par nos impôts ???

Ou sont les emplois pour les jeunes que devaient créer les multiples entreprises qui parait-il, devaient s'installer à proximité de la route des tamarins grâce son équipe municipale diverse et avariée qui chaque jour démontre son incompétence dans tous les domaines ???

Tous les nantis qui ont fait ces promesses démagogiques feraient bien de ne pas oublier ce dicton:

" Qui sème le vent récolte la tempête !!! "

2.Posté par nitro.du port le 26/02/2013 08:18
Tiembo largue pas

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales