Economie

"Si le mécanisme de régulation des prix est supprimé, tout le système explose"

Après la présentation de son projet de loi contre la vie chère en Conseil des ministres, hier matin, Victorin Lurel est revenu sur le dossier carburant. Il a particulièrement insisté, une nouvelle fois, sur l'effort que devait faire les "pétroliers" et les "distributeurs". Ces derniers expliquent une nouvelle fois leur impossibilité de compenser la hausse du carburant, évoquant à terme la mort du modèle réunionnais (les pompistes). Mais pas seulement, les petites stations-service fermeraient les unes après les autres et les Réunionnais pourraient se retrouver sans véritable "concurrence".


"Si le mécanisme de régulation des prix est supprimé, tout le système explose"
"Lurel nous a dit de faire un effort. Mais on a montré lors du grand débat (ndlr: sur la formation des prix des carburants à la Réunion) que l'on était incapables de le faire", explique Goulam Akbaraly, secrétaire du syndicat des gérants de stations-service. "On ne peut pas aller au-delà de ce que l'on fait aujourd'hui (ndlr: les gérants n'ont pas renégocié leurs marges depuis 2009)", ajoute-t-il. Hier, le ministre de l'Outre-mer, Victorin Lurel, a renvoyé dos à dos pétroliers et gérants pour qu'ils trouvent une solution afin d'arriver à une baisse équivalente à celle au niveau national (- 6 centimes) sur le prix des carburants.

La crainte des gérants viendrait d'un changement dans la structure des prix. "Si la structure des prix change, nos contrats deviennent caducs et peuvent être modifiés au bon vouloir des pétroliers. Et si le système ne devient plus rentable, ils peuvent tout arrêter", lâche-t-il. Le ministre de l'Outre-mer voudrait changer le décret de 2010 portant sur la fixation et l'encadrement des prix des hydrocarbures à la Réunion. "Nous jouons un rôle de lien social à la Réunion. Si demain le mécanisme de régulation est supprimé, tout le système explose. Les pétroliers pourront faire la pluie et le beau temps. Il n'y aura plus de structure des prix et ces derniers seront décidés uniquement par les pétroliers", prévient Goulam Akbaraly. Pour rappel, ce décret fixe notamment les marges des importateurs et des distributeurs.

"Les grands perdants dans cette histoire seront les Réunionnais"

"Si demain on donne une partie de notre marge, on procède à un plan social de masse", prévient-il. Mais au-delà de l'emploi, plus de 1.500 postes de pompiste en jeu dans les différentes stations de l'île, c'est bien tout ce que connaissent les automobilistes réunionnais qui pourrait disparaitre à terme. "En plus du problème d'emploi, les prix n'étant plus régulés ils pourront être libres dans les stations, rien n'empêchera un pétrolier de vendre à 1,70 euro son litre de sans-plomb le lundi et le lendemain à 1,80 euro. Les stations dans les hauts disparaitront car elles vendront plus cher que sur les axes fréquentés", souligne le secrétaire du syndicat des gérants de stations-service. Les petits groupes pétroliers comme Engen ou Tamoil pratiqueront des "prix plus chers" car ils ne pourront pas "s'approvisionner" en quantité importante comme Total ou la SRPP (Elf et Shell), selon lui. "Vous aurez un litre de gasoil à 1,30 euro chez moi ou à 1,25 euro chez le voisin. Chez qui allez-vous vous rendre ? Beaucoup de gérants mettront la clé sous la porte et les seules qui subsisteront seront les stations sur les quatre-voies", explique-t-il.

"Les grands perdants dans cette histoire seront les Réunionnais", rappelle-t-il. Pourtant, lors du grand débat sur les carburants, l'ensemble des acteurs invités autour de la table n'avaient pas remis en cause le système de distribution réunionnais: "Le modèle de distribution local, basé sur un réseau dense de stations-service et laissant perdurer la fonction de pompiste notamment, semble devoir être défendu. (…) Au vu du contexte de l'emploi à la Réunion et du coût élevé pour la collectivité que représenterait la libéralisation des prix des carburants, tous les acteurs du secteur et participants du débat s'opposent à la modification du système en place et préconisent le maintien de la réglementation des prix", pouvait-on lire dans les conclusions.

Le ministre de l'Outre-mer semble ne pas avoir tenu compte des conclusions et préconise une réforme en profondeur du décret de 2010.
Jeudi 6 Septembre 2012 - 11:12
Lu 1896 fois




1.Posté par noe le 06/09/2012 12:52
Et la liberté d'entreprendre ?

Le problème sur lequel on y peut rien c'est "l'offre et la demande" ....
Aucune loi , soit-elle juste ou pas , ne peut intervenir ici ... Sauf dans les pays "communistes" et encore !

2.Posté par ndldlp le 06/09/2012 13:09
que les pétroliers mettent la clef sous la porte, que l'Etat et la Région reprennent la main sur la fonction logistique / stockage..que l'on arrête de filer 15% de rentabilité à la SRPP.

rappelons que la SRPP, Engen par exemple, mais sans doute d'autres, sont bel et bien des sociétés voyous car ne déposant pas leurs comptes au greffe du tribunal.

pour ce qui est du chantage au modèle économique, franchement, 2000 euros le coût chargé d'un pompiste tout au plus... rapporté au nombre d'automobilistes..allez donnons 1 euros à chaque plein au pompiste, sur 20 jours de travail, cela fait 100 voitures qui donnent un euro..soit 5 voitures / jour / pompiste.. et le modèle réunionnais est sauvé, les pétroliers ne font plus de chantage et les gérants peuvent continuer à rouler en 4X4 (au frais de la société d'exploitation de la station service bien sûr..)

allez , que l'on continue de prendre les réunionnais pour des imbéciles..

3.Posté par Fox le 06/09/2012 13:56
Régulation ou pas le système est en train d'explosé : merci à qui ?

4.Posté par natif le 06/09/2012 15:11
je pose une simple question,, certains gérants vont jouer sur le facteur emploi mais je vois de plus en plus de malgaches dans des stations services comment sont-ils payer et leurs contrats sont t-ils dans les règles d'autant qu'il y a beaucoup de jeunes réunionnais au chômage,donc que font les associations de chômeurs..sur l'embauche locale..car je connais des jeunes réunionnais qui cherchent un boulot même de pompiste!!!!

5.Posté par unité le 06/09/2012 16:04
alors qu'il serait si simple d'abandonner purement et simplement le petrole !!!!
Societé MDI, voiture à air comprimé
Moteur Magnétique pour voiture, Troy Reed
Le moteur Minato
La voiture à eau Japonaise...
et biensur les voitures électriques...
bref ya vraiment de quoi sortir largement du pétrol, faudrait juste le vouloir... et ca ...
http://www.tree2share.org/article-1789-la-voiture-japonaise-roulant-a-l-eau-la-voiture-a-air-comprimee-le-moteur-minato-9-documentaires-passionnants-.-pour-un-nouveau-paradigme

6.Posté par noe le 06/09/2012 17:36
Post 5
Qu'on supprime le pétrole mais pas le gazole et l'essence !
J'adore ces 2 produits ...

7.Posté par natif le 06/09/2012 18:40
mais comment ils font les pauvres gens à Mada, Maurice, Afrique du Sud, pour s'en sortir avec le cout du pétrôle, qu'on m'explique si cela dépend des taxes ajoutées ou des profits que font les pétroliers car c'est à se poser des questions sur le tarif des nos carburants

8.Posté par jemma le 06/09/2012 21:52
Il est grand temps que la chambre consulaire et le Région étudie la possibilité de construire un deuxième pôle de stockage et d'importation des produits pétroliers à la Réunion! Parallèlement; le décret de 2010 doit être abrogé et revisité ! Enfin, la fiscalité particulière existant ici doit disparaître au profit du régime général en vigueur en métropole !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales