Faits-divers

Sauvetage d'un pêcheur à St-Leu: Le préfet "tient à apporter des précisions"


Sauvetage d'un pêcheur à St-Leu: Le préfet "tient à apporter des précisions"
 
Lundi, un pêcheur a été secouru alors qu'il était en difficulté au large de Saint-Leu (lire ici ). Dans un communiqué, le préfet de la Réunion, Michel Lalande, revient sur ce sauvetage en apportant des "précisions". Pour lui, "l’ensemble des services concernés ont réagi avec promptitude et grand professionnalisme" et ce alors que "le pêcheur secouru a commis plusieurs imprudences manifestes". Voici le communiqué de la Préfecture :

"Michel Lalande, préfet de la Réunion tient à apporter les précisions suivantes sur l’opération de sauvetage d’un pêcheur à Saint-Leu le 5 septembre dernier.

Chronologie des faits :

13 h 26 : le CROSS est contacté par le CODIS et l’épouse du pêcheur pour son mari qui ne parvient pas à rentrer au port de Saint-Leu. Un message PAN (relais de détresse) est aussitôt diffusé par VHF à tous les navires sur zone.

13 h 58 : le CROSS parvient à établir un contact VHF avec le pêcheur qui indique qu'il va bien. La section aérienne de la gendarmerie est préalertée.

14 h 09 : le pêcheur confirme que tout va bien à bord et qu'il va tenter de rentrer au port de Saint-Leu malgré les recommandations de déroutement formulée par le CROSS.

14 h 36 : le pêcheur s'amarre à la bouée de la réserve. Il ne sollicite pas d'évacuation et demande une assistance par moyen nautique pour le prendre en charge ainsi que son embarcation qu'il souhaite préserver.

14 h 41 : le CROSS engage la vedette de la SNSM de Sainte-Marie, seul moyen nautique de l'île apte à intervenir compte tenu des conditions de mer. Le délai d'arrivée sur zone est estimé à 3 h 30 compte tenu de l’état de la mer.

15 h 23 : le CROSS sollicite la Marine Nationale pour l’engagement du Panther afin d'effectuer une mission de surveillance maritime générale et notamment un point de situation sur le secteur de Saint-Leu.

15 h 45 : après contact avec le pêcheur, compte tenu de l'évolution sur zone, le CROSS propose au pêcheur son hélitreuillage. Le pêcheur donne finalement son accord et demande la prise en charge de son embarcation par la SNSM. Le Panther des FAZSOI est
sollicité. 11 minutes plus tard, l’hélicoptère est sur zone. Malgré les conditions difficiles, le pêcheur est treuillé à bord de l’hélicoptère de la marine nationale en moins de 5 minutes.

17 h 06 : Prise en charge de l'embarcation du pêcheur par la SNSM.

Commentaires :

L’ensemble des services concernés ont réagit avec promptitude et grand professionnalisme lors de cette opération. Michel Lalande souligne l'excellent esprit de coopération et de coordination de l'ensemble des acteurs de la chaîne de secours, qui ont agit dans le calme et avec discernement, tant en mer qu'à terre.

Enfin, le préfet tient à rappeler que le pêcheur secouru a commis plusieurs imprudences manifestes :

- Il a pris la mer en dépit des avis de forte houle diffusés par la Préfecture ainsi que par le CROSS par VHF dès dimanche après-midi.

- Il ne disposait pas de réserve de carburant lui permettant de rallier un autre port que celui de Saint-Leu. Le CROSS lui a proposé un point de ralliement avec la SNSM en direction du port Ouest, plus abrité compte tenu de l'orientation de la houle, mais il n'était pas en
capacité de le faire.

Ces imprudences sont incompréhensibles, particulièrement s'agissant d'un professionnel de la mer, connaissant particulièrement la zone et les phénomènes météorologiques de la Réunion.

Enfin, la polémique relative à la prise en charge financière des frais engagés par la SNSM est dans ce contexte particulièrement inopportune.

Si en l’état du droit, les frais exposés pour le sauvetage des personnes ne peuvent être facturés, les dépenses exposées pour l'assistance aux biens sont elles recouvrées forfaitairement. Dans ce cas, le montant de la facture à acquitter par le pêcheur (765 €)
est largement inférieur au coût de l’opération supporté par la SNSM (3 000 € environ).

La SNSM, composée de bénévoles intervenant dans des conditions souvent très difficiles et dangereuses, finance notamment ses actions de sauvetage par les subsides procurées par les opérations d'assistance aux biens."
Mercredi 7 Septembre 2011 - 14:52
Lu 2454 fois




1.Posté par anonymousw le 07/09/2011 15:05
Grosse imprudence, inconscience, mise en danger de la vie d'autrui, pour préserver son embarcation qui à ce moment la ne vaut pas sa vie je pense. Combien a couté sa connerie? qu'on lui fasse remboursé son secours.

2.Posté par VIGILANCE DONC!!!. le 07/09/2011 15:05
eh quand les services de l'état (le préfet) font des conneries qui paient,??.

3.Posté par consommateur le 07/09/2011 15:24
on pourrait avoir le meme point de situation de la prefecture pour le pecheur qui est mort à saint gilles

4.Posté par albatros974 le 07/09/2011 15:27
ONT REAGI

5.Posté par nrj le 07/09/2011 15:56
On a sauvé un être humain et c'est une bonne action !
On ne va pas lui chercher des poux surtout que les sauveteurs sont des professionnels et il leur faut de temps en temps passer à l'ACTION ... nous montrer ce dont pourquoi on les paie ....salaire mérite travail !

Qu'on laisse ce monsieur se décompresser après ce sauvetage qui lui a sauvé la vie !
C'est sûr qu'il ne fera plus de bétise !

6.Posté par Choupette le 07/09/2011 16:19
Tout est dit.
Il faut leur faire passer l'envie de prendre les sauveteurs pour des imbéciles.
Sa bonne femme a même eu le culot de râler sur l'amende (pas assez salée) que le mari doit payer.
Comme si la vie des sauveteurs ne valait rien à côté de celle de son soi-disant professionnel de mari de la mer.
760 euros, c'est pas assez cher payé. Il faudrait saisir le canot et le vendre au profit des bonnes oeuvres de la SNSM.

7.Posté par Un marin le 07/09/2011 16:22
Ce communiqué était vraiment nécessaire. Il était important de souligner l'imprudence de ce pêcheur et les raisons de son imprudence. Il faut espérer que ce pêcheur fera un don conséquent à la SNSM.

Le malheureux accident de Saint-Gilles doit faire prendre conscience que la mer ne pardonne pas les imprudences.Bien souvent les risques tournent aux aux désavantages de ceux qui les prennent, on est tous à la merci d'une avarie, mais on ne doit pas jouer avec le risque tout aussi expérimenté que l'on puisse être.

Signé : Un marin

8.Posté par Neptune le 07/09/2011 16:47
Faudrait aussi que ce rescapé arrete de parader sur les medias,après son tour de con dont il semble etre fier,en plus .

9.Posté par fiuman le 07/09/2011 16:49
Je crois, et le communiqué du préfet le précise, que la SNSM est complètement bénévole et non rien à voir avec le SDIS qui comme chacun le sait à la réunion ne sont composés que de brillants professionnels......................

10.Posté par Papangue le 07/09/2011 16:53
@ nrj : non seulement tu écris avec les pieds ("ce dont pourquoi on les paie" ?), mais en plus le fond est aussi nul que la forme.

"La SNSM, composée de bénévoles ..." : bénévoles, ça veut dire qu'ils ne sont pas payés et qu'ils font ça gratuitement !!! Ils mettent leur vie en danger pour sauver celle des autres, et il y a assez de situations imprévisibles pour ne pas se mettre en danger lorsque les mauvaises conditions ont été annoncées bien à l'avance.

Lorsque les services compétents ne préviennent pas, on les acuse d'avoir mis les citoyens en danger, et lorsqu'ils le font, certains passent outre ... c'est vraiment n'importe quoi !

Ca ne veut bien entendu pas dire qu'il ne faut pas sauver ces inconscients, mais simplement qu'on est en droit de leur faire payer le "sauvetage" de leurs biens, en l'espèce ce bateau. Les fonds serviront à assurer les prochaines missions de sauvetage, pour venir en aide à des personnes qui elles auront peut-être pris toutes les précautions nécessaires ...

11.Posté par ph le 07/09/2011 16:59
Bravo pour le Préfet, il est tant que les gens respectent la loi et arrêtent de se prendre pour des intouchables, avec juste raison la vie des sauveteurs est en jeux, et en plus c'est nous qui payons l'imprudence de certains, il ne faut pas hésiter à mettre des amendes et lourdes si possible

12.Posté par Pierre Vergereau le 07/09/2011 17:24
Il me parait important d'apporter la précision concernant le sauvetage en mer par les bénévoles de la SNSM, dont j'était responsable des équipages durant plusieurs années (patron en titre de la vedette Cd PEVERELLY), basée à St-Pierre. La mission première de la SNSM est le sauvetage en mer, et à ce titre les secours à la personne sont gratuits et coordonnées par le CROSS-RU . Il est évident que le remorquage à la demande du propriétaire d'un bateau ne rentre pas dans le cadre d'un sauvetage, mais d'un service rendu et donc facturé car les frais engagés sont importants. Les ressources des stations viennent essentiellement des dons et subventions dont le montant varie en fonction de la générosité des personnes et de la prise en considération des "financeurs" officiels : CG, CR, Communes, associations et autres. Maintenant, la plus part des propriétaires de bateau ont une assurance qui prend en charge le remorquage . Une bonne assurance me parait être la meilleure parade pour éviter à avoir à payer une facture souvent conséquente. A noter que les assurances peuvent aussi , dans certains cas ne pas couvrir les imprudences surtout quand l'avis de forte houle avec sortie déconseillé est annoncée par les médias.

13.Posté par Choupette le 07/09/2011 19:13
@ 5.Posté par nrj

Ce post, c'est juste pour montrer que tu existes et que tu as un ordinateur ?
Les sauveteurs sont des professionnels bé-né-vo-les. Ça veut dire qu'ils se jettent à l'eau GRA-TUI-TE-MENT pour sauver des imbéciles qui ne respectent pas les règles car ils s'estiment au-dessus de çà.
"salaire mérite travail !" ???
C'est "toute peine mérite salaire".
Il faut bien écouter avant de répéter comme un perroquet vert.

Ces derniers temps, il y a une multiplication de noé sur le site; c'est plus possible !



14.Posté par Papangue le 07/09/2011 19:42
Choupette,

ça se confirme, j'adore lire tes posts !

C'est vrai qu'il est rigolo ce nrj ...

15.Posté par jf.seguineau le 07/09/2011 20:49
Choupette ou Josette, je ne regrette pas mon post signé le marin. Cela devient lassant le ladilafé. Quand des professionnels font preuve d'amateurisme, il faut le dénoncer.

Le post de Pierre Vergereau dit ce qu'il fallait. Je réitère mon souhait que le pêcheur fasse amende honorable en versant un don substanciel à la SNSM.

Le remboursement du remorquage, c'est une chose, la mise en danger des gens de la SNSM par une erreur d'un professionnel doit être sanctionné et le moindre geste serait de verser un don à la SNSM.


16.Posté par pffff le 07/09/2011 21:16
Ce sont mot pour mot les précisions apportées par le préfet? Parce que dans ce cas il serait nécessaire de préciser que 'ont réagit' et "ont agit" comportent des fautes non?

17.Posté par potagerger le 08/09/2011 07:04
cet imbécile devraie etre poursuivi pour mise en danger de la vie d autrui. Il s'en tire finalement très bien.
Il y a toujours un idiot dans un village : certains d entre eux seraient même marins

18.Posté par polo974 le 08/09/2011 10:33
1. la première chose qu'on apprend en sauvetage: ne pas se mettre en danger (ensuite, c'est toujours pareil: où placer la limite...).
2. la snsm a bien appliqué la règle en faisant appel à l'hélico
3. le préfet à gentiment omis de chiffrer l'intervention de l'hélico qui aurait explosé le budget
4. le pêcheur n'a pas commis une erreur, mais une faute
5. que le financement du sauvetage en mer soit assuré par des dons et du bénévolat est tout de même étrange, c'est finalement le prolongement en mer des urgences telles qu'on le conçoit sur terre...

19.Posté par skipper de mare a poule d'eau le 08/09/2011 11:32
La video du pecheur qui a trouvé la mort a st gilles commençait par un plan séquence ou on voyait le bateau du grand bleu sortir in extremis en passant un mur d'eau à la limite de déferlement.

comment se fait-il qu'aucun pisse vinaigre ne lui soit tombé dessus puisque l'alerte houle était deja en vigueur?

en plus du risque mortel, il y avait risque de pollution. Mais si le bateau avait coulé sur ses amarres dans le bassin, il y aurait eut aussi pollution et polemique sur le blocage du port. Dans tous les cas de figure il y avait matiere à hysterie ....pour un phenomene naturel et banal.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales