Santé

"Si la douleur résiste à la mise sous pilule et à l'ibuprofène, on fait de l'endométriose"

A la Réunion, le professeur Peter von Theobald, chef du service gynécologie et obstétrie au CHU de Saint-Denis, opère chaque semaine près de trois patientes atteintes d'endométriose. Si cette maladie reste encore une énigme pour la médecine, elle est aujourd'hui la deuxième cause mondiale d'infertilité chez les femmes, juste après les maladies sexuellement transmissibles. Interview.


Professeur Peter Von Theobald, chef de service gynécologie et obstétrique au CHU de la Réunion
Professeur Peter Von Theobald, chef de service gynécologie et obstétrique au CHU de la Réunion
Zinfos974: Pouvez-vous nous définir ce qu'est l'endométriose ?

Pr. Peter von Theobald : Si je le savais, j'aurai obtenu le prix Nobel. Dans la pratique, les ovaires fabriquent des hormones qui passent dans le sang. Dans l'utérus, il y a une muqueuse, l'endomètre. Sous l'influence des hormones, cette "peau" s'étend et s'épaissie. Elle sert à nicher la grossesse lorsqu'il y a une fécondation. Puis une fois par mois, les ovaires font les RTT, ne fabriquent plus rien, la muqueuse n'est plus stimulée et ça saigne. Ensuite recommence un nouveau cycle.

L'endométriose c'est quoi ? C'est lorsque des morceaux de cette muqueuse se retrouvent là où il ne devraient pas être. Mais on ne sait pas pourquoi, on n'en a aucune idée. Il y a 1.000 théories, des recherches sont faites mais nous n'avons aucune idée sur la raison de la présence de ces morceaux de muqueuse qui viennent se nicher dans les ovaires. Cela peut donner des kystes remplis de sang jusqu'à 10 centimètres, peut se mettre sur le rectum, provoquer des douleurs lors de rapports sexuels, ces morceaux de muqueuses peuvent également se mettre sur la vessie et entrer dans ces organes. C'est quelque chose d'assez invasif.

Vous dîtes que la médecine ne peut pas expliquer cette maladie ?

Non, on ne sait pas. C'est lié aux hormones et cela s'arrête à la ménopause. On peut créer une ménopause artificielle en enlevant les ovaires ou via des médicaments, ce qui provoque une régression de la maladie. Mais dès que les hormones reviennent, l'endométriose revient.

Le vrai problème de l'endométriose est le diagnostic. Cela commence lors des premières règles. Souvent les jeunes filles ont des règles douloureuses, mais la mère et les médecins n'en tiennent pas compte. Au début ce sont des petites lésions. Une jeune fille dont la douleur résiste à la mise sous pilule et à l'ibuprofène fait de l'endométriose. Il faudrait l'opérer immédiatement et détruire les nodules. Mais certains médecins ou parents ne prennent pas au sérieux ces symptômes. Il faut savoir que cette maladie commence très tôt, à l'adolescence. Si votre enfant est dans cette situation, il faut l'emmener voir un spécialiste de l'endométriose.

Cela fait 30 ans que je travaille et 25 ans que je m'intéresse à cette maladie. Au début, en France, nous étions une poignée. Une trentaine de spécialistes à s'y intéresser. Il reste encore beaucoup d'informations à faire à ce sujet. La plupart des femmes que je vois ont erré de médecin en médecin avant d'avoir un diagnostic, même si je commence à voir des mères de famille qui viennent avec leur fille.

Quels sont les traitements ?

Il existe plusieurs traitements. On peut faire stopper les règles en donnant des pilules ordinaires en continue. Ca marche pour 80% des femmes sur une période de 3 ou 4 ans. Il y a d'autres traitements comme la progestérone donnée en continue, certains stérilets qui stoppent les règles. Il y a également l'implant progestatif pour supprimer les règles. Une étude est en cours pour déterminer son efficacité. Toutes les méthodes qui suppriment les règles vont soulager l'endométriose, car si cela ne saigne pas dehors, cela ne saigne pas dedans. Ces solutions stoppent uniquement la maladie, mais l'endométriose ne régresse pas.

Que faut-il faire pour éradiquer la maladie ?

Si le traitement ne marche pas ou si la personne veut un enfant, car les traitements énumérés bloquent l'ovulation et ne permettent pas d'avoir des grossesses, il faut les opérer. L'endométriose est la deuxième cause d'infertilité dans le monde après les maladies sexuellement transmissibles. Après l'opération, 85% des femmes vont être complètement rétablies, pour les 15% restantes, il y a une rechute.

A la Réunion, l'endométriose est-elle plus présente ?

C'est une maladie très fréquente à la Réunion, beaucoup plus fréquente qu'en métropole. Il y a un facteur génétique, car on voit souvent plusieurs membres de la même fratrie atteintes. Il y a aussi des facteurs environnementaux, certains ont été étudiés, notamment les insecticides ou crèmes solaires, sans pour autant être prouvés. On avait soupçonné des liens avec la dioxyne à une époque, mais cela n'a jamais été démontré. Le CHU a décidé de monter une étude sur la géolocalisation des endométriosiques à la Réunion afin de voir s'il y a des groupements dans un endroit précis et connaître les pesticides utilisés aux alentours. C'est une étude qui va démarrer prochainement à la Réunion.

Combien de patientes avez-vous traité depuis votre arrivée en 2010 à la Réunion ?

Entre 2010 et fin 2012, j'ai eu près de 300 patientes à suivre. Avant mon arrivée, on "évasanait" (évacuation sanitaire) entre 50 et 60 patientes pour des opérations d'endométriose sévère. Maintenant on ne le fait plus. Aujourd'hui nous sommes trois spécialistes à la Réunion. Mais ce sont des opérations difficiles, lourdes et risquées. Car souvent l'endométriose atteint l'intestin, une zone très délicate à opérer. Globalement on procède à trois opérations par semaine, soit environ 150 par an. Je ne peux pas dire que le nombre de cas d'endométriose augmente, je pense surtout que l'on arrive à mieux diagnostiquer la maladie. Je suis installé à la Réunion depuis 4 ans et j'ai toujours autant de patientes.
Mercredi 26 Février 2014 - 15:23
Lu 9451 fois




1.Posté par noe le 27/02/2014 07:07
Maladie douloureuse pour les femmes !
J'espère que la recherche de solutions avance !

Merci docteur pour ces précisions !

2.Posté par ZembroKaf le 27/02/2014 09:53
Aujourd'hui nous sommes trois spécialistes à la Réunion

qui et où ???

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales