Société

Six jeunes sur 10 prêts à tenter une expérience de mobilité en métropole

La Région et l'Insee ont tenu une conférence de presse commune pour présenter les résultats d'une étude menée conjointement sur les jeunes réunionnais et la mobilité. Une enquête menée en 2012 et adossée à celle réalisée chaque année sur l'emploi par les services de l'Insee. Principale information, six jeunes sur 10 se disent prêts à tenter une expérience de mobilité en métropole pour un emploi ou une formation.


Six jeunes sur 10 prêts à tenter une expérience de mobilité en métropole
L'étude intitulée "Mobilité des jeunes réunionnais vers la métropole", menée conjointement par la Région et l'Insee, et présentée en début d'après-midi à la pyramide inversée, permet de dresser un portrait des jeunes réunionnais et savoir s'ils sont prêts, ou non, à partir en métropole pour une question de travail ou de continuité dans leur cursus universitaire.

"La mobilité et la continuité sont des dimensions essentielles et fondamentales pour un territoire comme le notre. 60 ans après la départementalisation, il y a des éléments de satisfaction dans notre région, notamment par rapport aux infrastructures qui n'ont pas grand chose à envier aux standards européens. A l'inverse, si on s'arrête sur les chiffres du chômage des jeunes, l'illettrisme, ou encore la précarité, ce sont des points noirs et des difficultés à la Réunion. On peut construire un modèle de développement économique et permettre aux entreprises locales de créer de l'emploi, mais l'ouverture et la mobilité font partie du cursus de vie des jeunes réunionnais", rappelle en introduction le président de Région, Didier Robert.

La Région réclame une nouvelle fois un "guichet unique" à la mobilité

Depuis 2010, la Région a mis en place plusieurs outils facilitant la mobilité, notamment son programme de continuité territoriale qui a permis à 229.000 Réunionnais de bénéficier d'une aide (360 euros ndlr) sur les prix des billets d'avion. "La continuité vise à avoir une dimension d'équité entre Réunionnais de manière simple et a un coût supportable pour se déplacer facilement. Aujourd'hui, cette continuité est orientée vers la métropole, mais je rêve de voir ce dispositif étendu sur la zone océan Indien", précise-t-il. Dans cette optique, Didier Robert annonce que la Région va créer des postes de référant mobilité au sein de chacune de ses antennes à Paris, Chennaï (Inde) ou encore Perth (Australie). "Si on veut une mobilité réussie, la première impression doit être positive. Il faut que l'organisation soit la plus sécuritaire possible", poursuit-il. Et de plaider une nouvelle fois pour la création d'un guichet unique pour la mobilité. "Un endroit où un étudiant et un demandeur d'emploi puissent dans un même lieu rencontrer les interlocuteurs à même de les renseigner et de les orienter dans leur mobilité", avance Didier Robert.

Des décisions motivées suite à l'enquête sur la mobilité dévoilée aujourd'hui. "L'enquête a été menée en 2012 et adossée à l'enquête emploi réalisée chaque année par l'Insee. A la demande de la Région, un questionnaire simple et visant les jeunes de 15 à 34 ans y a été inséré", explique la directrice générale de l'Insee pour la Réunion et Mayotte, Valérie Roux. En tout, près de 2.200 jeunes ont été interrogés entre mars et juin de l'année dernière. Deux questions dans l'enquête ont servi de "filtre" au questionnaire relatif aux freins à la mobilité. "Si un emploi ou un autre emploi plus intéressant était disponible en métropole seriez-vous prêt à partir ? Et si une formation qualifiante vous était proposée en métropole seriez-vous prêt à partir ?", précise Hervé Le Grand, chef division études et diffusion pour l'Insee.

Les Réunionnais sont moins mobiles que les autres ultra-marins

Une première réalité saute aux yeux à la lecture de l'étude. Les Réunionnais sont moins mobiles que les autres ultra-marins. "19% des natifs de la Réunion vivent en métropole contre 36 % pour les Antilles. 20% des Réunionnais n'avaient jamais quitté la Réunion contre 9% des Guadeloupéens et 10% des Martiniquais", lance Hervé Legrand. A la vue des résultats de l'enquête, l'Insee a décidé de classer les jeunes Réunionnais en cinq groupes homogènes (1 : jeunes lycéens et étudiants hommes du supérieur, 2: chômeurs hommes vivant chez leurs parents et étudiantes du supérieur, 3 : chômeurs, adultes hommes et jeunes femmes vivant chez leurs parents, 4 : chômeuses peu qualifiées ou mères de famille et collégiens, 5 : mères de famille sans emploi et ne souhaitant pas travailler). Sur le premier profil 85% des interrogés seraient candidats à une proposition de départ. A contrario avec le dernier groupe où seulement 22% accepteraient un départ vers la métropole.

Six jeunes Réunionnais sur 10 seraient prêts à partir

Sur l'ensemble des jeunes interrogés, une donnée principale ressort. Six jeunes Réunionnais sur 10 seraient prêts à partir pour la métropole pour une formation ou un emploi. Un chiffre en constante augmentation (+18%) par rapport à 2007 et qui s'explique principalement par une conjoncture économique dégradée dans notre île.

Mais il existe encore des freins à la mobilité. "La famille reste un frein à la mobilité. Les jeunes se disent prêts, mais il y a une réticence des parents, surtout pour les plus jeunes (…). Disposer d'un hébergement et d'un retour d'expérience compte également pour la mobilité. Parmi les autres réticences, le coût de la mobilité reste un frein pour 45 % des sondés (…). Enfin, peu d'entre eux connaissent les aides à la mobilité. Seulement 54% déclarent connaitre les aides sur les billets d'avions et seulement 22% d'entre eux ont une connaissance sur les aides au logement", conclut Hervé Legrand.

La Région a pris bonne note des résultats de l'étude et entend mener les corrections nécessaires, notamment sur la connaissance des aides disponibles pour une meilleure mobilité.
Mardi 18 Juin 2013 - 17:36
Lu 1589 fois




1.Posté par DON PAKE le 18/06/2013 17:53
Au lieu d'envoyer des jeunes avec billet d'avion+mini salaire en métropole, faites plutôt venir les formateurs ici ! Quand à la mobilité à l'étranger, faites d'abord en sorte que les diplômes soient reconnus en France avant de les faire partir. Il y a trois ans de cela on envoyait 300 jeunes chaque année au Québec avec une bonne partie du billet d'avion+700€ mensuel... 90% sont revenus avant l'obtention du diplôme et le reste n'a pas eu reconnaissance du diplôme ! Donc mobilité c'est du pognon perdu, même si voyager fait souvent du bien. Pourquoi il n'y a rien comme formation à la Réunion ????? (à part comptabilité, secrétariat ou commerce lolll).

2.Posté par franck974 le 18/06/2013 20:25
post 1 se trompe
l'expérience en métropole ou étranger est nécessaire
ce n'est pas de l'argent perdu et c'est bien de se former en partant
très curieuse vision qu'a le post 1

3.Posté par Observateur le 18/06/2013 20:38
Vu l'étroitesse de l'ile, du marché économique , du nombre de poste disponible, une bonne partie de nos jeunes doivent se résigner à partir s'ils veulent pouvoir se construire un avenir.

La Région a raison de les aider et les encourager.

4.Posté par cinéma en plein air le 18/06/2013 19:20
Et une action de com de plus et dans le vide
Le guichet unique de la région existe il s appelle le guichet jeune depuis 2 ans et c est un espace vide qui donne des infos mal verrouillées pour la plupart hormis les aides régionales
Il existe des opérateurs qui fonctionnent donnez leur les vrais moyens d intervenir en qualité et en inscrivant des commandes claires plutôt que de stigmatiser les structures

5.Posté par R I P O S T E le 18/06/2013 22:14
Il faut cesser de se masturber l'esprit et brasser de l'air " pour présenter les résultats d'une étude menée conjointement sur les jeunes réunionnais et la mobilité " Nos jeunes ne doivent en aucun cas vider l'île alors que dans le même temps recevoir une quantité de gens qui se trouvent mal dans leur peau , et croire que sur cette île leur problème se réglera , la REUNION n'est pas un continent mais une île entourée d'H20 avec une population de 500 mille âmes au dessus c'est ingérable et on le voit bien à chaque levée du soleil !

6.Posté par Baswa le 19/06/2013 10:15
La mobilité est nécessaire si elle forme, donne une expérience, enrichie l'individu et lui laisse le choix du retour. (Réfléchir sur des formations locales moins coûteuses, moins de déchirures, OK post 1).
Elle perd de sa crédibilité à partir du moment ou la préférence métropolitaine est présente, ainsi que ses réseaux d'emplois.
Vous pouvez faire toutes les conférences, (dont les médias sont obligés de vous accorder), sur la justification de l'exode de nos forces vives, de notre jeunesse intellectuelle et réfléchie, celle-ci se mobilise et trouve un écho de plus en plus massif dans la population.
Les élus sont déjà sanctionnés par une abstention massive.
Ce mode d'exil, comme ce système économique injuste, colonial et féodal est en agonie, en dépits, de vos conférences de presse et de la sainte union des élus sur ces sujets.
C'est dommage pour Didier ROBERT, en qui une bonne partie de la jeunesse et de la population lui avait fait confiance. Il est rentré dans les rangs. Pas étonnant: à l'image de son entourage...

7.Posté par DON PAKE le 19/06/2013 10:39
@FRANCK 974 : Pour avoir fait 2 fois ce processus je pense être bien placé pour en parler mais bon si tu as des infos concrètes vas y je t'écoute. 2 diplômes dont 1 en métropole et 1 au Québec et pas de boulot au retour mdrrr. Vive la mobilité :-))

1/ Formons local ! Au lieu d'envoyer des jeunes de 18 ans sans réelle conviction d'orientation. Pourquoi ne pas amener plutôt les formateurs ici ?
2/ Reconnaissance des diplômes étrangers ? Nada ! VAE du pipo.
3/ Orientation préalable selon désir des jeunes et en vue d'un réel débouché.
4 / Vous êtes vous intéressé au taux de jeunes réunionnais qui reviennent avant la fin de la formation ? Ca on en parle moins. Et le suivi lors du séjour ? Niet.
5 / Si on veut les envoyer voir le monde alors je n'y vois pas d'inconvénient mais alors appelons ça un chat un chat.
6/ Soyons honnête ! Qu'on les prévienne que si ils partent, qu'ils ne comptent pas revenir ! C'est tout ce que les élus ont trouvé ? Envoyer les jeunes ailleurs ? Pourquoi n'y a t il rien comme formation ici ? Même les universités sont limitées en choix de carrière...

A vous mon capitaine :-))

8.Posté par pere plexe le 19/06/2013 13:08
les jeunes RESTEZ ici
ya autant de chomeurs labas qu ici, vous devrez payer des loyers des transports du chauffage etc..

ici ya le soley , moins d'ennuis
c'est a la metropole de SUPPRIMER les envois de fonctionnaires a Renyon
le travail aux Rényonnais

post 2 tu dois etre un zorey twa

9.Posté par Créole dégouté !! le 19/06/2013 13:39
En métropole depuis plus de 30ans, j'y étais venu en vacances, j'y suis resté, sans diplôme, j'ai réussi au-delà de mes espérances. J'ai , comme tout réunionnais, eu beaucoup de mal à m'adapter aux hivers, mais pour autant je ne pourrais plus supporter l'été réunionnais. cette mobilité m'a apporté un excellent niveau social, mais surtout m'a fait perdre mon amour de jeunesse ...

10.Posté par RAISSA LEGROS le 19/06/2013 14:08
Bonjour à tous,

la Mobilité est bien si elle est bien réfléchie et a un but à long-terme. J'ai moi-même été beaucoup en mobilité durant mes études. C'est une expérience enrichissante car cela nous permet d'être autonome, de rencontrer d'autres nations. Cependant pour l'emploi, je ne pense pas que cela soit la meilleure solution. Les Réunionnais ne sont pour la plupart pas bien préparés pour se confronter à la vie, la recherche d'emploi en métropole. Il y a aussi du chômage en métropole. Il faudra donc du temps pour trouver un emploi, en attendant vous devez trouver un toit pour vous loger. Il devrait adapter les formations en fonction des besoins de l'île et pour ceux qui veulent partir, renseignez vous au sujet des débouchés sur votre secteur d'activité. Il faut savoir partir pour mieux revenir. On ne doit pas faire fuir tous les cerveaux de notre île car ils ne trouveront peut-être pas leur bonheur ailleurs ( pas de travail, distance avec la famille, perte de repère....). bonne journée à tous. -:)

11.Posté par caraibes le 20/06/2013 01:26
le post 1 reflete en grande partie la mentalité reunionnaise c'esta dire assez fermer aux autres

12.Posté par 971234 le 20/06/2013 01:31
la mobilité est necessaire deja a faire connaitre notre ile et se former ya qu'a voir le lobbing antillais exercer en metropole on veut rester chez nous et quand on constate que les antillais ont plus d'impact en metropole que nous la on est jaloux et on critique typiquement creol

13.Posté par esclave_48864 le 20/06/2013 13:18
de la déportation des réunionnais...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 09:09 Crise requin: Un rassemblement à l'Ermitage

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales