Société

St-Denis: Samuel Mouen débute sa grève de la faim devant la préfecture


St-Denis: Samuel Mouen débute sa grève de la faim devant la préfecture
L'indigné Samuel Mouen a commencé sa grève de la faim devant la préfecture de Saint-Denis, cet après-midi. Après un retard de quelques heures, dû à l'empêchement par les policiers de planter sa tente sur les pelouses du square Labourdonnais, Samuel Mouen s'est installé pour "déguster" son dernier repas avant d'entamer une grève de la faim illimitée. Enjeu pour lui, se battre pour le maintien du pouvoir d'achat des travailleurs pauvres de la Réunion.

A peine installé, Samuel Mouen a voulu alerter les Réunionnais sur son impossibilité ce matin d'entamer sa grève de la faim. Les raisons sont toutes simples pour le délégué du mouvement des Indignés à la Réunion. "On a porté atteinte à ma liberté individuelle et à ma liberté de manifester alors que nous sommes dans un état de droit. Je demande à ce que le préfet s'explique par écrit !", clame-t-il. Particulièrement ciblés, les huit policiers qui ont interdit à Samuel Mouen de planter sa tente devant la préfecture. Renseignements pris, les forces de l'ordre ont reçu comme consigne d'éviter que la tente soit placée devant l'entrée de la préfecture et lui ont proposé de s'installer un peu plus loin, mais ils ont essuyé un refus de la part du principal intéressé.

"Je ne suis pas à la recherche d'une reconnaissance, ni d'un mandat, ni d'une quelconque célébrité"

Passée cette mise au point, Samuel Mouen a entamé son "dernier repas" devant les journalistes présents. Une grève de la faim en ultime recours. Samuel Mouen a bien conscience qu'il n'a pas mobilisé les troupes lors de ces derniers appels à manifester le 6 mai et le 29 juin dernier. "Je veux susciter une réaction à la hauteur des enjeux et des foyers de mécontentement connus de tous", explique-t-il. Le choix de manifester sous cette forme n'est pas "anodin" à ses yeux. "Je ne suis pas à la recherche d'une reconnaissance, ni d'un mandat, ni d'une quelconque célébrité, mais dans une forme d'exemplarité pour faire émerger une action collective regroupant l'ensemble des maux dont souffrent les Réunionnais", poursuit Samuel Mouen.

Cible privilégiée par Samuel Mouen, François Hollande a qui il demande d'arrêter de "s'attaquer aux pauvres" notamment après l'arrêt du RSTA. "Je savais qu'il n'aimait pas les riches, mais je n'imaginais pas qu'il s'attaquerait aux pauvres", souligne-t-il. "J'entame cette grève de la faim en espérant qu'il sera sensible à la vie humaine", lâche-t-il, bien "décidé" à aller jusqu'au bout.

A travers sa grève de la faim, Samuel Mouen demande le maintien de l'enveloppe de 50 millions d'euros du RSTA, mais également la mise en place d'une prime de vie chère de 300 euros par salariés. Une prime qui serait "financée" par une taxe sur les jeux de hasard. "Je demande des mesures significatives pour l'emploi, le logement, le pouvoir d'achat, les salaires (…), pour encourager le développement et l'investissement à la Réunion. Voilà ce que j'attends des défenseurs du gouvernement et du président de la République", conclut-il.
Lundi 15 Juillet 2013 - 16:42
Lu 1686 fois




1.Posté par David Asmodee le 15/07/2013 18:16
"Je savais qu'il n'aimait pas les riches, mais je n'imaginais pas qu'il s'attaquerait aux pauvres", souligne-t-il.


Faux !
Hollande adore les pauvres. C'est pour cela qu'il en fabrique.

2.Posté par Jean-Claude OTTO-BRUC le 15/07/2013 18:52
Monsieur MOUEN, j'ai beaucoup de sympathie pour le combat que vous menez, c'est un combat noble qui vous honore, pour la justice sociale, et je suis désolé que vous ayez choisi cette forme "dure" de combat car vous risquez de mettre votre vie en péril ou du moins votre santé. Ce qui me désole encore davantage, c'est l'attitude des autorités, et en particulier le mépris du préfet Marx. Ce préfet a tenté de vous repousser, il méprise tous les Réunionnais et il est prêt à vous laisser mourir sur place sans lever le petit doigt ni pour vous ni pour la population qui souffre, il est aux ordres de la MAFIA et grassement payé par elle pour lui obéir. Jean-Claude

3.Posté par WQS le 15/07/2013 21:33
Monsieur Mouen ,

je crois que votre bataille , qui malheureusement ne mobilise déjà pas grand monde , sera totalement occultée par le nouveau drame de la mer survenu aujourd'hui...

De toutes façons dans cette colonie bananière , tout est régi PAR et POUR des fonctionnaires , le sort des travailleurs du privé n'intéresse personne , à commencer par les syndicats.

Le seul message de solidarité qu'on leur adresse est : Vous n'aviez qu'à passer un concours !

Comme si dans la vie en l'isle Bourbon , soit on parvient à intégrer la fonction publique et on vit bien grâce à la sur-rèm , soit on travaille dans le privé et on se serre la ceinture face au problème de la vie chère....

Une forme d'apartheid que ce gouvernement n'a pas l'intention de réduire pour raisons électoralistes.

Bon courage quand même et prenez soin de vous !

4.Posté par Eveil citoyen974 le 15/07/2013 22:05
Chaque combat montre à quel point les autorités son devenu irresponsable à l'encontre des citoyens

5.Posté par ndldlp le 15/07/2013 23:03
MAFIA ?? tsss..

6.Posté par Phil27 le 16/07/2013 08:03
Faut arrêter de s'en prendre à la "surèm" des fonctionnaires. Les concours sont ouverts à qui le veut et plus précisément à qui le peut. De vous à moi la suppression de la "surèm" ne va rien résoudre. Le nivellement des salaires se fera par le bas et non par le haut. Baisse du pouvoir d'achat qui aggravera l'économie de l'île qui est déjà moribonde. Vous pensez sincèrement que les salariés du privé vont profiter de la suppression de la "surèm" des fonctionnaires ? Pas du tout. Suppression du RSTA, donc suppression de la "Surèm". Comme ça tout le monde est pauvre, ou presque. Pas de jaloux. C'est ça ?

7.Posté par Assume ton vote ! le 16/07/2013 09:31
C'est sympa de penser aux autres, mais quand les autres n'en ont rien à glander, cela n'a pas de sens.
Samuel, as-tu reçu mandat d'un bon nombre d'indignés pour entamer cette grève de la faim ?
Notre gouvernement n'a aucune morale.
Penses-tu que, si tu meurs de faim, le gouvernement va céder post mortem à tes exigences sociales ?
Tu rêves là, Samuel !
Tu as voté Hollande, je crois, alors assume ce choix politique !
Les Français avaient le choix entre deux maux, une bonne majorité a choisi le pire.
On récolte ce que l'on a semé !!!

8.Posté par WQS le 16/07/2013 10:58
6

Tu illustres parfaitement ce que j'écris post 3 , tout ce que tu sais dire est : fallait passer un concours...

Et après , soit tu l'as et tu vis bien soit tu l'as pas et tu te serres la ceinture , c'est ça ?

Dans ton petit cerveau sclérosé de trop d'années à ne pas t'en servir , t'as jamais imaginé qu'on pourrait trouver un système ou tout le monde serait traité à égalité face au problème de la vie chère ?

T'es pas au courant que ceux qui payent ta sur-rèm sont ceux qui travaillent dans le privé ainsi que les chômeurs et les gens aux minimas sociaux car TOUS payent la TVA et l'octroi de mer , les principales ressources des administrations françaises ?
Ces gens payent une prestation dont ils ne bénéficient pas eux-mêmes , c'est n'importe quoi !

Tu es la parfaite caricature du fonctionnaire bouffi de suffisance car il a réussi un concours et etouffé par
un égoïsme sans limite , sans la moindre considération envers CEUX QUI LE PAYENT !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales