Social

Six mois sans électricité... dans des logements neufs

A Saint-Louis, dans le quartier des Palissades, cela fait plusieurs mois que deux familles attendent le raccordement de leur logement au réseau électrique. Après avoir investi leur maison individuelles de type LES (Logement évolutif social), réalisés dans le cadre d'une opération de résorption de l'habitat insalubre des Palissades par la Semader, ces futurs propriétaires ne se doutaient pas qu'ils allaient devoir utiliser un groupe électrogène pour s'éclairer... le soir.


Six mois sans électricité... dans des logements neufs
Elles sont deux familles, du chemin Palissade, à ne pas avoir d'électricité depuis de longs mois. En cause, les LES nécessitent la réalisation de travaux divers tels que la peinture, le crépis ou la pose des carreaux en vue d'une accession à la propriété. Livrés à la mi 2008 par la Semader, ces heureux élus avaient trois mois pour réaliser ces travaux à leur frais avant que les deux maisons de type T4 (90,64 m2) ne soient raccordés au réseau électrique public. Mais voilà, cela fait respectivement 4 et 6 mois que quatre adultes et sept enfants attendent de bénéficier de la fée lumière.

Pour le moment, ce sont deux groupes électrogènes, achetés à leur propres frais, qui assurent le minimum de lumière une fois la nuit venue. Car il n'est pas question pour ces dernières d'utiliser le groupe sur une journée entière étant donné lé prix de l'essence, entre 150 et 250 euros par mois. En effet, la Semader qui s'était engagée à combler les frais liés à ces achats n'a pas agit dans ce sens.

Résultat : pas de frigo, lavage du linge à la main, repassage avec un fer à charbon, impossibilité de faire à manger en présence d'enfants de bas-âge, achats de nourriture préparée tous les jours, utilisation de bougies... la liste est longue.

Six mois sans électricité... dans des logements neufs
"La Semader s'en fiche de nous..."

"Nous ne pouvons faire aucune démarche pour vivre décemment puisqu'il n'y a pas d'électricité. Nous avons tout fait, tout et rien n'est venu. A chaque appel, la Semader nous dit d'être patient, que ça va venir et que les démarches prennent du temps mais à l'heure actuelle rien n'a été fait. Parfois, il n'y a personne pour nous répondre. Lorsque nous sommes allés à EDF, ces derniers nous ont indiqué qu'ils n'avaient aucun dossier ni aucun nom nous concernant... Ma fille ne peut pas dormir sans veilleuse. Nous sommes obligés d'allumer une petite bougie ce qui est dangereux. Quant à mon garçon qui a reçu un ordinateur portable avec son école, il n'a jamais pu en profiter. C'est inadmissible de vivre de la sorte en 2009. La Semader s'en fiche de nous. C'est incroyable de laisser des gens sans électricité pendant des mois et des mois. Cela fait 10 ans que nous attendons cette maison et bien, quel résultat..." souligne une des deux mères au foyer.

L'installation électrique encastrée dans les murs, placards et cloisons sont pourtant bien conformes aux normes mais pas de courant. Nous avons contacté la directrice de la Semader, Anne Delveaux-Payet, qui semblait découvrir le dossier.

Celle-ci tient à relativiser la situation et demande aux familles concernées encore un peu de patience : "Il s'agit d'une opération de LES qui ont été livrés à la mi 2008, par anticipation et à la demande des familles. Les travaux doivent débuter incessement sous peu puisque les devis ont été signés. Les travaux de raccordement seront finalisés d'ici 4 à 5 semaines. Nous n'avons pas de précisions concernant ce retard dans le raccordement mais ce que je peux dire c'est qu'il y a eu des retards des deux côtés, EDF et la Semader. Nous nous excusons de ce retard et nous demandons aux familles de ne pas désespérer... L'électricité va arriver..."

Après plusieurs mois de galère sans électricité, les familles vont devoir patienter encore un long mois selon les propos de la directrice de la Semader. Des propos qui soulageront certainement les familles concernées et qui ne manqueront pas d'être vérifiés au mois de juillet prochain.
Vendredi 19 Juin 2009 - 07:45
Ludovic Robert
Lu 998 fois




1.Posté par Cambronne le 19/06/2009 08:49
comment peuvent ils livrer des logements sans remplir les conditions réglementaires encore une spécificité locale ?

2.Posté par thierry le 19/06/2009 09:15
avec un groupe plus faible j'arrive à faire tourner lumière, lave linge, ordi,télé, frigo et fer à repasser en cas de coupure EDF...pas tout en même temps, ok, mais en s'organisant c'est vivable...

c'est pas agréable de vivre sans edf mais inutile de tomber dans le misérabilisme, ces pauvres gens ne sont pas retournés à l'époque des cavernes....

3.Posté par Josette Brosse le 19/06/2009 13:30
Ces personnes ont été mises dans ces logements pas l'équipe municipale en place. L'ancienne équipe sachant qu'il y avait un souci n'a jamais livré ces logements.
Pour des raisons bassement politiciennes, Claude Hoarau a fait fi de tous ces problèmes et a installé les familles, car promesse, "je te donne une case, tu donnes ta voix".
Quand les occupants sont partis le voir pour lui dire qu'ils n'avaient point d'électricité, celui-ci a fait une sortie en leur disant "soyez contents vous avez gagné une case".
Comme quoi, quand on est tordu, on reste tordu.
Quand j'écris que ce monsieur considère les habitants de St-Louis comme de la valetaille je suis encore loin du compte.
Pour lui, la commune de St-Louis est avant tout un moyen de vivre aux crochets des habitants, en leur faisant croire qu'il participe à leur bonheur en leur octroyant des bons.
N'est pas Seigneur qui veut, mais saigneur tout le monde peut l'être.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales