Société

St-Denis: Les 73 ans de l'Appel du 18 juin

La France célèbre aujourd'hui les 73 ans de l'Appel du 18 juin, mais également le 70ème anniversaire de la mort de Jean Moulin, préfet et premier président du Conseil national de la Résistance. A Saint-Denis, la commémoration a eu lieu ce matin à 10h00 devant le monument à la Mémoire du Général de Gaulle sur le Barachois.


St-Denis: Les 73 ans de l'Appel du 18 juin
Il y a 73 ans, depuis les studios de la BBC à Londres, le Général de Gaulle prononçait son "Appel du 18 juin". Il demandait aux troupes françaises de continuer le combat lors de la Seconde Guerre Mondiale. Cet Appel est considéré comme le texte fondateur de la résistance française, dont il demeure le symbole.

Ce matin, une cérémonie commémorative s'est déroulée sur le front de mer de Saint-Denis, devant le monument à la Mémoire du Général de Gaulle. Plusieurs gerbes ont été déposées en présence du préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, de la présidente du Conseil général, Nassimah Dindar, et de représentants de la mairie de Saint-Denis, du Conseil régional ou encore le Fazsoi et la Fondation France Libre aux pieds du monument.

Les anciens combattants se sont recueillis au moment de la lecture de l'Appel du Général de Gaulle suivi par le discours des officiels. "Un devoir de mémoire", pour Michaël Valliamée, ancien combattant ayant servi dans l'armée jusqu'en 1972. Même s'il reconnait que "l'Appel du 18 juin" a eu un "moindre impact" à la Réunion en raison de la distance avec le conflit, Michaël Valliamée souligne le "courage" de De Gaulle à cette époque. "Beaucoup de résistants Réunionnais sont partis, volontaires pour embarquer sur le Léopard (contre-torpilleur stationné en novembre 1942 devant le Barachois ndlr) et aller en France", souligne-t-il.

Une cérémonie marquée, malheureusement, par plusieurs malaises d'anciens combattants dont Camille Bourhis, un des derniers fusiliers-marins vivant à la Réunion et ayant embarqué sur le contre-torpilleur Léopard en 1942. Pris en charge par les pompiers, ce dernier a été évacué vers le CHU de Bellepierre à la fin de la cérémonie.

Camille Bhouris peu avant sa prise en charge vers le CHU de Bellepierre
Camille Bhouris peu avant sa prise en charge vers le CHU de Bellepierre
Mardi 18 Juin 2013 - 15:18
Lu 867 fois




1.Posté par petit electeur le 18/06/2013 16:46
Devoir de mémoire. Respect aux anciens...

Comment faire pour que dans ce tumulte, la France puisse garder son rang et sa place ?

En ce jour du 18 juin 2013, je dédicace deux citations du Général au locataire actuel de l'Elysée:

« Quant au pouvoir, je ne saurais, en tout cas, quitter les choses avant qu'elles ne me quittent. »

« La France ne peut être la France sans la grandeur. »

Où en sommes-nous ? Où allons-nous ?

A méditer...

2.Posté par PSH Lepret le 18/06/2013 18:09
est ce pour cette ceremonie que la circulation a été coupée au Barachois ce matin?
avant, on ne detournait pas cet enorme flux pour cette manifestation, à laquelle j'ai souvent assisté
qui décide ainsi de faire perdre du temps et du carburant, donc de l'argent, à des milliers de moutons automibilistes?
de quoi les décideurs avaient ils peur? de traverser la rue?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales