Société

Sécheresse : Letchis ou baies roses, le miel Péi se fait rare...


Sécheresse : Letchis ou baies roses, le miel Péi se fait rare...
 
Il devient de plus en plus difficile pour les apiculteurs de produire du miel, plus particulièrement pour les variétés de letchis et de baies roses. La faute à la sécheresse qui fait souffrir des arbres qui n'ont plus la force de fleurir comme cela a été constaté pour les plantations de letchis.

Cette année, la production de miel de letchis a donc été relativement faible comme le confirme en chiffres Camille Perrault, le président de la coopérative Coopémiel : "Cette année, on a produit deux tonnes contre 10 à 15 tonnes lors d'une saison normale".

La sécheresse, ennemie des apiculteurs

Le président de la coopérative qui regroupe une quarantaine de producteurs, est convaincu que le faible rendement des ruches est dû à l'extrême sécheresse qui frappe aujourd'hui une grande partie de La Réunion : "Ça fait deux années consécutives qu'on subit la sécheresse. Il n'y a plus aucune humidité dans le sols, les arbres souffrent" soupire t-il, impuissant.

La filière a déjà connue de gros soucis ces deux dernières années après que le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) ait lâché 400 larves de mouches bleues pour lutter contre la prolifération des vignes marronnes. Du coup, en détruisant cette plante envahissante, les chenilles de la mouche bleue ont privé les abeilles d’une plante mellifère importante pour que les essaims d'abeilles se développent avant la période de butinage des fleurs de letchis. Les apiculteurs ont réussi à trouver des solutions pour y pallier mais ils sont totalement impuissants contre la sécheresse.

Quid du miel de Baies roses ?

La situation est d'autant plus inquiétante qu'elle concerne également d'autres variétés de miel : "Toutes les miellées sont concernées par cette baisse de production. Si les arbres continuent à souffrir de la sécheresse et qu'il ne pleut pas dès le début du mois de janvier, la récolte du miel de baies roses sera certainement mauvaise", craint Camille Perrault. Le président de la Coopémiel ne sait pas encore si cette faible production aura un impact sur les prix : "Cela dépendra des négociations avec les centrales d'achat" souligne-t-il, prudent.

Mercredi 21 Décembre 2011 - 15:06
Lilian Cornu
Lu 1291 fois




1.Posté par noe?! le 21/12/2011 17:42
Coup dur pour le miel ....
Et pourtant c'est bon contre la grippe , pous faire du rhum arrangé doux ....du sarcive au miel ...
Comment allons-nous faire en 2012 ?

2.Posté par miel mada la pa nouuuuuuuuuu le 21/12/2011 21:38
voilà ma question!
quelque soit le produit, quand il n'y en a pas, les prix flambent, pour le miel c'est l'inverse, comment expliquer qu'en cette période, des apiculteurs cassent les prix, des apiculteurs qui ont très très très très peu de ruches, produisent le miel à la demande et en tonne!

monsieur le président de l'Association pour le Développement de l'Apiculture, ton silence est complice

3.Posté par polo974 le 22/12/2011 13:58
Ah, cette année, c'est pas la mouche bleue...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales