Faits-divers

St-Denis: La reine du chéquier volé condamnée à 8 mois de prison ferme

Marie Nolita P. a comparu devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour plusieurs faits de vols, falsifications de chéquier, utilisation frauduleuse de carte bancaire et vol avec effraction. Des faits commis entre 2010 et 2012 pour des montants très importants. Déjà connue de la justice, elle a été condamnée à 8 mois de prison ferme.


St-Denis: La reine du chéquier volé condamnée à 8 mois de prison ferme
Marie Nolita P. est bien connue de la justice. Elle a déjà été condamnée par le passé à plusieurs peines de prison ferme pour des vols et utilisations frauduleuses de chéquiers entre 1997 et 2006. De nouveau convoquée devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour des faits similaires remontant à une période comprise entre 2010 et 2012, elle a reconnu partiellement les faits mais a tenté de minimiser son implication en raison d'une vie personnelle et professionnelle difficile, ponctuée d'hospitalisations en hôpital psychiatrique.

Devant le tribunal, le président Yves Moatti énumère les faits. "Vous avez volé et utilisé cinq chèques en février 2012, vous avez volé deux chéquiers en novembre 2012 après les avoir obtenus en forçant la porte d'une des victimes, pour des sommes allant de 1.200 à 3.500 euros (7.000 euros en tout ndlr) et vous avez également utilisé frauduleusement une carte bancaire pour un montant de 2.081 euros", explique-t-il. Dans la salle, deux victimes sont présentes et se sont constituées partie civile.

Pour remonter jusqu'à elle, les enquêteurs n'ont pas eu trop de mal. "Vous avez fait un chèque dans une station service et la plaque d'immatriculation de votre véhicule était inscrite au dos du chèque. Pour une autre affaire, vous avez utilisé une pièce d'identité déjà incriminée dans une autre affaire", souligne le président du tribunal.

Si la victime reconnaît avoir utilisé les chéquiers de ses victimes, elle précise tout de même ne pas avoir voulu les mettre sur "la paille". Sur le premier dossier, elle va mettre en cause la Poste pour avoir distribué le chéquier dans sa boite aux lettres. "J'ai été tentée", répond elle. Résultat, elle fera cinq chèques pour des montants allant de 40 à 700 euros. Sur le vol avec effraction, elle conteste les faits. "Je connaissais la victime pour avoir été hospitalisée avec elle à l'EPSMR de Saint-Paul", précise-t-elle. La prévenue a été hospitalisée plusieurs fois pour des tentatives de suicides. Mais pour la plupart des faits, Marie Nolita P. explique avoir volé ces chèques pour faire "essentiellement" des courses alimentaires.

"Elle se moque de la justice"

Son avocate, insiste sur le parcours difficile de sa cliente pour expliquer ses gestes. "Je n'excuse pas les faits. Elle les reconnaît. Mais elle a eu un parcours difficile et a perdu plusieurs enfants. C'est à se moment qu'elle a commencé à avoir des problèmes. De plus, sa fille étudiante est handicapée", souligne-t-elle. Revenant plusieurs fois sur les hospitalisations de sa cliente, son avocate va produire une lettre de son médecin traitant expliquant que Marie Nolita P. souffre de troubles de la personnalité.

Mais pour le procureur de la République, Dominique Auter, Marie Nolita P. n'en est pas à son coup d'essai. "Mieux vaut ne pas l'avoir comme voisine sinon cela vous coûte cher. Elle se présente comme une victime. Elle a détourné des sommes importantes, c'est la Robin des bois des chèques. Dans ces dossiers, elle salit les victimes et invente des histoires", précise-t-il.

Dans ses réquisitions, Dominique Auter va demander 3 ans de prison, dont 18 mois assortis du sursis, avec l'obligation d'indemniser les victimes. Des réquisitions lourdes mais justifiées pour le procureur. "Elle se moque de la justice", lâche-t-il devant une prévenue en pleure.

Après le délibéré, le tribunal correctionnel a condamné Marie Nolita P. à 3 ans de prison dont 28 mois assortis du sursis, soit 8 mois fermes sans mandat de dépôt. En outre, elle a l'obligation de suivre des soins, de trouver un travail et de dédommager ses victimes.
Vendredi 23 Août 2013 - 12:16
Lu 1412 fois




1.Posté par môvélang le 23/08/2013 22:06
fô surtout pas donner son nom de famille, sinon on se méfiera d'elle et elle ne pourra plus continuer ses magouilles!

2.Posté par Kaloupillé le 23/08/2013 23:56
justement si on donnais son Nom de Famille , tous les Réunionnais auraient stopper ses Magouilles afin qu'elle ne recommence plus et surtout bien afficher en poster sur tous les magasins de l'île que ça sert d' exemple pour celui ou celle qui viens sous les cocotiers pour se remplir les poches , un exemple pour tous les Magouilles de certains Maires , Avocats , c'est une façon de rendre une JUSTICE plus claire à Méditer !!!

3.Posté par titi974 le 24/08/2013 11:57
Pas cher payé on devrait afficher son portrait chez tous les commerçants et agences bancaires

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales