Société

Séminaire risque requin: Définir des mesures adaptées au contexte réunionnais


Séminaire risque requin: Définir des mesures adaptées au contexte réunionnais
Le séminaire sur le risque requin a débuté à l'Ermitage. L'événement s'adresse à l'ensemble des acteurs concernés et associe des experts internationaux, comme Christopher Neff, chercheur à l'université de Sydney. Son doctorat a pour thème la politique publique de gestion du risque requin.

Mickaël Hoarau apportera, quant à lui, son expérience Sud-Africaine. Au Cap, le réunionnais travaille sur la gestion opérationnelle du risque requin. "Ils ont de l'avance sur nous", souligne-t-il en précisant, comme son collègue australien, qu'il est ici pour écouter et pour aider, chaque région concernée par le risque requin ayant ses propres spécificités et son contexte économique, social et politique.

L'objectif ? Valider les principes d'un programme de mesures...

Répulsifs électriques, chimiques ou acoustiques, surveillance, filets, l'ensemble des techniques connues pour réduire le risque requin seront évoquées aujourd'hui et demain. L'objectif du séminaire est de valider les principes d'un programme de mesures visant à définir un "plan d'actions" en matière de gestion du risque requin à la Réunion.

Ce matin, les intervenants ont rapidement présenté les différents dispositifs connus de protection, leur efficacité, leurs contraintes et les risques qu'ils représentent pour l'environnement. Il s'agit maintenant de trouver les mesures les plus adaptées au contexte réunionnais. Quoi qu'il puisse ressortir des débats, "le risque zéro n'existe pas", rappelle comme une évidence Jean-Sébastien Philippe, du bureau Biotope, qui a chapeauté l'étude relative aux dispositifs de protection liés au risque requin à la Réunion.

Place maintenant aux ateliers. Trois sont prévus au programme : Protection & gestion des usages, surveillance & sécurité, et enfin, prévention, information & communication. La synthèse des résultats doit intervenir demain.
Mercredi 10 Octobre 2012 - 11:58
Lilian Cornu
Lu 1395 fois




1.Posté par makot le 10/10/2012 13:26
rien prévu sur le devenir de "la Reunion ile makot"? politiquement incorrect?

2.Posté par Brusse Leroy-Descrétains le 10/10/2012 13:52
A que faut arrêter de venir à que embêter les zantis rokins ! Avèque mon idole dédé-rangé on a à
que compris depuis longtemps que l'on peut à que se baigner en sécurité avec ces zantis zanimôs !
A que il suffit de se vêtir d'un vieux micro-slip à la propreté douteuse ( a que voir photos de dédé )
et de partir nazer avec à que sa zolie bouée mickey !

3.Posté par maman inquiète le 10/10/2012 17:10
Après les grands discours... PLACE A L'ACTION.... par la mise en place de filets comme ceux validés par les Scientifiques autour de la scandaleuse ferme marine subventionnée depuis sa création....

LE PLUS VITE POSSIBLE sur les plages de Boucan et des Roches noires pour protéger les baigneurs avant que se produise une autre tragédie sur un de nos enfants !!!

4.Posté par Mwa la pa di le 11/10/2012 07:14
Un séminaire pourquoi ? On peut se le demander quand on sait que des études sérieuses ont été menées en Australie et aux USA. Il y a un bon reportage qui est passé sur Géo (Canal sat) intitulé : "le requin dans la ville", dont j'ai fais une copie. Je vous conseille vivement de le voir et alors vous comprendrez qu'il n'y a pas grand chose à faire sinon de s'adapter.

5.Posté par RJM 974 le 11/10/2012 07:34
N'aurait-on pas plutôt dû appeler cette crise, la "crise surfeurs". Les requins sont là depuis des dizaines de millions d'années.

6.Posté par audrey le 11/10/2012 13:10
laisse band rekin la tranquille otéééé bana lé la avant zot!!!band surfeur si lé pa content zot konnai koi i reste a zot po fai!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales