Social

Sicalait : une journée déterminante sur fond de menaces de grève et de textos du président

Le président Julien Huet a envoyé un texto à tous les éleveurs, dénonçant les pressions et les fausses informations diffusées par un administrateur de la Sicalait.


La journée d'aujourd'hui s'annonce déterminante dans le conflit de la Sicalait et on risque d'assister à un énième rebondissement.

Pour bien comprendre le conflit, il faut avoir conscience que deux forces sont en présence, avec des intérêts souvent divergents.

D'un côté, les salariés avaient engagé une grève il y a une quinzaine de jours, pour obtenir le départ de leur directeur, Olivier Dekokère, à qui ils reprochaient notamment ses méthodes autoritaires. Les grévistes avaient cru pouvoir crier victoire quand, au bout de quelques jours de conflit, ils avaient obtenu satisfaction de la bouche du président de l'époque, Patrick Hoarau, qui leur avait annoncé la mise en retrait d'Olivier Dekokère. Et le travail avait repris.

Tout aurait pu en rester là sans l'entrée en jeu des administrateurs de la Sicalait. Car les véritables patrons, ce sont eux. La Sicalait est une coopérative qui appartient à ses membres, les éleveurs, qui élisent un conseil d'administration. C'est lui qui détient le pouvoir. Et ce conseil élit en son sein un président dont le rôle est de mettre en musique les décisions du conseil.

Et une majorité de ces administrateurs n'a pas apprécié, mais alors pas apprécié du tout, que Patrick Hoarau prenne sur lui d'annoncer aux grévistes la mise sur la touche d'Olivier Dekokère, en violation d'une décision du conseil prise l'après-midi même et qui avait décidé au contraire de le conserver, quitte à aller au bras de fer avec les grévistes.

Mais là aussi, tout ne semble pas aussi simple qu'en apparence. Le conseil d'administration de la Sicalait est composé majoritairement de ce que nous qualifierons de "petits éleveurs", sans que cela ne soit péjoratif. Mais il comprend également au moins un poids lourd du patronat réunionnais dont le moins que l'on puisse dire est que ses intérêts ne sont pas exactement les mêmes que celui des "petits éleveurs". C'est lui qui, en sous main, téléphone à chaque membre du conseil pour faire pression et tenter de faire basculer la majorité qui s'est regroupée autour du nouveau président Julien Huet. Un de ses principaux arguments : votre conseil n'est pas légal car on ne peut démissionner par texto.

Julien Huet, malgré sa jeunesse, n'entend pas s'en laisser conter. Il a interrogé un avocat pour obtenir son avis juridique. Après que ce dernier l'ait rassuré sur la légalité de la démarche, il a envoyé deux textos à l'ensemble des éleveurs de l'ile (voir ci-dessous) pour les rassurer et les convaincre de sa détermination.

Reste que c'est cet après-midi que tout se jouera, lors d'une rencontre avec les salariés. Julien Huet et les administrateurs vont-ils arriver en compagnie d'Olivier Dekokère, ce qui pourrait être pris comme une provocation? Pas sûr. Leur volonté est apparemment de rétablir le calme et le dialogue avec les salariés.

On en saura plus dans quelques heures. Et notamment si la Sicalait rebascule dans la grève, ou si tout le monde retrouve son sang froid.

Reste que l'on peut s'interroger sur l'implication très forte de ce "gros patron" dans le conflit, par le biais de pressions insistantes sur les administrateurs. Certains n'hésitent pas à répondre qu'il a peut-être peur des résultats de l'audit de la Sicalait et de toutes ses filiales que le nouveau président Julien Huet entend mener. Y aurait-il des choses que ce "gros patron" n'aimerait pas voir remonter à la surface ?

Le texto du président Julien Huet envoyé à tous les éleveurs de l'ile
Le texto du président Julien Huet envoyé à tous les éleveurs de l'ile
Lundi 22 Décembre 2014 - 10:28
Pierrot Dupuy
Lu 2019 fois




1.Posté par petit éleveur le 22/12/2014 08:55
Il suffit juste de regarder sur internet : le sms est recevable. Ça a été le cas dans plusieurs procédures judiciaires.

2.Posté par Yabos le 22/12/2014 12:02
Svp. Donnez nous le nom de ce "gros patron" manipulateur. Merci

3.Posté par OMERTA le 22/12/2014 12:11
Zinfos aurait-il peur de donner le nom du gros patron?

4.Posté par galabert le 22/12/2014 12:14
Vu au travers de la Presse le feuilleton SICA LAIT "les salariés veulent la tête du Directeur" enflamme nos campagnes et déchaine les commentaires chacun ayant choisi son champion.

Si la mayonnaise a aussi bien pris c'est qu'on y trouve ce qui convient a la préparation des fêtes du du 20 Décembre : un Directeur "raciste?" face à des salariés "responsables ?"qui ne veulent pas d'augmentation mais simplement libérer leur Coopérative et les éleveurs d'un mauvais choix de Directeur .. Ce n'est pas une grève pour gagner plus ;c'est le juste combat de la fierté péi contre la goyave de France .

Ce type de conflit n'est pas exceptionnel . Mais comment est il possible que le Conseil l'ait ignoré ,jusqu’à laisser les tensions se transformer en bezement avec comme seule alternative:la tête du Directeur ou la capitulation et la rancœur des salariés ?.

Si le feuilleton a conservé tout son intérêt c'est que le Conseil d'Administration a mis le paquet pour nous surprendre. Il a su ménager le suspense pendant la semaine de grève a coup d'infos , d'intox, de contradictions et de réunions en des lieux secrets de Saint Pierre, la ou se décide ce qui est bon et ce qui ne l'est pas ; Le Président a su nous émouvoir en annonçant sous les vivats le départ du Directeur avant de prendre l'avion pour décompresser laissant ainsi le champ libre au vrai Boss qui en 24 heures a réécrit le scénario , échangé un Président usagé devenu indocile contre un tout neuf et renvoyé le personnel à sa place avec un DRH pour lot de consolation .

Hélas, les administrateurs ne sont pas élus pour faire leur numéro ou celui qu'on leur a programmé mais pour gérer ensemble leur coopérative et leurs filiales .Comment est il possible qu 'un Conseil d'Administration traine une semaine pour prendre une décision puis la renier (version A) ou puisse se vanter de n'en avoir pris aucune (version B)?
A l'évidence le Conseil d'Administrationde la Sicalait ne sait pas et ne peut pas fonctionner



Si le Conseil d'Administration n'a pas su dans un premier temps aider son Directeur à éviter le bézement , si le Conseil n'a pas su en une semaine de grève trouver une sortie honorable , si le Président a cru légitime d'annoncer la décision de licencier le Directeur et en a été puni ; c'est que contrairement a ce qu'ils croient ce n'est pas eux qui ont les cartes en mains.

S'il ne s'agissait que du fonctionnement de la Coopérative laitière ils pourraient décider ce qu'il leur semble juste et bon pour leurs élevages laitiers comme par le passé . Mais la SICALAIT est devenue par ses filiales CILAM et URCOOPA un enjeu trop important, qui va bien au delà de la production de lait local, ce qui explique que le PDG actionnaire de la CILAM soit membre de poids au Conseil d’administration de la Sicalait et soit son représentant au Conseil d'URCOOPA.

Ainsi les quelques décisions importantes qui dépendent de la SICA LAIT comme les choix des président ou des directeur généraux a la sicalait ou a urcoopa ,ou les conditions de cessions d'actions de la CILAM , peuvent rester cohérentes avec les intérêts de la sociétés filiale ,ce qui peut etre légitime ,et ceux de son actionnaire .

Le conflit Personnel -Directeur à la Sicalait aurait pu rester une affaire interieure a la Sicalait et etre traité par le Conseil sans intervention extérieure. Même ,si le conflit venait a durer quelque temps encore , la perte de lait des éleveurs pouvait être réglée comme d'autre fois par une subvention . Mais l'intervention du Président de la SICALAIT a obligé a remettre brutalement les pendules a l'heure quitte a enkyster un conflit salarié-direction et à diviser durablement en clans les administrateurs et les éleveurs.
Il n'était en effet pas tolérable pour la CILAM, qui doit gérer ses propres conflits sociaux, de voir sa maison mère aller jusqu’à céder aux salariés la tête d'un Directeur qu'elle avait elle même choisi pour la Si calait.
Il devenait risqué pour la CILAM , et pour son PDG encore actionnaire important, de voir le Président de la SICALAIT casser sa laisse en décidant d'agir, avec ou sans l'aval de son Conseil selon les versions .

Le mal est fait, l'imbroglio juridique et humain a la SICALAIT sera difficile a dénouer et empoisonnera encore longtemps la vie et les relations des administrateurs, des salariés et des éleveurs . Mais l'essentiel aura été qu'une fois encore les activités industrielles des Bas et leur manager ne soient pollués par les énervements ,si mauvais pour le business, des éleveurs des Hauts .

5.Posté par Vache Fol le 22/12/2014 15:32
Bon hormis le fait qu'on en sait plus vraiment qui est qui et qui fait quoi puisqu'on se retrouve avec Deux Présidents à la Sicalait et Deux Directeurs. Manque plus que Deux DRH :)

Si M HUET veut bien faire son travail, il a qu'à continué à faire ce que M HOARAU avait commencé, à savoir licencier M DEKOKERE.

Ah c'est vrai, il y a quelques temps, les pressions ou manipulations qu'il y avait était dans le sens où il ne fallait pas le virer, maintenant elles sont dans le sens, il faut le virer. C'est pas cela ??
Alors pourquoi tenez vous tant à garder ce Monsieur DEKOKERE ???

Ne nous dites pas c'est parce qu'il fait du bon boulot car les salariés ont fait le travail du Conseil d'Administration et on rédigé les griefs concernant la gestion sociale et économique de M DEKOKERE au sein de la Sicalait.

Ah oui, c'est vrai que eux ils n'ont pas d'avocat, ni de boite de communication et qu'ils font avec ce qu'ils savent et donc, qu'est ce que ca vaut ?? Et bien, ca pèse lourd et très lourd en défaveur de M DEKOKERE.

M HUET et certains administrateurs, un conseil que je vous donne, relisez bien l'article 34 des statuts de la Sicalait. Et puis non, je vais vous l'écrire :

Article 34 - Responsabilité des administrateurs
Tout membre du conseil d'administration peut être révoqué à tout moment par l'assemblée générale. Conformément aux règles de droit commun, les administrateurs sont responsables , individuellement ou solidairement, suivant les cas, envers la SICA ou envers les tiers, des fautes qu'ils auraient commises dans leur gestion. Aucune décision de l'assemblée générale ne peut avoir pour effet d'éteindre une action en responsabilité contre les administrateurs pour faute commise dans l'accomplissement de leur mandat.

Vous ne voulez pas continuez une procédure qui a été entamé malgré les griefs qui ont été annoncés par les salariés. Savez vous qu'en ce qui me concerne, si on me reproche 10% de ce qui est annoncé, je suis viré pour faute grave voir lourde.

Alors non seulement les salariés de la Sicalait, vous ont tiré la sonnette d'alarme, non seulement, ils vous ont dit ce qui n'allait pas, et que ces mêmes salariés ont fait ce que vous Conseil d'Administration n'avait pas voulu faire à savoir trouver les fautes de M DEKOKERE, réfléchissez bien et expliquez bien à vos adhérents ce qu'il en est.

Et comme l'a dit si bien une personne dans un précèdent post, un directeur est un salarié et donc il peut être comme tout salarié licencié et ce quelque soit le motif. En ce qui concerne M DEKOKERE, il n'y en a pas un je vous l'assure mais une tripotée

Alors dites moi, qu'est ce que vous voulez tenter de faire : Convaincre vos adhérents que M DEKOKERE fait du bon travail ?? apparemment, Monsieur Patrick HOARAU lui n'y croit plus et si vous dites que vous subissez des pressions de quelqu'un, c'est que ce quelqu'un aussi n'y croit plus.

Ou alors, il y a des choses qui faut pas qu'on sache ??? mais qui n'auraient aucun rapport avec des données sociales et économiques ?? du type petit avantage entre ''amis'' qu'il ne faudrait pas que d'autres apprennent ??? ou accorder sans respect de certaines procédures ??

Réfléchissez bien à cet article 34 en votre âme et conscience.

Et n'oubliez pas une chose, plus d'une quarantaine d'éleveurs veulent une AGE pour changer le Conseil d'Administration, plus d'une quarantaine c'est plus que le prévoit la loi pour qu'ils convoquent eux même c'est assemblée.

Et un petit conseil que je vous donne, si vous faites des réunions en comité restreint comme celle qui ont eu lieu pendant le conflit, invitez les délégués du personnel à y participer et eux aussi, ils pourraient donner leurs arguments.

Ne continuez pas à attiser un feu qui était en train de s'éteindre pour des raisons peu valables ou totalement personnelles car tôt ou tard, ca va tomber. Vous pouvez encore arrangé les choses entre vous, soyez raisonnable.

Sinon on risque de voir Vache Fol, accompagné de Toro Engagé, et rameuter tout le reste du troupeau et DES troupeaux voisins derrière eux, accompagné de leurs éleveurs en colère. Avez vous déjà tenté d'arrêter un troupeau lancé ???

Est ce qu'un homme, un seul homme vaut toutes ces familles (salariés, éleveurs, et autres) que l'on sacrifie ?? si oui, et bien, à la réunion, on vient de découvrir un nouveau type de fanatisme, le FANATISME BOVINAL avec comme gourou manipulateur M DEKOKERE.

6.Posté par Laurel le Ardy le 22/12/2014 17:24
Gros Patron y boire ti Yop !

P - - L M- - - - - - L

7.Posté par VEAU DES CHAMPS et DES CAMPAGNES le 22/12/2014 18:42
Que le band zafer i fé surface ou pa , qu'il boi ti yop ou pas , la ti fleur va fané et y verra sa Réaction can i di A , zot !! zot veut pas entendre , 80 % des salarié la mont au créno !!!! i voi pa zot , mé c zot i don band décision à la con entrain tué tout de mond. ASUM ESTER

8.Posté par ToRo enragé et engagé le 22/12/2014 19:00
NUL N'EST CENSÉ IGNORER LA LOI...

ARTICLE 34 ..... ce petit article doit commencer à faire réfléchir quelque uns.

Eh oui dans une coop c'est sa !

elle appartient au ADHÉRANT et non au conseils d'administrations, vous pensez avoir tout les pouvoirs.
MAIS LE POUVOIR APPARTIENT AUX ADHÉRENTS, qui commence a comprendre qui à anguille sous roche,
CHERS ÉLEVEURS CHERS ADHÉRANT DE LA SICALAIT .
Lèss pa band na met cari sou riz.
la sica lé a zot sa !! ,KOM DIT KREOL less pa profit su zot do.!!

9.Posté par JPP le 23/12/2014 11:06
Mais elle est chiante Vache Fol avec ses posts de 10 kms à répéter toujours la même chose. Laissez le CA faire son boulot et laissez-le faire correctement... apparemment les administrateurs veulent de la transparence, c'est sain la transparence !

10.Posté par vu de mon fauteuil le 23/12/2014 13:34
que dekokere y sava ou y reste le pas mon probleme maist faut un audit et celui que la triché y paye

11.Posté par ADMINISTRATEURS 10 le 23/12/2014 21:58
Si c'est vrai que c'est YVES EVENANT QUI EST DERRIERRE TOUT
NOU LA ENCOR DES CHOS A DIRE SUR MONSIEUR MARTINEL

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales