Social

Ses "dissidents" vont-ils faire imploser la CGTR ?


Ses "dissidents" vont-ils faire imploser la CGTR ?
La Confédération Générale du Travail de la Réunion peut-elle demain se fractionner à la manière d'un PCR qui a vu le PLR mettre les voiles ? Les représentants syndicaux n'ont à aucun moment évoqué, hier à Saint-Pierre, leur intention d'aller aussi loin en briguant par exemple la tête de l'instance ni en quittant leur "famille". La solution médiane demeure la mobilisation pour exiger des changements de méthode à la tête du syndicat.

"Ce n'est pas normal, ce ne sont pas les valeurs de la CGTR", retient Pascal Hoareau, secrétaire de l'Union régionale SUD CGTR, presque sonné par cette "chasse aux sorcières" organisée selon lui pour faire taire tous ceux qui demandent la transparence dans la maison syndicale.

Tout en exposant les coups de pression qu'ils tiennent d'Ivan Hoareau et de son premier cercle, les délégués d'entreprises n'en rappellent pas moins leur "attachement à la CGTR", persiste le représentant de Pôle Emploi.

Comme si ce climat tendu ne suffisait pas, Patrice Atchicanon de la CGTR EDF, révèle que l'application de la représentativité syndicale de 2008 qui a contraint les syndicats locaux à marquer leur affiliation à un syndicat représentatif national est très mal passée auprès de la direction de la CGTR. Dans les faits, cette loi a obligé la CGTR EDF, par exemple, "à s'adosser à la CGT et non à la CGTR", explique Patrice Atchicanon. Un rattachement déjà reproché par la confédération réunionnaise, relate l'intéressé. "C'est la loi qui l'imposait, Ivan Hoareau ne pouvait pas l'ignorer", ajoute-t-il, tout en s'amusant du fait que "la quote-part des syndiqués continue par contre d'être versée à la...CGTR".  

En pleine réflexion sur le devenir de la confédération locale, tous sont unanimes sur l'occasion ou jamais pour la CGTR de montrer des gages de transparence, ce qu'elle en demande à longueur d'année au patronat. "Le pire c'est quand ça vient de son propre syndicat", formule un délégué. "Il faut travailler sur nos fondements", ajoute Patrice Atchicanon, agacé par le spectacle que donne la confédération dans les médias depuis quelques semaines.

La question du choix : "certains camarades sont torturés"

Les épisodes récents au sein de l'instance montrent selon eux que les révocations ou intimidations sont le fait de quelques personnes. Or, "on est une structure où les décisions doivent être prises majoritairement. Ce sont les dirigeants qui nous mènent dans le gouffre", formule un autre.

Aux côtés de ceux qui font figure d'anciens, "un jeune syndicaliste" comme il se présente lui-même, parachève la défiance qu'ils adressent tous à la direction. "Heureusement que j'ai pu compter sur des camarades. S'il fallait attendre un geste de notre confédération, je n'aurais jamais su ce que veut dire la vie d'un syndicat", renchérit Sébastien Faconnier, secrétaire général adjoint de la CGTR CMR.

Le rassemblement "fraternel" prévu le 17 novembre à Ravine blanche est bien parti pour devenir une sorte de thérapie de groupe où la parole sera donnée à ceux qui n'osent pas encore "détak la langue". "On est conscient que certains camarades sont torturés entre Ivan Hoareau et nous, les fractionnistes soi-disant". Les délégués présents hier restent persuadés que d'autres structures sont prêtes à franchir le pas: "En tout cas, on lance l'élan".

-------
Comprendre l'organisation de la CGTR : Le 7 octobre dernier, lors de la commission exécutive confédérale (CEC), l'exclusion de dirigeants comme ceux de la fédération Commerce, d'EDF ou de Citroën a été mise en jeu. Faute de quorum, aucune décision en ce sens n'a pu être prise puisque seuls 10 membres sur les 25 que compte la commission (en réalité 23 depuis le départ de Pascal Hoareau et de Clara Derfla) se sont présentés. Si l'atteinte du quorum était le préalable, Pascal Hoareau pense qu'"Ivan Hoareau n'est pas parvenu à ses fins parce que cette demande d'exclusion n'a peut-être pas été acceptée par certains camarades".

Vendredi 25 Octobre 2013 - 07:49
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1008 fois




1.Posté par noe le 25/10/2013 09:32
Syndicat "gros doigts" ...ça gueule beaucoup sans plus mais n'a aucune solution !

2.Posté par ego le 25/10/2013 13:31
trop fort la cgtr sud, c'est la fin d'ivan !

3.Posté par VIEUX CREOLE le 25/10/2013 16:40
LE GROS PROBLÈME DE LA C.G.T.R. ( DéS LE DÉBUT DE LA CRÉATION DU P.C.R. ) EST LE SUIVANT : C'EST , AVANT TOUT UNE ORGANISATION SOUS LA TUTELLE DU PARTI ... SES DIRIGEANTS ( SELON LES CONSIGNES DONNÉES PAR LÉNINE AUX PARTIS COMMUNISTES DU MONDE ENTIER ) ÉTAIENT ET SONT TOUJOURS , DES RESPONSABLES DE 1er PLAN DU PARTI ! EN MÉTROPOLE UN SEUL HOMME A VOULU (APRÈS LA CHUTE DU MUR DE BERLIN) S'AFFRANCHIR DE CETTE RÈGLE : CE FUT BERNARD THIBAULT (je ne crois pas qu'il ait réussi avant son départ à la tête de la C.G.T. !). .. .
LES CONSIGNES DES DIRIGEANTS COMMUNISTES SONT TOUJOURS APPLIQUÉES DANS LES REVENDICATIONS SYNDICALES (avec des adaptations, bien sûr ,tenant compte des secteurs d'activités !) . TOUS LES OBSERVATEURS DE LA VIE POLITIQUE (ET SYNDICALE ) NATIONALE OU LOCALE SAVENT CELA .!!!!

4.Posté par fraîcheur syndical le 26/10/2013 08:21
POurquoi pas!!!!

de la fraîcheur nous en demandons tout le temps dans notre vie!!!

pourquoi pas , à la CGTR ou pourquoi pas CGT

allons rafraîchir vraiment ...........

rdv au prochain congré

5.Posté par BARER VOUS le 26/10/2013 13:16
BANDE DELINQUANT! Arrête de dire n'importe quoi pour mettre zot gueule devant. Sa fait des années que zot y magouille pour être dirigeant la CGTR. Alors, dit qui y finance à zot? Avec les élections, on verra bientôt votre vrai visage. La CGTR doit porter plainte, et on verra sur une durée de 10 ans qui le compte la été bien gras. Vous êtes des vendeurs de salariés.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales