Société

Sécheresse dans le Sud : L'état s'engage à transporter l'eau des agriculteurs du Tampon

Satisfaction hier pour Paulet Payet et les agriculteurs du Tampon. Lors d'une réunion organisée à la sous-préfecture de Saint-Pierre, l'Etat s'est engagé auprès du maire et d'une délégation de l'ARP (Association Réunionnaise pastorale), à prendre en charge le transport de l'eau permettant d'alimenter les retenues colinéaires des éleveurs.


Sécheresse dans le Sud : L'état s'engage à transporter l'eau des agriculteurs du Tampon
Dans le Sud et particulièrement au Tampon, les agriculteurs sont confrontés à la sécheresse. Leurs ressources, stockées dans des réserves, sont bientôt vides. La situation devient donc urgente surtout s'il ne pleut pas dans les prochaines semaines. Les réserves de certains agriculteurs sont d'ailleurs déjà à sec. Pour l'heure, c'est la commune du Tampon qui les ravitaille avec deux camions citernes mais ce dispositif a ses limites. D'une part, il est coûteux pour la collectivité mais il s'avère surtout insuffisant pour répondre à la demande si la situation devait s'aggraver. Hier, Paulet Payet, le maire du Tampon, était reçu par Jean-Luc Lehmann, le sous-préfet de Saint-Pierre. Le maire était accompagné par une délégation d'éleveurs de l'ARP. L'objectif de cette table ronde était de trouver des solutions pour approvisionner les éleveurs.

"Pas un problème d'eau mais un problème de transport" dixit Paulet Payet

Environ 180 agriculteurs pourraient être confrontés à la sécheresse qui frappe les hauts du Tampon. Dans ce cas de figure, la municipalité du Tampon ne pourrait pas assumer la logistique nécessaire à leur ravitaillement en eau :"Pour l'instant, il n'y a que six éleveurs à ravitailler et la commune les prend en charge. Mais si la situation empire ce sont près de 180 éleveurs qui risquent d'être touchés et les moyens de la ville ne suffiront plus. Ce n'est pas un problème d'eau. Contrairement à d'autres années, nous avons la réserve. C'est un problème de transport" souligne Paulet Payet.

Dorénavant, l'état s'engage donc à transporter l'eau depuis deux sources vers les réserves de chaque agriculteur. Paulet Payet, également président de la commission locale de l'Eau (CLE) s'est dit satisfait des avancées obtenues sur ce dossier : "Je suis satisfait parce que le sous-préfet nous a assuré qu'il allait travailler avec le Département et la DAAF pour que ces moyens complémentaires soient opérationnels d'ici un mois, début de la période critique, s'il ne pleut pas d'ici là!"
Mardi 25 Septembre 2012 - 09:56
Lilian Cornu
Lu 571 fois




1.Posté par Boa Bill le 25/09/2012 17:15
"Les réserves de certains agriculteurs sont d'ailleurs déjà à sec."

Dans le temps "lontan", lorsque nous n'avions pas d'eau au robinet, la commune mettait en service quelques citernes publiques et nous allions nous-mêmes chercher l'eau pour nos réserves personnelles.

Je ne vais pas me faire des amis sur ce sujet mais je ne comprends pas pourquoi le remplissage des réserves privées des éleveurs doit être assuré par la collectivité.

Y aura-t-il, en contrepartie, baisse du prix de la viande locale ?

Bertel de Vacoa

2.Posté par jason bourne le 25/09/2012 17:16
est-ce qu'un jour quelqu'un va oser dire que les plantations de canne irriguées sont en train de ruiner l'ile économiquement et écologiquement !!!

la canne nous coûte ne fortune en eau et en subventions pour au final avoir l'avantage d'avoir le litre de rhum à 5 euros !!!

3.Posté par Boa Bill le 25/09/2012 17:17
...éleveurs... agriculteurs... même problème !

Bertel de Vacoa

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales