Faits-divers

St-Denis : Deux chantiers saccagés parce que les ouvriers refusaient de faire grève


St-Denis : Deux chantiers saccagés parce que les ouvriers refusaient de faire grève
La grève du BTP et ses dérapages. Un groupement de chefs d’entreprises du bâtiment a déposé plainte pour dégradation ce jeudi 14 avril au commissariat Malartic.
 
Deux chantiers sur lesquels travaillaient divers artisans sous-traitants de groupements BTP ont été ravagés hier matin à Saint-Denis. Le préjudice s’élève, selon l’un des chefs d’entreprise qui nous confie cette mésaventure, à environ 20.000 euros.
 
Que s’est-il passé hier matin sur ces deux chantiers ? Des individus sont venus sur les chantiers, d'abord pour intimider. "Ils étaient une trentaine, encagoulés, mais ils étaient suivis par d’autres personnes au visage non dissimulé dont on connaît l’implication syndicale", affirme Christian*, un chef d'entreprise qui souhaite garder l’anonymat.
 
Toutes les finitions ont été cassées

 
Le même groupe était venu la veille intimider les artisans prestataires des groupements, raconte ce chef d'entreprise. "On avait dit à nos ouvriers de ne pas répondre à la violence si les menaces venaient à se faire plus précises. Mercredi, ils avaient voulu obliger nos ouvriers à rejoindre le mouvement de grève du BTP et à cesser le travail par solidarité". Face au refus des artisans, la même bande est revenue jeudi matin pour, cette fois-ci, tout briser sur son passage.
 
"Sur notre premier chantier, ils ont fait exploser les vitres de menuiserie neuves, détruit les placo’, les tuyaux pvc et la menuiserie extérieure. Sur le second, ils s’en sont pris directement à notre baraquement de chantier".

Chaque groupement concerné par ces deux chantiers dans le chef-lieu a déposé plainte hier au commissariat Malartic pour dégradation.
 
*prénom d’emprunt

Les menuiseries à peine posées ont volé en éclat
Les menuiseries à peine posées ont volé en éclat






Le baraquement de chantier a lui aussi été visé
Le baraquement de chantier a lui aussi été visé
Vendredi 15 Avril 2016 - 15:37
LG
Lu 5010 fois




1.Posté par Eno2016 le 15/04/2016 15:44
Exaspérés par ces blocages de routes , certains agissent contre fortune bon cœur !
Mais pas bien de casser le travail fait par dépit ou vengeance !

2.Posté par aldo21 le 15/04/2016 16:06
Démocratie façon CGTR : population prise en otage sur les barrages, artisans et non grévistes menacés, chantiers saccagés.
On a affaire à des brutes sans cervelle, il est grand temps que tout cela cesse avant que quelqu'un commette l'irréparable.
Il serait bon aussi que les syndicalistes ailles faire des stages pour apprendre à conduire une grève et contrôler leur base qui sévit sur le terrain.
Et pour quel résultat tout ce foutoir , sans doute 2% d'augmentation tout à l'heure à la sortie de leur réunion à la préfecture. Lamentable, pathétique et d'un égoïsme sans nom envers la population .

3.Posté par salauds de patrons le 15/04/2016 16:25
Une mafia ne serait pas une mafia sans quelques destructions, de-ci, de-là.En République Démocratique socialiste de France, il est admis qu’une entreprise appartient à ses employés en premier lieu, que les syndicalistes décident de ce que le patron a le droit de faire ou pas, et que si ce dernier se la joue un peu trop autonome, pif, paf, pouf, on casse, on intimide, on prend des innocents en otages . Avec des syndicats qui sabotent les entreprises par la violence, je ne vois pas très bien comment, au juste, le pays pourrait subitement échapper au sort qui l’attend. Pour moi, cela me semble clair : ce pays est foutu.

Aujourd'hui, l'idéal de la mafia syndicaliste est celui des aristocrates décadents de la fin de l'ancien régime : profiter, ""parce que je le vaux bien"", de privilèges exorbitants, rouler carrosse, vivre dans des palais somptueux et se faire servir par une domesticité pléthorique et soumise de "salaud de patrons".

4.Posté par la dictature des patrons qui volent leurs clients et exploitent les salariés le 15/04/2016 17:12
le jaunisme a un prix . C'est un juste retour des choses quand on voit leurs malfacons et leur garantie decennale d'incompetence.

5.Posté par fédération des tireurs aux flancs le 15/04/2016 17:36 (depuis mobile)
Oh c est rien du tout ça. Les assurances vont payer. Euh si vous êtes assurés.
Car les petites entreprises ne connaissent pas trop le chemin des assurances.

6.Posté par Pamphlétaire le 15/04/2016 18:04
1/ La liberté de travailler est naturelle, logique.
2/ Les grévistes ou pas ne sont pas autorisés à empêcher ceux qui veulent travailler de travailler.
3/ Ceux qui cassent payent.
4/ Entrave volontaire à la circulation. Bloquer volontairement la circulation est une infraction grave.
Délit : art L412-1 du Code de la Route.
5/ De plus, l'état d'urgence a été décrété jusqu'en mai 2016 et la réunion de plusieurs personnes sur des barrages ne posent aucun problème au Préfet du département qui reste le responsable du maintien de l'ordre (du maintien du bon ordre).
6/ De plus, dans l'article il est précisé une trentaine d'individus encagoulés mais cela n'interpelle pas la justice ni le Préfet vu l'état d'urgence.
7/ Cela amène encore plus d'amertume pour les honnêtes citoyens qui sont paralysés dans les embouteillages ne pouvant se rendre à leur travail qu'avec du retard, aux étudiants à manquer des cours du fait du retard engendré, etc...Chacun pourra ajouter ses griefs à cet article et à ce commentaire.

7.Posté par PATRICK CEVENNES le 15/04/2016 18:04
fukcd473
Ils n'ont pas pris des photos à la volée de ces casseurs pour les faire condamner par la justice et en profiter pour taper sur les centrales cgtr, etc. ?

8.Posté par paul le 15/04/2016 18:09
On considère déjà comme normal le blocage des routes (alors que c'est un trouble majeur à l'ordre public) alors pourquoi pas l'intimidation par le saccage des chantiers?

9.Posté par Fidol Castré le 15/04/2016 18:22
Un groupement de chefs d’entreprises du bâtiment a déposé plainte pour dégradation ce jeudi 14 avril au commissariat Malartic.


Démarche utile si c'est couvert par l'assurance. Sinon, ça ne sert à rien : les syndicalistes bénéficient d'une impunité totale. Il n'y a qu'à voir comment ils bloquent les routes, intimident, menacent, insultent, sous la protection de la police et de la gendarmerie.

10.Posté par Loubi le 15/04/2016 18:24 (depuis mobile)
Pauvre eno qui ne comprend vraiment rien ce sont les grévistes qui ont tout cassė pas les gens exaspérés par les barages mais rassure toi les exaspérés vont bientôt foncer dans le tas.... et la le préfet sera responsable s ily a des blessés ou pire !

11.Posté par Dugland le 15/04/2016 18:36 (depuis mobile)
Pas mal ....que dire cette île le formidable.....

12.Posté par Mwa la pa di le 15/04/2016 18:53
Il faut que les casseurs passent au tribunal, la grève n'autorise pas les dégradations gratuites et méchantes. Une vraie bande de cons !

13.Posté par Zantak le 15/04/2016 18:55
Nécessité d'arrêter au plus vite ces sinistres crétins et de leur appliquer avec la plus grande sévérité les sanctions prévues par le code pénal. Et que bien entendu, ils remboursent les dégâts.

14.Posté par Jos974 le 15/04/2016 19:01 (depuis mobile)
Je déplore ce qui s est passé, mais bon certain ne manifeste pas mais seront bien content de voir leur fiche de paie augmenter du combat des autres, pour ceux qui critiquent je ne quis pas du btp mais je soutient ce mouvement.

15.Posté par Jos974 le 15/04/2016 19:05 (depuis mobile)
Ceux qui critiquent st surement encore et tjr les mêmes, les bobos qui n aiment pas qu on derange leurs petites habitudes, missié moin pas mauvais moin vé juste viv mieux. En critiquant vous faites le jeu des patrons qui s en frottent les mains.

16.Posté par Oui le 15/04/2016 19:15
Qu'attends l'armée pour tirer dessus ??

17.Posté par Anne 976 le 15/04/2016 19:34 (depuis mobile)
Kanssa mahorais y manifestent ici?
Pour par exemple 30% de vie chère de branleurs de première . Le fait d être hors Mayotte.y pourrait marcher.
Merde va falloir lev tôt pour boucher la route.
Aie c est pas gagné d avance

18.Posté par Amiral la Po le 15/04/2016 20:03
On sait qui a cassé...
Faisons la même chose dans leurs propres maisons ou appart...
Tjr ces crevures de cgtr de merde!!

19.Posté par jos974 le 15/04/2016 20:21
je tenais quand même à préciser que je ne suis pas d'accord sur le fait d'avoir cassé et agressé les gens.

20.Posté par Eno2016 le 15/04/2016 21:05
On va analyser les ADN des projectiles et on saura les coupables !

21.Posté par Il ne faut pas s'attendre à une sanction le 16/04/2016 00:51
Vu qu'ils étaient encagoulés et que la Réunion reste une "poudrière" sociale avec certains qui gardent des allumettes prêtes à craquer pour allumer le feu de la "révolte" sociale (enfin, c'est ce qui se prétend), et que les assurances joueront, je doute que les responsables de ces agissements soient jamais recherchés, arrêtés, sanctionnés.

La grève est un droit mais bloquer des routes, intimider ou insulter des gens, casser, c'est totalement illégal.


Posts 14, 15 et 19: On peut être en désaccord sur ce qui s'est passé, sans être "bobo" (au fait, ça veut dire quoi?) (la preuve, votre post 19).

Dans une île dont l'équilibre social et économique reste fragile, ce genre d'abrutis qui cassent, insultent, bloquent les routes etc.... au comportement mafieux est irresponsable.

Tous ces blocages de routes et agissements ont fait plier les patrons: ok. Mais à long terme? Les patrons risquent de moins encore moins embaucher, et les investisseurs de se méfier davantage. Qui y gagne, à la fin?

Maintenant, je comprends que des salariés mal payés grèvent et, exaspérés, acceptent que des meneurs dérapent en allant au delà, mais le blocage des routes bloque ceux qui travaillent et les autres, et c'est totalement illégal.

Pour moi en tous cas, tous les "bloqueurs" de routes de tous poils (patrons camionneurs ou autres, salariés et syndicats, "djeuns" plus ou moins manipulés...) sont des abrutis, irresponsables hors la loi qui ne m'inspirent aucun respect. On les subit, ils em....ent tout le monde surtout!

Et hélas, au niveau maintien de l'ordre, ça laisse souvent aller ....

22.Posté par Serge St andre le 16/04/2016 05:29
CGT. Cancer général du travail. Atteinte à la circulation des biens et des personnes. Menaces. Destruction des biens. En tôle tous ces c..s.

23.Posté par un travailleur indépendant le 16/04/2016 08:13
Quand on entend parler ces 3 représentants syndicaux des ouvriers du bâtiment de la Réunion, on est consterné par leur vocabulaire d'ignare basé sur le mensonge, l'invective et le rapport de force violent qui empêche toute discussion sérieuse et apaisée qui ne permet d'envisager des relations normales au sein des entreprises !!!

24.Posté par Le Jacobin le 16/04/2016 12:16
LE RETOUR DES TONTONS MACOUTES Obéir ou se plier à la pensée unique.

JE est un autre!!!!!!!!! (Arthur Rimbaud)

25.Posté par madibastard le 16/04/2016 13:18
Tolérance, liberté, respect made in socialauland..

26.Posté par Indépendance le 16/04/2016 17:26
Et pourquoi le préfet laisse t il faire ?
Ce sont les ordres des socialistes, laisser faire les voyous de la CGT

27.Posté par Bertrand GERARD le 16/04/2016 18:36
Si une personne veut investir à la réunion elle devra se contenter de la main d' oeuvre réunionnaise donc peu fiable et manipulée par des syndicats d'un autre temps. Espérons que l'on puisse un jour avoir le choix entre une main d'oeuvre locale(avec les résultats que l'on connait déjà) et une main d'oeuvre étrangère comme l'ile maurice qui dispose d'une source de "matières grises" et de savoir faire supérieure. Il faut reléguer le port comme un port de seconde zone au profit du grand hub de port louis aux coûts inférieurs car géré par des employés conscients de leur potentiel et non pas par une équipe de mafioso qui ne pense qu'à amasser des salaires répugnants.

28.Posté par Laurent le 16/04/2016 18:55
Voilà la mentalité à la con de ces ouvriers ! Si zot té ve gagne un meilleurs salaire , ben fallé travail l'école et arrête emmerde les autres sur la route !

29.Posté par paris974 le 16/04/2016 17:29
aucun respect pour les autres! NOUS SUBIS A ZOT

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales