Société

Selvam Chanemougame, un pont entre la Réunion et l’Inde

Originaire de Pondichéry, Selvam Chanemougame, médecin à la Réunion, est très impliqué dans le milieu associatif tamoul. Membre de l’association Tamij Sangam dont il est l’un des fondateurs, il n’a de cesse de valoriser la culture indienne à travers ses composantes et ses spécificités réunionnaises. Portrait d’un passionné qui revient régulièrement sur la terre indienne.


Selvam Chanemougame, un pont entre la Réunion et l’Inde
Après une enfance heureuse à Pondichéry où il est né, Selvam Chanemougame voit sa vie basculer en 1967 quand son père, alors fonctionnaire à l’administration des impôts est muté à la Réunion. Avec pour tout bagage quatre valises en carton, le premier contact avec la nouvelle mère patrie pour la petite famille va se cantonner à l’hôtel de l’Europe à Saint-Denis, le temps pour le jeune garçon de s’adapter.

Ne parlant pas français, l’intégration dans le milieu scolaire n’est pas aisée. L’entrée en CE2 avec deux années de retard n’entame en rien la volonté du jeune pondichérien qui s’accroche. Le soutien de monsieur Sébastien, professeur originaire de sa ville natale le confortera grandement dans sa volonté de réussir à tel point que bien plus tard il décochera son diplôme à la faculté de médecine de Marseille. Une ville qu’il a beaucoup apprécié pendant ses longues années d’études, mais où il lui manquait quelque chose.

"C’est à Marseille que j’ai pris conscience que mon indianité réunionnaise me manquait, et c’est là que j’ai eu envie de renouer avec mon héritage. Je me suis rendu compte que j’avais perdu beaucoup de mes valeurs spirituelles, et j’éprouvais le besoin de me ressourcer. J’allais régulièrement à la fac de lettres pour étudier la mythologie tamoule avec d’autres étudiants réunionnais. Cela nous plaisait de pouvoir échanger, et de parler de notre richesse culturelle".
 

Selvam Chanemougame sur la croisette de Pondichéry, devant la statue de Gandi.
Selvam Chanemougame sur la croisette de Pondichéry, devant la statue de Gandi.
Reconnaissance de la culture tamoule

C’est de là qu’est née l’idée de créer un mouvement populaire dans toute l’île au delà des querelles associatives : En 1989, Selvam Chanemougame fait partie des fondateurs de l’Association Tamij Sangam avec Jean Luc Daly, et sont à l’origine de nombreuses actions en faveur de la diffusion et la reconnaissance de la culture tamoule. Selvam Chanemougame est aussi co-fondateur du Groupe de dialogue interreligieux et est un fervent défenseur de l’interculturalité pour "le vivre ensemble" à La Réunion afin de transmettre et partager l’identité tamoule.

"Notre idée était de rassembler et toucher chaque individu afin de lui apporter cette fierté d’être issu d’une grande civilisation millénaire, de s’approprier nos propres valeurs philosophiques, culturelles et spirituelles et surtout, c’est bien là l’essentiel de les partager avec l’ensemble des réunionnais, sans distinction".

Selvam Chanemougame avec sa belle mère, Sarodja, à Pondichéry.
Selvam Chanemougame avec sa belle mère, Sarodja, à Pondichéry.
Marié à Sarasvady (déesse des arts), originaire de Pondichéry, Selvam Chanemougame retourne régulièrement dans la ville qui l’a vu naître, afin de se ressourcer et de voir sa belle famille avec qui il tisse des liens étroits.

" Pour moi, ce retour aux sources me permet d’éviter la rupture généalogique. Mes enfants m’accompagnent de temps en temps afin qu’ils se familiarisent avec un environnement parfois difficile. J’ai besoin de m’imbiber de cette atmosphère si particulière, de me retrouver avec la réalité de la dureté de l’Inde. Il faut savoir dépasser ces aspects pour vivre pleinement notre indianité, savoir apprécier la spiritualité et vivre le respect des aînés.

Chaque fois que je reviens chez ma belle mère, Sarodja, aujourd’hui âgée de 75 ans, je mesure la chance que j’ai de pouvoir vivre ces instants.  J’ai aujourd’hui beaucoup moins d’appréhension pour vivre à l’indienne, réapprendre les gestes traditionnels. J’ai besoin de revenir à Pondichéry pour me ressourcer, me déconnecter de ma vie réunionnaise, de m’isoler de mon monde occidental ; Je suis dans l’immensité indienne, dans l’océan Indien…"

Selvam Chanemougame, un pont entre la Réunion et l’Inde
Dimanche 21 Juillet 2013 - 18:26
Lu 2358 fois




1.Posté par KAFIR le 21/07/2013 18:56
Un exemple à suivre pour tous les madras et autres, s'ils le désirent pour un pèlerinage, sans oublier de visiter l'ancien quartier français.
Que du bonheur !!! comme disait tonton Raymond Barre, Premier Ministre.

KAFIR

2.Posté par KAFIR le 21/07/2013 18:56
Un exemple à suivre pour tous les madras et autres, s'ils le désirent pour un pèlerinage, sans oublier de visiter l'ancien quartier français.
Que du bonheur !!! comme disait tonton Raymond Barre, Premier Ministre.

KAFIR

3.Posté par Titi or not Titi le 21/07/2013 20:44
(:-)))

Gilles Malet sort de ce corps !!!!

4.Posté par gros ventre le 22/07/2013 08:35
on dirait ganesh sous toutes les postures. Un autre culte de la personnalité est né ...

5.Posté par GAJAMUK le 22/07/2013 09:00
Tant qu'il ne se prend pas pour un grand chef tamoul franco-réunionnais, il fait ce qu'il veut ! car il ne connais rien à notre réalité malbar-réunionnais , et il a tendance à s'immiscer en tant que pondichérien indien et européen dans nos affaires. Ce monsieur vit comme un européen, et je ne le vois pas beaucoup dans les temples. Il est là surtout lorsqu'il y a un appareil photo, ou une caméra, si vous le cherchez dans une foule, il suffit de suivre les appareils photos et vous le trouverez sans peine ! d'ailleurs regardez dans son pseudo magazine, il y a une photo de lui dans presque toutes les pages.

6.Posté par Môvélang le 22/07/2013 09:53
il faut voir didier robert, quand il va faire sont pont sur la route en corniche, qu'il rajoute quelques pierres et rambardes, surtout ne pas oublier des barbelés et le prolonge un petit peu jusqu'à l'Inde

7.Posté par indou ou in dur le 22/07/2013 10:44 (depuis mobile)
Malbar caviar

8.Posté par Choupette le 22/07/2013 17:21
Y'avait pas un type du côté de Saint-Pierre qui organisait les pélérinages sur l'Inde ... ?

9.Posté par jockey le 22/07/2013 19:32
Chanemougame vantard! Il ne prêche que pour sa paroisse ..pardon pour son temple où pourtant il ne met jamais les pieds...il cause gras...il doit apparemment manger gras aussi...oté oulé quand même trop gras et gros pour un médecin: sa même l'exemple pour la jeunesse réunionnaise et pour les patients qui consultent a ou! Alé cachét!

10.Posté par KAMALADILAFE le 23/07/2013 14:42
lI l'est trop pour tamoul; il pratique que dans chapelle hindoue; ma l'a jamais vu dans les églises. Il ne fait pas les deux religions ; d'ailleurs li appelle pas comme nous jean marc ou johnny; il porte un prénom tamoul pas normal ça à la Réunion.

11.Posté par RITOU le 23/07/2013 14:50
Bonne continuation à vous. Je me rapel de la stèle que vous avez construite aux Lazarets pour les premiers engagés indiens; j'y étais. chapeau il fallait le faire envers et contre tout. Certains chiens aboient mais restent sur le trottoir. Continuez votre travail sur la grande avenue.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales