Social

St-Denis: Nouveau débrayage chez les agents municipaux et préavis de grève déposé

Depuis lundi dernier et l'acte désespéré d'un employé communal de la mairie de Saint-Denis en pleine commission administrative paritaire, ce dernier s'était tailladé le bras, la tension est palpable entre les employés communaux et la municipalité. Hier et ce matin, un débrayage d'une heure a eu lieu au centre technique communal de Sainte-Clotilde pour réclamer plus de "transparence" sur les primes, salaires, promotions et titularisations. Un préavis de grève a été déposé pour le 10 octobre prochain. Les syndicats attendent toujours de rencontrer le maire Gilbert Annette.


St-Denis: Nouveau débrayage chez les agents municipaux et préavis de grève déposé
La tension est palpable chez les employés communaux de la Ville de Saint-Denis. Lundi dernier, un agent communal de 59 ans avait craqué en pleine commission administrative paritaire (ndlr: commission technique à la mairie servant à l'avancement, promotion et titularisation des agents de catégorie C). Il avait sorti un couteau et s'était tailladé l'avant bras pour dénoncer les "passes-droit" dont bénéficieraient certains employés. "Un geste grave qui traduit toute sa détresse", rappelle Patrick Jayme, secrétaire général de l'Unsa Saint-Denis.

Le syndicat dénonce la prise de position de la mairie face à cet incident et a décidé de déposer un préavis de grève pour le 10 octobre prochain. "On a respecté les cinq jours ouvrables. Cela laisse le temps au maire (ndlr: Gilbert Annette) de nous rencontrer", explique-t-il. Depuis l'incident, la mairie s'est exprimée uniquement via un "communiqué de presse" et a "minimisé" l'incident, selon Patrick Jayme. Hier, une centaine d'agents communaux a débrayé. Une situation qui s'est reproduite ce matin pendant une heure. "Ce qui s'est passé lundi traduit un sentiment d'injustice sur la gestion du personnel communal", précise le syndicaliste.

"Il y a un manque de considération sur notre travail. Si vous travaillez et que vous êtes camarades avec la municipalité vous avancez. Si vous travaillez et ne demandez rien, on vous oublie dans le processus de promotion. Vous n'aurez pas de prime, pas de titularisation si vous ne faites pas partie des proches du maire ou de son parti politique", lâche le secrétaire de l'Unsa. Pour ce dernier, "beaucoup d'agents sont dans cette situation".

L'Unsa souhaite plus de "transparence" dans le système de promotion au sein de la municipalité. "Il faut revoir les commissions administratives paritaires, revoir le mode de titularisation. Mettre plus de transparence", martèle Patrick Jaime

"Tant que le problème ne sera pas réglé, on aura un sentiment de frustration et de révolte chez les agents municipaux", conclut-il.
Jeudi 4 Octobre 2012 - 11:42
Lu 1610 fois




1.Posté par Les crapules des mairies le 04/10/2012 15:00
Tant que le maire sera irresponsable en tant que personne sur son patrimoine, les magouilles continueront.
Si un maire était poursuivi et condamné, son avocat serait payé par la commune (c'est à dire par vous et moi) et sa condamnation aussi !!!

Hé oui, j'ai testé dans une affaire de permis de construire délivré illégalement et en toute connaissance des illégalités délivré sous le sieur Victoria.
Notez bien que c'était pareil avant, et c'est encore pareil, et ça restera pareil. La raison de l'immobilisme est que l'électeur est un con qui ne sait rien faire d'autre que d'élire des crapules. On a donc les élus qu'on mérite.

2.Posté par kada le 04/10/2012 16:15
Ce qui se passe dans la construction de la rue st mairie se traduit aussi par un sentiment d'injustice ressenti fortement par les habitants du quartier st jacques. Silence et mépris de la part de la mairie de st-denis.

3.Posté par martin le 04/10/2012 17:03 (depuis mobile)
kosa ban grater d ki i ve? Etre paye sans rien foutre!

4.Posté par YFODETOU le 04/10/2012 22:53
et voilà la belle France et son syndicalisme qui fait courir tous les investisseurs et créateurs d'emplois de notre pays,syndicats vous ne vous rendez pas compte de la situation,je fais abstraction des droits etc....
faites très attention,a force de trop tirer sur la corde,elle romprera et quand il n'y aura plus de travail que les patrons fermeront le boutiques,que les institutions vous enverront boulés,vous serez les seuls coupables et fautifs......
On ressortira les bazookas incessamment sous peu!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales