Social

Selon son directeur : "La direction de la CISE n'ira pas plus loin"

En marge de la manifestation qui bloque en partie l'entrée de la direction de la CISE à Saint-Denis mais aussi différents sites du réseau d'eau de la CISE, Thierry Chatry, son directeur général, avoue qu'il est allé au bout de ses propositions. Aucune négociation n'est prévue pour l'heure.



"J'en suis à ma troisième proposition"
, résume Thierry Chatry, le directeur général de la CISE, depuis seulement... cinq semaines. "Notre offre reste celle d'une revalorisation du salaire de base de 70 euros couplée avec un complément de revalorisation de 70 euros (les fameuses primes de participation et d'ancienneté), ce qui nous fait atteindre 140 euros en moyenne en fonction de la fluctuation de ces primes", poursuit Thierry Chatry.

"Cette revalorisation se fait en fonction de l'inflation qui est d'environ 2%. Je crois que les demandes des grévistes sont en dehors de toute réalité économique".

Fort taux de grévistes


Une revalorisation via des primes à la participation et à l'ancienneté qui entrent pleinement, pour le directeur général, dans la revalorisation globale du salaire des agents de la CISE. Chose que réfutent les syndicalistes qui excluent de ces propositions celles ne découlant pas du salaire de base.

Selon son directeur : "La direction de la CISE n'ira pas plus loin"
Concernant le suivi du mouvement, Thierry Chatry confirme les chiffres avancés par l'intersyndicale. "Il y a une moyenne de 80% de grévistes en effet avec des pics de 90% sur les sites de l'Est et du Sud".

"Pour assurer un service minimum à nos usagers, j'ai proposé qu'il y ait un minimum d'une dizaine d'employés grévistes qui travaille avec un badge marquant leur appartenance au mouvement". Une proposition refusée par les syndicats.

Une réquisition pourrait intervenir si une "mise en cause de la santé publique et de l'ordre public" était avérée, précise Thierry Chatry, qui faisait part de doutes quant à une panne intervenue sur le réseau de la CISE. Il s'agissait, selon lui, du réarmement de disjoncteurs.

Pour l'heure, les agriculteurs de la Plaine des Cafres restent les plus touchés alors que les problèmes d'eau sur Sainte-Marie ont été réglés ce matin. C'est d'ailleurs dans le Sud que doit se rendre cet après-midi Thierry Chatry.
Lundi 14 Mars 2011 - 14:13
Ludovic Grondin
Lu 2039 fois




1.Posté par noe974 le 14/03/2011 14:12
Patron , ces salariés méritent leur dü , ils bossent qu'il pleuve ou qu'il vente ....pour la population ...

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 14/03/2011 15:01
revalorisation via des primes à la participation..??!
encore un bon dg ça !

3.Posté par jojo le 14/03/2011 16:01
Virez les!!!!!! ils auront vraiment des raisons de se plaindre après quand ils seront aux ASSEDIC!!!!! Comment peut-on demander une telle augmentation quand on a un salaire de base déjà très avantageux!!!!! Qu'on les vire et qu'on embauche des Rmistes, chômeurs, etc........y en a qui demandent qu'à bosser!!!!!! C'est vraiment du n'importe quoi

4.Posté par malbaraise974 le 14/03/2011 16:16
Ceux qui habitent sur les communes gérées par la Cise, préparez vous ! Un PDG fraîchement débarqué dy'a cinq semaines et qui revalorise des salaires en ajoutant des primes n'est pas prêt de lâcher le morceau...ce qui est dommage ! C'est ce genre de Direction qui m'est en cause la santé et l'ordre publique en refusant à des salariés leur dû !!!
Allez les gars, on comprend votre mécontentement ! Tienbo largue pas !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales