Société

St-Louis: Le radier du Ouaki rouvert


Vendredi 17 Janvier 2014 - 16:03
Lu 734 fois




1.Posté par noe le 17/01/2014 19:42
C'est pas un radier mais un tas de roches !

2.Posté par lili le 17/01/2014 21:11
depuis le temps que ce radier est emporter, les coûts de réparations à la va vite n'a t'on pas payer le coût d'une passerelle ou d'un pont ?

3.Posté par le réunionnais le 18/01/2014 08:09
c'est un bisness très lucratif, si seulement il y avait une autorité courageuse pour ouvrir le dossier!
mais surement tout le monde est dans la même magouille... monsieur le préfet marqué votre passage par une mise à plat de cette affaire très bizarre!merci

4.Posté par Merci aux rustines ! le 18/01/2014 14:12
Il faut savoir combien coûte la réfection d'un tronçon fait de terre et de roches - appelé à tort, radier - et les bénéfices réalisés par les communes en les réalisant à la six-quatre-deux. Ce qui arrange bien les affaires de ces collectivités puisqu'elles n'utilisent qu'une infime partie du budget alloué à la remise en fonction, alors que l'excédent est utilisé à telles fins que de droit ; mais, ne nous voilons pas la face car, neuf fois sur dix, ça n'est pas le cas et de fait, l’utilisation est plus que douteuse !

Du coup, et s'agissant de Saint-Louis, même certifié indestructible, la construction d'un nouvelle ouvrage anéantirait cette manne providentielle tant espérée et redevable aux fortes crues ; pas forcément aux cyclones. En revanche, si construction s'avère, elle constituerait d'une part une délivrance pour les automobilistes lassés de se retrouver de se retrouver dans des embouteillages et de l'autre ils seraient tous heureux de ne pas aller s'engouffrer pendant d'interminables heures à essayer de sortir d'un saint-louis engorgé de toute part ; du matin au soir.

En outre, je ne vous apprendrais rien si je vous soutenais qu'à chaque fois que cet agrégat, un composé de terre et de roches damées à la hâte, est emporté par la furie des eaux fluviales, sa réfection est une aubaine pour la trésorerie saint-louisienne et n'en demeure pas moins une affaire, à biens des égards, juteuse ; rentable à plus d'un titre, particulièrement lorsque l'oseille récupérée est employée à d'autres fins. Donc, un petit pactole inespéré qui arrive à point nommé soulager une trésorerie en état de déconfiture !

Comptez le nombre de radiers emportés à chaque crue et faites le compte ; dés lors, on comprend très vite pourquoi, depuis des décennies, chaque maire passant, arguant leur fonction de prieuré, préfère les rustines aux ponts ; mieux vaut donc panser que guérir !

Les Rustines ont encore de beaux jours devant elles !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales